Visite à Scy-Chazelle

Scy-Chazelle, charmante commune de 2 880 habitants s’étire des rives de la Moselle aux flancs du Mont-Saint-Quentin. Ce dernier, riche en faune et en flore, avec notamment la présence du lynx et d’espèces rares d’orchidées, a d’ailleurs été le premier site naturel à être classé en Lorraine. C’est toujours un lieu idéal pour les amoureux de la nature.

Mais Scy-Chazelle est avant tout réputé pour la maison de Robert Schuman, un des Pères Fondateurs de l’Europe contemporaine. Né en 1886 à Luxembourg, Robert Schuman est venu habiter dans la commune en 1926. Avocat de formation, il exerça au barreau de Metz, puis se lança dans une carrière politique brillante et exemplaire. C’est en 1960 que Robert Schuman est venu s’installer définitivement dans la maison que l’on peut aujourd’hui visiter. Pendant son travail, cette ancienne demeure vigneronne constituait un endroit où il venait se ressourcer et réfléchir. Dans cette dernière, l’atmosphère est sobre et simple, à l’image des goûts de son propriétaire. Tout a été restitué, des interrupteurs d’époque à son impressionnante bibliothèque contenant des livres rares, en passant par sa collection de photos et d’autographes d’hommes et de femmes célèbres tels que Marshall et Harry Truman, sans oublier le bureau où il a approuvé la déclaration du 9 mai 1950. De 1 500 visiteurs auparavant, la maison de Robert Schuman, devenue musée, accueille de nos jours plus de 17 000 curieux.

Le parc de la maison a lui aussi subi de nombreux travaux, afin de reconstituer le jardin tel qu’il était autrefois. Si bien que dans le « jardin des plantes de chez nous », on retrouve les mêmes espèces qu’à l’époque de Robert Schuman, ainsi que des plantes typiquement lorraines. A noter qu’un espace muséographique plus contemporain y a également été aménagé. Véritable lieu de réflexion sur l’Europe, la visite de ce centre débute à l’étage avec une exposition permanente comprenant trois niveaux de lecture : le mur de documents avec une collection patrimoniale de Robert Schuman, un mur de médiation qui propose une approche plus didactique et une frise chronologique sous forme de ruban, métaphore de la construction européenne. Le rez-de-chaussée du bâtiment présente quant à lui une exposition temporaire.

Non loin de là, juste en face de la maison de Robert Schuman, se tient l’église fortifiée Saint-Quentin. Le chœur de cet édifice construit au XIIème siècle est d’ailleurs le lieu de repos du Père de l’Europe.   

Afin de faire découvrir aux visiteurs les autres facettes de la commune, la municipalité de Scy-Chazelle projette de créer un circuit touristique qui sera composé de deux itinéraires et qui sera ponctué de panneaux d’informations. Le parcours devrait ainsi passé par la croix de Gibet situé à l’emplacement où avaient lieu les exécutions. L’année dernière, les habitants y avaient reconstitué un procès de sorcière. Le circuit s’arrêtera de même sur la place de l’Esplanade, de laquelle on peut profiter d’une magnifique vue panoramique sur la vallée de la Moselle, ainsi que par les vignes de la commune. Niché sur les hauteurs de Scy qui dominent l’agglomération messine, ce vignoble de 24 ares, qui profite d’une exposition plein Sud sur les flancs du Saint-Quentin, permet de produire un Auxerrois sec, légèrement pétillant et aux arômes d’agrumes, mais aussi un pinot gris qui évoque les fruits rouges. 

La municipalité a également créé des jardins collectifs non loin du vignoble. Pour le moment, seule la première partie du programme a été réalisée avec des lopins de terre de 2,5 ares. L’idée a tellement séduit la population que tous les terrains sont déjà réservés. Une seconde tranche devrait bientôt voir le jour. 

Enfin, Scy-Chazelle a l’intention de créer des pistes cyclables qui permettront de longer tranquillement les bords de la Moselle. Ces chemins s’inscrivent dans le cadre du projet de Véloroute Charles le Téméraire.

1 réflexion au sujet de “Visite à Scy-Chazelle”

  1. La maison de Robert Schuman a dernièrement accueilli son 15 000ème visiteur de l’année. C’est la première qu’un tel seuil est atteint. A noter que plus de 3 500 enfants ont participé en 2010 aux ateliers mis en place par le centre européen Robert Schuman au sein du musée du même nom. Il faut dire que l’effet Pompidou a joué, avec l’arrivée nouvelle de centaines de Franciliens venus découvrir la chambre, le bureau ou encore la cuisine de l’ancien ministre mosellan, soit tout un univers reconstitué des années 1950, qui parle de façon presque intime. Rappelons aussi que cette année marquait le cinquantième anniversaire de la déclaration de Robert Schuman (9 mai 1950). Une vraie réussite.

Laisser un commentaire