Elections régionales : un résultat qui laisse perplexe

C’est le Parti Socialiste qui, comme le laissaient augurer les résultats au soir du premier tour, a donc largement remporté les élections régionales en Lorraine, reconduisant ainsi l’équipe et la présidence Masseret. Cette décision des Lorrains nous laisse franchement perplexe, dans la mesure où c’est justement les mêmes personnes, dont la gestion de la région est l’une des plus catastrophiques de France qui vont à nouveau diriger notre belle province. Le problème, c’est que la majorité des électeurs ont voté en réaction de la politique actuelle du gouvernement français ou pour un parti et non pour une personne, et plus grave, sans considérer le bilan de Masseret, qui avouons-le est quasiment vide de toute substance. C’est vrai, il y a eu la carte scolaire pour acheter des fournitures, un développement et une modernisation des transports ferroviaires et le lancement de la base aérienne de Chambley … et puis c’est tout. Un bien maigre bilan qui frôle le néant. Remarquez que depuis l’ère Longuet, puis celle de Masseret, la situation globale de la Lorraine a à chaque fois été plus préoccupante à la fin de leur mandat respectif que le jour où c’est deux là ont pris leurs fonctions. Droite et Gauche, pour nous c’est le même combat et cette séparation des opinions politiques anachronique constitue un archaïsme franco-français. Par conséquent, nous maintenons les mêmes remarques émises lors de notre précédent article sur le sujet (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/03/10/communique-des-ble-elections-regionales-en-lorraine/). En conclusion : circulez il n’y a rien à voir. 

8 réflexions au sujet de “Elections régionales : un résultat qui laisse perplexe”

  1. Peut être que vous ne regardez pas d’assez près. Pour ma part, c’est grâce à l’équipe actuellement en place que je peux me déplacer en train sans me ruiner entre Metz et Nancy, et que je peux suivre une formation diplômante et reconnue (et payante, mais plus des trois quarts des frais sont pris en charge par la région), le soir après le travail pour essayer d’améliorer ma condition. C’est aussi avec eux que pourra fonctionner le centre Pompidou à Metz, pour un meilleur rayonnement de la Lorraine. Ce ne sont que quelques exemples, je pourrais vous en citer d’autres.
    Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas directement concernés par les actions du CR que celui-ci ne fait rien. La région en a fait bien plus pour la vie quotidienne de milliers de lorrains que l’état, particulièrement ces dernières années.
    La critique est facile, mais quelles sont vos propositions d’actions à entreprendre pour combler les lacunes d’ « un bien maigre bilan qui frôle le néant » ? Je les attends avec impatience, afin de pouvoir émettre d’éventuelles remarques.

  2. Juste pour remarquer que Chambley n’est, au stade actuel, qu’un projet… Moi j’attends de voir pour croire!
    Précisions pour les transports ferroviaires, le programme de modernisation (400M€) a été engagé en 2002, donc sous l’ére Longuet…
    Cherchons donc encore et encore le bilan Masseret, le cap Masseret, pas du saupoudrage…
    Les lorrains n’ont peut être pas fait le choix le plus logique mais ce sont eux, en ayant voté, ou en s’étant abstenu, qui prolongent de 4 ans un bilan et une gestion médiocre.

