Zoom sur le tram-train de Sarreguemines

300 passagers empruntent quotidiennement le tram-train au départ de Sarreguemines à destination de Sarrebruck. Il s’agit du premier tram-train transfrontalier. Sarreguemines en est l’unique halte lorraine.

tram-train Sarreguemines

Le tram-train Saarbahn relie Sarrebruck à Sarreguemines (Crédits photo : Martin Thirolf)

La cité des faïences et la capitale sarroise sont reliées par le rail depuis 1997. Un voyage de 30 minutes suffit pour relier le centre-ville de Sarrebruck, mais aussi les zones industrielles et commerciales situées en amont. Le tram est également bien pratique pour les nombreux travailleurs frontaliers et pour les élèves du lycée franco-allemand, puisqu’ils sont déposés juste devant leur établissement. 

Avec 33 liaisons quotidiennes, de 5 heures à minuit, toutes les 30 minutes aux heures de pointe, le tram-train s’avère aujourd’hui indispensable. Quelque 100 000 passagers l’ont emprunté au départ de Sarreguemines en 2010.

3 réflexions au sujet de “Zoom sur le tram-train de Sarreguemines”

  1. Une extension la ligne vers Forbach, puis Merlebach et Saint-Avold serait nécessaire … les liaisons ferroviaires classiques étant devenues quasi inexistantes, il convient de les remplacer … Aux 230 000 habitants déjà connectés, 50 000 autres* viendraient se connecter, pour créer un pôle d’urbanisation interrompu couvrant ainsi la quasi totalité de l’Eurodistrict. Le tram-train pourrait alors devenir la colonne vertébrale servant à la constitution d’un vrai réseau de transport urbain, créant l’alternative à l’automobile et permettant de redynamiser Saint-A et F-M.
    Les lignes ferroviaires existent déjà, il ne reste à créer les aiguillages et les dessertes pour les centres villes et les quartiers les plus peuplés.
    Rappelons également que Saint-A avait un tram de 1910 à 1944 et que ce serait un beau clin d’œil historique.
    * : uniquement pour ces 3 communes et sans compter les communes intermédiaires que sont Stiring, Hombourg-Haut, Morsbach et Rosbruck

  2. Metz pourrait profiter des infrastructures ferroviaires existantes pour créer des liaisons inter-quartiers. Un tel projet de tram-train concernerait un maximum de quartiers : le Sablon, Magny, Chambière, Metz-Nord, Devant-les-Ponts et Metz-Centre. Le tout avec un minimum de travaux.

  3. Menacée de fermeture à la fin du mois du janvier, la liaison ferroviaire reliant Sarreguemines à Sarrebruck est finalement maintenue jusqu’au 31 décembre 2016. Un accord tripartite a en effet été trouvé pour partager le coût de la redevance demandée par RFF à la Saarbahn. Les 233 000 euros qui devaient être payés par l’entreprise allemande à partir du 1er janvier 2014 pour les 600 mètres empruntés jusqu’à Sarreguemines seront répartis comme suit : la société de transport de Sarrebruck paiera 32 000 euros annuels en plus des 42 000 euros d’indemnités passées, la SNCF prendra 99 000 euros à sa charge et l’Etat français 60 000 euros.

Laisser un commentaire