La Lorraine, plaque-tournante du tourisme fluvial français

Avec 700 km de vois navigables, la Lorraine fait partie des plus importantes provinces fluviales en France. Sa position géostratégique ne laisse pas insensible. La clientèle est en effet étrangère à 84,8 %. Les Allemands, dont la fibre fluviale n’est plus à démontrer, constituent le plus gros contingent de touristes avec 45,4 % de la fréquentation, très loin devant les Suisses avec 16,7 %. Les Français, qui commencent à découvrir ce moyen original de partir en vacances, complètent le podium avec un peu plus de 15 %. Plusieurs grands itinéraires fluviaux traversent notre belle province. Tout d’abord la Moselle canalisée qui compte 150 km de vois navigables de Neuves-Maisons près de Nancy à Apach le long de la frontière luxembourgeoise. A noter que cet important couloir relie la Lorraine aux réseaux européens du Nord, à savoir l’Allemagne, le Benelux et les Pays-Bas, et de l’Est jusqu’à la Mer Noire avec la liaison Rhin-Main-Danube via Coblence. Vient ensuite la Meuse lorraine et ses 135 km et ses 33 écluses. Ce couloir fait partie d’un fleuve d’un millier de kilomètres qui s’écoule jusque vers la Mer du Nord. Le Canal de la Marne au Rhin s’étend quant à lui à l’Est, de Frouard à Strasbourg sur plus de 180 km et avec 61 écluses et à l’Ouest, de Toul à Vitry-le-François avant de poursuivre sur Paris, sur plus de 130 km et avec 97 écluses. Le Canal de jonction relie le canal de la Marne au Rhin au canal des Vosges. Ce dernier fait le lien entre les bassins du Nord-Est et Rhône-Saône. Il est agrémenté de 93 écluses et s’étire dans un splendide écrin vert de 122 km, entre falaises de grès rose et profondes forêts, avant de poursuivre vers Dijon, Lyon et Marseille. Enfin, le canal des Houillères permet de rejoindre, à partir de l’étang de Gondrexange, Sarreguemines après 64 km et 27 écluses. Il se poursuit vers Trèves en passant par Sarrebruck. 

plaisance

A noter que cette année, le canal de la Marne au Rhin connaît un beau succès de fréquentation. Il faut dire que se dresse sur son parcours dans les Vosges mosellanes le fameux plan incliné de Saint-Louis-Arzviller. Un ascenseur à bateau transversal qui constitue à lui tout seul une véritable curiosité lorraine et qui ne cesse d’attirer et de séduire les plaisanciers. En 2008, 6 331 bateaux de plaisance l’avaient franchi. Cette année le plan incliné affiche une augmentation de sa fréquentation de près de 6 % par rapport à l’an dernier à la même époque avec 3 841 embarcations enregistrées. L’écluse numéro 26 de Toul connaît quant à elle une augmentation de plus de 12 %, au moment où l’affluence sur la Meuse à Verdun grimpe de 16 %. A ces bonnes nouvelles s’ajoutent les 10 bateaux de promenade lorrains qui ont transporté en 2008 136 400 personnes. 

Cette hausse de la clientèle se constate également à Sarreguemines, où depuis le 1er juillet, plus de 200 bateaux ont jeté l’ancre dans le port de plaisance situé à deux pas du centre-ville, soit 95 de plus que l’an passé à la même période. Avec une moyenne de trois plaisanciers par bateau, la capitainerie de Sarreguemines estime à environ 600 le nombre de vacanciers ayant fait escale dans la cité de la faïence. Il faut dire aussi que le port très fleuri est labellisé Pavillon Bleu d’Europe pour la septième année consécutive. Avant la fin de la saison, un projet écologique de pompes qui aspireront l’eau de la Sarre et seront utilisées pour nettoyer les bateaux doit être finalisé. Une manière pour les plaisanciers de se sentir toujours plus proche de la nature en Lorraine. 

A noter enfin que le séjour moyen des plaisanciers est de 7,3 jours. Leur budget moyen avoisine, hors location de bateau, les 650 euros. 83 % des touristes se déplacent dans un rayon de moins de 5 km lorsqu’ils font escale. 

(Source : Voies Navigables de France et presse régionale)

12 réflexions au sujet de “La Lorraine, plaque-tournante du tourisme fluvial français”

  1. Le canal de Jouy a été mal entretenu. Complètement envasé, il est maintenant fermé. Avant, c’était les Ponts et Chaussées qui entretenaient les canaux. Maintenant, avec Voies Navigables de France, la priorité est donnée aux grands axes. Si les canaux de la Meuse et de la Marne sont bien entretenus, on constate un certain laisser aller sur les canaux secondaires de la Meurthe et de la Moselle. Avec l’automatisation des barrages et des passages d’eau, les éclusiers disparaissent également peu à peu.

  2. Parmi les parcours les plus dépaysant des 700 km de voies navigables en Lorraine, le tunnel de Niderviller, d’une longueur de 2,5 km, et le plan incliné de Saint-Louis Arzviller constituent de véritables attractions.
    C’est sans doute la raison pour laquelle le canal de la Marne au Rhin est le plus fréquenté, entre Lutzelbourg et Frouard. De leur côté, le canal des Houillères et la Sarre canalisée connaissent depuis quelques années un engouement croissant.
    De Dun-sur-Meuse à Gérardmer, on dénombre une douzaine de loueurs qui exploitent environ 200 bateaux.