  3. Bonjour à tous et merci pour vos remarques (pour une fois que l’on peut discuter de politique sans trouver d’insultes dans les commentaires) !
    alors
    à Herlock: d’accord avec vous sur le fait que la critique est facile, mais il est important de réagir, de critiquer pour faire avancer les choses, de prendre du recul. Néanmoins, pour vous répondre, nous pensons que le principal problème de la Lorraine est son image. Un article approfondira prochainement cette réflexion; d’où la nécessité de faire des campagnes de promotion et de com’ (et pas pour vanter le CR mais bien le territoire), de revaloriser le patrimoine,… Ce qui est certain, c’est qu’en Lorraine, on ne peut pas jouer sur l’héliotropisme (contrairement à Midi-Pyrénées, au Languedoc,…), donc on doit être irréprochable sur notre image pour attirer et séduire les investisseurs, attirer des capitaux, des étudiants, des médecins (pour les conserver surtout aussi) en contribuant à renforcer et améliorer les structures existantes, créer de la richesse, renverser le déficit démographique,… Nous pensons également que le président de région doit absolument tenir un rôle fédérateur en Lorraine plus qu’ailleurs, du fait des anciennes rivalités entre les territoires et certaines villes qui sont encore tenaces. Or, pour nous Masseret n’a pas assez joué cette carte d’unité et de rassembleur pour trouver des synergies au-delà des intérêts partisans. De même, la question des transports, notamment frontaliers (relatif échec du covoiturage, RER ?), n’est pas réglée ni tranchée. Il est ici particulièrement important de raisonner sur le LONG TERME (voir absurdité Vandières-Louvigny). Dans ce même domaine, il est primordial d’ouvrir la Lorraine vers le Sud (Lyon, Rhône,…) par TGV, comme nous l’avons évoqué sur ce site. Enfin, pour aller dans les grandes lignes, les acteurs politiques régionnaux ne croient pas encore suffisament au tourisme comme vecteur de développement et catalyseur pour changer l’image de la Lorraine (il a fallu par exemple attendre que Sion-Vaudémont et Lunéville crament pour qu’on s’en préoccupe). Quid de la forteresse médiévale de Châtel-sur-Moselle (plus grand château-fort d’Europe) ?, de la com’ désorganisée autour de Pompidou ?, de la sauvegarde et de la promotion du Platt comme vecteur d’échange et outil de travail transfrontalier ?… Autres pistes de réflexion : la diversification du tissu industriel lorrain (chimie verte, organique,…?), de la reconversion de Gandrange, danger de la mono-industrie automobile dans certains secteurs,…
    à Rony : pour deux raisons : 1). délai trop court par rapport à notre organisation récente pour présenter qch de sérieux et professionnel; 2). Effectif insuffisant sans faire appel à des forces extérieures
    Nous voulons néanmoins être prêts pour les prochaines élections.
    à Etienne: votre raisonnement est globallement correct. Le problème en France, c’est que les élections ne sont pas comprises dans leurs enjeux respectifs (à l’échelle européenne et locale), mais dans un contexte de pour ou contre la politique gouvernementale et l’action du président; voir aussi le rôle de la défiance vis-à-vis des politiques, désintérêt par un décalage criant entre réalité des candidats (de la plupart en tout cas) et des électeurs désabusés malgré l’alternance, le non-sens de ne pas tenir compte du vote blanc (car il favoriserait encore plus l’abstention ?, à voir)…

  4. @ BLE:
    Le rôle d’un président de région est de s’occuper de ses concitoyens, chose qui me semble-t-il a été fait pour les raisons que j’ai indiquées. Demandez donc à tous les apprentis artisans qui bénéficient de subventions (transport, logement notamment), à tous ceux qui comme moi peuvent se former en dehors de leur travail sans se ruiner et ainsi obtenir un diplôme de qualité, reconnu par les industriels. Ou encore aux propriétaires de maisons qui ont pu bénéficier d’aides financières pour installer des panneaux photovoltaïques.
    De plus, il me semble aussi qu’une campagne de valorisation de la Lorraine a été faite (A chacun sa Lorraine), mais on ne peut pas obliger les lorrains à s’y intéresser. Par example, peu de mes collègues de Nancy ont visiter la ligne Maginot (alors que c’est organisé comme sortie scolaire en Moselle), pourtant elle passe aussi en M&M. Et certains d’entre eux ignorent encore que le CPM a été construit à Metz. C’est un fait, et ce n’est pas moi (pourtant je m’applique auprès d’eux), ni une campagne d’affichage (il y en a eu des affiches du CPM dans cette ville, pendant plusieurs mois) ou télévisée qui y changera quelque chose. Alors pourquoi donc d’autres personnes extérieures s’intéresseraient-t-elles à notre région si aucun lorrain n’est capable de le faire d’abord?
    Concernant le rôle fédérateur, c’est par ses actions réparties sur l’ensemble du territoire que le CR s’y applique, et pas en obligeant telle ville à collaborer avec une autre. Je pense notamment que le C’est sûr qu’il reste des choses à faire, mais le budget du CR reste limité, surtout comparé à celui des CG. Certes, la précédente équipe avait lancé des investissements sur les lignes TER, mais l’équipe suivante a encore appuyé le mouvement en investissant encore (nouvelles rames, mise aux normes de certaines gares comme celle de Frouard, etc…). Le problème de Vandières n’est pas nouveau, et est également dû à d’autres acteurs extérieurs aux CR (SNCF, Conseils Généraux entre autre).
    Les problèmes d’emplois et d’industrie que vous évoquez dépassent les compétences du CR, ce sont celles de l’état. C’est bien ce dernier qui ne joue pas son rôle. Même chose pour les transports frontaliers (excepté le TER), le poste frontière n’est toujours pas démantelé, l’autoroute n’est toujours pas à 2×3 voies, etc…
    Il y a encore beaucoup de choses à faire, mais je ne peux pas laissé dire que le CR ne fait rien. Ce n’est pas parce que les actions menées ne sont pas spectaculaires ou médiatiques que le travail n’est pas fait. Et tous les problèmes ne sont pas de son seul fait.

