Le trésor des Templiers en Lorraine ?

Ce n’est pas un poisson d’avril. Plusieurs témoignages apportent des explications à la récente découverte d’un trou dans un champ à Langatte, dans le Pays de Sarrebourg, en Lorraine. Tous crédibles, ceux-ci sont néanmoins bien difficiles à vérifier concrètement. Mais des indices révélés dans les environs laissent penser qu’il existerait bien un réseau de galeries souterraines dans le sous-sol du Pays de Sarrebourg, entre Rinting, Langatte et Saint-Ulrich. 

Lorsque l’agriculteur ressent une chaleur en se penchant au-dessus du trou, il s’agit probablement de l’air provenant d’une cavité enfouie dans le sol que les principes géothermiques ont rendu plus chaud que l’atmosphère de surface. De même, il y a bien, au Rinting, au moins un début de tunnel. Au Haut-Clocher aussi, non pas au couvent actuel, mais plus loin, en lisière de forêt, sur des terres appartenant à l’ancienne possession de Saint-Ulrich, à la ferme du Fundenhoff. C’est là qu’un trou aux dimensions semblables à celui de Langatte a été retrouvé. La bâtisse est en réalité une ancienne commanderie de l’ordre des chevaliers teutoniques. La présence teutonique ne fait aucun doute. Des traces évidentes subsistent, à l’instar d’une croix pattée, symboles des ordres des moines soldats. De même, les mentions dans des documents historiques sont nombreuses.

          templiers.jpg  abbayedesalival.jpg

Rappelons que l’ordre des chevaliers teutoniques ou frère hospitaliers de Notre-Dame des Allemands, a été fondé durant les croisades en Terre Sainte en l’an 1190. C’est un ordre militaire et hospitalier, dont la mission originelle était de protéger les pèlerins germaniques en route vers Jérusalem. Organisés sous forme de milice, ces chevaliers étaient financièrement soutenus par les commanderies implantées en Europe, où ils sont devenus tellement puissants qu’ils sont à l’origine de la création de la Prusse. L’ordre teutonique est attesté très tôt à Sarrebourg, puisque son installation remonterait à 1222. La commanderie a été constituée dans le domaine proche de Saint-Ulrich, importante villa gallo-romaine, sur un site stratégique placé le long de la voie romaine et où l’eau s’écoule en abondance en sous-sol. Les chevaliers teutoniques ont sans doute récupéré par opportunisme d’anciennes galeries et auraient exploité puis développé à leur tour ce réseau souterrain en le consolidant et en l’aménagement pour leurs besoins. La présence de ces chevaliers est signalée jusqu’au XVème siècle. L’ordre teutonique possédait alors des privilèges, d’importants domaines et prélevait la dîme paroissiale. Il bénéficiait également de dons et de legs. A noter par ailleurs que les Teutoniques sont à l’origine de la création de l’hôpital de Sarrebourg. 

Mais dans cette histoire d’ordres et de chevaliers, l’élément le plus intriguant reste un plan gravé dans la pierre figurant sur le blason teutonique, qui indiquerait le cheminement des tunnels, leurs positions, leurs issues, ainsi que la localisation des emplacements des statues des apôtres en or. Douze, comme le signale une légende locale et comme il en est également fait mention dans les récits populaires. Laissé à la vue de tous, ce plan ne peut cela dit pas être compris par l’œil profane. Certains pensent qu’il s’agirait d’une carte donnant accès à une crypte secrète. Si bien que dès lors l’existence de cette crypte est admise, toutes les théories les plus audacieuses semblent permises. La cavité devrait au moins renfermer des reliques et des documents transmis de générations en générations et perdus au plus profond dans les mémoires. Nombres d’anciens ont ainsi rapporté les propos de leurs parents et grands-parents. Les religieux qui ont occupé les lieux auraient emprunté ces tunnels, avant que leurs accès ne soient fermés de la main de l’homme par sécurité. 

