Lorraine : une meilleure attractivité au Nord

L’image d’un Nord lorrain sinistré et dépeuplé est désormais révolue. D’après une étude de l’INSEE de Lorraine, le pôle d’attraction de notre province est aujourd’hui clairement et fortement ancré le long de la frontière luxembourgeoise. Le rapport insiste d’ailleurs sur l’effet d’entraînement du Grand-duché sur le Nord lorrain, comparable à celui exercé par l’Ile-de-France sur … Lire la suiteLorraine : une meilleure attractivité au Nord

La Lorraine : une province de riches ?

L’historien de l’économie Jacques Marseille a dénombré le nombre de foyers fiscaux déclarant plus de 97 500 euros par an. On apprend ainsi dans son étude que la Lorraine est la 3e région de France en nombre de ces foyers. La médaille d’or reviendrait à la commune de Sainte-Marguerite dans les Vosges, où 13 foyers … Lire la suiteLa Lorraine : une province de riches ?

Une reconversion à réussir

Il est bien difficile aujourd’hui de retrouver la trace d’une quelconque exploitation minière sur le carreau d’Amermont. En effet, tout ou presque a disparu. Ne subsiste à l’heure actuelle que l’entreprise SLTS (Société Lorraine de Traitement de Surfaces) spécialisée dans le zingage électrolytique et la peinture industrielle ainsi que le magasin ED malheureusement désaffecté. Pour … Lire la suiteUne reconversion à réussir

Metz : les coteaux de la Seille comme 1er éco-quartier de la ville

Plus de 1600 nouveaux logements vont prochainement être construits dans le quartier de Queuleu, dans le prolongement naturel du Parc de la Seille et du quartier de l’Amphithéâtre. 30 hectares seront ainsi urbanisés dans une démarche de développement durable mettant en valeur les atouts du site, comme la magnifique vue plongeante sur le centre-ville et … Lire la suiteMetz : les coteaux de la Seille comme 1er éco-quartier de la ville

Lorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

La Lorraine et le Luxembourg ont apparemment tout à gagner à se rapprocher. Pourtant des deux côtés de la frontière, de nombreuses réticences s’élèvent. Rien ne bouge, ou presque…

Il est bien vrai que mis à part les quelques avancées, significatives tout de même, dans le domaine des transports, avec l’adoption d’un Schéma de Mobilité Transfrontalière, des projets de routes (contournement d’Autun, liaisons vers Belval) ou encore certains engagements en faveur du rail, les relations entre les Grand et ancien Duchés sont plutôt frileuses. Loin de l’image d’une guerre froide, le rapprochement semble plus se faire par défaut que par consentement mutuel. La Lorraine ne voulant pas à juste titre se révéler être l’ «esclave » économique du Luxembourg ou en tout cas en être trop dépendante, comme l’est actuellement la Malaisie pour Singapour. Cela dit, pour certains décideurs, il convient d’en finir avec certains clichés, comme le sentiment largement partagé du côté lorrain, que la seule motivation des frontaliers désireux de travailler au Luxembourg serait d’ordre financier. On s’est aujourd’hui que c’est faux. En effet, beaucoup de cadres et de jeunes diplômés y voient de formidables opportunités de carrière. Certes, mais l’un dans l’autre, salaires et carrières font la paire. Ce phénomène ne concerne en outre pas uniquement les banques comme le voudrait l’adage populaire, mais touche aussi les services et les commerces.

Lire la suiteLorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

Extension de la zone d’activités de Mondelange : nouvelles embauches en perspective

16 000 mètres carrés de cellules commerciales à terme et 10 000 dès cette année vont en effet sortir de terre sur le site de la « Sente » à Mondelange, ce qui représente une cinquantaine d’emplois à pourvoir. Une excellente nouvelle pour la commune, dans la mesure où, en général, sur ce type d’implantation, 90% des emplois créés … Lire la suiteExtension de la zone d’activités de Mondelange : nouvelles embauches en perspective

Une filière à mettre en valeur

L’industrie agroalimentaire lorraine pèse plus d’un milliard d’euros à l’export. Pourtant, malgré des chiffres impressionnants, elle reste sous-valorisée et souffre, à l’instar de notre territoire, d’un déficit d’image. Une situation à laquelle il convient de remédier en suscitant un véritable réflexe de consommation lorraine. Ainsi, près de 95% de la production de Munster est lorraine. … Lire la suiteUne filière à mettre en valeur

Transports dans le Grand Nancy : les idées avancent

Depuis la parution d’un précédent article sur les transports, notamment ferroviaires, autour et dans l’agglomération nancéienne, les choses ont quelques peu avancées. En effet, le bassin de la cité ducale devrait bénéficier d’un ambitieux programme d’investissements portant principalement, comme nous l’avions laissé sous-entendre, sur le réseau de transports ferroviaires. Ce programme passera par l’acquisition de nouvelles rames, des travaux de désaturation des nœuds ferroviaires de Nancy-Frouard et Nancy-Jarville, ainsi que de la mise en place de billettique « SimpliCités » et d’une nouvelle tarification incitant à la mobilité par le Métrolor.

De même, une amélioration de l’accès aux gares SNCF par le réseau de transport urbain sera mise en œuvre, en termes de rabattement de dessertes STAN, afin de faciliter les correspondances d’un mode à l’autre, d’information coordonnée, pour proposer des renseignements pratiques et de billettique intégrée. 
Parallèlement à ces opérations, de nouvelles haltes SNCF seront implantées sur l’actuelle ligne entre Pont Saint Vincent et la gare centrale de Nancy, notamment à Vandoeuvre, Heillecourt, ou encore au niveau de l’Hôpital Central, en complément des gares existantes, dans le but de compléter le maillage ferroviaire et de proposer de nouveaux points d’accès au réseau Métrolor sur l’entrée Sud de Nancy où 45000 véhicules sont actuellement comptabilisés par jour. Dans ce cadre, l’aménagement de pôles d’échanges de proximité sera recherché aux abords des gares, notamment par la création de parking-relais, de solutions pour les modes doux, c’est-à-dire marche à pied et 2 roues, et d’espaces de desserte systématique des sites concernés par les transports STAN. 

Lire la suiteTransports dans le Grand Nancy : les idées avancent

Nouvel investissement chez ArcelorMittal Florange

ArcelorMittal va investir 55 millions d’euros dans 18 moteurs à gaz sur le site d’Ebange afin de valoriser ses gaz de haut fourneau et de cokerie et d’anticiper l’arrêt prématuré de la centrale thermique EDF de Richemont au 31 décembre 2010 en raison d’une grosse panne sur la turbine principale. Cette dernière brûlait en effet … Lire la suiteNouvel investissement chez ArcelorMittal Florange

Le photovoltaïque comme voie de reconversion ?

Total Petrochimicals, en collaboration avec son partenaire GDF-Suez, envisage d’implanter une unité de fabrication de plaquettes de silicium photovoltaïques, c’est-à-dire de plaques permettant de transformer de l’énergie solaire en énergie électrique, le tout pour un investissement de 70 millions d’euros. L’usine, qui pourrait démarrer dès la fin 2010, serait construite à quelques kilomètres de la … Lire la suiteLe photovoltaïque comme voie de reconversion ?

Le dégraissage se poursuit à Carling

Le démantèlement de l’activité chimie lourde opéré par le puissant groupe Total Petrochimicals, qui n’en finit pourtant plus de battre des records de bénéfices, se poursuit en Lorraine, avec la fermeture de nouveaux ateliers sur la plateforme est-mosellane de Carling Saint-Avold. Il devient de plus en plus évident que Total n’a plus vocation à maintenir son activité chimique sur ce site, dans la mesure où il préfère privilégier ses sites portuaires avec raffinerie. Une nouvelle ligne de production de polyéthylène sera supprimée d’ici la fin de l’année. Résultat des courses : 64 emplois de moins. L’atelier clarificateur, c’est-à-dire en charge de la purification des coupes de pétrole, subira malheureusement le même sort au second trimestre 2010, tout comme une ligne de traitement des essences. Ainsi, les coups durs s’accumulent sur la plateforme de Carling et sur l’ensemble de la filière en Lorraine. En effet, une première vague de restructurations avait déjà été décidée en 2006 avec la fermeture d’un vapocraqueur et de la production de styrène. Cela avait engendré la suppression de 243 emplois. Mais d’autres nuages plus menaçants encore planent sur Carling. Beaucoup de personnels pensent que le dernier vapocraqueur de la centrale ne sera pas maintenu au-delà de 2015. D’ici là, il ne restera plus que la production de polystyrène, avec un atelier pouvant fonctionner de manière isolée et en toute autonomie. Aujourd’hui, 780 personnes travaillent encore pour Total sur le site est-mosellan. Avec les sous-traitants, ce sont plus de 2000 emplois qui dépendent de cette activité chimique !

Lire la suiteLe dégraissage se poursuit à Carling

Bientôt un nouveau site de production d’électricité en Lorraine ?

Le fournisseur d’électricité Direct Energie projette d’investir entre 550 et 600 millions d’euros dans une unité de production fonctionnant au gaz naturel qui devrait employer une cinquantaine de personnes et en créer cinquante autres de manière indirecte à Sarreguemines. Un nombre au final peu élevé compte tenu de l’investissement engagé du fait de la haute … Lire la suiteBientôt un nouveau site de production d’électricité en Lorraine ?

Une usine à neige pour se prémunir des saisons difficiles ?

Malgré une saison 2008-2009 historique et afin de ne plus connaître les affres des deux saisons précédentes, la station de ski de Gérardmer, reprise récemment en régie municipale, veut développer la neige de culture. Un nouvel investissement dans une usine à neige est désormais à l’ordre du jour. La station vosgienne poursuit son développement, comme … Lire la suiteUne usine à neige pour se prémunir des saisons difficiles ?

Une lueur d’espoir pour la sidérurgie lorraine

L’usine d’ArcelorMittal à Florange, dont l’un des deux hauts-fourneaux est actuellement à l’arrêt, devrait bénéficier d’un investissement de 300 à 400 millions d’euros à l’horizon 2014 dans le cadre d’un projet européen de modernisation de la sidérurgie. Florange pourrait ainsi devenir le site pilote dans la lutte contre les émissions de C02. Ceci constitue en tout cas une formidable opportunité pour la Lorraine. Le projet, baptisé Ulcos, est mené par un consortium de sidérurgistes européens (Estep). Il comporte une première phase de test qui se déroulera en 2010-2014 sur le site d’Eisenhüttenstadt, un haut fourneau de taille moyenne dArcelorMittal en Allemagne. La deuxième phase concerne Florange, avec la mise en service d’un démonstrateur industriel au cours de la période 2011-2015. Un nouveau procédé de fusion de la fonte qui permet de réduire de 50 % les émissions de CO2 sera développé. Il sera associé au captage et à l’enfouissement du CO2 en Lorraine. Une première mondiale pour la sidérurgie. Une fois la technique validée à Eisenhüttenstadt, le pilote industriel du projet complet sera lancé à Florange, avec recyclage des gaz et capture du CO2, qui sera ensuite enfoui en souterrain. Ce projet de captage avait été évoqué il y a un an, dans le cadre des mesures de pérennisation de l’activité d’ArcelorMittal en Lorraine suite à l’annonce de la fermeture partielle du site de Gandrange. Ce projet représente l’avenir de la sidérurgie dans un contexte de lutte contre le changement climatique. Les syndicats d’ArcelorMittal ont récemment indiqué que les études géologiques avaient conclu à la faisabilité du projet. 

