Histoire et mystère de Bronvaux

Charmant petit village niché au cœur des collines du Pays Messin, Bronvaux est source de légendes et de bon vin.

A Bronvaux, on peut trouver de nombreux linteaux de porte relativement anciens, notamment dans les rues Haute et Basse, mais aussi 20 ares de vignes qui permettent de produire 800 litres de vin par an. De style néogothique, l’église Saint-Laurent a quant à elle était construite en 1823. Elle possède la caractéristique de renfermer deux vitraux réalisés par le peintre-verrier nancéien Georges Janin en 1928, ainsi que des statues de la Vierge et de Saint-Laurent. La statue de la Vierge est en bois de tilleul polychrome. Elle est aussi dite de l’Apocalypse en référence à un texte qui énonce que ses pieds foulent la tête d’un serpent, ce qui est le cas ici. 

Enfin, près de la Haute rue, existe un chemin, celui de la Sorcière. Il était une fois à Bronvaux… Margueritte Petit Gérard. Cette dernière avait une soixantaine d’années lorsqu’elle fut accusée de sorcellerie. On lui reprochait la mort ou la maladie du bétail, la maîtrise de la météo ou encore la guérison surprenante d’un porc par l’utilisation d’herbes. Le procès de Margueritte dura 4 jours. Elle fut seule pour se défendre. Les 21 et 22 novembre 1583, elle fut interrogée seule, contrairement à la journée du 23 novembre et une partie de celle du 24 où les personnes qui avaient témoignées contre elles furent associées à l’interrogatoire. Elle subit ensuite un autre interrogatoire « plus poussé ». La pauvre femme ne reconnut jamais rien, si ce n’est une certaine connaissance des plantes. L’issue du procès n’est aujourd’hui toujours pas connue.

1 réflexion au sujet de “Histoire et mystère de Bronvaux”

  1. De la sorcière de Fillières
    Les rues de Fillières, village authentique du Pays-Haut, accueillent chaque année depuis 14 ans maintenant une fête bien atypique consacrée à la sorcière locale. Pour l’occasion, sa maison a été aménagée dans une grange. Le public a pu y découvrir son serpent fumant et crachant, tandis que les lavandières se sont activées au lavoir communal pour blanchir sa méchanceté. A la tombée de la nuit, le bûcher a été allumé pour se débarrasser pour un an de cette sorcière maléfique.

Laisser un commentaire