Vosges : l’extension impossible des stations de ski ?

Si les stations vosgiennes rêvent intimement à de nouvelles liaisons de ski alpin, elles restent néanmoins enserrées dans la zone de protection Natura 2000. Leur périmètre est en effet soumis à des règles de procédure dissuasive, dont le but est d’éviter des ruptures de cloisonnements des milieux naturels. Il faut dire que le massif est composé à hauteur de 70 % de forêts. Il est également OAS_AD(‘Position1’); le plus densément peuplé en France et celui qui concentre les pressions les plus contradictoires. En effet, les professionnels du ski s’accrochent à leurs projets de développement, à l’instar de celui d’une liaison à ski entre La Bresse et le Kastelberg ou encore vers la Schlucht. Ce dernier projet a néanmoins a buté au tournant des années 1990 sur l’obstacle du tribunal administratif, alors saisi par les défenseurs de l’environnement. Mais la question de possibles extensions du domaine reste entière, dans la mesure où cela procède d’un choix politique. Les objectifs du schéma interdépartemental de massif, dont la convention a été signée entre l’Etat français, la Lorraine, l’Alsace, la Franche-Comté, les sept conseils généraux et les communes, sont pourtant clairs. Ils prévoient d’injecter une enveloppe globale de 80 millions d’euros d’ici 2013, dont 45 millions d’euros pour le seul secteur touristique, à condition que les stations s’engagent à se positionner sur les quatre saisons. Il faut néanmoins savoir que les sports d’hiver restent le meilleur produit d’appel pour l’économie locale. Par ailleurs, à La Bresse, le domaine alpin le plus fréquenté du massif devant Gérardmer avec 50 % du total des journées/skieurs, le gérant a promis de ne pas dépasser la barre des 300 canons sur les pistes. Ce dernier rappelle tout de même que ces équipements permettent de constituer une sous-couche idéale pour la neige naturelle et de franchir sans encombre les périodes de redoux. Cette évolution technologique a très vite suscité l’adhésion du public, rassuré par la quasi-certitude de séjourner dans le blanc. Le bras de fer continue donc dans les Vosges.   

Laisser un commentaire