Lire la suiteUne lueur d’espoir pour la sidérurgie lorraine

Biogaz : une initiative lorraine

La première installation agricole de biogaz de France a vu le jour en 2003 en Lorraine. Qui plus est, fabriquer du biogaz naturel à partir du lisier et autres effluents agricoles s’avère rentable financièrement parlant pour cette exploitation de Migneville, près de Blâmont, pionnière et innovante en matière de méthanisation.  Aujourd’hui la fabrique de biogaz … Lire la suiteBiogaz : une initiative lorraine

Agglomération de Metz : quatre zones pour changer la donne

Quatre zones d’activités sont actuellement en cours  d’aménagement sur le banc de la Communauté d’Agglomération de Metz-Métropole (CA2M). C’est sur elles que mise la CA2M pour satisfaire l’ensemble de la demande foncière et offrir à Metz une véritable dimension européenne par la construction d’un projet urbain cohérent mettant en évidence les infrastructures économiques et culturelles de la cité, le tout dans un souci de complémentarité.

La première de celles-ci se trouve dans le quartier de l’Amphithéâtre, à proximité immédiate de la gare de Metz. C’est là que se construit le Centre Pompidou Metz, qui attend la livraison de ses 8 000 mètres carrés de toiture prévue pour cet été. Pendant ce temps, les abords du Centre vont progressivement être aménagés. Ainsi, après l’ouverture du parking de 700 places, ce sont les travaux du parvis et des jardins qui vont débuter au printemps avec pour principal objectif la mise en scène du Centre Pompidou Metz. Bientôt, un centre des Congrès, peut-être une médiathèque et des ensembles d’immeubles bâtis selon le principe de la mixité urbaine sortiront de terre. 96 000 mètres carrés d’activités vont être commercialisés au fil des années. Parallèlement, la ville poursuit son travail avec les opérateurs sur les premiers îlots de la ZAC, dans l’optique de réaliser un ensemble cohérent de bureaux, commerces et logements. De très nombreuses grandes entreprises ont déjà fait part de leur désir d’y installer leurs sièges ou leurs directions régionales et de profiter de ce cadre de travail exceptionnel, dans lequel la démarche environnementale est omniprésente. Enfin, notons que la future Avenue de la Seille, qui assurera la connexion du quartier aux principaux axes routiers, va être prochainement mise en chantier.

Lire la suiteAgglomération de Metz : quatre zones pour changer la donne

La Smart ne connaît pas la crise !

Longtemps décriée et décrite comme vouée à l’agonie au moment où l’usine tournait à 10% à peine de ses capacités, la petite citadine produite à Hambach n’a jamais aussi bien marché. Dernièrement, les 1200 salariés du site travaillaient même en heures supplémentaires ! Un comble en pleine crise, notamment pour le secteur de l’automobile. L’ouverture de … Lire la suiteLa Smart ne connaît pas la crise !

Marly : aménagements urbains en vue

La commune du sud de l’agglomération messine a plusieurs projets dans ses cartons : celui de la création d’une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) devant urbaniser le secteur du stade Paul Joly. L’ancien stade Jeanne d’Arc d’une superficie de 3,1 hectares doit être lui aussi urbanisé avec la construction de logements de type seniorial. Concernant le premier … Lire la suiteMarly : aménagements urbains en vue

La bombe à retardement foncière

Dans un contexte économique plus que morose, les conséquences des restructurations militaires pourraient être dramatiques pour Metz, du fait de l’immense offre foncière qui va en découler. En effet, selon un rapport municipal sur l’état et l’utilisation de la surface du ban communal de Metz, cette disponibilité massive de terrains et de bâtiments militaires, qui dans bon nombre de cas tiendrait plus de l’atout que du handicap, puisqu’il suffit souvent de gérer l’arrivée des terrains sur le marché, va poser de sérieuses questions à ville au niveau de l’entretient et de la reconversion de ces futures friches. Avec pour risque évident de submerger le marché, mais aussi d’ôter les moyens nécessaires à une politique d’équipement et d’urbanisation raisonnée. Il convient donc de réfléchir à une plus large échelle spatio-temporelle. Et si une partie des militaires pouvaient rester sur place, cela arrangerait bien les affaires de la municipalité. Mais encore faut-il se donner les moyens de ses ambitions.

Lire la suiteLa bombe à retardement foncière

La reconquête du rail

La desserte urbaine de la cité ducale passerait-elle par le rail ? Oui, à en croire les responsables locaux. La création de haltes TER flanquées de parkings-relais apparaît de plus en plus plausible. Ces derniers permettraient ainsi aux usagés de se retrouver facilement en gare de Nancy, mais aussi à Vandoeuvre, Heillecourt, Jarville ou quai de … Lire la suiteLa reconquête du rail

Les 20 ans du WTC de Metz

Le World Trade Center de Metz-Saabrücken vient tout juste de souffler sa vingtième bougie. Cela nous offre l’occasion de vous faire découvrir un établissement encore relativement méconnu du grand public. Ainsi, un World Trade Center (WTC), comme celui du Technopole de Metz, rend avant tout de nombreux services aux entreprises, en mettant par exemple à … Lire la suiteLes 20 ans du WTC de Metz

Restructurations militaires : Dieuze et la Moselle sacrifiés

Le premier magistrat de Dieuze, Fernand Lormand, dresse un constat amer et lucide sur le sort de sa commune après les restructurations militaires et la perte du 13ème régiment de dragons parachutistes. Cela dit, le maire salue la stratégie de ses confrères du Bitcherland: «Ils ont eu l’idée géniale de vouloir rendre la Légion d’honneur, … Lire la suiteRestructurations militaires : Dieuze et la Moselle sacrifiés

Aménagement routier : la VR52 est une nécessité

La voie rapide 52, notamment entre l’A30 et l’A4, s’impose aujourd’hui comme l’un des aménagements structurants prioritaires pour notre province. Celle-ci est indispensable afin de faciliter l’accès du sillon mosellan et la bonne desserte des vallées de l’Orne et de la Fensch, du plateau lorrain et des Côtes de Moselle. Elle doit indiscutablement contribuer à … Lire la suiteAménagement routier : la VR52 est une nécessité

Metz : quels arguments pour augmenter les impôts ?

La municipalité messine a récemment voté une hausse de 5,5% des impôts locaux. Ceci devait générer une recette supplémentaire de près de 2,4 millions d’euros. Le maire avance plusieurs arguments plus ou moins recevables pour justifier une telle décision.

D’une part, la ville va devoir prendre en charge le transfert de compétences de l’Etat français, comme la mise en place du passeport biométrique, le logement dans les foyers, le périscolaire du samedi, diverses missions locales non identifiées, les objets trouvés ou encore la maison de la justice et du droit. Paris a également décidé de geler les subventions à certaines associations et de ne plus participer à l’acquisition des collections des bibliothèques publiques. Metz craint en outre de voir baisser la dotation globale de fonctionnement accordée et calculée au regard du recensement de la population. Or celle-ci diminuerait. A démontrer tout de même avant les restructurations militaires.

D’autre part, la municipalité avait cédé en 2007 15% des parts de l’Usine d’Electricité de Metz (UEM), devenue depuis peu société d’économie mixte. Cette vente, qui rapporta 45 millions d’euros, ne compensera pas bien longtemps les 12 millions d’euros environ que l’UEM versait chaque année à la ville. De plus, pour 2009, les dividendes ne devraient pas excéder les 8,5 millions d’euros. Mais c’est également sans compter le fait que Metz devra désormais payer sa facture d’électricité, qui devrait s’élever à 2,3 millions d’euros.

Lire la suiteMetz : quels arguments pour augmenter les impôts ?

Désenclaver la Lorraine ferroviaire vers le Sud

6 heures pour un Metz-Lyon, plus de deux pour gagner Belfort à partir de Nancy. La logique implacable de ces chiffres véritablement aberrants a poussé le Conseil Economique et Social (CES) de Lorraine à soumettre un rapport à la mission Blanc, destinée à la redynamisation du Grand Est suite aux terribles restructurations militaires. Pour cela, … Lire la suiteDésenclaver la Lorraine ferroviaire vers le Sud

Metz : un nouveau stade, oui, mais où ?

Dans le projet de nouveau stade, l’option des terrains militaires de la base aérienne de Frescaty est considérée aujourd’hui comme la plus pertinente. Même si d’autres possibilités subsistent, notamment sur les terrains bientôt abandonnés par le 2ème Régiment du Génie … 
Le FC Metz disposera-t-il d’un nouveau stade dans quelques années? C’est en effet la question que se pose depuis maintenant des mois et des mois de nombreux Messins sans que personne ne puisse véritablement y répondre. Car le projet de stade est encore et toujours au stade du projet. Pourtant, Metz se voit dans la peau d’un candidat à l’Euro 2016, au même titre que Nancy ou Strasbourg. 
Du côté de la ville de Metz, si la perspective d’agrandir le stade Saint-Symphorien n’a pas été complètement écartée, la tendance est tout de même largement à la construction d’une nouvelle enceinte. Une manière de rentabiliser les deux tribunes, Est et Ouest, construites il y a quelques années à peine, en ces temps de crise. Metz ou comment jeter l’argent par les fenêtres. Car il est bien vrai que le pétrole coule à flot par ici. Ainsi, abandonner le mythique Stade Saint-Symphorien, mais pour en faire quoi ensuite ? C’est toute la perplexité d’un autre débat qui en laisse déjà plus d’un dubitatif… 

Lire la suiteMetz : un nouveau stade, oui, mais où ?

