Bassin Houiller : quelques pistes d’amélioration en attendant le PTU

Dans la perspective du Plateau Technique Unique (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/06/22/amenagement-du-site-du-futur-plateau-unique-hospitalier-de-moselle-est/), le Centre Lorrain des Technologies de la Santé (CLTS) a rendu dans un rapport ses préconisations pour améliorer l’offre existante et proposer des synergies. Rappelons que le secteur de la santé et de l’action sociale est le plus important pourvoyeur d’emplois de Moselle-Est avec 12 % des effectifs. Or, compte-tenu du vieillissement de la population et des praticiens de cette région, ce secteur est appelé à peser encore davantage en termes d’emplois. C’est pour cette raison que le bassin houiller est dans l’obligation d’attirer de nouveaux médecins et personnels hospitaliers. Mais il doit également convaincre ses propres patients de rester se faire soigner ici. Un double défi en perspective qu’il lui faudra relever. Afin d’y parvenir, le CLTS suggère déjà de créer une maison de la santé dans chacune des communautés de communes, sous le modèle des bâtiments relais destinés aux entreprises. Il s’avère en outre urgent de définir un circuit de ramassage en bus pour que patients et visiteurs puissent se rendre au nouvel hôpital. Dans son rapport, le CLTS aborde aussi la question des déchets d’activité de soins, qui sont aujourd’hui traités hors Moselle-Est. Pour cela, il serait intéressant, d’un point de vue environnemental et économique, qu’une entreprise s’implante dans le secteur pour transformer ces déchets. D’autres pistes de travail sont enfin avancées, comme le développement d’un pôle de formation transfrontalier et le soutient de l’activité des entreprises de vente de matériel médical. Certains domaines, comme la plasturgie (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2008/11/25/soluplast-le-cluster-lorrain-de-la-plasturgie/), pourraient imaginer des composites pour les activités liées à la santé. Le PTU pourrait aussi devenir lui-même une vitrine pour des nouveaux produits, à l’instar de ce qui se fait au CHU de Strasbourg. 

Laisser un commentaire