Que d’histoire aux Etangs !

Si Les Etangs sont aujourd’hui un paisible village niché au cœur de la campagne messine, ils ne le sont devenus qu’au gré des nombreuses modifications entreprises au cours de leur tumultueuse histoire.

Avant la révolution française, le village se décomposait en deux bourgades sur le bord du grand étang, à savoir Les Etangs, qui comprenaient six fermes en 1404, et la Beuverie, au sein de laquelle se trouvaient le château, la ferme de la Bruyère et le moulin de Bonfey. Il faut savoir qu’une séparation profonde existait entre les deux hameaux. 

Il existait de même aux Etangs une maison-forte, dans laquelle une chapelle rattachée à la paroisse de Hayes avait été aménagée. Mais la chapelle de la Beuverie menaçait de tomber en ruine. C’est pourquoi les habitants se rendirent à celle des Etangs, où ils subissaient de nombreux quolibets. En réaction, le seigneur de la Beuverie, Armand de Blair, fit élever une nouvelle chapelle, dédiée à la Vierge. En 1906, cette dernière, qui fut consacrée paroisse par l’évêque de Metz en 1750, fut vendue à des particuliers. Elle sert aujourd’hui de grange. L’église actuelle, vouée à Saint-Jean-Baptiste, lui succéda. 

Le château est quant à lui aujourd’hui divisé en appartements, tous loués à des particuliers. L’édifice, de style gothique tardif, est flanqué de quatre tourelles rondes, dont deux protègent encore l’entrée. Le château, qui possède deux ailes principales, était autrefois entouré de douves et d’étangs. Sa partie la plus ancienne qui remonte au XIVème siècle est un donjon rectangulaire protégé par un mur d’enceinte. Celui-ci comprend une cave en sous-sol, ainsi que trois étages, qui servaient à l’époque de stockage de vivres, de salle d’armes et de tour de guet. Le donjon présente des murs de 1,25 mètre d’épaisseur et de belles poutres en chêne. L’aile Nord fut bâtie sur des rochers. Elle abritait des locaux pouvant tenir une petite garnison. A noter que les quatre tours communiquent entre elles par l’intérieur et par la cour. De vastes étables sont nichées entre certaines d’entre elles. Elles recevaient les animaux des villageois en temps de guerre. 

Enfin, si vous vous arrêtez aux Etangs, n’oubliez pas de vous rendre au lavoir, qui servait également d’abreuvoir et de visiter le Jardin d’Autrefois qui constitue un véritable havre de paix de 1,5 hectare, avec des arbustes, des plates-bandes de graminées et de jolies allées. Dans un rayon de 15 km, deux autres jardins mosellans de styles différents sont ouverts au public, les jardins fruitiers de Laquenexy et le jardin du château de Pange. 

(Source : presse régionale)

Laisser un commentaire