  5. @ Herlock :
    sincèrement, nous ne pensons pas que le quotidien de la majorité des Lorrains se soit amélioré au cours du mandat Masserert, bien au contraire ! Bon, le contexte de crise est à prendre en compte dans l’analyse toutefois. Mais, si dans votre cas bien précis, peut-être que vous avez eu l’aide et/ou les supports escomptés, c’est bien possible pour les raisons que vous avez indiquées, mais que dire du quotidien des frontaliers ?, que dire du quotidien des anciens salariés de Gandrange,… ? Certes, il convient de nuancer le rôle du CR et de l’Etat français qui se désengage et nous abandonne de plus en plus, mais il nous apparaît absolument primordial que le président de région ouvre sa schness quand il le faut, tranche et prenne une décision quand il le doit et défende les intérêts de la Lorraine et de l’ensemble des Lorrains.
    Par exemple, où était Monsieur Masseret pour défendre les territoires lorrains, notamment Metz et la Moselle, mais aussi Commercy, Toul, Lunéville,… dans la saignée des restructurations militaires ??? alors il est pas le seul, ok, mais on ne l’a pas entendu ou presque, faire pression,… Enfin, pour « à chacun sa Lorraine », ouais, super, comme nous l’avons dit précédemment c’est moitié pub pour la Lorraine et pour le CR, le site internet au design certes attractif reste « gadget »,… Dans notre esprit, une campagne de com’ pour changer en profondeur l’image de la Lorraine, ça passe par des actions dans les écoles, collèges et lycées, des spots TV sur les chaînes nationales, des affiches dans les villes, le métro et gare de l’Est à Paris (cela les Champenois et les Alsaciens l’ont bien compris),…
    Pourquoi les étrangers et les français viendraient en Lorraine ? et pourquoi ils ne viendraient pas ? les tarifs d’hébergement sont bien moins cher qu’ailleurs, il y a chez nous une richesse architecturale et culturelle insoupçonnée (d’où la campagne de com’ massive pour la faire connaître), une certaine qualité de vie, de grands espaces naturels, attrait du Luxembourg, la montagne vosgienne, la campagne meusienne,…
    Enfin, pour terminer un exemple révélateur: l’abbaye des Prémontrés à PAM, qui est quand même au passage un magnifique monument et surtout pour ce qui nous intéresse le siège du comité de tourisme régional, l’avez déjà visitée ? une splendide façade à l’entrée mais autour trottoirs défoncés, câblage électrique aérien, parking digne du Kosovo (tout cela action de la mairie de PAM inéxistante), mais à l’intérieur du bâtiment, haies pas taillées, pelouse pas tondue,… mais on va où là ? c’est l’endroit symbolique par excellence du tourisme régional et c’est n’immporte quoi…

  6. Les élections régionales de 2010 ont montré une forte poussée de l’abstention en Moselle. Farébersviller détient d’ailleurs le record de France, avec 79,84 % d’abstention. La commune de Moselle-Est de 5 900 habitants est devenue le symbole de ces villes aussi désargentées que désabusées. Les projecteurs se braquent alors sur cette cité à la campagne, plantée au-dessus de son village et peuplée par trente nationalités différentes venues dans les années 1950 travailler dans le sous-sol lorrain.

  7. En 2010, au moment des élections régionales, Farébersviller détenait le record français de l’abstention avec un taux de 79,84 %. En 2014, pour le premier tour des élections municipales, avec à peine 34,93 % d’abstentionnistes, la cité s’est illustrée par un taux bien en dessous de la moyenne. Le fruit d’un vrai travail de fond porté par les élus locaux et des associations d’éducation à la citoyenneté.

Laisser un commentaire