A la découverte de Mondelange

En 1994, des fouilles préventives ont mis à jour la plus ancienne nécropole de Lorraine, à Mondelange. Celle-ci témoignait d’une occupation longue de la population Celte de 800 avant notre ère jusqu’à 25 après Jésus-Christ. Grâce aux nombreuses sépultures retrouvées, les archéologues ont pu observer des changements dans les pratiques funéraires. En effet, les Celtes pratiquaient l’inhumation et l’incinération. Au cours des recherches, deux sépultures se sont particulièrement distinguées. L’une d’entre elles contenait un squelette étendu sur un char. Il devait certainement s’agir d’une personne importante et riche. Les bandages des roues peuvent d’ailleurs être contemplés aux Musées de la Cour d’Or à Metz. L’autre tombe abritait une femme parée de bijoux en bronze, avec deux bracelets aux poignés, deux anneaux aux chevilles, un torque et un gros collier orné de fil d’or et de corail. Cette découverte montre qu’il y avait déjà des échanges commerciaux à cette époque.

archositecelte.jpg  
De même, l’extension de 10 000 mètres carrées de la zone commerciale a d’ores et déjà permis d’effectuer de nouvelles fouilles. Ces recherches se sont une nouvelle fois révélées fructueuses, puisque des traces de civilisation ont été retrouvées. Ces dernières seraient même encore plus anciennes que celles de la nécropole celte située dans un nouveau lotissement, dont l’histoire et les objets sont présentées dans l’Archéosite, un musée construit en 1999. L’occupation humaine y remonterait en effet à 3 500 ans avant notre ère. 
Vous l’aurez compris, l’Histoire à Mondelange nous renvoie à très très loin. Mais depuis ces temps fort reculés, le chemin de fer a séparé la ville en deux. Ce qui a eu pour effet de lui avoir donné deux noms : le vieux et le nouveau Mondelange. Par conséquent, on y retrouve deux églises, Saint-Jean-Bosco et Saint-Maximin. La première, à l’architecture gothique, a été élevée en 1499. Elle renferme bien des trésors avec ses vitraux rouges et bleus de Maréchal, un des plus beaux oculus de Lorraine et son portail. A côte de l’édifice se tient un calvaire du XVIIème siècle de François Lapierre de Rombas, sculpteur bien connu dans la vallée de l’Orne. L’église Saint-Maximin a quant à elle la particularité de ne pas avoir de clocher, faute d’argent lors de sa construction en 1959. Avant cela, les paroissiens du nouveau Mondelange devaient se rendre de l’autre côté du chemin de fer pour pouvoir assister à la messe. Ils ont alors réuni des fonds afin de construire une église de leur propre côté. Bien que ne possédant pas de clocher, la nouvelle église eu des cloches, au cas où. Mais si le projet de clocher n’a finalement pas abouti, les cloches ont dormi dans les sous-sols pendant 50 ans, avant d’être redécouvertes récemment ! Afin de saluer l’évènement, les cloches de 350 kg ont été bénies à Pâques, de quoi raviver la foi des 5 855 habitants de Mondelange. 
Enfin, la commune a décidé de transformer en jardins ses terrains non constructibles, dans l’optique de les valoriser. Ces derniers sont avant tout destinés aux habitants vivant en appartement. Pour l’instant, les jardins n’en sont qu’à leurs débuts, c’est-à-dire à 21 parcelles de 1,8 are. Une vingtaine d’autres sera bientôt aménagée. Il reste encore à clôturer l’ensemble, à faire fonctionner les deux puits et à construire les abris de jardins. En attendant, nous trouvons cette initiative excellente. 

Laisser un commentaire