Waves Grand-Sud déploie sa vague à Actisud

Waves Grand-Sud, c’est le nom du projet d’extension de la mégazone commerciale Actisud (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/02/16/le-geant-actisud/), communément appelée Zac d’Augny, située au Sud de Metz. La Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) a dernièrement donné son accord.

La 11ème zone commerciale d’Actisud marque une nouvelle étape dans le développement de cette partie de l’agglomération messine, avec à la clé 400 emplois et une quarantaine d’enseignes annoncée, allant de 250 et à 7 500 mètres carrés. Waves Grand-Sud représente un investissement de 75 millions d’euros. Le futur parc commercial, qui devrait ouvrir en 2013, s’étendra sur 17 hectares. Il comportera 40 000 mètres carrés de surface commerciale utile. Sur le plan urbanistique, il se présente comme une immense vague.

Selon ses promoteurs, le projet Waves sera le « big bang du commerce lorrain », dans la mesure où il répondra à des contraintes environnementales très sévères. Par exemple, il présentera un cheminement piétonnier, des pièces d’eau qui deviendront des patinoires en hiver, des restaurants, une garderie, une plaine de jeux pour les enfants, une navette électrique et 2 300 places de parking.

Selon certains, ce projet devrait tirer vers le haut l’ensemble de la ZAC, même s’il faudra peut-être « prévoir autre chose » sur les fonds de zone, comme de l’artisanat.

En outre, afin d’améliorer la fluidité de cette zone commerciale déjà saturée avec 650 à 1 000 véhicules/heure, un nouveau giratoire ainsi qu’un passage souterrain sous la RN 57 seront réalisés.

Pour conclure, même si ce projet remplacera le triste spectacle des friches, il ne constitue pas une source de développement durable et à haute valeur ajoutée. Il ne comblera pas non plus l’immense vide laissé non loin de là par la fermeture de la base aérienne 128 (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/04/19/impact-devastateur-des-restructurations-militaires-a-metz/). L’agglomération messine et la Lorraine en général ont plus besoin d’entreprises de haute technologie, de laboratoires et de zones d’excellence pour enfin disposer et proposer des emplois métropolitains supérieurs. Cela permettrait d’endiguer l’exode des diplômés. 

12 réflexions au sujet de “Waves Grand-Sud déploie sa vague à Actisud”

  1. « Pour conclure, même si ce projet remplacera le triste spectacle des friches, il ne constitue pas une source de développement durable et à haute valeur ajoutée. »
    Vous n’allez quand même pas cracher sur 400 emplois et 75 millions d’euros d’investissement sous prétexte qu’il n’y a pas de laboratoire high-tech ou autre industrie de pointe à la clé, si ?
    Il y a déjà l’Institut Lafayette dans les cartons, on ne peut pas tout avoir d’un coup non plus…

  2. Non, voir d’ailleurs nos commentaires et la discussion sur la page consacrée au Projet Grand Fare.
    Mais ce n’est pas cela qui va attirer des emplois qualifiés et endiguer le déclin démographique. Autrement dit, les « maux profonds » ne sont pas traités.
    Par ailleurs, le Projet Lafayette est nécessaire, mais pas suffisant. L’exemple de villes comme Toulouse et Grenoble (pour son parc technologique à haute valeur ajoutée) est à suivre. Ce n’est pas un labo qu’il faut, c’est un vrai parc scientifique et technologique avec des dizaines de labos et d’entreprises à très forte valeur ajoutée.
    Car ces activités sont moins délocalisables, source d’une extrême richesse (que serait Toulouse sans Airbus et l’aéronautique ?) et moins soumis aux conjonctures économiques.

  3. Vous avez bien évidement raison mais malgré que les besoins de Metz soient ailleurs on ne peut reprocher grand chose à ce projet qui fera du bien au sud de l’agglomération.

  4. Bonjour,
    La population n’augmente plus, le pouvoir d’achat par habitant est en berne, la vente par internet monte en puissance : je vous remercie de m’indiquer quelle équation conduit à toujours plus de nouvelles surfaces commerciales validées par la commission départementale …. à moins de considérer normal que des surfaces commerciales plus anciennes soient à due proportion abandonnées dans une course en avant qui génère toujours de nouvelles friches : après les friches industrielles, les friches urbaines, les friches commerciales ??