Chimie menacée: la Lorraine demande à Paris de faire flancher Total

La Lorraine souhaite explicitement l’intervention du chef de l’Etat français afin de convaincre Total de renoncer à fermer le vapocraqueur numéro 2 à Carling. En effet, une telle décision pèserait lourd sur l’avenir de la chimie dans notre province. Rappelons qu’un vapocraqueur est une unité servant à fabriquer de l’éthylène et du propylène, deux produits … Lire la suiteChimie menacée: la Lorraine demande à Paris de faire flancher Total

BA 128 : un site à reconvertir

La Communauté d’Agglomération de Metz Métropole (CA2M) envisage de reconvertir le site de la base aérienne 128 via un projet du type « EcoCités », qui pourrait être soutenu par le gouvernement français. Un tel plan s’adresse plus particulièrement aux agglomérations de plus de 100 000 habitants ayant une ambition de développement urbain remarquable. La volonté de la … Lire la suiteBA 128 : un site à reconvertir

Morts aux champs, mais sans honneur

En récupérant un bataillon à la place de son régiment, le Pays de Bitche limite la casse. Pourtant il n’y a rien d’exceptionnel même si on peut naturellement s’en réjouir. Les élus du Bitcherland ont (tout simplement) assumé les responsabilités que leurs concitoyens leurs avaient données. Ce qui est tout à leur honneur. Mais cette mesure de sauvetage, qui provoque une cuisante déception dans les autres villes de garnison désertées, accentue la colère en Lorraine, de Metz à Commercy, en passant par Dieuze. Ces autres élus, qui n’ont rien fait ou presque ; en effet le maire de Dieuze a fait ce qu’il a pu, sans aucun soutient ; n’ont franchement pas de quoi pavoiser. Que la honte d’avoir perdu sans même combattre repose sur eux… 
Une seule ville de garnison sera finalement épargnée : Bitche, qui récupère les 1 200 hommes du 16ème bataillon de chasseurs, en provenance de Saarburg en Rhénanie-Palatinat. La ville, par l’intermédiaire de ses habitants et de ses élus mérite vraiment sa légion d’honneur, qu’elle menaçait d’ailleurs de restituer. Comme quoi, on se retroussant les manches et en agissant avec efficacité, on arrive à forcer le destin et à changer les choses. Une ville sauvée sur toute la panoplie des communes assiégées. C’est bien là le triste résultat de cette nouvelle campagne française en Lorraine. Si, bien entendue ces restructurations militaires défient souvent toute logique, certains des élus lorrains, directement ou indirectement concernés par ce tsunami, ont une grande part de responsabilité dans cette affaire. Justement, le plus grand reproche que l’on puisse leur faire, c’est de ne pas s’être battus, de s’être suspendus par naïveté ou crédulité à des promesses complètement illusoires pour ne pas déranger leur quiétude et devoir agir. Bref, tout simplement de ne pas avoir pris leurs responsabilités. Ils auraient au moins pu dénoncer l’absurdité et le réel non sens des mesures prises qui, au lieu d’économiser les deniers publics, vont au contraire les épuiser un peu plus. En effet,  Paris ne s’était jamais engagé à remplacer chacune des unités supprimées ou déplacées. Même si le chef de l’Etat français avait tout de même annoncé aux élus que deux régiments nouveaux viendraient amoindrir le choc, on pouvait très bien se doutait que cette annonce n’avait pas d’autre but que d’inhiber toute forme d’action qui lui aurait été préjudiciable. Et bien entendu, tout le monde a gobé à l’hameçon. Le maire de Metz le premier. Il est maintenant clair que cette promesse ne sera pas mieux tenue que celle de Gandrange, qui constituait quand même un sérieux antécédent pouvant nuire à la sacro-sainte crédibilité du président français. Car le lot de consolation sera partagé en deux, ­ le bataillon franco-allemand pour Illkirch-Graffenstaden en Alsace, et le 16ème BC pour Bitche. Du coup, Metz, Dieuze et Commercy se considèrent comme les grands perdants de ce jeu de quilles, après avoir espéré, avec plus ou moins de conviction, bénéficier de la promesse présidentielle. Mais quand on s’en remet à espérer, on oublie bien souvent d’agir. Et voilà, ce qui devait arriver arriva. Chapeau bas ! 

Lire la suiteMorts aux champs, mais sans honneur

La Lorraine commence à s’imposer comme une véritable destination touristique

Tel est l’enseignement du bilan de la dernière saison touristique. C’est également ce qu’affirment les professionnels du secteur, ravis de voir la Lorraine tenir le choc en 2008, même si les chiffres ne sont, à première vue, pas exceptionnels. Mais au moment où beaucoup de régions françaises présentent un bilan catastrophique, notre belle province tire … Lire la suiteLa Lorraine commence à s’imposer comme une véritable destination touristique

15 millions d'euros pour un "lycée vert"

La Lorraine a annoncé qu’elle allait investir 15 millions d’euros dans la construction d’ateliers « basse consommation » au lycée des métiers du bâtiment de Laxou. Cette opération constitue une première en France. Rappelons qu’avec ses filières en génies thermique et civil, le lycée de Laxou forme aux métiers du développement durable. Ces nouveaux ateliers seront équipés … Lire la suite15 millions d'euros pour un "lycée vert"

Compensations des restructurations militaires : Metz dans le flou artistique

Sur les 1500 fonctionnaires promis par le chef d’Etat français à Metz, à peine 1030 seraient à l’heure actuelle envisagés. Si certains transferts semblent aujourd’hui définitivement acquis, d’autres sont probables ou à peine évoqués. Ainsi, un pôle interministériel de la statistique publique sera bien crée à Metz. Mais au lieu des 1000 agents initialement prévus, … Lire la suiteCompensations des restructurations militaires : Metz dans le flou artistique

Projet de tourisme vert : Création de 200 emplois directs à Schorbach

Après l’annonce de l’arrivée d’un bataillon allemand dans le cadre des compensations des restructurations militaires, le Pays de Bitche revit et respire encore un peu plus avec l’annonce de ce projet touristique. En effet, OVA, holding suisse, est prête à investir 45 millions d’euros pour créer un parc de 180 jardins à Schorbach. La zone devrait générer 700 emplois, dont 200 directs. Plus de 300 000 visiteurs sont attendus chaque année. Un projet séduisant, impressionnant même… 

A l’origine, l’entreprise cherchait à s’installer en Allemagne, et plus précisément à Zweibrücken. Mais à la frontière, l’espace commence à manquer. En effet, des zones sont réservées à l’agrandissement de l’aéroport et du centre commercial Designer Outlets. Seuls trente hectares étaient encore disponibles. Mais OVA en a besoin de quatre-vingt-dix… Heureusement pour le Bitcherland, qui lui, ne manque pas d’espace ! Et c’est à ce moment que tous les regards se sont portés sur Schorbach. Cette commune de 600 âmes est située à seulement dix minutes de l’aéroport, au croisement de la RD 35 vers Zweibrücken, récemment rénovée, et de la RD 62, entre Bitche et Sarreguemines. Bref, vous l’aurez compris, une position idéale.

Lire la suiteProjet de tourisme vert : Création de 200 emplois directs à Schorbach

Projet Lafayette à Metz : en route vers les nanotechnologies !

Le projet Lafayette a pour objectif de créer un centre de recherche sur les nanotechnologies et l’optoélectronique. Il devrait être piloté par l’antenne messine de Georgia Tech en collaboration avec d’autres partenaires comme Supelec, l’ENIM (Ecole Nationale d’Ingénieur de Metz) et l’Institut Jean Lamour. Il s’agirait de la première structure de ce genre en France. … Lire la suiteProjet Lafayette à Metz : en route vers les nanotechnologies !

150 millions d’euros pour relancer la Lorraine

Notre province devrait bénéficier de 150 millions d’euros cette année pour financer ses projets. C’est en tout cas ce qu’a présenté le premier ministre français afin de relancer l’économie dans ce contexte de crise. Insuffisant. La Lorraine aurait mérité plus. Près de deux tiers des investissements concerneront des infrastructures de transport.

L’objectif clairement avoué de ce plan de relance est de donner rapidement du travail aux entreprises. Il s’agit ainsi d’accélérer des projets techniquement prêts et dont les travaux auraient débuté dans un délai d’une à deux années, compte-tenu des pesanteurs administratives et politiques. Et particulièrement en Lorraine. L’Etat français a décidé d’investir 4 milliards d’euros au niveau national dans ce processus d’accélération de chantiers. L’enveloppe octroyée à la Lorraine s’élève à 150 millions d’euros, ce qui apparaît bien maigre, malgré les 306 millions d’euros d’investissements publics annuels.

Lire la suite150 millions d’euros pour relancer la Lorraine

Demain la Lorraine …

De quoi sera faite notre si belle province dans dix, quinze, vingt, voire trente ans ? Faut-il s’attendre à des bouleversements ou autres changements majeurs dans notre économie ? Quelles seront nos forces et nos faiblesses dans le futur ? Enfin, dans quelle logique de développement s’inscrira la Lorraine de demain ? C’est ce à quoi nous allons tenter de répondre en nous basant sur les idées que l’on peut entendre de par chez nous. 

Fortement bousculée par le contexte de crise internationale, d’autant plus fragilisée par des restructurations militaires aussi iniques que scandaleuses, la Lorraine n’en finit plus de devoir franchir des obstacles pour définitivement se relever et tourner la page de la fermeture des mines et de la sidérurgie, qui ont un temps fait sa richesse et sa prospérité. Quoi qu’il en soit, il apparaît désormais de plus  en plus crédible et certain que l’avenir de la Lorraine dépend intimement de la métropole Metz-Nancy. C’est pour cela qu’il convient d’organiser stratégiquement et urbanistiquement l’espace central, en prenant pour pivot Pont-à-Mousson. Un tel ensemble représenterait alors un poids de 800 000 personnes, sans compter les 300 000 autres du côté de Thionville et du sillon nord meurthe-et-mosellan. Car il est important dans le jeu de la concurrence internationale de disposer d’un solide réservoir d’Emplois Métropolitains Supérieurs et d’une offre culturelle et de recherche vaste et ambitieuse. En s’unissant, les deux villes proposeraient en outre chacune leur propre qualité de vie et leur attractivité respective. En effet, quand on revient à la réalité lorraine, on constate qu’il y a un peu de tout de chaque côté. Il y a un phénomène de métropolisation, une offre lorraine, mais qui ne se perçoit absolument pas  de l’extérieur. Cela dit, le principal problème de la relation Metz-Nancy, c’est cette incapacité chronique à définir des points convergents. Pour faire simple, une fois que l’Etat français a dit qu’il apporterait son soutient (ce qui est rarement le cas), on rééquilibrera. Au lieu de cela, les Lorrains exigent d’abord un rééquilibrage avant de combler les vides. Si Nancy a des atouts exceptionnels, autour de l’université et de la recherche notamment, ils sont insuffisants pour lui permettre de rayonner sur l’échiquier international sans Metz, et vice versa. Les Lorrains éprouvent également de grandes difficultés à se situer clairement face aux projets de développement des Luxembourgeois. D’ailleurs, nous n’avons quasiment jamais discuté d’une manière sereine et unie avec eux. La division des Lorrains les conduits à surestimer l’impact du Luxembourg. Certes, il y a beaucoup d’argent sur cette place financière. Mais comment s’en sortira-t-elle de cette crise ? Ce sont les frontaliers qui trinqueront en premier. Ce constat est d’autant plus dommageable que beaucoup d’entreprises en ont marre de la région parisienne. Alors qu’ici, en Lorraine, nous disposons d’un foncier équipé et disponible au cœur d’un éco-urbanisme. 

Lire la suiteDemain la Lorraine …

Tourisme : la Moselle, un territoire émergent ?

C’est en effet le constat que tirent les professionnels du tourisme du département lorrain. Certains d’entre eux sont d’ailleurs regroupés au sein du réseau « Grands Sites de Moselle ».  Il s’agit d’une filière professionnelle créée il y a cinq ans et animée par le comité départemental du tourisme. Elle rassemble des lieux touristiques payants, engagés dans une démarche qualité concernant l’accueil des visiteurs et bénéficiant en contrepartie d’un réseau fiable de diffusion de la documentation et d’un plan d’actions de promotion. Ces acteurs peuvent en outre échanger leurs expériences. Le réseau comprend actuellement dix-huit sites, ce qui représente 800 000 visiteurs. Trois autres ont cependant fait connaître leur candidature : le musée du cristal de Saint-Louis, le parc du haut fourneau U4 à Uckange et le rocher de Dabo.Afin d’attirer les visiteurs, les sites ont compris qu’il fallait qu’ils se renouvellent constamment. Car la Moselle ne bénéficie malheureusement pas (encore) d’une image touristique très positive. Le grand vivier de touristes du département provient de la Grande Région. L’événementiel permet de les faire revenir. C’est par exemple ce qu’il s’est passé à Bliesbruck avec l’exposition sur Pompei. La qualité de l’accueil constitue le second pilier. C’est sur quoi insistent les professionnels du tourisme mosellans tout en essayant de proposer des prix attractifs. 

