Les compensations de Bure

ERDF a lancé plusieurs projets de « compensation » dans le cadre de la construction de son centre de stockage de déchets nucléaires, à Bure, dans la Meuse, pour lequel l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs) poursuit ses investigations dans son laboratoire expérimental, à plus de 500 mètres sous terre. 
Au programme figure donc un centre d’archives, un gros cube en rase campagne imaginé par le cabinet Lan Architecture. D’une superficie totale de 6 000 mètres carrés, dont 1 400 mètres carrés de surface au sol, ce dernier possédera 70 km de rayonnage. Le chantier, qui aura duré dix-sept mois, devrait s’achever cet automne. Le bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale), pour le moins futuriste, abritera les archives industrielles d’EDF pour les 150 prochaines années. Les travaux ont coûté 10 millions d’euros, dont 8,7 réalisés par des entreprises locales. Ce centre permettra de créer 16 emplois. 
De même, à Velaines, près de Bar-le-Duc, une plateforme logistique devrait bientôt optimiser l’approvisionnement des pièces de rechange utilisées sur le parc nucléaire en France. Dans cette optique, un bâtiment de 45 000 mètres carrés, dont 39 000 pour le stockage, sera construit pour accueillir un million de pièces. A noter que cette plateforme devrait être opérationnelle début 2013 avec 60 emplois à la clé. 2 500 mètres de locaux supplémentaires, dont des salles blanches, seront par ailleurs réalisés. Ceux-ci seront dédiés à la conservation de composants électroniques. L’ensemble de cette opération représente un investissement de 30 millions d’euros. 
En conclusion : super on se récolte les déchets radioactifs de la France et on obtient en échange un centre d’archives et une plateforme logistique ! Intéressant comme deal. A cause de la passivité du bon peuple lorrain, Paris et l’ANDRA font ceux qu’ils veulent. C’est open par ici. Quelle honte et quelle naïveté des élus qui conclu un tel pacte avec le Diable (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/dechets-nucleaires/ et http://blefondation.e-monsite.com/rubrique,dechets-nucleaires,311789.html).   

3 réflexions au sujet de “Les compensations de Bure”

  1. EDF a dernièrement présenté à Velaines, en Meuse, une plateforme logistique de pièces de rechange pour les 58 réacteurs du parc nucléaire français. Entrée en exploitation au début de l’année, la plateforme doit gérer toutes les pièces de rechange de moins de 10 tonnes nécessaires aux centrales nucléaires. Cette structure, qui représente un investissement de 34 millions d’euros, va progressivement stocker sur 45 000 mètres carrés 4 millions de pièces de 200 000 références différentes. A partir du second semestre, EDF centralisera dans la commune les pièces de rechange nécessitant des réparations. 67 personnes seront affectées à cette activité, qui doit également permettre la création d’emplois supplémentaires directs et indirects.

  2. Les territoires qui accepteraient de recevoir dans leurs sous-sols des déchets radioactifs pendant des millions d’année veulent des compensations. Ils réclament non seulement des retombées sonnantes et trébuchantes, mais aussi des retombées économiques, c’est-à-dire l’installation de sites industriels amenant des emplois et de l’activité réelle sur le terrain. Ils demandent aussi plus de transparence et de collaboration de l’ANDRA, en particulier pour ce qui est des lieux exacts où l’agence entend poser ses installations de surface.
    Rappelons que les collectivités territoriales ont, à l’heure actuelle, seulement accepté l’installation d’un laboratoire de recherche à près de 500 mètres de profondeur, en place depuis 2001, mais pas celle d’un centre de stockage de déchets nucléaires.

Laisser un commentaire