Il n’empêche que les travaux réalisés dans le passé par des amateurs réputés donnent un relief très particulier aux découvertes de ces derniers jours et nous amènent sur les sentiers de l’une des plus fantastiques énigmes de l’histoire : le trésor des Templiers. 

Au XIIIème siècle, sur fond de querelle avec le Pape et de dette, le roi de France, Philippe le Bel, fit la chasse aux Templiers, cet ordre de chevaliers né en Terre Sainte au moment des croisades. Ce fut la fuite. Le puissant ordre fut démantelé. Un convoi de trois charrettes sous escorte s’enfuit alors de Paris. Si sa destination reste aujourd’hui inconnue, la piste la plus vraisemblable mène vers les ports de l’Ouest et La Rochelle pour rejoindre les côtes britanniques, notamment l’Ecosse, où les Templiers rescapés auraient fondé la franc-maçonnerie, ou le littoral portugais. Mais des historiens émettent l’hypothèse d’un leurre pour détourner la véritable destination, vers la Lorraine, en suivant l’ancienne voie romaine, véritable autoroute marchande de l’époque. Le trésor évacué aurait été confié à la famille de Salm, afin d’être transmis ensuite aux héritiers du Temple. Dans cette optique, il aurait été emmené vers la puissante abbaye de Salival en Moselle. Des Templiers étaient en tout cas déjà installés non loin de là à Vic-sur-Seille et Gélucourt. 

Pour renforcer cette théorie, il apparaît que des archives du Temple ont été placées sous protection teutonique. En effet, si les Templiers étaient sur leur déclin, l’ordre teutonique était au contraire en pleine ascension. En 1780, des ouvriers auraient ainsi découvert un coffre contenant des documents templiers à Maastricht, anciennement dépendance de Lorraine, sous les remparts de la commanderie teutonique des Nouveaux-Joncs. Dès lors, en suivant la piste lorraine, si le convoi de Paris a effectivement suivi la voie Reims-Strasbourg, il se trouvait donc très proche de Sarrebourg, où la transmission d’autres documents et d’objets templiers a pu être effectuée, afin de les soustraire à la convoitise du roi de France. A l’époque, Salival se trouvait en territoire germanique, sous Frédéric Ier de Barberousse. L’empereur avait des liens familiaux avec Hugues, Comte de Dabo et de Metz. Si bien que les chevaliers teutoniques de Sarrebourg auraient très bien pu se voir confier le trésor des Templiers évacués de Paris. Le mystère demeure, pour le moment … 

(Source : presse régionale) 

15 réflexions au sujet de “Le trésor des Templiers en Lorraine ?”

  1. Bonjour… Cette histoire est très intriguante.. Etant de la region de Sarrebourg tout ceci me fais rever.. Si le trésor des templiers se trouvais sous nos pieds? Savais vous où se trouve le blason censé etre un plan des souterrains?

  2. Pour faire bref :
    -le trésor des Templiers est une légende ;
    -le Foudenhof était une ferme teutonique et non une commanderie ;
    -j’ai écrit, aux Editions Serpenoise, deux ouvrages sur ce sujet :
    en 1996 : « Itinéraires templiers en Lorraine » (épuisé, à voir en bibliothèque)
    en 2006 : « Les Ordres Militaires en Lorraine » (encore en librairie)
    Ces deux ouvrages présentent une synthèse de ce qui est connu de ces ordres militaires.J’y recence, en outre, les légendes qui portent sur les Templiers en Lorraine.
    Il n’est pas bon de colporter des légendes en les présentant comme des certitudes historiques.