Lire la suiteTourisme : la Moselle, un territoire émergent ?

Visite de la ministre française de la santé en Moselle : micmac en vue

Décidément les représentants français n’ont pas le vent en poupe en Lorraine. Après le comité d’accueil, disons le très minéral, réservé à Hubert Falco à Bitche et celui prévu si le président français avait le courage de revenir s’expliquer à Gandrange, Roselyne Bachelot n’a dernièrement pas échappé à cet enthousiasme en étant copieusement sifflée par nombre de manifestants, encadrés par une force policière aussi impressionnante que disproportionnée, à son arrivée sur le site du nouvel hôpital public de Sarreguemines, qu’elle a par la suite inauguré. Et il n’est pas difficile d’en comprendre les raisons. La dégradation systémique des conditions de travail dans le monde hospitalier est passée par là. D’autant plus que la loi dite Bachelot devrait encore aggraver l’offre de soins en donnant plus de poids à la logique lucrative de la santé. Ainsi à Metz par exemple, la fatigue physique et psychologique des personnels ou encore le parking payant aux abords de l’hôpital Bon Secours, ou encore la non reconnaissance des diplômes et le danger des restructurations rapides sont largement sous-estimés. De même, une autre source de mécontentement provient de la décision française de refuser de financer les 25% promis du projet de regroupement des hôpitaux privés de Metz (Hôpital Robert Schuman) à Vantoux-Nouilly. Selon la ministre de Paris, la France n’aurait pas « refusé », mais simplement demandé des informations complémentaires avant de s’engager. Mais bien sûr. On essaye ainsi vraiment de prendre les Lorrains pour des poires. Ils ne sont pas dupes. La ministre, tout en continuant de s’enfoncer dans ses justifications, voudrait par ailleurs, s’assurer que l’offre de soins entre les projets du Centre Hospitalier Régional et les établissements privés à but non lucratif est bien complémentaire. Elle attendrait donc de nouvelles conclusions de ses « experts » pour le mois de juin. Une manière habile de calmer les esprits et de gagner du temps afin de prendre ses responsabilités plus tard, ou jamais.

Lire la suiteVisite de la ministre française de la santé en Moselle : micmac en vue

Toujours plus près de Stan…

Les Nancéiens pourront bientôt connaître à la minute près l’heure d’arrivée de leur tram en consultant leur téléphone portable.  Dans la cité ducale, tout est fait pour simplifier la vie des voyageurs. En effet, la Communauté Urbaine du Grand Nancy (CUGN) saisit l’opportunité que constitue l’amélioration apportée au Système d’Aide à l’Exploitation (SAE) qui permet … Lire la suiteToujours plus près de Stan…

Metz : le grand chantier des transports

Après le Centre-Pompidou et l’aménagement du quartier de l’Amphithéâtre, c’est l’autre grand projet de la ville en ce début de millénaire, qui va faire de Metz pendant les cinq prochaines années un véritable chantier à ciel ouvert. Le tout, pour la modique somme de 146 millions d’euros. Des dizaines de rues et de routes vont être complètement reconfigurées. Les habitants de l’agglomération messine vont donc subir de longs mois de travaux. Une fois que ces derniers seront achevés, les Messins devront considérablement modifier leurs habitudes de circulation. Cependant, les projets similaires menés dans d’autres agglomérations ont été toujours été immédiatement des succès commerciaux.

Mais pourquoi un tel remue-ménage ? Déjà pour en finir de remporter chaque année le triste trophée de la ville où les transports en commun circulent à la plus faible vitesse commerciale, en moyenne 17 km/h. Ensuite, pour rendre ces derniers plus attractifs. Dans cette optique, la municipalité a décidé de mettre en œuvre un Transport en Commun en Site Propre (ou TCSP) sur 17,8 kilomètres reliant Woippy à Mercy, de réaliser cinq axes aménagés sur 8 kilomètres et de construire trois parcs relais gratuits de 250 à 500 places à Fort-Moselle, Woippy et la Grange-aux-Bois, à partir desquels les voyageurs pendulaires pourront prendre le bus. Ce sont des bus à haut niveau de service (BHNS), autrement dit des bus modernes, confortables, peu polluants, accessibles à tous et esthétiques qui circuleront sur ces nouveaux axes et transporteront en moyenne 25 000 personnes par jour. La réorganisation du réseau actuel et le développement de l’intermodalité, qui combine différents modes de transport (bus et car interurbain, ou bus et train) sont également programmés. Ainsi, à l’horizon 2013, les habitants pourront prendre un  bus toutes les 6 minutes, voire même toutes les trois minutes sur la section centrale. Le TCSP, c’est donc plus de rapidité, de régularité, de ponctualité et d’accessibilité.  D’où l’appellation en site propre, qui signifie que les bus auront des voies réservées et libérées de la circulation automobile.

Lire la suiteMetz : le grand chantier des transports

L’aéroport de Zweibrücken, source de développement transfrontalier pour le Pays de Bitche

Le salut du Bitcherland passe certainement, du moins en partie, par la coopération transfrontalière, ne serait-ce déjà pour obtenir des crédits européens. Bien que celle-ci puisse paraître naturelle et nécessaire, elle ne l’était pourtant pas aux élus du coin il y encore peu. Mais une collaboration concrète semble enfin voir le jour. Mieux vaut tard que jamais vous nous direz. Il était vraiment temps, car avec l’annonce des restructurations militaires, l’avenir de ce bout de Lorraine apparaissait bien sombre, le tourisme ne pouvant pas encore à lui seul compenser le départ des militaires. Le site autour de l’aéroport de Zweibrücken, qui exerce son attrait sur un bassin de 250 km, pourrait par contre bien l’y aider. En effet, le Pays de Bitche pourrait bénéficier en premier de cette dynamique. Reste encore à matérialiser cette hypothèse en réalité 

Lire la suiteL’aéroport de Zweibrücken, source de développement transfrontalier pour le Pays de Bitche

Début des travaux au Mont Saint-Quentin

Le débroussaillage du site, qui s’étend sur près de 1 375 hectares, a commencé il y a quelques jours. Cette opération est la première phase de la sécurisation des fortifications du Mont-Saint-Quentin, dans l’optique d’en exploiter tout le potentiel touristique. Cet endroit, qui a une perception géographique unique et symbolique sur toute l’agglomération messine, méritait … Lire la suiteDébut des travaux au Mont Saint-Quentin

Accord sur les transports

La Lorraine et le Luxembourg sont enfin tombés d’accord pour initier une démarche pionnière en Europe. Son nom : le SMOT, pour Schéma de Mobilité Transfrontalière. Le constat ne peut être aussi simple et aussi lucide : l’ensemble du réseau principal est inadapté aux besoins actuels. C’est pour cette raison qu’il devrait subir à terme un véritable lifting. La restructuration de la gare de Luxembourg, le doublement des voies ferroviaires sur l’axe Nord-Sud, ainsi que la mise à trois voies de l’A 31 entre Luxembourg et Thionville, Metz et Nancy sont d’ores et déjà, programmés.

Aujourd’hui, ce sont plus de 70 000 Lorrains qui travaillent au Luxembourg, ce qui représente 20% des emplois du Grand-duché et 50% de l’ensemble des travailleurs frontaliers. Et ce n’est pas fini : les prévisions pour 2030 tablent sur 135 000 Lorrains franchissant chaque jour la frontière. Mais ce qui est bon pour le niveau de vie des Lorrains, ne l’est pas forcément pour leur qualité de vie. En témoignent la saturation des infrastructures routières, en particulier de l’A 31 fréquentées par 100 000 véhicules par jour et de certaines routes départementales, et ferroviaires avec des TER archibondés. Le SMOT vise ainsi à créer une réelle complémentarité entre tous les réseaux de transports, à savoir routiers, ferroviaires et collectifs, aussi bien en Lorraine qu’au Luxembourg. Ce changement d’échelle permettra une meilleure visibilité des besoins et la possibilité d’apporter des réponses communes à la nécessité d’augmenter les capacités. Les mesures prises en 2008, comme la mise en place de 1000 sièges supplémentaires sur la ligne TER Metz-Luxembourg ou encore la mise en service de la ligne routière Vila’Ville desservant Hayange et Thionville-Kirchberg, vont donc être renforcées dans ce sens. La question environnementale est bien entendu au centre des débats, dans la mesure où un frontalier effectuant le trajet Metz-Luxembourg en voiture émet en moyenne 2,4 tonnes de CO2 par an. Le SMOT a ainsi pour objectif d’augmenter progressivement la part des transports alternatifs afin d’atteindre 25% des déplacements. Dans cette optique la Lorraine va créer, à proximité des accès aux transports alternatifs et des bassins d’emplois, des parkings relais. Elle commandera par ailleurs pour 2013 et 2014, en association avec le gouvernement luxembourgeois, du matériel roulant TER-CFL de nouvelle génération et de grande capacité. De même, de nouvelles gares seront construites et des lignes de bus transfrontalières, jusque là inexistantes, viendront desservir des zones mal  couvertes. Ces mesures s’inscrivent dans un ensemble d’orientations stratégiques de développement pour 2015, 2020 et 2030.

Lire la suiteAccord sur les transports

Le Pôle fibre s’oriente vers le développement durable

Le second pôle de compétitivité lorrain après le MIPI (matériaux innovants et produits intelligents), le Pôle fibre de l’Est, implanté dans les Vosges, entend désormais fournir les éco matériaux et les éco solutions de demain. La valorisation chimique et biochimique du bois est au programme pour ce pôle de compétitivité qui s’est sérieusement étoffé ces … Lire la suiteLe Pôle fibre s’oriente vers le développement durable

Gandrange ou le cimetière lorrain des promesses non tenues

Un certain 4 février 2008, le président de la France avait déclaré : « L’Etat préfère investir pour moderniser le site plutôt que de payer de l’argent pour accompagner des gens soit en préretraite, soit au chômage. Nous sommes prêts à mettre de l’argent pour faire des investissements qui auraient dû être faits depuis longtemps sur le site et qui n’ont pas été faits! » Tel était le discours prononcé lors d’une visite éclair de 45 minutes devant plus de 400 sidérurgistes sur le gigantesque site industriel d’ArcelorMittal de Gandrange, alors que le géant mondial de l’acier venait d’annoncer la fermeture prochaine de l’aciérie et du train à billettes. L’ambition clairement affichée était de maintenir l’aciérie en activité. Résultat un plus tard de ce formidable coup médiatique et de toutes ces gesticulations: ArcelorMittal a bouclé son projet. 
Mais le 13 février suivant, tout en annonçant un bénéfice net 2007 de quelque 8 milliards d’euros, Lakshmi Mittal, le patron indien d’ArcelorMittal, avait fait valoir qu’une restructuration de Gandrange était « la meilleure solution pour la Lorraine », confirmant la suppression de 575 des 1108 emplois du site. D’une part, comment un mec qui n’a pratiquement jamais mis les pieds en Lorraine et qui ne connaît strictement rien à notre histoire pourrait-il avoir la prétention de dire ce qui est bon ou pas pour notre province ? D’autre part, ou bien le patron fait preuve d’une sénilité précoce, ou bien il est comme à l’accoutumé d’une mauvaise foi tout bonnement inouïe pour avoir le culot de faire croire aux Lorrains que la suppression de près de 600 emplois est la « meilleure solution pour la Lorraine ». 

