Première rénovation depuis 1932 pour l’ossuaire

L’ossuaire de Douaumont, dans la Meuse, s’est dernièrement engagé dans quatre années de travaux, afin de réparer les outrages du temps. Une première depuis son inauguration en 1932. Une telle opération de 2 millions d’euros s’avérait en effet indispensable en prévision du centenaire du début de la Première Guerre Mondiale.   Rappelons que l’ossuaire de Douaumont … Lire la suitePremière rénovation depuis 1932 pour l’ossuaire

Lunéville : la chapelle du château rendue aux Lorrains

La chapelle du château de Lunéville, surnommé le « petit Versailles lorrain », a désormais retrouvé toute sa majesté et sa beauté originelle. Pure, dépouillée, elle s’apprête à devenir, grâce à une acoustique réputée exceptionnelle, un écrin parfait pour les voix et les instruments baroques, un thème en lien avec le festival qui se tient non loin … Lire la suiteLunéville : la chapelle du château rendue aux Lorrains

Une grandeur à retrouver

La Lorraine compte une cinquantaine de châteaux privés que certaines familles s’efforcent à entretenir en y mettant de l’argent, pendant que d’autres les laissent dépérir. Pour parvenir à survivre et revaloriser leur patrimoine, les propriétaires des châteaux de Manom, Preisch, Haroué, Moussey, Saint-Mihiel ou encore Pange doivent impérativement trouver une activité économique, à l’image des … Lire la suiteUne grandeur à retrouver

Mise en valeur de la petite Carcassonne Lorraine

La forteresse de Rodemack va être entièrement réaménagée. Le projet retenu prévoit de mêler les vieilles pierres au patrimoine naturel, afin de rester en harmonie avec le site classé parmi les « plus beaux villages de France ». Il y a quelques années, « la petite Carcassonne lorraine » devait compter sans l’imposante forteresse qui la domine, celle-ci … Lire la suiteMise en valeur de la petite Carcassonne Lorraine

Place Saint-Louis à Metz : la rigole végétalisée

Souffrant d’une image trop minérale, la Place Saint-Louis à Metz, refaite depuis quelques années, est désormais un peu plus verte. En effet, les jardiniers des espaces verts municipaux ont dernièrement entrepris la décoration arbustive de la rigole contre laquelle passants, riverains et commerçants n’en finassaient pas de protester. Longue de 65 mètres pour moins de … Lire la suitePlace Saint-Louis à Metz : la rigole végétalisée

Euro 2016 : Nancy qui rit, Metz qui pleure

La cité ducale a été sélectionnée parmi les 12 villes susceptibles d’accueillir des matchs de l’Euro 2016 de football, si ce dernier venait à être organisé en France. Metz a de son côté été éliminé. Rappelons que 14 villes étaient encore en lice. La désignation des 9 villes organisatrices et des 3 suppléantes se fera au plus tard le 15 février 2010. 

Metz n’était pas dans le coup pour la Coupe du monde, il ne le sera malheureusement pas non plus pour l’Euro. Les raisons de ce nouvel échec avaient même été esquissées avant le verdict final. Nancy avait été plus fort dans la bataille de la communication. En effet, Jacques Rousselot, Bernard Désumer et André Rossinot étaient apparus unis au moment de porter leur projet. L’ombre d’un certain Michel Platini, président de l’UEFA, planait également au-dessus du stade Marcel Picot. Quoi qu’il en soit, bravo Nancy, car la Lorraine reste dans la compétition ! A Metz, il est à présent l’heure de régler les comptes. 

Il faut dire c’était déjà plus compliqué dès le départ sur les bords de la Moselle, dans la mesure où il ne s’est jamais vraiment dégagé une réelle osmose autour de cette candidature, ni même une envie commune de voir la ville de Metz choisie pour l’Euro. La municipalité a en effet longtemps ignoré le FC Metz avant une soudaine mais trop tardive prise de conscience. Du grand art digne d’un parfait exercice de démagogie destiné à faire croire aux habitants une quelconque action engagée et surtout de se prémunir en avance de toute colère. De même, le conseil général de la Moselle avait assuré son soutien avec toutefois quelques réserves. Enfin, le FC Metz a souvent observé ces quelques gesticulations d’un peu trop loin. Même si le stade Saint-Symphorien sera bel et bien rénové, la première ville de Lorraine n’a pas été retenue. Le constat, lucide et implacable, est là. 

Il se dit dans les couloirs de la Fédération Française de Football (FFF), qu’il fallait faire un choix entre Metz et Nancy, dans la mesure où Strasbourg, capitale européenne, était pratiquement assuré d’être retenu. Oui mais alors pourquoi pas Metz et Nancy ? Parce que Strasbourg ? La candidature alsacienne, qui prévoit une coûteuse rénovation du stade actuel de La Meinau et non plus la construction aussi utopiste que disproportionnée d’un Eurostaduim, faute de financement suffisant, n’avait alors pas plus de légitimité que celle des deux métropoles lorraines. Elle avait même beaucoup moins de crédibilité. Pourtant, à en croire les propos du président de la FFF, le critère géographique n’a pas été considéré pour établir la sélection. Le même homme a cependant regretté l’absence de villes de l’Ouest. Il faudrait donc savoir, car dans tous les cas, il était inconcevable pour la fédération d’avoir trois villes de l’Est de la France dans la liste des 12 retenues. Néanmoins, il paraît tout-à-fait normal pour cette même entité d’avoir des villes aussi proches que Lens et Lille et que Lyon et Saint-Etienne. Absurde. C’est vraiment n’importe quoi. Car à vrai dire, si Metz avait été la capitale de la Bretagne, la ville aurait sans aucun doute été sélectionnée. Cherchez donc l’erreur ! 

Lire la suiteEuro 2016 : Nancy qui rit, Metz qui pleure

Une convention pour un chantier

Une convention a dernièrement été signée pour 10 ans entre la Demeure historique et l’association du Château Saint-Sixte de Freistroff. L’étrange site emblématique du Pays de Nied est ainsi devenu cette année le dixième monument historique privé à pouvoir bénéficier d’un tel partenariat en vue d’entreprendre d’importants travaux de restauration. Il s’agira ainsi de rénover … Lire la suiteUne convention pour un chantier

Autant de trésors à mettre en valeur …

Metz, ville aux 3 000 ans d’Histoire, est l’une des cités les plus anciennes et les plus riches d’Europe en matière de patrimoine. Au point de ne plus savoir quoi faire de tous ses monuments ! Petit tour d’horizon de ces joyaux en déshérence à remettre an vie. Et, de la tour Camoufle à la Porte des Allemands, en passant par les greniers des Antonins et de Chèvremont, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a du boulot … 

Alors que d’ici un an à peine, le fameux Centre Pompidou-Metz est appelé à devenir le véritable fer de lance du rayonnement culturel messin, nombre de fières bâtisses de la cité ne sont aujourd’hui plus que de belles coquilles vides. A tel point que dans le milieu de la culture, on se demande si au final, Pompidou ne mobiliserait et n’accaparerait pas tous les budgets.

Grenier Chèvremont Metz

Le Grenier de Chèvremont à Metz (Crédits photo : Groupe BLE Lorraine)

Lire la suiteAutant de trésors à mettre en valeur …