  3. Pour faire bref :
    -le trésor des Templiers est une légende ;
    -le Foudenhof était une ferme teutonique et non une commanderie ;
    -j’ai écrit, aux Editions Serpenoise, deux ouvrages sur ce sujet :
    en 1996 : “Itinéraires templiers en Lorraine” (épuisé, à voir en bibliothèque)
    en 2006 : “Les Ordres Militaires en Lorraine” (encore en librairie)
    Si les Teutoniques et les Hospitaliers de Saint-Jean furent présents dans la région de Sarrebourg, ce n’est pas les cas des Templiers qui n’eurent d’établissements qu’à Vic/Seille pendant un temps et à Gélucourt.
    Ces deux ouvrages présentent une synthèse de ce qui est connu de ces ordres militaires.J’y recense, en outre, les légendes qui portent sur les Templiers en Lorraine.
    Il n’est pas bon de colporter des légendes en les présentant comme des certitudes historiques.
    Dans mon second ouvrage, je cite l’opinion d’historiens et d’universitaires concernant les légendes Templières.Ils sont sévères.

  4. Pour faire re-bref :
    – si il est agréable de rêver sur un possible trésor templier, il est fortement énervant de se faire remonter les bretelles par un écrivain qui détient la « Vérité Unique du Savant ».
    – La présence des templiers est reconnu historiquement dans certains lieux, dans l’unique cas ou ces lieux ont été cités dans des documents d’archives connus et lus par les chercheurs – historiens – universitaires. Or tout ces gens savent également que la plupart des documents relatifs aux templiers ont disparus ou n’ont pas été étudiés.
    – Les historiens, universitaires, chercheurs, ont nié l’existence de la Troie antique jusqu’à ce qu’un excentrique qui croyait en la légende finisse par la retrouvée de par ces propres recherches.
    – le côté « je détiens la vérité et je la vends à qui veut la connaître » est plus dérangent que la légende gratuite.
    Sans rancune.

  5. Je serai encore bref :
    1)-L’histoire ne s’étudie qu’à partir de documents irréfutables ;
    2)-Il n’existe qu’une Vérité historique, le rêve n’a rien à y voir ;
    3)-Le seul « trésor des Templiers » est l’exploitation de ce mythe qui rapporte beaucoup d’argent à ceux qui exploitent la crédulité de leurs contemporains ;
    4)-Les documents authentiques venant des Templiers sont très nombreux; faire croire que la plupart ont disparu permet d’affirmer n’importe quoi ;
    5)-Schliemann a retrouvé Troie sur des lieux qui étaient bien connus mais non encore fouillés, en partie pour des raisons de politique locale (Empire ottoman) ; il n’a pas retrouvé une ville, mais plusieurs, les unes sur les autres, sans que l’on sache laquelle est contemporaine de la Guerre de Troie (et non de l’Illiade qui est postérieure de plusieurs siècles);
    6)-Personne ne détient toute la vérité tout seul, mais la recherche permet de s’en approcher ;
    7)-Je termine en affirmant que l’histoire du Temple et des Ordres Militaires est assez passionnante pour se passer des « légendes », mais c’est moins « marchand ».
    Sans rancune non plus ?