  5. Une nouvelle zone commercial, qui plus est qui se veut exemplaire en matière environnementales, évidemment qu’en soit ça ne peut pas être mauvais. Le problème c’est que l’on peut proposer tout les marchands du monde et tout les loisirs (Metz est déjà très fournit de se côté), la consommation ne suivra pas si le chômage continue d’augmenter.
    Tout le monde ne peut pas être « le marchand de », or en se moment en lorraine la restructuration et l’emploi se dirige toujours plus vers le tertiaire…je n’ai rien contre (si l’image de la région peut continuer a s’amélioré et attirer pr les loisirs) mais c’est vrai que ça manque de projet plus « durable ». J’espère par exemple que le technopole de Nancy Brabois (le 3ème de France il me semble) va exploiter la haute recherche (c’est bien beau mais ça crée un nombre d’emploi restant limité) dans des projets industrielles concrets pour créer une sorte de synergie.
    Mais bon dans un 1er temps il est vrai que redoré l’image de la région reste une priorité essentiel qui commence a porté ses fruits…mais pr ceux y habitant et connaissant déjà la beauté et la richesse de notre région, avoir une meilleur image c’est bien beau, avoir des emplois autre que par le tertiaire c’est encore mieux.
    Quand nos 2 grandes villes seront entourées de tout les magasins du monde, tout les cinéma et autres joyeusetés, si le Lorrain moyen ne peut pas consommer tout cela et que le tertiaire même s’il progresse et attire reste limité (il ne faut pas rêver hein, on a pas la mer), alors ça ne servira a rien, ça sera un peu comme regarder les bonbons pourrir…de l’autre côté de la vitrine.
    M’enfin ça c’est valable pratiquement partout en France mais je rajouterais que l’on attirera pas des investisseurs industrielles tant que Nancy et Metz continuerons à faire leur guerre du « plus beau » au lieu de s’unir une bonne foi pour toute (même s’il y a du mieux avec l’université notamment, cet esprit nauséabond continue de perdurer, c’est à dire qu’au lieu d’avoir un seul et grand projet on a souvent des projets plus petits mais pr les 2 villes).
    Un internaute qui aimerait que Pont-à-Mousson soit le chef lieu de la Lorraine (humour mais ça réglerait bien des choses ^^).

  6. La Commission Départementale d’Aménagement Commercial de Meurthe-et-Moselle a dernièrement autorisé Auchan Pôle Europe à Mont-Saint-Martin à s’agrandir.
    Ainsi, en contrebas de l’actuel parking de l’hypermarché, un nouveau bâtiment tout en longueur, qui abritera de nombreuses cellules commerciales comme Kiabi, Casa, ou encore Boulanger, sur une surface totale de 12 000 mètres carrés, devrait prochainement sortir de terre.
    Rappelons qu’Auchan avait déjà reçu l’autorisation d’agrandir de 1 000 mètres carrés son hypermarché, ainsi que la galerie marchande attenante de 6 000 mètres carrés. Ces travaux devraient démarrer en 2013, dans la mesure où le groupe préfère d’abord réaliser la zone décrite ci-dessus. D’ailleurs, les terrassements ont déjà été réalisés il y a deux ans.
    Ces nouvelles enseignes devraient permettre de créer 120 emplois.

  7. Lexy privé de zone commerciale
    Il n’y aura pas de zone commerciale de 25 000 mètres carrés à Lexy, près de Longwy. En tout cas, pas tout de suite. La Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) en a décidé ainsi. La décision a provoqué la colère et l’incompréhension des porteurs du projet ainsi que des élus. Une décision d’autant plus incompréhensible, puisque le projet avait obtenu l’unanimité des voix en Commission Départementale d’Aménagement Commercial (CDAC) en août dernier. Trois recours avaient ensuite été déposés par des enseignes locales, ce qui avait propulsé le dossier entre les mains de la CNAC.
    Rappelons que cette zone aurait généré 480 emplois. Tout est donc remis en cause par des personnes qui n’ont jamais mis les pieds en Meurthe-et-Moselle. L’indignation était également de mise chez les commerçants implantés à Lexy. Ils étaient en effet plusieurs à avoir dénoncé « le monopole inadmissible » d’une autre enseigne fortement ancrée sur le secteur.

  8. Oxylane souhaite installer un village sportif adossé au magasin Decathlon sur le site de Tournebrides en 2014. Ces équipements pourraient être réalisés dans le cadre d’une procédure d’initiative publique sous la forme d’une Zone d’Aménagement Concerté (ZAC). Le Village Oxylane doit s’implanter aux portes de la zone Actisud où d’autres projets structurants comme Grand-Sud et l’aménagement de la zone des Gravières devraient voir le jour. Afin de maintenir l’accessibilité du secteur, des travaux routiers seront certainement nécessaires. C’est pourquoi Metz-Métropole envisage de lancer des études préparatoires à la procédure de ZAC pour identifier les besoins du projet.

