Quand la connerie l’emporte sur le cœur

Nous souhaitons, en cette fin de semaine, vivement réagir à une décision stupide qui pourrait avoir de bien tristes et de bien graves répercussions sur le quotidien de centaines de Lorrains. 
En effet, ouverts depuis plus de quinze ans, en toute saison, les Restos du cœur d’Uckange et de Knutange ont dernièrement fermé leurs portes, alors que la campagne d’hiver s’apprêtait à commencer. Cette décision « exceptionnelle » imposée aux bénévoles locaux a été prise par les instances départementales de l’association. Elle a été motivée par « des problèmes de dysfonctionnements internes ». Un don d’un restaurateur local de 13 000 boîtes de pizzas surgelées accepté l’hiver dernier par les responsables de trois centres de la vallée de la Fensch pour leurs bénéficiaires, faute de quoi la marchandise aurait été perdue, serait à l’origine de ce règlement de compte. En effet, une telle pratique est contraire à la charte des Restos du cœur et aux règles de mutualisation qui voudraient que les dons soient centralisés à Metz. Mais dans de telles circonstances, ne peut-on pas autoriser un peu plus de souplesse dans une organisation peut-être archaïque ? Dans tous les cas, la raison devait l’emporter sur le règlement. 
Suite à cette affaire, les trois responsables ont été demis de leurs fonctions, si bien que faute d’en avoir trouvé de nouveaux, les centres d’Uckange et de Knutange ont du fermer leurs portes, laissant du jour au lendemain près de 200 familles en difficulté sans aide alimentaire. Mais dans quel monde vit-on … Le pauvre Coluche doit se retourner dans sa tombe. 
A Uckange, le local communal prêté aux Restos du cœur sera mis à la disposition de la Croix Rouge. 
A noter enfin que les bénéficiaires de l’association dépendants des centres de Knutange et d’Uckange peuvent s’adresser aux structures d’Ottange, d’Hayange, de Fameck ou de Gandrange. Cette ancienne valle industrielle étant devenue particulièrement pauvre, elle ne manque pas de ce genre de centres… 

1 réflexion au sujet de “Quand la connerie l’emporte sur le cœur”

Laisser un commentaire