Le château de Niederstinzel doit sortir de l’oubli

Depuis quelques mois maintenant, le château de Niederstinzel, dans le Pays de Sarrebourg, est ausculté par une équipe d’archéologues de l’Université de Nancy 2. Ce sont à vrai dire surtout les pierres et les murailles extérieures de cet édifice construit au XIIIème siècle par les seigneurs de Geroldseck-Fénétrange qui sont étudiées dans le cadre d’un programme commun de recherche. Ce dernier porte plus précisément sur les pierres de construction aux périodes historiques des châteaux et des maisons fortes de toute la Lorraine.

chteauniederstinzel.jpg  
Longtemps négligé, le château de Niederstinzel s’est immanquablement dégradé au cours des siècles. Il a notamment souffert de nombreuses inondations. Bien que constitué de murs épais, il ne présente aux yeux de certains guère d’intérêt touristique en raison de son accès difficile. C’est faux. En raison de l’importance de ses ruines, il mériterait largement une ambitieuse restauration et une certaine revalorisation appuyée par des panneaux explicatifs et un débroussaillage d’envergure. Tout ceci permettrait de le sauvegarder et de le présenter avec fierté aux visiteurs. De même, si son accès est actuellement difficile, il n’en est pas moins insurmontable. Pour peu qu’ensuite la commune entreprenne de faucher et de dégager le sentier et le tour est joué ! Ce n’est quand même pas compliqué ! 
Si ce château a clairement été édifié dans un style germanique et reflète le mode de construction Outre-Rhin, il possède toutefois la particularité d’avoir été construit en pierres calcaires récoltées sur les collines environnantes, contrairement aux traditionnels châteaux-forts en grès rose des Vosges de ce coin de Lorraine. La technique de maçonnerie qui fut à l’époque utilisée était très au point. C’est ce qui explique la bonne conservation des murailles. 
A noter enfin, pour l’histoire, que les seigneurs de Geroldseck laissèrent dans les annales le souvenir de nombreux brigandages entre le XIIème et le XIVème siècle, avant que la lignée mâle de la famille ne s’éteigne en 1381. 
(Source : presse régionale) 

Laisser un commentaire