Polémique du Saint-Nicolas-des-Lorrains : ils commencent à nous emmerder !

Nous ne souhaitions pas réagir au départ aux provocations presque racistes des alsaciens envers les Lorrains au sujet de la pseudo-polémique autour du Saint-Nicolas (bénit soit-il lui qui doit regarder tout cela d’un œil bien consterné), mais les récentes déclarations des uns et les approximations des autres, notamment de la presse parisienne, nous obligent à remettre les points sur les « i ». 
Nous ne reviendrons cela dit pas sur les motivations des communes de Nancy et de Saint-Nicolas-de-Port au sujet de leur demande de protection à l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) de la marque « Saint-Nicolas » (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/10/19/saint-nicolas-patron-de-la-lorraine-et-des-lorrains/). Nous nous contenterons en effet de rappeler que contrairement à ce qu’il a été véhiculé ici et là de manière totalement fausse (voir les titres et les parutions du Parisien and Co), ce n’est pas la Lorraine dans son ensemble qui a initié une telle démarche, mais seulement les deux communes mentionnées plus haut. 
Donc premièrement, merci de bien vouloir vérifier vos sources avant d’affirmer des choses éhontées sur notre belle Lorraine. Cela dit, nous souhaiterions que l’ensemble de la Lorraine se montre solidaire envers cette initiative, au lieu une nouvelle fois de s’excuser et de se dévaloriser. 
Deuxièmement, le but de cette protection à l’INPI n’est pas d’empêcher les uns ou les autres d’organiser des réjouissances autour de la Saint-Nicolas, mais juste de se prémunir contre des personnes malavisées et des escrocs qui utiliseraient la Saint-Nicolas pour écouler leurs produits mercantiles et se faire de l’argent sur le dos des villes organisatrices. Aussi, la presse nationale, qui se meurt dans la médiocrité à force de peopolisation et de conneries devrait davantage s’intéresser aux contrefaçons qui pourrissent notre belle fête de la Saint-Nicolas plutôt que jeter une nouvelle fois de l’huile sur le feu pour vendre ses « éditions-caniveaux ». Peut-être que cela rehausserait un peu le niveau.       
Quant à ce député du Haut-Rhin, un certain Eric Straumann, qui n’a pas trouver autre chose par ces temps de crise économique que d’organiser un happening à Paris pour dénoncer ce « rapt » orchestré par la Lorraine, nous le remercions d’avoir pendant une après-midi assurer un peu d’animations dans les rues de la ville et d’avoir fait rire les passants et les enfants. C’est bien, sans rien lui demander, cet élu en difficulté, qui cherche un peu d’aura médiatique dans une région en perte de vitesse, a ainsi gratuitement ridiculisé l’Alsace entière par ces gesticulations insignifiantes et anecdotiques. 
Mais attention, les Alsaciens ont prévenu : si les Lorrains ne retirent pas le dépôt de la marque, ils les attaqueront en justice. Ouille Ouille Ouille, qu’est-ce qu’on peut trembler ici en Lorraine ! C’est fou comme on a peur. Eh ben vas-y attaque en justice qu’on rigole encore un peu ! Il faut bien aussi que les juges s’amusent en cette période de fêtes de fin d’année ! Comme cela les alsaciens seront définitivement pris pour des clowns et l’Alsace apparaîtra comme une farce grossière aux yeux de la France entière. En fait, la Lorraine n’attend peut-être que cela, que les alsaciens l’assènent en justice, dans ce qui pourrait alors avoir l’allure d’un combat final. 
Sincèrement arrêtez de nous faire chier oui !   

3 réflexions au sujet de “Polémique du Saint-Nicolas-des-Lorrains : ils commencent à nous emmerder !”

  1. Bientôt les alsaciens vont finir par nous piquer la quiche lorraine, la mirabelle … après nous avoir déjà usurpé la choucroute, le munster (dont 95 % de la production est realisée en Lorraine, voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/04/11/la-lorraine-cette-terre-fromagere/) ou le kuglof par exemple.
    A tel point que cela ne les choquerait même pas de pretendre: “le sushi, d’Alsace naturellement !”
    Alors maintenant STOP !

  2. Plutôt que de vous en prendre à la personnalité de M. Straumann, dénoncez sa manœuvre destinée à politiser cette histoire …
    Vous ne ferez qu’y gagner en audience et en respect.

  3. Certes, l’énergumène tente une récupération politique de la fête à titre purement personnel.
    Cela dit, il ne politise pas d’un point de vue global la Saint-Nicolas, le problème est ici plus culturel et historique.
    On peut ainsi lire sur son blog d’après le commentaire d’un internaute sur Agora vox :
    « Il (Mister Strautmann) assure un monopole aux villes lorraines, alors que, rien que dans le Haut-Rhin, une trentaine de marchés, foires et fêtes de la Saint Nicolas se déroulent depuis la nuit des temps. »
    Effectivement, ils ont un peu raison les alsaciens, ils fêtaient Saint-Nicolas avant qu’il soit né ! Alors…
    Dans tous les cas, est-ce qu’il faut nécessairement être (un) politique pour « politiser » une affaire ?
    et/ou inversement des qu’un politique intervient sur une affaire politise t-il automatiquement ladite affaire ?

Laisser un commentaire