Précisions sur l’Institut Lafayette à Metz

Nous en savons désormais un peu plus sur le fameux Institut Lafayette (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/02/22/projet-lafayette-a-metz-en-route-vers-les-nanotechnologies/), un projet d’envergure en matière d’innovation et de recherche qui devrait voir le jour d’ici trois ans aux abords de Georgia Tech Lorraine sur le Technopole de Metz.   
Il est en effet question d’une plateforme technologique « à l’américaine ». Cette dernière sera ainsi calquée sur le modèle du Georgia Institute of Technology d’Atlanta qui en sera l’un de ses principaux partenaires. L’Institut Lafayette est un projet à forte valeur ajoutée qui devrait mobiliser plus de 23 millions d’euros. 
La plateforme, qui sera l’interface entre recherche-université et industrie, devrait susciter la création de nouvelles entreprises high-tech et générer de nouveaux emplois dans le domaine des nanotechnologies pour l’optoélectronique, un secteur d’innovation technologique en forte croissance. Celui-ci trouve en effet des débouchés dans l’affichage électronique, l’optique, l’imagerie médicale, le photovoltaïque, les nouveaux éclairages ou encore les écrans plats. 
Concrètement, le futur Institut messin se matérialisera par la construction d’un bâtiment de 2 300 mètres carrés, dont 500 mètres carrés de salle blanche équipée pour 8,9 millions d’euros de matériel scientifique. La plateforme devrait être achevée au premier semestre 2013 pour être opérationnelle un an après et financièrement indépendante en 2019. 
L’Institut Lafayette est enfin un projet visionnaire et une opportunité de diversification qui s’appuie sur les compétences lorraines en matière de matériaux. Il devrait par ailleurs booster Georgia Tech Lorraine, école américaine créée en 1988 à Metz. 

5 réflexions au sujet de “Précisions sur l’Institut Lafayette à Metz”

  1. L’Institut Lafayette est un audacieux projet scientifique et économique qui verra le jour à l’horizon 2014. Il sera installé au sein de Georgia Tech Lorraine et comprendra des laboratoires de nanofabrication. Il sera enfin spécialisé dans les technologies de pointe en optique et en électronique.

  2. Il ne faut pas se fier à la com.
    Ce projet est une hérésie et un gaspillage financier pour le contribuable lorrain.
    Pour créer un centre d’excellence, il faut atteindre une taille critique, or, ce centre, sera minuscule comparé à la concurrence des grands centre mondiaux en nanotech. Il aura donc systématiquement une longueur de retard sur les autres.

  3. Le projet d’Institut Lafayette est piloté par Georgia Tech Lorraine, en appui sur sa structure-mère d’Atlanta qui figure parmi les dix principaux incubateurs d’entreprises au monde. L’enjeu est de taille pour l’agglomération messine qui mise sur la filière matériaux pour faire du territoire un hub économique à forte valeur ajoutée et développer ainsi son rayonnement scientifique et industriel. Le bâtiment de l’Institut Lafayette, construit aux abords de Georgia Tech Lorraine, sera opérationnel en 2014. D’une surface utile de 2 500 mètres carrés, il comprendra 550 mètres carrés de laboratoires et 550 mètres carrés de salles blanches, où la concentration de particules est strictement maîtrisée.

  4. Porté par Georgia Tech Lorraine (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/06/17/les-20-ans-de-georgia-tech-lorraine/), l’Institut Lafayette a une double vocation scientifique et économique. Il s’agit de créer une plateforme d’innovations au service des entreprises. Concrètement, l’Institut mettra à disposition des industriels des équipements de pointe et des travaux de recherches pour favoriser la transposition de ces innovations dans l’industrie. De grands groupes comme PSA ont déjà manifesté leur intérêt.
    L’Institut Lafayette sera spécialisé dans l’optoélectronique. Il s’agit des technologies qui sont à la convergence de l’optique et de l’électronique, à l’image des capteurs et des LED par exemple. L’optoélectronique trouve des applications concrètes dans les domaines de l’énergie, de l’eau, de la santé et de la sécurité. L’idée est de créer sur le Technopôle de Metz un écosystème qui favorise l’innovation industrielle.
    L’Institut devrait être opérationnel début 2014. Les pouvoirs publics le soutiendront financièrement pendant cinq ans. La structure sera ensuite autonome financièrement grâce aux contrats de recherche et à la facturation de l’utilisation de la plateforme technologique. Un business plan très fin a été élaboré. Celui-ci s’appuie sur les résultats obtenus sur des plateformes similaires à Atlanta.

  5. L’Institut Lafayette, plateforme d’innovation technologique de niveau international qui peut accueillir jusqu’à 35 chercheurs, a dernièrement été inauguré au technopôle de Metz. La structure, qui a représenté un investissement de 29,5 millions d’euros, dispose de 1 100 mètres carrés de laboratoires et d’une salle blanche, le tout doté de matériel de pointe. Elle rassemble sous un même toit des technologies allant des matériaux aux composants à taille nanométrique. L’idée est de les transposer directement aux processus industriels.
    Avec l’IRT Matériaux et le CEA Tech, l’Institut Lafayettte fait partie de la dynamique nouvelle qui anime la Lorraine et plus particulièrement Metz. Un modèle scientifique et technologique qui doit maintenant devenir un catalyseur économique.

Laisser un commentaire