Lire la suiteGandrange ou le cimetière lorrain des promesses non tenues

Le pipeline avance dans les têtes

L’ancien ministre français François Loos, chargé de l’étude sur un éventuel raccordement du réseau pétrochimique français au réseau européen a récemment rendu son rapport au secrétaire d’Etat à l’industrie, Luc Chatel. Conclusion : « La vocation industrielle de la Lorraine est une réelle chance pour le développement de nouvelles activités et les compétences existantes doivent pouvoir s’exprimer ». Il incite donc légitimement le gouvernement français à faire une demande conjointe avec l’Allemagne à la Commission européenne afin d’engager une étude de faisabilité.

Mais la Moselle ne peut s’offrir le luxe d’attendre et la chimie doit bien garder sa place en Lorraine. Car, l’usine Ineos de Sarralbe est menacée depuis la programmation de l’arrêt du vapocraqueur 2 de Carling, début 2009. L’idée d’un pipeline raccordant le réseau lorrain à l’axe rhénan et donc européen, plus précisément entre Carling et Ludwigshafen doit se concrétiser maintenant par des faits. Ce pipeline pourrait ainsi fournir à Ineos Sarralbe une seconde source d’approvisionnement en complément de celle assurée par le vapocraqueur restant de Total PetroChemicals de Carling dont elle est le principal débouché. Il s’agit donc, par ce projet structurant et stratégique entrant dans la logique des grands travaux préconisée par le plan de relance du gouvernement français, d’assurer à long terme l’approvisionnement du site. Mais du côté de Metz, on connaît trop bien cette fameuse logique qui s’est encore appliquée dernièrement pour l’hôpital Robert Schuman, projet lui aussi pourtant structurant. Alors méfiance.

Lire la suiteLe pipeline avance dans les têtes

Projet Grand Fare : la menace fantôme ?

Avec un peu de retard à l’allumage, le commerce de proximité s’est élevé contre le projet de complexe commercial à Farébersviller « Grand Fare ». Les associations de commerçants des villes de Moselle-Est y voient maintenant «un projet dévastateur». Il faudrait dès lors se mettre d’accord… 

Rappelons tout d’abord que Grand Fare est un projet de super zone commerciale du côté de Farébersviller devant déboucher sur plus de 900 emplois, dans un secteur qui en a bien besoin. Malheureusement les commerçants du coin ne l’entendent pas ainsi. C’est pourquoi ils ont rassemblé leurs forces pour dire tout le mal qu’ils pensent du programme commercial de Farébersviller. Les présidents des associations de commerçants de Behren-lès-Forbach, Boulay, Creutzwald, Farébersviller, Faulquemont, Forbach, l’Hôpital, Carling, Saint-Avold, Sarreguemines, Stiring-Wendel se sont ainsi entendus sur une déclaration commune appuyée par la Chambre de commerce et d’industrie de la Moselle et en partie relayée par la presse régionale. Une manière d’éviter les voix discordantes et d’adopter une position ferme contre un projet considéré comme une hérésie en ces temps de crise économique. Dans ce document, les commerçants fustigent l’attitude des décideurs politiques et des aménageurs. Pour eux, les 900 emplois annoncés sur Grand Fare ne sont qu’un leurre. Pour ces commerçants, nombres d’études ont démontré que les grandes surfaces détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent. De plus,les emplois crées ne concernent que des emplois précaires et peu qualifiés, voire des emplois transférés des villes alentours. Le collectif voit donc le mal partout, y compris dans un projet qui donnerait un sérieux ballon d’oxygène pour ce coin de Lorraine qui survit tant bien que mal. Les commerçants considèrent également que la Moselle-Est détient le record absolu de densité de grandes et moyennes surfaces. Selon leurs chiffres, la région serait en effet dans le peloton de tête en matière d’équipements commerciaux : 400 m2 pour 1 000 habitants alors que la moyenne nationale n’est que de 335 m2 pour 1 000 habitants. Cependant, la densité de population de la Moselle-Est est elle aussi plus élevée que la moyenne nationale. 

Lire la suiteProjet Grand Fare : la menace fantôme ?

Le 16ème groupement de chasseurs à Bitche?

Dans la mesure où la Fédération allemande privilégierait l’installation d’une brigade franco-allemande dans une ville frontalière, Bitche pourrait ainsi accueillir le 16ème groupement de chasseurs de Saarburg et ses mille hommes. A l’ombre des fortifications de cette cité historique militaire de Moselle, l’espoir renaît…  Depuis quelques jours la donne semble enfin changer à Bitche. Si la ville s’apprête à perdre les hommes du 57ème régiment d’artillerie dès cet été, tout laisse désormais à penser qu’elle pourrait récupérer ceux du 16ème groupement de chasseurs de Saarburg, en Rhénanie-Palatinat. Ainsi, plus de 1000 personnels, ex-forces françaises en Allemagne, ne rejoindraient pas Illkirch en Alsace comme c’était initialement prévue, mais bien la cité lorraine. 

Lire la suiteLe 16ème groupement de chasseurs à Bitche?

Transfert de l’Insee à Metz : le compte n’y est pas

L’Insee ira bien à Metz. La décision a été officiellement confirmée. Conformément au rapport Duport-Cotis, le centre statistique de Metz engendrera l’implantation de 625 postes et la création de 120 emplois directement sur place. Une victoire en demi-teinte, bien loin des 1000 agents promis par le Président français…

Pour être plus précis, sur les 625 postes, 500 viendront du service de la statistique publique et environ 120 seront crées sur place pour la mise en place d’un centre d’enquêtes téléphoniques ainsi que d’un centre de formation aux statistiques européennes. La proximité d’Eurostat à Luxembourg y étant pour beaucoup, même si on a encore du mal à imaginer les interactions possibles entre les deux centres. A cela s’ajouterait également la création du master de statistiques publiques européennes, en lien avec le Ministère français de l’enseignement supérieur et de la recherche. A noter, que le futur pôle statistique messin sera structuré en quatre piliers : statistiques sociales et locales, produits de diffusion, ressources humaines et informatique. Le nouvel établissement devrait accueillir à terme 750 agents. Cela dit, le nombre de redéploiements par service et direction n’est pas précisé et aucun calendrier n’est pour l’heure avancé, malgré les promesses présidentielles françaises de 2008 d’un transfert à l’horizon 2011. L’Insee a par ailleurs fait savoir aux collectivités locales sa préférence pour une construction neuve dans le quartier de l’Amphithéâtre, où le futur Centre-Pompidou Metz se bâti. Et oui, tant qu’à faire…

Lire la suiteTransfert de l’Insee à Metz : le compte n’y est pas

Toul : l’après Kléber a commencé

Le groupe Acticall, acteur majeur de la relation client à distance, a dernièrement annoncé l’ouverture d’un nouveau centre de production sur le site de Kleber et le recrutement progressif d’environ 200 collaborateurs en 2009 à hauteur de 150 à Toul et de 50 à Nancy. La société se renforce donc en Lorraine par le développement … Lire la suiteToul : l’après Kléber a commencé

Insolite : les bons côtés du gel

Le gel avait des bons côtés dans la mission topographique atypique qu’ont menée les géomètres chargés d’effectuer des relevés dans le canal des Houillères de la Sarre. Ainsi, il leur permit de ne pas manipuler leurs instruments de mesure depuis le fond d’une barque voguant au milieu des flots, mais de percer directement la couche … Lire la suiteInsolite : les bons côtés du gel

2009 ou l’année des grands chantiers ?

Que soit à Metz, à Nancy ou un peu partout en Lorraine, l’année qui vient de débuter s’annonce « constructive » et riche en chantiers. Revue de quelques uns des grands travaux qui vont marquer de leur empreinte notre province pour un bon nombre d’années.

2009 verra tout d’abord la fin de la construction du Centre-Pompidou Metz, a priori courant septembre, même si celui-ci n’ouvrira ses portes au public qu’au printemps 2010. C’est LE chantier phare par excellence en Lorraine. Si aujourd’hui le gros œuvre est terminé, la première pièce de la charpente devrait arriver début février en provenance de l’usine Holzbau Amann en Forêt Noire. Toujours à Metz, les travaux de la place de la République à proprement parler (la trémie de sortie du parking Arsenal est en cours de construction) pourraient débuter en 2009, avant le grand chantier du Transport en Commun en Site Propre. L’aménagement du tout nouveau quartier de l’Amphithéâtre se poursuivra quant à lui parallèlement à quelques projets immobiliers d’envergure dans l’agglomération. A noter enfin, le développement de l’Institut La Fayette, avec l’Institut Jean Lamour et Georgia Tech. Celui-ci travaillera sur les nanotechnologies mais aussi sur l’optoélectronique. A la base des télécommunications par fibre optique, cette discipline repose notamment sur les modifications apportées à la lumière.

La cité ducale n’aura rien à en vier à sa voisine, avec le début des travaux, la poursuite ou l’aboutissement de grands projets de rénovation urbaine comme ceux de Plaine Rive Droite, Nancy Grand Cœur, du Palais des Congrès ou de la place Thiers, sans oublier Artem. 2009 verra d’ailleurs la pose de la première pierre de l’Ecole des Mines.

Lire la suite2009 ou l’année des grands chantiers ?

Investissement chez Corus Rail à Hayange

La direction du groupe a récemment annoncé qu’elle investira à Hayange pour fabriquer des rails de grande longueur. Le site deviendra ainsi plus compétitif dans la perspective de la relance des lignes à grande vitesse. Corus Rail, qui emploie 450 personnes, produit à Hayange quelque 330 000 tonnes de rails avec des blooms venant d’Angleterre … Lire la suiteInvestissement chez Corus Rail à Hayange

Gandrange ou l’arnaque à la française

Le plan de revitalisation du bassin de Gandrange ne répondrait pas du tout aux promesses faites par le président français. Les centrales à gaz de Poweo n’y sont même plus envisagées, le centre de formation est réduit à sa plus simple expression et le soutien à la sous-traitance sous-estime les besoins. Le compte n’y est absolument pas. Tel est le constat que l’on peut une nouvelle fois tirer des promesses faites à la Lorraine. Effet d’annonce, illusions, vaines paroles. Les Lorrains trouvent de plus en plus de mots pour exprimer leur désarroi face au désintérêt clairement affiché par Paris et son gouvernement. Ainsi, les centrales à gaz Poweo promises pour Gandrange ont disparu du projet de revitalisation. Pire, le montant des investissements est loin d’être garanti, notamment les 1,6 millions d’euros à Florange. Qui plus est l’impact de la crise économique actuelle n’est même pas pris en compte. Une autre question demeure : Que met-on à la place des centrales à gaz de Poweo ? ArcelorMittal et la France rechignent toujours à s’engager par écrit. Pour certains, c’est tout simplement une affaire bâclée. On traite vraiment les Lorrains comme des malpropres.

