Promenade à Corny-sur-Moselle

Il était une fois un château à Corny construit par l’architcte de la Place Stanislas à Nancy, Emmanuel Héré, qui en avait fait sa maison de campagne. D’ailleurs une statue élevée en son honneur dans la cité ducale indique bien « Héré de Corny ». Le château fut malheureusement détruit au cours de la Seconde Guerre Mondiale. C’est sur son emplacement que se trouvent aujourd’hui les équipements sportifs, sociaux et culturels de la ville. De l’ancienne bâtisse il ne reste de nos jours que la Gloriette, un petit bâtiment d’une trentaine de mètres carrés. Corny comptait de même autrefois de nombreuses fontaines, dont il ne subsiste plus que deux exemples, le lavoir place de l’Eglise et la fontaine de la rue Colombelle. 

Depuis les affres de la guerre, Corny-sur-Moselle sait attirer des habitants. De 1 500 âmes en 1995, la commune est ainsi passée à 2 200 habitants. Mais elle reste encore un site gorgé d’histoire, meurtri par les terribles combats de 1939-1945. Rappelons que le 1er septembre 1944, la IIIème armée américaine, commandée par le Général Patton, fut pratiquement immobilisée en Lorraine, en raison d’un manque de carburant. Le problème d’approvisionnement ne fut finalement résolu que trois jours plus tard, laissant à la Wehrmacht le temps de se réorganiser pour la bataille de la Moselle (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/22/cetait-hier-en-lorraine-la-bataille-de-la-moselle/). La zone choisie pour traverser le fleuve fut celle de Dornot, non loin de là. La commune fut alors marquée les évènements de la tête de pont de Dornot-Corny…

cornysurmoselle.jpg

L’ancienne église de Corny avait également beaucoup souffert des combats. C’est pourquoi un nouvel édifice fut érigé entre 1955 et 1960 par Georges Henri Pingusson, disciple de Le Corbusier. Le bâtiment présente un plan carré, surmonté d’une coupole circulaire. Derrière l’autel, une galerie, à laquelle s’adosse le clocher, dessert la sacristie et isole phoniquement l’espace intérieur du bruit de la route.    

La commune est en outre réputée pour son camping du Paquis. Il ne suffit qu’un rayon de soleil frappe de son éclat les eaux paisibles de la Moselle où s’ébattent sandres, brochets, silures et poissons-chats pour se retrouver dans un véritable petit paradis en pleine nature. C’est ce d’ailleurs ce que les touristes apprécient. Le Paquis compte 127 emplacements disposant de bornes électriques, qui font le plein dès l’arrivée des beaux jours. Le site accueille ainsi chaque saison près de 12 000 personnes. Niché près d’un relais fluvial, dans un océan de nature, le camping bénéficie de la proximité des grandes villes, facilement joignables à vélo. En plus des bords de Moselle, les étangs ne manquent pas à Corny pour le plus grand  plaisir des amateurs de pêche.

Laisser un commentaire