  9. Le permis de construire du mégacentre commercial Waves Grand Sud a dernièrement été accordé. Les travaux devraient être lancés dans 5 mois.
    Ses promoteurs entendent l’élever au rang des plus belles réalisations architecturales. Ils ont pour cela missionner l’architecte italien basé à Dubaï, Gialli Ranaulo. Le nouveau centre commercial se déploiera comme une immense vague translucide le long de l’A 31. Il est déjà rempli à 80 %. La venue d’enseignes encore inconnues dans la région comme la jardinerie Truffaut, Zodio, Cultura et Picwic, a été confirmée. A elles seules, ces enseignes occuperont 15 000 mètres carrés sur les 28 000 disponibles. De leur côté, Conforama, Maison du Monde, qui va passer de 800 à 3 000 mètres carrés, et C & A vont quitter leurs magasins actuels de Moulins-lès-Metz pour rejoindre ce qui devrait devenir le vaisseau amiral de la flotte Actisud (voir : http://forumdeslorrains.forumactif.com/t624-le-geant-actisud).
    Rappelons que Waves Grand Sud intègre des contraintes environnementales, un important volet paysager, ainsi que tout un ensemble de prestations de qualité. Il devrait ouvrir aux alentours de la rentrée scolaire 2014.

  10. Le chantier de l’immense parc commercial Waves Grand Sud a démarré. Ce projet de 100 millions d’euros qui n’a, à ce jour, qu’un équivalent en France, l’Atoll d’Angers, déploiera ses ailes le long de l’A 31, aux portes de Metz, d’ici 2015.
    L’œuvre de l’architecte italien Gianni Ranaulo, qui semble être en suspension, comme portée par une légère houle sur les plans d’eau prévus, pourrait rebattre les cartes de l’offre commerciale dans le Sillon mosellan. Ce géant, qui s’étendra sur 61 000 mètres carrés de surface plancher, dont 38 000 mètres carrés de surface de vente, devrait avoir un impact considérable. Afin d’absorber la circulation qui en découlera, 2 500 places de parking et une voie d’accès spécifique raccordée à la bretelle d’autoroute seront créées. La sortie de l’A 31 vers Actisud devra néanmoins supporter seule l’augmentation du trafic.

  11. Les 38 524 mètres carrés de surfaces de vente de Waves Grand Sud devraient être prêts en mars 2015 à accueillir le client dans un environnement mêlant espaces verts, lac, navettes électriques, restaurants et lieux de détente, le tout étreint par deux vagues d’aluminium qui représentent à elles seules 9 millions d’euros d’investissement sur un budget de 75 millions d’euros. Cette nouvelle offre marchande devrait tirer vers le haut l’ensemble des commerces de la région. Le projet de 17 hectares s’inspire de l’Atoll d’Angers, immense galerie marchande de 91 000 mètres carrés.
    Pour son promoteur, Waves Grand Sud doit endiguer le déclin du commerce traditionnel face au commerce en ligne par une « nouvelle expérience d’achat ». Le concept se base sur le constat que « les zones commerciales périphériques sont moches » et « que la plupart des magasins y sont pourris ». L’idée est donc de « redessiner les centres commerciaux pour en faire de véritables œuvres d’art où le visiteur prend plaisir à aller ».

  12. Waves s’étend sur 17 hectares au Sud de Metz dans un cadre sans équivalent dans l’Est de la France. Le centre commercial, de plus de 38 000 mètres carrés de surface de vente, présente un geste architectural fort. Recouvert d’un entrelacs de poutrelles, le bâtiment principal reste le plus spectaculaire du complexe. Tapissée de plus de 5 000 plaques d’aluminium poli taillées sur mesure et cousues finement, sa toiture ondulante a donné son nom à Waves. Elle forme un miroir qui s’évanouit dans l’espace quand le ciel s’y réfléchit.
    Des candélabres et des bancs signés du designer Yann Kersalé ont par ailleurs été installés. La promenade d’un kilomètre a été surélevée de 80 cm, afin que le regard du visiteur ne bute pas contre les voitures. Les trottoirs ont été peints en noir et les parkings semés de gazon.
    Waves disposera par ailleurs d’une plaine de jeux pour les enfants, d’un lac agité de jets d’eau et d’un amphithéâtre garni d’écailles, qui rappelle le Graoully, le célèbre dragon de Metz, où des spectacles seront donnés.
    L’immense centre commercial devrait créer 400 emplois. Il accueillera une cinquantaine d’enseignes, dont certaines inédites en Lorraine. Des navettes électriques seront mises à disposition des clients.

Laisser un commentaire