Lire la suiteGandrange ou l’arnaque à la française

FM Logistic : de Moulins à Woippy

La direction de FM Logistic, groupe familial mosellan implanté à Phalsbourg et qui possède 14 000 collaborateurs dans le monde, pour un chiffre d’affaires de 680 millions d’euros,  l’assure : « Nous voulons rester à Woippy ! »  En effet, ce site dispose de collaborateurs aux compétences « exceptionnelles » et d’une localisation idéale, à proximité des axes routiers et ferroviaires. Les activités de conditionnement alimentaire de Moulins-lès-Metz vont être transférées à Woippy, dont le site abandonné par HP, fait l’objet d’une stratégie de revitalisation ambitieuse. C’est donc une page d’histoire qui se tourne à Moulins-lès-Metz, où le groupe Faure et Mauchet qui possède FM Logistic avait repris les locaux de l’ancienne chocolaterie Chocometz. Mais pour mieux comprendre la situation, revenons sur les faits. 
Le 19 décembre dernier, les salariés de FM apprenaient la résiliation du contrat qui lie leur société au puissant group américain Hewlett-Packard (HP), unique client du site de Woippy. Cette décision avait pour conséquence la suppression de 169 emplois d’ici avril 2009 et 320 de plus en avril 2010, soit la totalité des 489 salariés du site, si aucun nouveau client n’était trouvé. HP, qui depuis 1993 confiait au logisticien mosellan la préparation et le conditionnement de ses imprimantes laser et à jet d’encre, a en effet décidé de délocaliser ces activités dans une de ses usines en Malaisie. Malheureusement, ce plan de suppression d’emplois n’est aujourd’hui pas remis en cause et les négociations avec les partenaires sociaux se poursuivent. Les syndicats n’excluent pas d’ailleurs des actions en justice contre HP. Celui-ci « pratique de même avec un autre sous-traitant en Allemagne ». Et d’annoncer que des contacts avec des syndicats allemands sont en cours pour envisager « une action concertée au niveau européen».  

Lire la suiteFM Logistic : de Moulins à Woippy

Les soldes de la discorde ?

Alors que nombres d’associations de commerçants s’étaient élevées en Lorraine à propos de la date avancée des soldes afin de concurrencer les voisins européens, notamment luxembourgeois et belges, les trois départements lorrains autorisés à démarrer cinq jours plus tôt ont vu leurs chiffres exploser. Il  est vrai qu’en annonçant cette mesure si tardivement, le gouvernement … Lire la suiteLes soldes de la discorde ?

Un nouvel Eco-parc à Pierrepont !

La famille lorraine des Eco-parcs devrait encore s’agrandir, puisqu’un nouveau projet tout aussi novateur prévoit de reconvertir le site de Faurecia de Pierrepont, partiellement transféré à Villers-la-Montagne, en éco-constructions et en vitrine du développement durable. Ainsi, selon les décideurs locaux, la solution pérenne pour transformer l’image et la sinistrose de cette usine angoissante doit passer … Lire la suiteUn nouvel Eco-parc à Pierrepont !

Premier bilan mitigé pour les Marchés de Noël 2008 à Metz

Même si l’édition 2008 est bien meilleure que ce que la conjoncture économique ne laissait présager, la puissante fédération des commerçants de Metz reste sur une impression mitigée. La principale chose à redire vient du marché de l’Esplanade où les principales sources d’attraction qui plaisent tant aux familles que sont la patinoire et la grande … Lire la suitePremier bilan mitigé pour les Marchés de Noël 2008 à Metz

Lancement de la M’box, la boîte de séjours clés en main de la Meuse

Après la Smartbox et la Wonderbox, voici la M’Box, une nouvelle venue au sein de ces chèques cadeaux d’un genre qui font fureur et occupent actuellement la troisième place des cadeaux les plus désirés des Français. Un créneau touristiquement porteur qui n’est donc pas passé inaperçu du côté du comité départemental de tourisme de la … Lire la suiteLancement de la M’box, la boîte de séjours clés en main de la Meuse

Walygator reprend des couleurs

400 000 visiteurs se sont pressés la saison dernière dans les allées du parc d’attraction lorrain, qui a donc vu sa fréquentation augmenter de 25%. Le parc a retrouvé une bonne image, il est propre et bien entretenu. En témoigne le chiffre d’affaires de 7 millions d’euros. Le renouveau de Walygator tient d’une stratégie commerciale dynamique … Lire la suiteWalygator reprend des couleurs

Et un Eco-parc de plus ! Le plus important du Grand Est qui plus est !

Le groupe Ecologgia vient de lancer la construction à Maxéville du plus grand parc tertiaire écologique de l’Est de la France. Baptisé Eco-parc Nancy Saint-Jacques, celui-ci abritera 80 000 m² de bureaux qui seront répartis sur 15 hectares. Ces derniers bénéficieront notamment d’une conception bioclimatique offrant des consommations énergétiques minimisées, de puits canadien, de systèmes … Lire la suiteEt un Eco-parc de plus ! Le plus important du Grand Est qui plus est !

La Lorraine lance (enfin) sa campagne publicitaire

« A chacun sa Lorraine », tel est le titre et le slogan de cette campagne de promotion tant attendue de notre belle province lancée sur entre autres sur internet et dans les salles de cinémas de la région. Après, beaucoup trouveront à redire sur la durée, légèrement courte de ce spot, 34 secondes. Mais le symbole est fort, d’autant plus, qu’apparemment ce spot serait le premier d’une série. On ne peut que s’en réjouir. Si le but de cette campagne publicitaire est évident : il s’agit en effet de montrer aux spectateurs beaucoup de grands espaces boisés ou lacustres, de paysages naturels préservés, afin de casser et de rompre avec l’image grise et industrieuse mais non représentative de la Lorraine, elle présente néanmoins quelques redondances dans le choix des images montrées. De même, si l’on ne peut tout présenter, on notera quelques grands absents lors de ce premier volet qui seront peut-être comblés au fur et à mesure de l’avancée de la série, comme le massif des Vosges enneigé, la cathédrale de Metz ou le château de Malbrouck à Manderen. 
C’est donc un bon début puisqu’il vient remplir un vide cruel. Mais il faudrait encore autre chose si l’on veut vraiment, par la suite, montrer l’image d’une région dynamique, qui bouge et qui va de l’avant. Pourquoi ne pas pour les prochains spots envisager une musique pop rock de type Linkin Park ou  électro-acoustique, qui accompagnerait de manière rythmée des vues sur les différents gros chantiers actuellement en cours en Lorraine, comme ceux du Centre Pompidou Metz et du Center Parcs du bois des Harcholins dans le pays de Sarrebourg ? Pourquoi ne pas y ajouter également ceux de la rénovation urbaine de Nancy ou encore des quartiers gare de Metz et de la cité ducale en pleine transformation ? Le tout en vitesse accélérée où l’on voit les grues tourner ? Pourquoi ne pas inclure de même des images du TGV et du TER ultramoderne en pleine vitesse afin de créer une certaine dynamique ? De plus, pour ce qui est des transports, une ou deux prises de l’aéroport Metz-Nancy-Lorraine permettraient de présenter le visage d’une province qui avance et qui se développe dans l’optique d’attirer de nouveaux investisseurs et de redonner confiance aux Lorrains.   

Lire la suiteLa Lorraine lance (enfin) sa campagne publicitaire

Communiquer encore et toujours …

Les soldes d’hiver ont débuté avec un peu d’avance en Lorraine, Vosges exceptées, qui resteront à l’heure de Paris pour une ouverture le 7 janvier.  Mais encore faudrait-il informer les consommateurs de cette avant première lorraine. C’est en tout cas ce que pense la puissante fédération des commerçants à Metz, avec raison d’ailleurs, car pour … Lire la suiteCommuniquer encore et toujours …

Metz-Thionville : la véritable métropole lorraine ?

Alors que l’idée d’une métropole lorraine semble émergée, au sens large  constituée de l’axe vital entre Epinal et Thionville, certains lui opposent la conurbation Metz-Thionville forte de plus de 600 000 habitants. C’est le cas de Patricia Zander, docteur en géographie, qui plaide en vain depuis une dizaine d’années pour la constitution et l’organisation de cet espace densément urbanisé entre les deux cités mosellanes selon le modèle anglo-saxon.

La thèse de Patricia Zander publiée en 1994 sous le titre Vers un nouveau type de ville ? Les mutations de l’espace urbain Metz-Thionville, est un modèle de vision urbanistique réaliste pour la Lorraine. Elle y explique que Metz disposerait d’un espace urbain de toute autre ampleur que celle communément admise par l’INSEE. Pour cela, elle applique les définitions statistiques en vigueur à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne. Selon la conception géographique de ces mêmes indicateurs,  une conurbation est un tissu urbain continu et densément peuplé. Ceci équivaudrait donc pour l’axe Metz-Thionville qui englobe 242 communes.

Lire la suiteMetz-Thionville : la véritable métropole lorraine ?

Le Pôle Emploi lorrain sera bien à Nancy

Né de la fusion de l’ANPE (Agence Nationale Pour l’Emploi) et de l’Assédic  Lorraine, le Pôle Emploi, qui sera officiellement lancé à Pont-à-Mousson le 5 janvier, sera bien installé à Nancy, même si son directeur, Jean Niel, ne le confirme pas encore officiellement.  Le siège régional regroupera une centaine d’agents environ. Il n’y aura, par … Lire la suiteLe Pôle Emploi lorrain sera bien à Nancy

Technopôle 2 de Metz : c’est parti !

La Communauté d’Agglomération de Metz Métropole vient de lancer avec la ville de Metz le Technopôle 2, extension de Metz-Technopôle, zone de développement vouée aux technologies de l’information et des télécommunications, qui après 25 années d’existence affiche complet : 200 entreprises, 4 000 salariés et 4 500 étudiants. La superficie de ces deux technopôles sera, avec … Lire la suiteTechnopôle 2 de Metz : c’est parti !

