Bataille au soleil

Plusieurs sites lorrains sont candidats à l’implantation d’une centrale photovoltaïque de 5 mégawatts, dans le cadre de l’appel d’offres lancé par le ministère français de l’écologie et du fameux, mais néanmoins fumeux, grenelle de l’environnement. Selon ce dernier, il ne devrait y avoir qu’une seule centrale de ce type dans chacune des 22 provinces françaises. Avec un dossier bien ficelé, la ville d’Homécourt entend devenir le site pilote en Lorraine. L’emplacement choisi ici pour l’installation de la future centrale solaire n’a rien d’anecdotique et relève au contraire d’une stratégie pertinente. Il s’agit ni plus ni moins de la friche de l’ancienne cokerie. La centrale solaire serait de même située au cœur du pôle du génie de l’environnement, c’est-à-dire une plate-forme constituée d’entreprises et de laboratoires de recherche qui travaillent à la dépollution des sols. Un véritable partenariat pourrait ainsi être mené avec le Groupement d’Intérêt Scientifique sur les Friches Industrielles (GIFSI) (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/10/18/homecourt-un-laboratoire-a-ciel-ouvert). Dans cette optique, la centrale photovoltaïque permettrait une imbrication tout à fait intéressante et cohérente de procédés éco-technologiques sur un même site et représenterait une certaine attractivité qui inciterait d’autres entreprises à venir s’installer. Un cercle vertueux en somme. Si le site d’Homécourt est retenu, la centrale photovoltaïque pourrait y être opérationnelle en 2011.   
Le bassin de Landres est lui aussi un candidat sérieux à l’implantation d’un tel équipement. Les 22 hectares de l’ancien carreau de mine de Joudreville, situé à cheval entre la Meurthe-et-Moselle et la Meuse au niveau de Bouligny, sont proposés. Le principal avantage du dossier est d’être à proximité immédiate du centre de distribution d’électricité de Piennes.  La présence du lycée professionnel de Landres constitue par ailleurs un avantage indéniable. Un cycle de formations adaptées aux demandes des industriels pour ce qui est des métiers propres aux énergies renouvelables pourrait ainsi être mis en place. Une idée à creuser, là-aussi. 

Laisser un commentaire