A la source du thermalisme en Lorraine

Près de 500 000 personnes ont suivi en 2009 une cure thermale en France, dont 26 099 en Lorraine. Notre belle province conforte ainsi son 8ème rang dans le palmarès des régions thermales en accueillant 5,43 % de la fréquentation totale française. Elle se trouve néanmoins toujours très loin derrière l’Aquitaine et le Languedoc-Roussillon, dont l’activité est trois fois supérieure. Mais de nombreux investissements devraient donner encore un peu plus de poids à la filière.

thermalismeamnville.bmp 

Thermalisme à Amnéville, en Lorraine (Crédits photos : www.52we.com)

Rappelons que le thermalisme s’appuie sur cinq stations en Lorraine, qui ont en commun le traitement de la rhumatologie : Amnéville-les-Thermes, spécialisée également dans les voies respiratoires, Plombières-les-Bains avec les intestins et les maladies digestives, Bains-les-Bains pour le cœur et les artères, ainsi que Vittel et Contrexéville avec les maladies métaboliques et la minceur. La station mosellane, qui accueille plus de la moitié des curistes lorrains avec 14 795 curistes, est la 6ème de France, sur 115 établissements. Le pôle thermal d’Amnéville représente en outre 360 emplois directs et affiche un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros, qui monte à 20 millions d’euros si l’on y ajoute l’activité de Thermapolis et de la Villa Pompéi, les deux centres thermaux de loisirs. 

A noter enfin que le thermalisme constitue le premier pourvoyeur de nuitées dans les Vosges. Il y génère 300 emplois directs et 700 indirects. Il représente de même un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros, en comptant les séjours bien-être. Un curiste y dépense en moyenne 1 800 euros par mois. Au total, les stations de ce département rassemblent 11 304 curistes. Bains-les-Bains est la plus fréquentée avec 4 127 curistes et s’offre même une progression de 1,35 % par rapport à 2008. On retrouve ensuite, en seconde position, Plombières-les-Bains avec 3 918 curistes, puis Vittel (2 836) et Contrexéville qui n’a accueilli que 423 curistes en 2009. 

(Source : presse régionale)

2 réflexions au sujet de “A la source du thermalisme en Lorraine”

  1. Selon le CNETH (Conseil National des Exploitants Thermaux), 27 249 personnes ont effectué leurs trois semaines de cure dans l’une des cinq stations thermales de Lorraine, ce qui fait de notre belle province la 8ème région thermale de France. Au total, un peu plus de 540 000 assurés sociaux ont suivi une cure en 2013 dans l’un des 105 établissements thermaux français.
    Avec 14 898 entrées, Amnéville-les-Thermes capte plus de la moitié des curistes en Lorraine, devant Bains-les-Bains (4 608), Plombières-les-Bains (3 681), Vittel (3 614) et Contrexéville (448). Inauguré en 1986, le Centre Thermal Saint-Eloy accueille jusqu’à 1 600 curistes par jour en période de pointe. Amnéville-les-Thermes est ainsi la septième ville thermale de France en termes de fréquentation. 90 % des curistes qui y passent leurs 18 jours sont originaires de la région. La grande majorité fait d’ailleurs quotidiennement l’aller-retour. Un réseau de navettes a même été mis en place pour organiser l’acheminement. Le centre thermal amnévillois emploie 200 salariés, dont 120 saisonniers. Il réalise un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros par an. Son succès repose sur la source Saint-Eloy. Cette eau chaude minéralisée aux vertus thérapeutiques émerge à une température de 41 °C. Elle est captée au cœur du Bois de Coulange, à 900 mètres de profondeur, au milieu d’une couche de grès vosgien. Riche en sel, calcium et magnésium, elle est redistribuée dans les bassins ou sous forme de vapeur pour les aérosols. Elle est également mélangée à de l’argile du Forez pour faire de la boue vert foncé. La pellicule de péloïde est ensuite appliquée sur la peau des curistes à une température de 50 °C. L’eau de la station a des effets anti-inflammatoires et recalcifiants, ce qui permet de traiter les problèmes de rhumatologie qui constituent 80 % de l’activité du centre thermal. Elle soulage aussi les voies respiratoires, suite aux infections ORL (Oto-Rhino-Laryngologiques) et bronchiques ou encore l’asthme.
    Les stations thermales vosgiennes sont quant à elle spécialisées dans les intestins et les maladies digestives à Plombières-les-Bains, le cœur et les artères à Bains-les-Bains, ainsi que les maladies métaboliques et la minceur à Vittel et Contrexéville.

Laisser un commentaire