La Lorraine à un tournant historique

La crise mondiale profonde que traversent les différentes économies de la planète n’épargne bien évidemment pas la Lorraine. Et la plupart des indicateurs sont au rouge, tout comme la colère des syndicats et des travailleurs : hausse de plus de 3% du chômage le mois dernier en Lorraine, accélération de la paupérisation, congés forcés dans les industries automobiles et sidérurgiques avec la mise en veille des hauts-fourneaux. Le pire semble même encore à venir avec les conséquences futures des restructurations militaires qui peinent à trouver des compensations. La Lorraine ne touche donc pas encore l’étiage de son mal-être. La conjoncture économique actuelle extrêmement difficile remet en question les fondements mêmes qui ont fait, et font toujours d’une certaine manière notre province. Tous les secteurs sont concernés : industrie, transports, administration,… A l’heure où l’on nous parle d’écologie et de préservation de l’environnement, il convient désormais de soulever les vrais problèmes, ceux des Lorrains avant tout. Quand nombre de nos compatriotes se voient amputer de 200 ou de 300 euros par mois, mis au chômage technique ou au chômage tout court lorsque l’on ne les oblige pas à poser leurs congés, et par la même glisser irréversiblement vers la précarité, il n’est pas normal de vouloir conserver à tout prix et par égoïsme de véritables aberrations du système, qui au final, profitent toujours aux mêmes et à ceux qui n’ont pour seul mérite que d’exploiter les failles et les contresens du système en question. Un exemple : il est absolument inconcevable et inadmissible que certains élus continuent inlassablement à s’accrocher au mode actuel de fonctionnement de la communauté d’agglomération de Metz Métropole, qui a maintes fois prouvé ses limites en matière de coût et d’efficacité. Est-il de normal d’avoir dans ce cas très concret près de cinquante vice-présidents formant une sorte de nomenklatura avec toutes les prérogatives et les primes qui vont avec ? Est-il normal de devoir se creuser la tête pour trouver une compétence aussi incongrue et improbable soit-elle à tout ce petit monde ? Bien entendu que non. Il est grand temps de mettre un terme au diktat de la « mafia lorraine ».

Lire la suiteLa Lorraine à un tournant historique

Le TGV dope le tourisme en Lorraine

Le TGV Est aurait permis une hausse de 40% de la fréquentation touristique en Lorraine, selon la SNCF. Ce bon score mérite toutefois d’être nuancé quand on le compare à l’augmentation de 170% de cette même fréquentation en Alsace, selon la même source. On sait dès lors où se situe le déficit d’image ! Le pire … Lire la suiteLe TGV dope le tourisme en Lorraine

900 emplois à Farébersviller ?

Une zone commerciale et de loisirs d’un nouveau genre, alliant shopping et détente, baptisée Grand Fare, pourrait voir le jour à Farébersviller et ainsi créer 900 emplois d’ici 2011. Une franchise de Carrefour a déjà donné son accord pour occuper une surface de 8000 mètres carrés de vente. Près de soixante enseignes devraient être créées … Lire la suite900 emplois à Farébersviller ?

Metz et Nancy à nouveau réunis !

Un nouveau chapitre de l’histoire complexe et souvent tumultueuse entre les deux grandes cités lorraines  s’est récemment ouvert. En effet, le Grand Nancy et Metz Métropole ont laissé derrière eux la mèche rallumée il y a encore quelques semaines au sujet de l’implantation des différentes directions régionales pour faire stand commun et surtout front commun … Lire la suiteMetz et Nancy à nouveau réunis !

Le miroir d’Esch-Belval prend forme

Le site de Micheville à Audun-le-Tiche, accueille depuis septembre dernier un nouveau centre de tri postal de 800 mètre carrés. 40 postiers issus des anciens sites d’Audun-le-Tiche et de Villerupt y travaillent désormais afin d’assurer la distribution du courrier sur 15 communes. Ce centre, qui a coûté à La Poste la bagatelle d’1,5 millions d’euros, constitue le premier bâtiment d’un projet couvrant près de 3,5 hectares. En attendant 80 autres destinés à l’habitat…

Lire la suiteLe miroir d’Esch-Belval prend forme

8 communes lorraines acceptent le pacte diabolique de l’ANDRA

Huit communes lorraines, dont quatre dans la Meuse, trois dans les Vosges, une en Moselle et donc zéro en Meurthe-et-Moselle acceptent d’être étudiées dans la perspective d’un stockage souterrain de déchets radioactifs. 3115 communes de France, presque toutes situées en Lorraine et en Champagne-Ardenne ont été consultées par l’Agence Nationale des Déchets Radioactifs (ANDRA), qui … Lire la suite8 communes lorraines acceptent le pacte diabolique de l’ANDRA

Reconversion des friches industrielles : l’exemple de la Ruhr

Le constat est simple : pour Paris et les (ir)responsables politiques lorrains, notre belle province est fichue. Le gouvernement français, via ou non ses relais régionaux, balance à la figure des citoyens et des électeurs moult promesses qui viendront bientôt garnir un peu plus le cimetière lorrain de celles non tenues. Sans même y croire, la bataille de Lorraine étant désormais perdue pour eux, nos élus sont incapables, quand bien même ils arriveraient à s’entendre dans l’intérêt général, de faire le lobbying nécessaire à Paris pour sortir notre province de ses difficultés. Ils pourraient au moins avoir la délicatesse de nous offrir un dernier baroud d’honneur. Il n’y a pas de fatalité pour la Lorraine. Les problèmes demeurent car les mêmes dirigeants demeurent. Et cette concomitance n’est pas le fruit du hasard. La solution provient des urnes, encore faut-il oser le changement.

Lire la suiteReconversion des friches industrielles : l’exemple de la Ruhr

Si l’INSEE nous était conté…

Nouvel épisode, nouveau rebondissement. Ce ne serait finalement plus 1000 statisticiens qui seraient transférés à Metz sur les 1500 emplois publics qui doivent l’être, mais seulement 500. L’institut de statistiques marque donc  un point et avance toujours aussi insidieusement qu’inlassablement ses pions sur l’échiquier politique et la scène publique, à coup de pression et de … Lire la suiteSi l’INSEE nous était conté…

Les provocations de l’INSEE

Afin de vous mettre l’eau à la bouche, voici quelques extraits de succulents et croustillants articles ou commentaires parus dans la presse et sur internet par rapport au transfert de 1000 agents de l’INSEE à Metz, pour « compenser » les conséquences désastreuses des restructurations militaires. Ainsi, La Dépêche, écrivait : « Malgré la tendre affection que l’on peut éprouver à l’endroit de la sidérurgie, de la quiche, des footballeurs de Saint-Symphorien ou de la rigueur de ses hivers, Metz n’est sans doute pas la cité la plus touristique de France. AUSSI les agents de la statistique publique s’inquiètent-ils LEGITIMMEMENT d’un projet de décentralisation de leurs services vers le chef-lieu de la Moselle ». TOUT SIMPLEMENT INCROYABLE ET ODIEUX ! Certains doivent vraiment sortir un peu plus le dimanche et faire un tour du côté de chez nous afin de s’y ouvrir et de s’y aérer l’esprit ! C’est là que l’on peut apprécier avec un léger sourire en coin, mais désabusé tout de même, toute la méconnaissance de certains journalistes qui vous balancent à la figure tous les préjugés du monde. Si cela n’est pas de la provocation gratuite ! Alors d’une part, il n’y a jamais eu d’industrie sidérurgique à Metz. Celle-ci se trouvant, en effet, concentrée bien plus au Nord de l’agglomération. D’autre part, nous trouvons très méprisant le fait de réduire tout un pan de la gastronomie lorraine à la simple quiche ! Enfin, la rigueur des hivers n’est guère plus difficile à supporter que celle du froid des mois de janvier et de février à Paris ! Bienvenue en Sibérie les amis ! Cela ne vous rappelle t-il rien ? Désolé, si nous ne connaissons pas en Lorraine les « joies » du métro dans lequel les gens essayent de se réchauffer dans toute la crasse de ses rames!

Lire la suiteLes provocations de l’INSEE

Lancement d’un parc écologique à Nancy

Le premier parc tertiaire entièrement écologique de France va prochainement voir le jour à Nancy. Les travaux viennent tout juste de débuter. Ce projet est porté par le promoteur concepteur nancéien Ecologgia, qui fait du développement des énergies renouvelables et de l’utilisation des matériaux sains son crédo. Le parc, qui s’étendra sur plus de quinze … Lire la suiteLancement d’un parc écologique à Nancy

Soluplast, le cluster lorrain de la plasturgie

Une dizaine de PME lorraines ont décidé de mettre en commun leur savoir-faire industriel avec l’expertise d’Apollor, l’un des centres d’innovation en plasturgie les plus performants de Lorraine, par la création de Soluplast. Il s’agit ici de répondre d’une manière aussi compétitive que pertinente aux attentes des donneurs d’ordres et de contrer la pression concurrentielle … Lire la suiteSoluplast, le cluster lorrain de la plasturgie

Le grand projet de l’UEM

L’Usine d’Electricité de Metz envisage de récupérer des terrains militaires devant prochainement être libérés, afin de construire sur son site de Chambière, ce qui serait l’une des plus grosses centrales à Biomasse de France. Ce projet est depuis quelques mois déjà dans les cartons de l’UEM. S’il est validé par les administrateurs, qui y sont pour le moment très favorables, il deviendrait l’investissement majeur de l’UEM pour les prochaines années, entre 40 et 50 millions d’euros, pour une ouverture prévue en 2011. Mais la société entend depuis peu récolter des subventions publiques. En effet, le gouvernement français a annoncé la création d’un « Fonds chaleur renouvelable » doté d’environ un milliard d’euros, afin de financer les projets de production de chaleur à partir de sources renouvelables, comme la biomasse, ce qui constitue une excellente nouvelle pour l’UEM.

Lire la suiteLe grand projet de l’UEM

Chronopost ouvre un nouveau site près de Nancy

La société vient d’inaugurer un bâtiment de messagerie de 1500 mètres carrés à Fléville-devant-Nancy afin de livrer la Meurthe-et-Moselle et certains départements limitrophes. Chronopost enregistre en effet une hausse de 8 % de son trafic en Lorraine. Dans le but, d’accompagner cette croissance, le groupe ouvre donc une nouvelle agence ainsi qu’un site d’exploitation doté d’un … Lire la suiteChronopost ouvre un nouveau site près de Nancy

Vigilance et innovation chez Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy

La société va augmenter de 33% sa capacité de production de bicarbonate de soude. Cette excellente nouvelle, dans un contexte économique particulièrement morose, vient s’ajouter aux quatre certifications, dont deux internationales, récemment obtenues par la soudière Novocarb. Tout en maintenant sa fabrication actuelle à partir du calcaire et du sel lorrains et sans amplifier les … Lire la suiteVigilance et innovation chez Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy

GECI International atterrit en Lorraine

La filiale du groupe GECI International, Sky Aircraft, s’apprête à rentrer dans ses nouvelles installations sur la Chambley Airbase en Meurthe-et-Moselle. Sky Aircraft est exclusivement destinée au développement, à la production et à la commercialisation des avions Skylander, seul appareil occidental totalement nouveau et bien adapté aux besoins des opérateurs ainsi qu’ aux demandes des passagers et des équipes navigantes. Plus concrètement, il s’agit de construire un avion turbopropulseur léger, dédié aux marchés du fret, de l’humanitaire et du transport sur courte distance. La création de cette nouvelle filière aéronautique permettra de développer un tissu industriel à la pointe des technologies actuelles. Cette filière s’intègre en outre pleinement dans la phase d’expansion du pôle « Aériades », le groupement aéronautique lorrain, qui comporte déjà plus de 2300 personnes.

