Redémarrage du second haut fourneau de Hayange-Florange

Le haut fourneau P3 du site ArcelorMittal de Hayange-Florange, arrêté depuis novembre 2008, a dernièrement été remis en service, comme nous vous l’avions laissé figurer il y quelques jours (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/26/redemarrage-du-p3-a-florange-hayange/). La plateforme industrielle repart ainsi pour quelques mois avec ses deux hauts fourneaux. En effet, le P6, qui avait été rallumé en août 2006, devra être arrêté courant 2010 pour des travaux de remise en état du trou de coulée et du creuset, à la suite d’un incident survenu en septembre 2009. A noter que la date d’arrêt du P6 sera déterminée en fonction du niveau des commandes. En attendant, un fonctionnement à deux hauts fourneaux sera l’occasion de redémontrer la performance de l’usine lorraine sur l’ensemble de sa filière à chaud. Rappelons que début janvier ArcelorMittal avait suspendu le chômage partiel imposé pendant près de huit mois à un millier des 2 600 salariés du site (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/19/fin-des-mesures-de-chomage-partiel-chez-arcelormittal/). La direction de Florange a de même dû depuis renforcer ses effectifs en ayant recours à 80 intérimaires. 

5 réflexions au sujet de “Redémarrage du second haut fourneau de Hayange-Florange”

  1. Tout laisse présager une fin d’année catastrophique pour les salariés, les sous-traitants et les intérimaires d’ArcelorMittal en Lorraine.
    En effet, après l’arrêt du haut-fourneau P3, qui devrait perdurer au moins jusqu’en janvier 2012, et les inquiétudes sur l’avenir de la filière liquide, c’est le secteur du packaging qui tourne à son tour au ralenti, suite à une baisse « catastrophique » des commandes.
    Dès septembre, les équipes de ce secteur de production, soit plus de 550 employés, seront réduites. Les salariés sont invités à solder leurs jours de congés. Des jours d’arrêt de production sont par ailleurs d’ores et déjà prévus. Sans amélioration attendue pour le 4ème trimestre, la direction a annoncé qu’elle allait saisir les pouvoirs publics d’une demande de chômage partiel. Les mesures mises en place toucheront d’abord les intérimaires (une centaine pour le packaging), dont les contrats arrivent à terme, sans espoir de prolongation ou d’embauche.
    Les syndicats dénoncent la politique de flexibilité imposée par le groupe aux salariés, comme aux installations, faisant de Florange « un site d’ajustement ».

  2. Rien ne nous garantit que le 2nd haut-fourneau de Florange ne soit pas arrêté d’ici la fin de l’année. Les syndicats restent par ailleurs incrédules par rapport à la décision d’arrêter le P3 en juillet, juste après que d’autres structures similaires ait été relancée ailleurs. Comme si subitement tous les clients de Florange, et eux seulement, auraient arrêté de commander de l’acier. En attendant, ArcelorMittal poursuit sa politique d’acquisition de mines à travers le monde. La dernière en date représente un coût de 5 milliards de dollars. Le groupe semble ainsi n’être piloté que par des aspects financiers à court terme.

Laisser un commentaire