Les dessous de l’affaire Monfils

Le forfait de Gaël Monfils (voir les commentaires de l’article http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/09/05/les-rois-de-lopen-de-moselle/) à l’Open de Moselle 2010 interpelle à plus d’un titre. Certains soupçonnent en effet le Français d’avoir triché en invoquant, ou prétextant, une douleur imaginaire aux abdominaux. Il faut dire qu’à le voir enchaîner les figures spectaculaires de danse après la victoire en Coupe Davis à Lyon et les pompes sous les applaudissements nourris de ses supporters messins, il est dur de croire en ses faiblesses musculaires. 
Si tel est effectivement le cas, Gaël Monfils, fort du règlement régissant la vie sur le circuit professionnel, aurait ainsi pleinement profité d’un vide juridique dans sa discipline. En effet, il n’y a pas besoin d’un certificat médical pour authentifier le mal au tennis. Les kinésithérapeutes sont simplement chargés d’enregistrer les déclarations des joueurs, ainsi que leurs vraies ou fausses grimaces de douleurs. 
Dans tous les cas, même si Gaël Monfils était vraiment blessé, rien ne l’autorisait à quitter le tournoi comme un voleur, sans même saluer ceux qui ont œuvré depuis des mois pour sa venue et obtenir son accord. Ce manque de courtoisie et de respect tranche singulièrement avec la générosité de ses hôtes mosellans, qui ont eu la faiblesse de céder à quatre, voire plus, de ses caprices. En effet, outre la garantie classique offerte aux vedettes de 50 000 dollars environ, qui s’ajoute à la grille des prix ordinaires, le Français avait réussi à obtenir un bon de sortie en plein tournoi pour assister au mariage d’un copain à Paris. 
Rappelons de même qu’avant de s’imposer en 2009 dans les arènes messines, Gaël Monfils avait bénéficié en 2004 d’une wild card, c’est-à-dire une invitation, pour ce qui était alors son premier tournoi professionnel. Si bien qu’un peu de respect, de gratitude et de reconnaissance ne seraient pas de trop. 
Le comportement exemplaire de ses compatriotes de la Coupe Davis ou d’Ivan Ljubicic, ancien représentant des joueurs à l’ATP (Association Tennis Professionnel), n’ont malheureusement pas influencé Gaël Monfils. N’oublions pas que le Croate, diminué par un genou récalcitrant, est venu très tôt à Metz pour se soigner, afin d’augmenter ses chances de participer à un tournoi qu’il chérit tant. Monfils est quant à lui arrivé la veille, un air nonchalant. No comment ! 
Enfin, signalons que Michael Llodra et Jo-Wilfried Tsonga, également forfaits sur blessures, ont accepté gracieusement de passer une journée dans les arènes messines, auprès des partenaires, des enfants et des médias. 

1 réflexion au sujet de “Les dessous de l’affaire Monfils”

  1. Après son « forfait » en 2010, Gaël Monfils souhaite revenir au Moselle Open de Metz. Finaliste en 2005, vainqueur en 2009 et parti comme un voleur en 2010, le joueur, jamais loin du top 10 planétaire, est intéressé par la nouvelle dimension prise par le tournoi lorrain. La 10ème édition verra t-elle le retour d’un revenant opportuniste ?

Laisser un commentaire