592ème Foire Grasse de Lunéville

Le lundi 15 février, ne manquez pas la 592ème Foire Grasse de Lunéville, qui se déroule comme chaque veille de Mardi Gras depuis 1417 aux alentours du château. Cette année, c’est le mimosa qui sera mis à l’honneur. Plus de 200 camelots et exposants y sont attendus, tout comme 20 000 visiteurs. Avec la Foire agricole de Poussay, dans les Vosges, la Foire Grasse de Lunéville est la seule du Grand Est à avoir traversé les siècles. En ces temps de Carnaval, elle constitue une manifestation incontestable qui marque la fin de l’hiver (ou presque).

foiregrasselunville.jpg

A noter que la première édition de ce qui est devenu au fil du temps une grande fête populaire, s’est déroulée au début du XVème siècle, à l’initiative de la confrérie des bouchers-charcutiers. A cette époque, la Foire Grasse permettait aux villageois des communes environnantes de venir faire leurs emplettes annuelles. Les camelots s’installaient alors sur le parvis des églises et aux abords du château. Habitants et autres manants glanaient, souvent par le biais du troc, des semailles, mais aussi des outils, des vêtements, des tissus,…Si les représentants de tous les corps de métier se partageaient les lieux, ceux qui tenaient le haut du pavé étaient sans conteste les vendeurs de cochonnailles et d’autres mets traditionnels. Et il faut dire qu’avant de faire carême, ces 40 jours de jeûne et de pénitence avant Pâques, il était bien difficile de résister au fumet de la saucisse lotharingienne ou du fuseau lorrain ! Quand les charcuteries étaient consommées sur place, elles étaient souvent accompagnées des célèbres auriquettes, ces gâteaux briochés aux trois cornes symbolisant les croissants de lune figurant sur l’emblème de la cité. Si cette spécialité a depuis été remplacée par les traditionnels beignets de Carnaval, les saucisses sont toujours sur les étals, grâce, notamment, à la Confrérie des Gousteurs de la Saucisse Lotharingienne. 

Saucisses et saucissons, pâtés, jambons, andouilles et andouillettes, épices… mais aussi beignets, churros, gaufres ou crêpes… il y en a vraiment cette année encore pour tous les goûts. Sans oublier évidemment la fameuse berlinguette, cette longue canne de sucre d’orge qui ravit les enfants et que l’on peut d’ailleurs remporter en jouant à la loterie qui porte le même nom, située face au château depuis des décennies !

Laisser un commentaire