  6. Bonjour,
    Je ne suis pas un spécialiste des templiers et encore moins des chevaliers teutoniques mais j’ai un ami qui était ancien prof d’histoire et écrivain d’une quinzaine d’ouvrages dont l’un sur les chevaliers teutoniques : (Henri Bogdan) http://recherche.fnac.com/ia71644/Henry-Bogdan
    Et il me confirme que ma découverte de l’ancien château (vue aussi par satellite) dont un réseau de souterrains arrivent à la ferme de Fundenhoff, au fameux trou de Langatte (où il y aurait un puits) et à la ferme de Rinting (ancien monastère et couvent) serait d’après lui plutôt templier, puis par la suite reprit par les chevaliers teutoniques. (Merci Mr Bogdan)
    Qu’il en déplaise à certains que ce monastère avait tout d’une commanderie templière, dont des signes sur les marches des escaliers prouvent bien le nom des bâtisseurs.
    Certains historiens disent que cela n’est que la marque de fabrique des tailleurs de pierres et que ceux-ci ne sont pas des signes templiers…
    Je ne ferais aucun commentaire…mais il paraît qu’il y avait des chiffres templiers que seul des initiés pouvaient comprendre.
    Comme les Codes de la famille de Condé.
    Nous avons fait encore d’autres découvertes à la ferme de Rinting. (D’autres signes templiers du genre V (mais pas à la verticale, mais couché) sur des fenêtres de la chapelle.
    Je sais que cela doit rendre fou de rage qu’un simple chercheur autodidacte (pas universitaire, pas historien de métier…) fasse une telle découverte avec un dowser à la main.
    Je réponds aux scientifiques qui disent que ce ne sont que des marques des tailleurs de pierres.
    Alors pourquoi pas toujours la même marque car ces pierres des escaliers sont toutes les mêmes. Et surtout pourquoi il y a au moins 8 marches qui n’ont pas d’inscription et deux autres qui ne sont plus là (cassées).
    Je réponds à ceux qui disent que cela pourrait être des pierres de récupération.
    Vous pouvez aller voir sur mon blog les photos et il y en aura d’autres très prochainement.
    Comme la DRAC qui dit que la photo satellite de Google Earth ne prouve pas qu’il y ait un château à cet endroit… Mais alors qu’est-ce qu’on voit sur la photo ???? Car d’après mes recherches il y aurait trois souterrains qui arrivent à la tour de droite de ce château.
    Qui sont les personnes qui sont prêtes à parier avec moi qu’il n y a pas de château à cet endroit ???
    Je crois que les scientifiques vont annoncer qu’il y a pas de chiffres ou de Codes templiers en 2010, ils n’ont pas existé…Où l’on va !!!
    Cordialement,
    Albert Fagioli
    *** Un scientifique de l’université de Nancy 2 m’a dit qu’il fallait que je prenne contact avec monsieur Henry Michel qui est un spécialiste des templiers en Lorraine. Monsieur Michel Henry voici mon E-mail : indiana.57@aliceadsl.fr ***
    Mon blog : http://albert-fagioli.blogg.org

  7. http://salival.pagesperso-orange.fr/index.htm
    Ci joint le site sur lequel vous trouverez et la photo reprise dans l’article ci dessus: la ferme de salival, ancienne abbaye des prémontés ( norbertinne) est propriété de la famille depuis 3 générations, auparavant elle a appartenu au Comte de Paris.
    Des comtes de salm y ont été entérrés, leurs gisants ayant été retrouvés dans des champs à la Révolution Française…
    Les stelles de l’Eglise de Salival sont actuellement dans l’eglise des cordeliers à nancy, église des Ducs de Lorraine…
    La chapelle de saint livier est rattachée à salival et aprés st nicolas a recencé le plus de « miracles » (42) au 17éme siècle….Henri 2 de lorraine y fut guerri en 1623..
    Il y a une forte probabilité qu’il y ait eu passage de templiers à l’abbaye, une chapelle sousterraine existe et le plan en est indiqué sur le site, des entrées de sousterrains avec vic/seille, chateau voué , et d’autres villages sont existantes…..
    Il ne reste plus qu’à creuser!
    M Fagioli: venez vous intéresser de plus prés à cette ferme, ancienne abbaye des prémontrés fondée par Mathilde de Salm en 1147 ou 1150…et rattachée à la principauté de salm de Senone ( Vosges)
    Le trésor des templiers y est peut être enfoui…..
    Patrick Dieudonné

  8. Ai lu les 2 livres (très intéressants) de Michel HENRY.
    Autre lieux mythique des Templiers : leur château à Doncourt aux Templiers en Meuse avec en prime le trésor.
    Le château a disparu (attesté), le trésor n’a jamais été trouvé (officiellement).
    Souhaite pouvoir prendre contact avec Michel HENRY concernant ce lieu et avoir son avis.
    Cordialement à tous

  9. Le château des Templiers était situé sur la petite hauteur juste en face de l’église actuelle. Ne reste maintenant de ce château que le souvenir des Templiers dont le nom est accolé au nom du village. Probablement détruit dans la moitiès du 13° siècle, il fut reconstruit sur la gauche de de cette église par les Hospitaliers, détruit à la Révolution, il dut servir de carrière et rien n’en subsiste.
    Cordialement

Répondre à Midard Annuler la réponse