Sarreguemines : une cavalcade haute en couleur

Même si la cavalcade de Sarreguemines (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/17/pluie-de-confettis-sur-le-carnaval-de-sarreguemines-2010/) a attiré un peu moins de monde que les années passées, dans la mesure où 20 000 personnes ont investi les rues de la cité des faïences en 2010, elle fut peut-être d’une meilleure qualité et plus riche. Certains visiteurs avaient même fait l’effort de se déguiser, particulièrement les enfants. Après tout quoi de plus normal pour un carnaval, non ? Ainsi ce sont plus de 1 400 participants costumés venus de toute l’Europe qui ont défilés au son des fanfares. On comptait par exemple des sociétés de musiques allemandes, autrichiennes, suisses et belges. Le cortège de carnavaliers s’est mis en marche, en entonnant le mythique : «Allez, hop !». Parmi les formations, les Cycles Comiques Olm, débarqués tout droit de Luxembourg sur leurs drôles d’engins à pédales, les cloches savoyardes, qui ont tintées dans les rues, ainsi que les fameux Gilles, ces magnifiques personnages folkloriques belges parés de plumes et de sabots, se sont particulièrement distingués. Les confettis sont tombés en pluie battante sur le public, ainsi que les bonbons qui étaient tant attendus par les enfants. Bref, un air de fête soufflait sur Sarreguemines et dans toute la Moselle-Est.   

1 réflexion au sujet de “Sarreguemines : une cavalcade haute en couleur”

  1. 1 200 carnavaliers et 60 groupes ont défilé à pied ou à bord d’un char décoré pendant deux heures à la Grande cavalcade dans les rues de Sarreguemines devant près de 40 000 spectateurs. Les animations se sont ensuite poursuivies dans les bars du centre-ville.
    Certaines sociétés carnavalesques ont été particulièrement remarquées au cours de la Grande cavalcade, notamment les plus « méchantes », à savoir les sorcières. Celles de Reichshoffen, avec leur gros nez à verrue, attrapèrent quelques malheureux et les saucissonnèrent de scotch. Les Vinninger Brunnenhexe firent quant à elles tourner les enfants en bourrique en leur tendant des paquets de pop-corn qu’elles soulevaient au dernier moment pour qu’ils ne puissent jamais les attraper. Enfin, les inquiétants clowns à crinière bleue des Mülhüser-Waggis frappèrent les bambins avec leur marteau en mousse et plongèrent des poignées de confettis à l’intérieur des vêtements des gens.

Laisser un commentaire