  3. Innovation : le système de navigation assistée pour plaisancier est lorrain
    Après trois ans de travail, les gérants du port fluvial de Lagarde dans le Saulnois ont mis au point la NavigBox. Il s’agit d’un programme informatique à mi-chemin entre un GPS et un ordinateur de bord destiné à être embarqué dans les bateaux. Il indique notamment aux plaisanciers les lieux remarquables le long du parcours et sert de support à chaque fois qu’ils arrivent à des obstacles, comme des écluses par exemple. Des photos apparaissent alors sur l’écran avec des indications. Le lancement de ce produit est prévu au printemps 2012.

  4. A Sarreguemines, le port de plaisance fait partie intégrante de l’image de la ville qui a été la première en Lorraine à décrocher le pavillon bleu. La cité des faïences l’a d’ailleurs obtenu pour la neuvième fois consécutive.
    Les conditions d’accueil du port de plaisance installé sur les bords de la Sarre sont chaque année améliorées, avec par exemple la mise en place de nouveaux pontons, l’utilisation de produits biodégradables, ou encore la création de sanitaires sécurisés et avec accès pour les personnes handicapées.
    Offrant un accès direct au centre-ville, la halte sarregueminoise est appréciée des plaisanciers.
    Le port de Sarreguemines, dont la capitainerie est installée sur une péniche, la Pauline, joue un rôle grandissant dans l’essor du tourisme local. Fin juillet 2011, 90 navires étaient recensés, contre 77 à la même période en 2010. Le nombre de nuitées a de même presque doublé.
    Enfin, un bateau assure la liaison entre Sarreguemines et Sarrebruck l’été.

  5. Avant, il n’y avait que de l’herbe et des vaches. Depuis, l’ancien coin de pâture sur les bords de la Moselle à Pont-à-Mousson est devenu un port de plaisance.
    Créé en juillet 2006, le port s’inscrit, avec le camping situé juste à côté, dans le pôle touristique de la cité. En raison de sa fréquentation importante, un quatrième ponton a été construit en février dernier. Si bien que la structure peut désormais accueillir jusqu’à 45 bateaux.
    Les retombées sont positives, notamment pour les restaurants du coin. Par ailleurs, comme le port est très proche du centre-ville, les habitants peuvent également en profiter. Ils en ont ainsi fait leur lieu de balade favori.

  6. Après le canal du Midi et la Camargue, la Lorraine est la région la plus prisée des vacanciers pour le tourisme fluvial en France. Selon les professionnels, les touristes viennent naviguer chez nous pour la culture locale, la gastronomie, la position géographique par rapport aux grandes villes de l’Est et aux pays frontaliers, ainsi que pour la beauté et la variété des paysages.
    Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller et le tunnel de Niderviller, long de 2 300 mètres, constituent quelques-unes des nombreuses curiosités nautiques du secteur sur le canal de la Marne au Rhin.

  7. Il est possible d’effectuer des croisières sur la Sarre à Sarreguemines en direction de Sarrebruck ou de Wittring (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2009/12/08/le-secret-des-entrailles-de-wittring/). Ces balades en bateau permettent aux touristes de découvrir pendant 2h30 un cadre vallonné bucolique et romantique.
    Le port de plaisance de Sarreguemines arbore pour la 9ème année consécutive le pavillon bleu. Cet écolabel à vocation touristique récompense la qualité environnementale du lieu. Quoi de plus normal pour cette ville fluviale, au confluent de la Sarre et de la Blies, qui utilise son eau pour faire vivre son tourisme.

  8. A quelques mètres de la place Stanislas, le port de plaisance de Nancy est un lieu à part, un endroit magique. Une quarantaine de bateaux y sont accostés. A leur bord, des touristes venus découvrir la cité ducale mais aussi des Nancéiens ayant choisi de vivre au rythme du canal.
    Les plaisanciers bénéficient des services de la capitainerie, à savoir douches, sanitaires, gardiennage et accès à l’eau et à l’électricité.
    Depuis 2005, le port de plaisance arbore le pavillon bleu. Ce label a été attribué au regard des actions mises en place par la ville en faveur du développement durable, comme le tri des déchets ou encore la réalisation d’une station de recueil des eaux usées.
    Un effort particulier a de même été fait aux abords du port avec la plantation d’arbres d’ombrage et la création d’une allée de promenade accueillant l’été une guinguette et de jolies fleurs. Le port fluvial a belle allure. Les vacanciers arrivant en bateau à Nancy découvrent la ville en accostant quai Sainte Catherine.

  9. Pour la dixième année consécutive, le pavillon bleu flotte au-dessus du port de plaisance de Sarreguemines, première station de Lorraine à l’avoir décroché. Metz et Nancy l’ont depuis rejoint. A l’instar des installations côtières, les ports fluviaux doivent répondre à un certain nombre de critères de qualité, d’accueil et de protection de l’environnement pour décrocher le précieux sésame.
    Les plaisanciers sont nombreux à faire escale au pied du Casino des Faïenceries. Ils viennent principalement des Vosges, d’Allemagne, de Suisse et même du Canada.

  10. 45 % des plaisanciers navigant sur les cours d’eau lorrains arborent le pavillon allemand. Viennent ensuite les Suisses (17 %) et les Français (15 %). Les Belges représentent moins de 3 % du total.
    Rappelons que la Lorraine dispose de 700 kilomètres de voies navigables, fleuves, rivières ou canaux, reliés à l’Allemagne, au Benelux et au Sud de la France. Le tourisme fluvial s’appuie sur une filière de loueurs de bateaux et d’une dizaine de bateaux-croisière. Il ne cesse de se renforcer depuis une douzaine d’années.

  11. Avec environ 2 500 passages de bateaux par an et sept ports de plaisance, le Canal des houillères la Sarre est le troisième bassin de plaisance français. D’une longueur de 76 km, situé entre Strasbourg et Nancy et connecté au Nord de l’Europe via Sarrebruck, il dispose d’un potentiel touristique non négligeable.

Laisser un commentaire