Lorraine : la bataille de l’image

Le problème majeur dont souffre la Lorraine est son image. Résoudre ce dernier reviendrait selon nous à solutionner 80 % des maux de notre territoire, que ce soit dans les domaines économiques, industriels, démographiques, sociaux, éducatifs et culturels, comme nous allons à présent le démontrer. C’est pourquoi il est absolument primordial que la Lorraine change son image si elle veut s’inventer un avenir radieux. Depuis leur création en septembre 2008, les BLE s’efforcent de changer cette image en jetant toutes leurs forces dans cette bataille. Une bataille, une guerre même, qu’il faudra mener pendant encore de longues années, mais qu’il est indispensable de remporter. 

La Lorraine souffre en effet d’une image catastrophique dans l’imaginaire populaire, que ce soit chez les Lorrains et les Français, peut-être un peu moins chez les étrangers. Notre province est ainsi bien trop souvent assimilée au noir et au gris de l’industrie sidérurgique, mais aussi à la pluie, à la Sibérie, à la pauvreté et à la misère sociale du fait de la fermeture des mines et de la crise économique traversée. Les Lorrains sont quant à eux jugés tristes, froids, distants, peu accueillant et peu chaleureux et parfois considérés comme de « sales Boches de l’Est ». Bref, ils ne sont que l’archétype même de leur région anthropomorphisée. On croirait franchement que nous cumulons toutes les tares et que nous portions toute la misère du monde. Ce constat, lucide, implacable, certes légèrement exagéré, il ne faut quand même pas avoir fait Polytechnique pour s’en apercevoir et le dresser. Pourtant, à en croire l’étonnement de l’exécutif lorrain et de nos décideurs politiques après les résultats d’une enquête menée pour connaître l’image qu’ont les Lorrains de la Lorraine, on croirait que tous ces clichés tombent subitement du ciel. 

Même s’il serait pour nous aisé de prouver que la Lorraine est un pays aux milles couleurs et aux beautés insoupçonnées et que les Lorrains sont un peuple ô combien chaleureux pour celui qui sait s’y intéresser sans les dévaloriser ni les mépriser, ce n’est pas l’objet de cet article. Si nos lecteurs veulent malgré tout que nous leur démontrons tous ces aspects positifs, qu’ils nous sollicitent, nous y répondrons bien entendu favorablement dans un autre article. Nous allons en effet ici montrer en quoi le changement d’image de la Lorraine serait bénéfique et que c’est une action à mener en priorité. Nous proposerons enfin des moyens et des leviers pour parvenir à ce changement. 

Après avoir dressé rapidement et dans les grandes lignes le portrait et la représentation que se font la majorité de nos concitoyens de la Lorraine, il apparaît évident que la résolution de ce problème, c’est-à-dire le changement d’image de la Lorraine, est la clé de toutes les difficultés que rencontre notre territoire. 

En effet, la mauvaise « réputation » de la Lorraine n’incite pas les investisseurs, les décideurs économiques, les travailleurs, les entrepreneurs et les touristes à se positionner et à venir chez nous, ou du moins cette image fait bien souvent pencher la balance en faveur d’une autre région en cas d’hésitation et de doutes. Bien que notre pays dispose d’infrastructures et de moyens de communication corrects, il convient de mettre en lumière l’impact et l’influence de l’ « aspect psychologique apparent et affectif » dans le critère de décision et de choix. Certes, la Lorraine ne bénéficie pas, de toute évidence, du même taux d’ensoleillement que le Midi-Pyrénées et que le Languedoc-Roussillon. Elle s’apprête pourtant à accueillir la plus importante centrale photovoltaïque de France. Cela dit, l’héliotropisme ne joue pas ce rôle entraînant et déclencheur en Lorraine qui attire personnes, capitaux et investissements. La Lorraine ne jouie pas de ce cercle vertueux. Pourquoi des villes comme Toulouse et Montpellier, et plus généralement le « Sud » et les côtes, sont-elles si dynamiques et accueillent nouveaux arrivants, industries et militaires depuis la réforme des armées orchestrée par le gouvernement français ? De la même manière, pourquoi la Lorraine présente t-elle un tel déficit migratoire, une fuite de ses cerveaux et des personnes qu’elle forme ? Pourquoi a priori, avant de la découvrir, autant de gens, comme par exemple les statisticiens de l’INSEE, rechignent-ils à venir vivre et travailler chez nous ? Enfin, pourquoi de nombreuses personnes étrangères à la Lorraine considèrent comme une punition, un bagne voire même un supplice le fait d’être muter chez nous ? L’héliotropisme et l’image, les deux étant d’une certaine manière liés mais pas indissociables, l’expliquent en grande partie. 