Lire la suiteGECI International atterrit en Lorraine

Noël, c’est maintenant ou jamais

Alors que Dominique Gros, maire de Metz, recevait une délégation d’agents de l’INSEE afin de leur faire découvrir et apprécier la ville en vue de leur éventuelle transfert, ne serait-il pas judicieux que la municipalité lorraine, en partenariat avec la puissante fédération des commerçants et les autres collectivités, lance une opération markéting d’envergure dans les stations de métro et les gares parisiennes par exemple, dans le but de promouvoir les marchés de Noël de Metz, qui ouvrent déjà fin novembre ? Assurément si. 
Même si la volonté du maire de Metz de vouloir changer l’image de la ville est louable, en essayant de convaincre les agents franciliens des atouts et des attraits indéniables de la cité, il pourrait faire coup double. Car c’est maintenant qu’il faut informer les gens et les visiteurs potentiels des merveilles de Metz en habits de lumière. C’est en ce moment que peuvent se décider l’envie de partir, de passer un week-end ou plusieurs jours dans la ville, qui rappelons-le n’est plus qu’à 82 minutes de Paris grâce au TGV. Une opération conjointe avec Nancy, comme il devrait s’en faire prochainement, s’avèrerait même d’une grande utilité. La cité ducale y pourrait mettre en avant son propre marché de Noël, mais surtout la liesse et toute la ferveur populaire autour du défilé de la Saint-Nicolas, encore plus grandiose qu’à Metz. Car, encore une fois, le nerf de la guerre, c’est l’argent, mais aussi la communication ! 

Lire la suiteNoël, c’est maintenant ou jamais

Lancement d’un Technoparc à Porcelette

Le site de l’ancien puits De Vernejoul à Porcelette près de Saint-Avold en Moselle accueillera au printemps prochain la première implantation de ce nouvel équipement de pointe, tourné vers les technologies de demain et plus particulièrement dans les domaines de plasturgie et de la chimie. Il s’agit en effet de la mise en place d’un … Lire la suiteLancement d’un Technoparc à Porcelette

Michelin en passe de tenir ses engagements à Toul

Dès l’annone en décembre dernier de la fermeture début 2009 du site Kléber à Toul, le groupe Michelin s’était engagé à créer 900 emplois d’ici 2012 dans le bassin afin d’en compenser la destruction de 826. Le groupe avait par ailleurs indiqué que la restructuration de son usine de Toul avoisinerait les 130 millions d’euros. … Lire la suiteMichelin en passe de tenir ses engagements à Toul

Les mines comme source d’énergie

Les anciennes  cités minières du bassin houiller de Lorraine croient dur comme fer à leur reconversion dans la géothermie, tant pour redorer leur image que pour se redynamiser. L’idée est simple : utiliser l’eau des mines ennoyées depuis leur fermeture pour alimenter des centrales géothermiques.

En effet, l’exploitation de la chaleur du sous-sol offre un potentiel énergétique considérable, dans la mesure où la température de la Terre augmente en profondeur de trois degrés Celsius tous les cents mètres. D’un point de vue économique, cette reconversion des anciennes mines de charbon est plus que pertinente, puisqu’elle ne fait pas intervenir des coûts de forage,  grâce au labyrinthe de galeries souterraines. Surtout quand on sait que ces coûts peuvent s’élever jusqu’à 150 000 euros tous les cents mètres. Mais l’entreprise ne s’avère pas si aisée. En effet, en Lorraine, 86% des mines ont vue leurs puits être rebouchés à l’arrêt de leur activité. De même, le potentiel de faisabilité dépend très largement des galeries. En outre, il est absolument nécessaire que l’eau ait retrouvé sa température naturelle. Ce processus demande parfois vingt ans, compte tenu de la température de la mine. Enfin, une centrale géothermique ne peut actuellement alimenter que des zones à proximité immédiate, dans la mesure où la dépréciation de chaleur atteint parfois les deux degrés Celsius par kilomètre d’acheminement.

Lire la suiteLes mines comme source d’énergie

Exclusivité : l’autre projet de l’A 32

Après le refus du Républicain Lorrain et de l’Est Républicain de publier ses travaux et sa thèse sur la saturation des grands axes de transports européens en Lorraine en 2005, Pierre-Hugues Bourlon-Demange, Lorrain d’origine et ancien étudiant en Urbanisme Habitat Aménagement à l’université de Perpignan s’est confié en exclusivité au Groupe BLE Lorraine sur son projet de tracé alternatif de l’A32 et son système de péage poids lourds calqué sur le modèle allemand, applicable au réseau d’autoroutes et de voies rapides de Lorraine.

L’idée est simple, mais encore fallait-il y penser. Selon, Pierre-Hugues Bourlon-Demange, le projet d’une nouvelle autoroute, l’A32,  n’est pas idiot, à condition de réaliser un autre tracé que celui proposé par l’Etat français, qui lui, est véritablement aberrant. Dans son mémoire de Master I intitulé « La Lorraine et la saturation des grands corridors européens, étude prospective à 30 ans », ce jeune Lorrain projetait donc un dédoublement total de l’A31 partant de Beaune jusqu’à Luxembourg, contrairement à la réalisation d’un simple doublon entre Toul et le Grand Duché. Dans la mesure où pour ce dernier, la mise en place d’un véritable itinéraire de délestage serait quasi-impossible. Pour cela, il se basait sur le vieux projet d’autoroute entre la jonction avec l’A39 à Poligny dans le Jura et Besançon.  Ainsi ce tronçon franc-comtois constituerait le Sud du tracé de la future A32. Cet axe remonterait ensuite vers Vesoul et desservirait enfin Remiremont, Epinal et Nancy en empruntant le tracé actuel de la nationale 57 déjà à deux fois deux voies. Cette dernière passerait par conséquent aux normes autoroutières.  L’aménagement des routes départementales 913 et 955 permettrait à cette autre A32 de relier la cité ducale à Metz, de réaliser un grand contournement Est de Nancy et un véritable périphérique autour de l’agglomération messine par la construction de sa partie Ouest. D’ailleurs, la RD 955 mise à deux fois deux voies entre Metz et le carrefour du Cheval Blanc à Solgne, le tout en interconnexion avec la rocade Sud, sera prochainement inaugurée.  Le seul problème réside cependant dans la traversée des côtes de Moselle. Un tel franchissement occasionnerait un impact paysager énorme, à quelques pas du Parc naturel régional de Lorraine. La solution serait donc la réalisation d’un tunnel. Le coût d’un tel ouvrage pourrait être compensé par les économies faites sur la partie Sud du tracé que nous avons décrit, notamment au niveau de la RN 57, déjà de gabarit autoroutier entre Nancy et la cité des images. D’ailleurs Jean Kiffer, le maire d’Amnéville-les-Thermes, préconiserait également cette liaison via un tunnel. Il faudrait par contre construire un nouveau tronçon entre Metz et le Luxembourg ajoute Pierre-Hugues Bourlon-Demange. Celui-ci s’effectuerait par l’Ouest, poursuit l’ancien étudiant. De cette manière, la desserte du Nord Meusien serait facilitée. Cette partie Nord de l’A32 desservirait en outre Longwy via Villerupt avant de rattraper Esch-sur-Alzette et l’A4 luxembourgeoise, conduisant ainsi directement à la capitale du Grand Duché. Un contournement Ouest de Thionville de manière à constituer là aussi un véritable périphérique pourrait enfin s’avérer être un excellent complément.

Lire la suiteExclusivité : l’autre projet de l’A 32

Le nouvel espoir écolo

Les énergies renouvelables ont véritablement le vent en poupe en Lorraine. Ces dernières constituent autant un pari sur l’avenir qu’un moyen de diffuser enfin une nouvelle image, celle d’une Lorraine tournée vers le développement durable et les nouvelles technologies. Après la mise en service de plusieurs importants champs d’éoliennes en Meuse et sur le Plateau lorrain et l’utilisation de la géothermie dans les Vosges et récemment à Fameck pour le chauffage d’un parc de 84 appartements, voici deux nouveaux exemples qui viennent conforter le virage de la Lorraine dans les énergies renouvelables, à savoir la construction d’une centrale photovoltaïque à Nancy et d’un éco-quartier sur les coteaux de  la Seille à Metz.

 

Lire la suiteLe nouvel espoir écolo

Le renouveau du vignoble lorrain

Après avoir bien failli disparaître au début du XXème siècle, le vignoble lorrain aborde depuis quelques années un spectaculaire redressement. A son paroxysme, ce vignoble, aujourd’hui l’un des plus petits de France, avec une superficie d’environ 180 hectares, compta jusqu’à 48 000 hectares de vignes en production. La Moselle, par exemple, était une des régions les plus viticoles, dépassant même la Champagne. Le contraste actuel est saisissant. Mais le déclin est maintenant bien enrayé. 

La Lorraine possède une riche tradition viticole, séculaire, qui remonte à l’Antiquité romaine. La vigne, dont la plantation fut autorisée en Lorraine par l’empereur Probus en 283 après J-C fut chanté par le poète latin Ausone, décrivant toute la beauté de sa présence sur les rives de la Moselle. Les Ducs de Lorraine ainsi que les Evêques de Toul, Metz et Verdun entretinrent cette tradition viticole. Mais la concurrence des vins des régions du Sud et de l’Ouest de la France, les ravages des guerres de 1870 et de 1914 vinrent amorcer le déclin de ce vignoble jusque-là prospère. La perte des débouchés du marché allemand et surtout la crise du phylloxéra, maladie de la vigne, réduisirent presqu’à néant les dizaines de milliers d’hectares du vignoble lorrain. L’industrialisation de la vallée de la Moselle constitua pendant longtemps un frein à une renaissance des coteaux, les mines et les aciéries offrant de meilleurs salaires que celui de manouvrier agricole payé à la tâche, dans une activité fortement saisonnière. Depuis la fin des années 1980, on note cependant une reprise de la tradition viticole lorraine, comme en témoigne l’extension et la création de parcelles mais aussi et surtout l’installation de nouveaux viticulteurs. On dénombre actuellement une centaine de producteurs en activité, sans compter les dizaines de vignerons passionnés, présents un peu partout en Lorraine. 

Lire la suiteLe renouveau du vignoble lorrain

Moselle Développement : du concret pour quand ?

Afin d’attirer des grands projets et des investisseurs étrangers des pays riches et industrialisés comme des pays émergents, le Conseil général de la Moselle implante depuis quelques années des agences de prospection, véritables vitrines des infrastructures et du savoir-faire mosellan. La dernière en date est de celle de Beijing, ouverte depuis quelques mois seulement. L’agence chinoise vient ainsi compléter et renforcer la présence mosellane en Asie, un après l’inauguration d’une antenne au Japon et avant peut-être une future implantation en Inde fin 2009.

Lire la suiteMoselle Développement : du concret pour quand ?

Lancement d’un parc nouvelle génération aux portes de Metz

Au chapitre des bonnes nouvelles, relativement rares en Lorraine par les temps qui courent, signalons tout de même le lancement officiel de L’Ecoparc Val Euromoselle à Norroy-le-Veneur au Nord de Metz. Ce parc tourné résolument vers le développement durable et la qualité environnementale concentrera aussi bien des activités technologiques (bureaux de recherche, laboratoires, instituts de … Lire la suiteLancement d’un parc nouvelle génération aux portes de Metz