Le mystère de l’hêtre-tas

Au cœur de la forêt domaniale du Graouilly, entre les communes de Vaux et de Gorze, se dresse un arbre étrange, parce qu’il présente un exemple rare d’anastomose, c’est-à-dire une fusion entre deux arbres, deux troncs. Une véritable osmose végétale qui n’est pas dû au hasard. En effet, l’explication peut paraître toute simple. Un premier arbre tombe ou pousse de travers, avant de se coller à un second, jusqu’à ce que leurs fibres s’interpénètrent et en forment un troisième. Cet arbre là s’appelle un hêtre-tas, comme s’amusent à le surnommer les agents de l’ONF (Office National des Forêts), car il évoque l’aiguille d’Etretat en Normandie. Un bien joli jeu de lots. Plus sérieusement, les scientifiques l’appelleront hêtre-lyre ou hêtre à deux pattes. Un peu moins poétique. Toujours est-il qu’à la verticale, notre arbre présente des traces de mélange, comme si les gènes des deux troncs s’étaient effectivement entrecroisés. Prince des forêts au sang mêlé, ce hêtre mériterait bien sa place dans un chapitre d’Harry Potter. Malheureusement, aucun banc, encore moins un fléchage ou un quelconque panneau d’informations n’ont été installé pour le signaler aux promeneurs. Un travail que pourrait pourtant financer Metz Métropole… 

Laisser un commentaire