Dans le bidonville de PAM

On connaissait déjà les alentours en piteux état de l’entrée de l’abbaye des Prémontrés à Pont-à-Mousson, pourtant antre du tourisme régional, avec des lignes électriques aériennes qui pendent partout, des trottoirs complètement défoncés et un parking en terre battue digne du Kosovo. Non mais franchement quelle image déplorable les autorités donnent de la Lorraine aux touristes et aux visiteurs, cela fait vraiment peur, c’est effroyable rien que d’y songer ! Nous avons aujourd’hui l’honneur de vous présenter les installations sportives mussipontaines du Paquis en hiver. Ces dernières sont tout simplement privées de chauffage et d’eau. Dans un état plus que lamentable, voire inhumain, les vestiaires sont dignes d’un bidonville de Nairobi, le parking ressemble plus à un chemin de cross défoncé qu’à autre chose et bien entendu l’ensemble n’est pas éclairé si bien qu’il plonge par conséquent dans l’obscurité la plus totale une fois la nuit tombée. Excédés d’attendre les travaux promis par le maire de la ville, les responsables du club de foot ont dernièrement lancé une pétition sur leur site internet. A noter que cette structure associative joue un rôle social fondamental en s’occupant (et en occupant aussi) près de 200 sportifs de 6 à 19 ans. Cela fait quand même, au passage, 4 à 5 ans que les dirigeants se plaignent de ces installations insalubres et réclament des bâtiments décents. Personne ne peut donc ignorer la situation au sein de la municipalité de PAM. Des promesses avaient pourtant été faites pour le parking, dont les travaux devaient être réalisés pour la fin janvier. En vain. Si bien que fin février, le parking est toujours dans le même piteux état et l’intérieur des installations crie toujours autant misère. Ah oui, c’est vrai des ouvriers municipaux ont été mandatés pour repeindre des murs qui s’effritent. Donc les murs continuent de tomber, mais au moins ils sont peints. Du grand art. C’est vraiment n’importe quoi à PAM. Honteux. Dans quel monde vit-on, nous vous le demandons. Sinon, c’est quand les prochaines élections municipales, qu’on n’oublie pas ? D’ici là, peut-être que la mairie aura bouger son cul ! 

Laisser un commentaire