Gantois dans les Vosges : retour à la case départ

Le groupe Gantois, qui compte 741 salariés, a dernièrement décidé de suspendre ses activités de sous-traitance automobile non rentables à Timisoara, en Roumanie, d’ici la fin de cette année. Ces dernières seront relocalisées à Saint-Dié-des-Vosges. Rappelons qu’en 2004, Gantois, leader européen de la tôle métallique et de la toile perforée, avait en effet délocalisé une partie de sa production de tissage métallique en Roumanie et effectué un plan de licenciement de 92 personnes. C’est décision constitue en soi une bonne nouvelle pour les Vosges, dans la mesure où elle signifie que du travail revient. Les salariés de l’entreprise s’en trouvent confortés. Mais d’un autre côté, de source syndicale, cela ne créera pas d’emplois, ce qui laisse l’impression d’un énorme gâchis. Le retour des premières machines de productions devrait avoir lieu prochainement. Le groupe, qui compte 280 salariés sur son site de Saint-Dié-des-Vosges, a par ailleurs annoncé vouloir se recentrer sur quatre secteurs d’activité, à savoir le bâtiment, les transports ferroviaire et aéronautique, l’énergie et l’environnement, ainsi que les équipements industriels. 

2 réflexions au sujet de “Gantois dans les Vosges : retour à la case départ”

  1. Eh bien, avec cette nouvelle entendue à la télévision hier dans le journal de Jean-Pierre Pernaut, je suis heureuse pour les Déodatiens. Vous avez raison, c’est un beau gâchis de temps et d’argent.
    Gantois n’est pas la première à relocaliser et j’espère que d’autres bonnes nouvelles dans le genre vont suivre.
    Alors bonne chance à ma ville natale et au département Vosgien.
    Monique Minoux

Laisser un commentaire