Un Pompidou-Metz timbré

Depuis quelques semaines, la plupart des quotidiens nous parlent du problème des cartes postales du Centre Pompidou-Metz (CPM). Nous aussi, nous vous avons exposé de quoi il était question sur cette plateforme (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/09/05/pas-de-carte-postale-du-centre-pompidou-metz/). Mais ce que les médias traditionnels ne vous disent pas, c’est que ce contretemps, fort embarrassant, renvoie au débat plus général des droits. Autrement dit au pognon, car au-delà d’être seulement considéré comme une œuvre d’art, le CPM est avant tout perçu, par toute une bande de requins affamés, comme un gros gâteau, une montagne de fric à se partager entre amis. 
Il est bien vrai qu’on ne peut rester insensible à ce succès aussi phénoménale que retentissant, puisque les 800 chefs d’œuvres présentés ont dernièrement accueilli leur 350 000ème visiteur. Dans un an, toute cette admirable collection aura déjà regagné Paris. En effet, la fermeture de la grande nef et des galeries de l’exposition inaugurale va s’échelonner du 25 octobre 2010 au 29 août 2011. Et oui si tôt, afin de laisser progressivement la place à une exposition consacrée à l’année 1917 avec le prêt du fameux rideau de scène Parade de Pablo Picasso, et une autre présentation plus énigmatique sur le thème du labyrinthe. Cela dit, rien n’a encore été officiellement confirmé, puisqu’il se pourrait bien que la fabuleuse exposition inaugurale du CPM joue les prolongations. 
Mais après cette brève parenthèse, revenons sur cette affaire de droits de reproduction. Outre les cartes postales, cette dernière concerne également tout un tas de produits plus ou moins dérivés, dont actuellement le seul autorisé sur le marché est un œuf des célèbres émaux de Longwy (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/05/14/les-emaux-de-longwy-creent-un-oeuf-pour-pompidou-metz/). En effet, cette mascarade concerne également la campagne de promotion intitulée « Je m’installe à Metz ». Des artistes aussi renommés que Picasso, Dali et Warhol l’avaient ainsi affirmé sur tous les murs de France, fin avril, dans le but de carillonner l’ouverture le 12 mai du nouveau musée d’art contemporain. Des  images et un slogan  qui ont marqués les esprits et que de nombreux visiteurs du Centre Pompidou-Metz auraient bien voulu s’approprier sous forme d’affiches à poser chez eux. Malheureusement, pour les raisons que nous avons invoqué plus haut, cela est impossible, question de droits oblige. Si cet aspect nous apparaît des plus regrettables et des plus désagréables, il l’est tout autant aux yeux des touristes et autres visiteurs. Car ne nous dites pas que cette « question » n’aurait pas pu être prévue et réglée bien avant l’ouverture du centre. 
Dès lors, quitte à y trouver un remède dans les plus bref délais, autant prévoir immédiatement des extensions aux simples cartes postales et affiches en envisageant par exemple des mugs, t-shirts, porte-clés, aimants, stylos, crayons et autres gommes à l’effigie du bâtiment. De même, en association avec la Poste, pourquoi ne pas, pour le coup, imaginer un timbre sur le CPM ? Encore fallait-il y penser, n’est-ce pas ? De cette façon, on pourra dire que le centre, ou plutôt ses responsables, sont timbrés. Mais, il paraît que c’est de l’art… Alors, circulez, il n’y a rien à voir ! 

6 réflexions au sujet de “Un Pompidou-Metz timbré”

  1. Rien d’étonnant si la nouvelle exposition du Centre Pompidou-Metz s’articulerait autour de l’année 1917. En effet, cette date constitue une des années fortes de l’art moderne. Car 1917, c’est l’année de la révolution russe mais aussi de l’ouverture de la galerie Dada à Zurich, des expositions de Foujita et de Modigliani à Paris, de « Fontaine » de Marcel Duchamp et enfin l’année où Chagall retrouva sa liberté créatrice à travers des toiles inspirées par l’amour qu’il portait à sa jeune femme, Bella Rosenfeld.

  2. L’exposition inaugurale du Centre Pompidou-Metz, Chefs-d’œuvre ? est prolongée en intégralité jusqu’au 17 janvier 2011. Après cette date, les galeries fermeront l’une après l’autre, mais cela ne sera pas comme ce qui avait initialement été prévu, puisque c’est la galerie 1 qui fermera en premier, le 17 janvier, suivie, très probablement de la galerie 3, le 9 mai. La grande nef et la galerie 2 fermeront a priori ensemble le 29 août 2011, sachant qu’une galerie ne restera jamais fermée plus de huit semaines au public. En attendant, le cap des 400 000 visiteurs a été franchi au musée le jeudi 23 septembre.

  3. Le Centre Pompidou-Metz devrait bientôt avoir son effigie sur un timbre. Un fond bleu devrait ainsi faire ressortir son architecture audacieuse. Avec un peu de chance, le nouveau timbre sera mis en vente avant la fin de l’année pour qu’il puisse s’envoler avec les cartes de vœux. Malheureusement la carte postale du CPM n’est pas prête de sortir, au grand dam des visiteurs. Les autorisations des architectes sont en cours, si bien que la carte tant attendue devrait peut-être sortir pour les fêtes de fin d’année … 2011.

  4. Les responsables du Centre Pompidou-Metz n’ont malheureusement guère envie que leur chef-d’œuvre se retrouve sur des mugs, tasses, tee-shirts, porte-clés, aimants, stylos, crayons et autres gommes. Alors que le nouveau musée d’art contemporain messin, à l’architecture audacieuse brille pas son absence sur les produits dérivés, il se retrouve néanmoins, quand même, sur un timbre édité par la société d’histoire du Sablon, accompagné de l’ellipse de l’amphithéâtre gallo-romaine de 25 000 places, dont les vestiges dorment dans le sous-sol, presque à ses pieds.
    Quant aux cartes postales tant attendue par nombre de Messins, touristes et visiteurs, certains en auraient aperçu dans différents bureaux de tabac de Metz et à la gare. Une information à confirmer.

  5. La Société d’Histoire du Sablon a réussi à éditer un timbre à l’effigie du Centre Pompidou-Metz, après avoir obtenu l’autorisation des architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines. Même La Poste n’a pas eu le feu vert. Le timbre a déjà été vendu à 7 000 exemplaires. Il est actuellement disponible au musée d’art contemporain ou à l’Office du tourisme de Metz, mais pas à La Poste !

  6. Un timbre à l’effigie de la cathédrale et du temple neuf de Metz sera édité à plus de deux millions d’exemplaires à l’occasion du 84ème congrès de la Fédération Française des Associations Philatéliques qui se déroulera dans la ville aux 3 000 d’histoire du 10 au 13 juin. Cette manifestation devrait accueillir des milliers de passionnés. Les 623 associations qui sont membres de la Fédération seront toutes représentées à Metz.

Laisser un commentaire