Peltre se dévoile

Peltre, petite commune située aux portes de Metz, est avant tout connu pour sa cueillette. Le principe de celle-ci est simple. Il s’agit de se munir d’un panier, ou d’une brouette, d’un sécateur et d’aller chercher soi-même, comme un grand, ses fleurs, ses fruits et ses légumes. Le tout de saison, bien sûr. La cueillette de Peltre, c’est 16 hectares de cultures, 30 000 pieds de fraises, 9 000 plants de tomates ou encore 19 000 tulipes. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le concept fonctionne à merveille, puisqu’il séduit près de 20 000 personnes par an.

Outre sa célèbre cueillette, Peltre est intimement associé à la Congrégation des sœurs de la Providence de Saint-André qui s’y est installée en 1839 dans le château, ancienne fabrique de pipes, de cruches et de cruchons, afin de donner une éducation humaine et religieuse aux filles pauvres des campagnes lorraines. C’est après avoir vu la misère morale et religieuse que Saint-André aurait décidé de créer une telle institution. 

Les origines de Peltre remontent à la période gallo-romaine. Des fouilles archéologiques ont en effet mis au jour de nombreuses villas le long de l’ancienne voie romaine menant de Metz (Divodurum) à Strasbourg (Argentorate). Malgré ce passé antique, une grande partie du patrimoine de la commune date d’après 1870, à l’image de l’église Notre-Dame élevée en 1830 mais reconstruite en 1872. En effet, au cours de la guerre entre la France et la Prusse, le village a été entièrement détruit. Lors du siège de Metz, les Français ont tenté de se ravitailler par la voie de chemin de fer en passant par Peltre. Une tentative qui échoua et qui a valu à la commune d’être incendiée par les Prussiens en guise de représailles. 

Il faut par ailleurs à peine 6 minutes en train pour rejoindre Metz depuis Peltre. C’est pourquoi le maire aimerait bien que plus de haltes se fassent dans sa commune. Car au total, il n’y a en a que 12 par jour. Avec l’ouverture d’ici peu du nouvel hôpital de Metz, dont la maternité se situe en grande partie sur le ban de Peltre, le premier magistrat a bon espoir que la gare revoit sa fréquentation augmenter et plus de trains y s’arrêter. 

En attendant, la municipalité est en train de développer un réseau de pistes cyclables, en collaboration avec la Communauté de Communes du Val Saint-Pierre. C’est d’ailleurs assez curieux que Peltre n’ait pas adhéré à la Communauté d’Agglomération de Metz Métropole. Encore un problème de personnes ? Pour le moment, une voie allant de Peltre à la salle de sport de Jury a été aménagée. Mais bientôt d’autres viendront la compléter. 

(Source : presse régionale)

3 réflexions au sujet de “Peltre se dévoile”

  1. Quelle surprise, pour ne pas dire quel honneur 😉 , de découvrir Peltre faire l’objet d’un article dans ces lignes !
    Probablement y a-t-il un Peltrois là dessous !….
    Bon, j’ai eu un peu peur en voyant le début qui ne parlait que de la Cueillette. En toute amitié avec son exploitant, je me plais quand même à croire encore que Peltre n’est pas connue « avant tout » pour sa cueillette … Mais, finalement, si c’est ainsi que Peltre est maintenant perçu aux alentours, alors pourquoi pas … tant que la réputation est bonne !
    Et c’est vrai que à part le couvent, le patrimoine de la commune n’a rien d’exceptionnel ni de très attirant, malheureusement. Pas vraiment Metz pour des raisons historico-politico-administratives, mais trop proche de la ville pour qu’y souffle l’esprit de village qu’on trouve pourtant pas beaucoup plus loin … Avec optimisme, évitons que le village ne devienne seulement qu’une banlieue dortoir … Il y a bien dans la CA2M des villages qui ont su garder une âme.
    signé : un autre peltrois

  2. Afin de rappeler son passé viticole, la commune de Peltre, près de Metz, a planté plusieurs rangs de vignes à l’extrémité de la Rue des Vignes. Plusieurs familles de vignerons étaient en effet installées à Peltre entre le XVIIème et le XXème siècle.

  3. Un bâtiment abritant douze appartements de 23 mètres carrés chacun a dernièrement été inauguré à la communauté Emmaüs de Peltre. Construit en un an, cette extension moderne qui possède des abords agréables a représenté un investissement de 733 000 euros. Chaque logement dispose d’un balcon. A noter enfin que cet aménagement s’inscrit dans le cadre de la prévention dépendance des personnes âgées.

Laisser un commentaire