Histoire moderne de la bière en Lorraine

Terre de bières par excellence, la Lorraine est, avec 24 brasseries recensées, la troisième province française la mieux pourvue, derrière la région Rhône-Alpes et le Nord-Pas-de-Calais, alors que l’Alsace en compte seulement 17.

champigneullesbiere.jpg

Champigneulles constitue la dernière grande brasserie traditionnelle en Lorraine et est la troisième de France avec une production de plus de deux millions d’hectolitres. Elle appartient aujourd’hui à un groupe allemand. 

Rappelons qu’avec une moyenne de 30 litres par an et par habitant, la France est le 27eme  pays au monde en termes de consommation de bière. L’Est oscille entre 60 et 90 litres par an et par habitant. Tradition brassicole et culture obligent. Cette plus forte consommation peut être, entre autres, attribuée à la présence de nombreuses « corporations » amatrices d’orge et de houblon, comme les militaires, les ouvriers et les mineurs qui avaient l’habitude de boire « une première chope pour la silicose, une deuxième pour la soif, et une troisième pour le plaisir ! » 

Les grandes brasseries lorraines ont vu le jour à partir de 1850 à Nancy, Bar-le-Duc, Metz et dans les Vosges. La brasserie Tourtel, à Tatonville, en fut néanmoins le fer de lance. C’était en 1890 le plus grand établissement du genre en France. A l’époque, Nancy était considéré comme la « capitale de la bière », tant les activités annexes s’y étaient développées, avec les tonnelleries, les malteries, les écoles de brasse et les tentatives de culture de houblon autour de Lunéville et de Rambervillers. Au début du XXème siècle, la Lorraine était encore la première province productrice de bière de fermentation basse. Les brasseries de la Meuse (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/03/une-biere-lorraine-a-savourer/) avaient en effet acheté plusieurs usines partout en France. 

Malheureusement, les deux guerres mondiales ont considérablement réduit le paysage brassicole lorrain. L’avènement des micro-brasseries est cependant en train de redorer le blason (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/02/02/le-temps-des-micro-brasseries-en-lorraine/).

3 réflexions au sujet de “Histoire moderne de la bière en Lorraine”

  1. La brasserie de Saverne, qui appartient depuis les années 1980 au Sarrois Karlsberg, continue de brasser une bière lorraine : l’Amos, la bière de Metz, que tout un chacun dans nos contrées a consommé dans la fameuse tasse de 25 centilitres.
    Produite à hauteur de 10 000 hectolitres par an, l’Amos est toujours bue à Metz, où elle est encore distribuée dans les cafés, à la pression mais quasiment plus dans la fameuse « tasse ». Elle est également commercialisée en bouteilles dans la grande distribution.

  2. Edition après édition, le salon Richement Bière a fini par s’imposer comme la manifestation brassicole la plus importante du Grand Est. Plus de 4 000 visiteurs et une quarantaine de brasseries artisanales lorraines, françaises, belges et luxembourgeoises étaient au rendez-vous de la 8ème édition. Des navettes de bus gratuites étaient prévues depuis Thionville, Richemont, Hagondange et Talange.

Laisser un commentaire