Lire la suiteLorraine : la bataille de l’image

Identité et communication

Nous ne pouvons que nous réjouir de voir fleurir un peu partout et sur divers médias de communication la notion de fierté et d’identité lorraine, que ce soit sur le magazine du département de la Moselle, lors des interviews réalisées dans certains journaux ou encore sur les différentes brochures touristiques. Un changement radical semble donc … Lire la suiteIdentité et communication

Quand les Lorrains rencontrent la Lorraine

Le Conseil Economique et Social (CES) de Lorraine avait commandé il y a quelques mois une grande enquête sur la perception que les Lorrains ont d’eux-mêmes et de leur province. Les premiers résultats viennent tout juste de tomber. Un échantillon représentatif de 670 individus, établi selon la méthode des quotas, a ainsi été passé au crible et auditionné par une équipe de chercheurs. Un second échantillon de 237 personnes, constitué au sein de la société civile, c’est-à-dire des membres d’associations, de syndicats, d’organisations professionnelles ou consulaires par exemple, a été pris en compte lors de 14 tables-rondes. Il ressort de cette étude que les Lorrains se voient avant tout comme des êtres porteurs de valeurs populaires, comme le courage, la solidarité et l’humilité, dont ils se disent fiers. Le Lorrain est en effet emprunt d’humilité, une qualité qui devient vite un défaut en termes d’image. Plusieurs caractéristiques feraient en outre et essentiellement la notoriété de la Lorraine, à savoir, un fruit exceptionnel, la mirabelle, une activité industrielle gigantesque associant l’ombre (la mine) au feu (la sidérurgie), ainsi qu’un magnifique patrimoine architectural symbolisé par un nom, Stanislas. Les Lorrains seraient par ailleurs conscients de leurs forces, à savoir être au cœur de l’Europe et avoir une économie diversifiée, mais également de leurs faiblesses, relatives à des traumatismes persistants, une certaine forme de somnolence faisant référence à des acquis désuets et un amateurisme évident en matière de communication. Les chercheurs ont de plus pu constater une réelle ambivalence des Lorrains, sans cesse tiraillés entre tradition et modernité, ainsi qu’un manque d’estime de soi. Cependant, ils ont également trouvé une vraie dimension de fierté, dans la mesure où 64,9% des Lorrains pensent par exemple qu’il existe une véritable identité lorraine. Ces derniers en ont aussi plus que ras-le-bol des clichés qui les caractérisent et qu’ils réfutent catégoriquement. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer la sidérurgie traînée comme un boulet, un environnement morne, un manque d’attraits visibles et de qualification et une certaine tendance à l’auto flagellation. 58,7 % des Lorrains estiment à juste titre que la question de l’image est essentielle pour susciter des initiatives et surmonter les obstacles. Afin justement de dépasser ces stéréotypes qui leur collent à la peau, les Lorrains en appellent à l’action. Pour eux, il serait grand temps de se retrousser les manches et d’arrêter de se plaindre pour restaurer une bonne fois pour toute l’image du territoire. Ils dénoncent enfin la politique du coup pour coup, portent un jugement sévère sur la bataille des petits chefs et prônent au contraire un projet véritablement collectif. 

Lire la suiteQuand les Lorrains rencontrent la Lorraine

Communiquer encore et toujours …

Les soldes d’hiver ont débuté avec un peu d’avance en Lorraine, Vosges exceptées, qui resteront à l’heure de Paris pour une ouverture le 7 janvier.  Mais encore faudrait-il informer les consommateurs de cette avant première lorraine. C’est en tout cas ce que pense la puissante fédération des commerçants à Metz, avec raison d’ailleurs, car pour … Lire la suiteCommuniquer encore et toujours …