Un futur musée pour l’Histoire à Gravelotte

Comme nous vous l’avions déjà annoncé, le futur Musée départemental de la Guerre de 1870 et de l’Annexion, situé à Gravelotte, en Moselle,  verra bel et bien le jour. Initialement prévue en 2007, puis en 2010, l’inauguration du site de mémoire n’interviendra finalement qu’en 2013 ou en 2014, en raison de retards dus à la conception intellectuelle du projet et de problèmes matériels. Cela dit, le futur musée en a profité pour s’enrichir. 

Fermé depuis dix ans, l’ancien musée de Gravelotte, créé en 1875, s’apprête à revivre. A cette époque, il était appelé Kriegsmuseum. En 1908, l’association allemande pour l’entretien des tombes en devient propriétaire et en 1918, le musée est placé sous séquestre puis remis à la commune. En 1944, il fut touché par les bombes américaines. En partie détruit, il fut provisoirement aménagé avec ce qui reste des collections, puis déménagé dans de nouveaux locaux en 1958. Après de multiples vols, il fut placé sous le contrôle du Parc Naturel Régional de Lorraine qui mit alors sur pied un syndicat intercommunal permettant le recrutement d’un conservateur. En 2000, la commune de Gravelotte transféra la gestion des collections au département de la Moselle et le musée ferma ses portes. Puis, en 2006, les collections du musée de Mars-la-Tour (54) rejoignirent définitivement celle du musée de Gravelotte. Voilà pour l’historique de ce lieu emblématique.

Le nouveau site sera composé d’un musée, d’un lieu de mémoire qui sera élevé à place de l’ancien musée et d’un mémorial. Une exposition permanente se présentera sur 900 mètres carrés. Elle se situera à l’étage du bâtiment, dont les parois extérieures seront recouvertes de grandes lames de laiton surmontées de déchirures, afin de symboliser les conflits et les tiraillements. Véritable musée du souvenir et de la réconciliation, l’ensemble sera doté d’œuvres françaises et allemandes. Gravelotte présentera ainsi de nombreuses collections militaires, mais aussi des peintures, des caricatures, des éléments de monuments, des objets du quotidien et des photos souvent inédites. L’exposition se découpera en quatre espaces, allant de la situation de l’Europe avant 1870, au retour de la Moselle à la France en 1918, en passant bien entendu par le conflit et les rudes combats autour de Metz, du 14 au 18 août 1870. 

Situé en face du musée, de l’autre côté de la route nationale, le mémorial existe déjà. Il sera possible de visiter le bâtiment et le cimetière avec ses nombreux monuments. Ce lieu du souvenir est en effet attenant au futur parking, qui comportera 200 places de stationnement pour les voitures et 6 pour les bus, et dont le terrain reste encore à acquérir. 

Enfin, le lieu de mémoire, qui consistera en la réalisation d’un grand mur de 200 mètres marqué de 30 à 40 000 noms, est un sujet délicat. Le projet vise à recenser tous les Mosellans morts ayant porté un uniforme au cours des différentes guerres depuis 1870, y compris les guerres de décolonisation. Une tâche à la fois gigantesque et risquée. Car le nom d’un Mosellan ayant délibérément porté l’uniforme de la Waffen SS durant la Seconde Guerre mondiale y serait malvenu. A noter que le coût total de ces travaux est estimé à 8,6 millions d’euros pour le musée et à 3 millions d’euros pour le mur des noms. 

(Source : presse régionale)

1 réflexion au sujet de “Un futur musée pour l’Histoire à Gravelotte”

  1. Le musée de Gravelotte s’appellera officiellement « Musée départemental de l’Histoire de la guerre de 1870 et de l’Annexion ». Les collections (armes, uniformes, documents) sont pratiquement constituées depuis 2002 et stockées. La première pierre de la nouvelle structure sera posée au cours du 4ème trimestre 2011, pour une ouverture du musée au second trimestre 2013.
    Le musée abordera bien entendu les batailles et l’annexion de la Moselle sous tous ses aspects, que ce soit architecturaux ou réglementaires, avec notamment le Quartier impérial de Metz et les héritages des lois allemandes.
    Le mur des noms sera quant à lui finalement érigé à la mi-2013. Il listera les patronymes de tous les Mosellans morts au combat. A l’heure actuelle, 752 noms ont été recensés pour la guerre de 1870, 19 000 pour celle de 1914-1918, 6 000 pour 1939-1945, 350 pour l’Indochine et 200 pour l’Algérie. Cette liste sera rendue publique durant une période de deux mois, au deuxième trimestre 2012, pour être ouverte à toute contestation, vérification et correction.

Laisser un commentaire