Le thermalisme est roi en Lorraine

La Lorraine est une terre de thermalisme. Dans le classement des provinces thermales françaises, elle se positionne ainsi en huitième position, très loin derrière l’Aquitaine ou encore le Languedoc-Roussillon, dont la fréquentation est trois fois supérieure. Mais, en 2008, 26 365 personnes ont effectué leurs trois semaines de cure en Lorraine, qui compte cinq stations, ce qui représente 5,36 % de la fréquentation française. Avec 14 806 curistes en 2008, celle d’Amnéville-les-Thermes est la plus fréquentée et figure au sixième rang national. Elle totalise à elle seule plus de la moitié de la fréquentation lorraine et procure 360 emplois directs tout en affichant un chiffre d’affaires de huit millions d’euros. Ce dernier s’élève même à vingt millions d’euros si l’on tient compte de l’activité de Thermapolis et de la Villa Pompéi, les deux piscines thermales du centre de loisirs. A noter que 90% de la clientèle de la station d’Amnéville est d’origine lorraine. C’est pour cette raison qu’un réseau de transport de douze minibus a été mis en place, afin de jouer la carte de la proximité. Néanmoins la station doit son succès à sa source, baptisée Saint-Eloy, captée au cœur du Bois de Coulange à plus de 900 mètres de profondeur, au milieu d’une couche de grès vosgien.  En outre, cette eau chaude minéralisée aux vertus thérapeutiques émerge à une température de 41 °C. Elle est également riche en sel, en calcium et en magnésium, ce qui permet à Amnéville d’être un pôle important autour des voies respiratoires, même si l’essentiel des activités du centre consiste avant tout à soigner la rhumatologie et les séquelles de traumatismes ostéo-articulaires.

bains

Les quatre autres stations lorraines sont situées dans les Vosges, à savoir à Bains-les-Bains, Contrexéville, Plombières-les-Bains et Vittel. Elles accueillent 11 559 curistes. Cela dit, leur fréquentation est deux fois plus importante si l’on tient compte des séjours de remise en forme. Ainsi, Contrexéville qui ne reçoit que 500 curistes par an réalise 80% de son activité grâce aux séjours bien-être. A noter que dans les Vosges, le thermalisme génère près de 300 emplois directs, 700 indirects et un chiffre d’affaires de près de 10 millions d’euros, en comptant les séjours bien-être. Le thermalisme est également le premier pourvoyeur de nuitées des Vosges. La rhumatologie constitue quant à elle son fond de commerce, même si chaque station a ses spécialités : intestins et maladies digestives à Plombières-les-Bains, cœur et artères à Bains-les-Bains, minceur et maladies métaboliques à Vittel ou Contrexéville. Cependant, ces stations magnifiques ne jouissent pas forcément d’une grande aura. Pour combler  ce manque et ainsi mieux se faire connaître, les quatre villes thermales vosgiennes ont décidé en 2006 de s’allier, afin de promouvoir ensemble leurs activités. Ceci a donc débouché sur la création d’un site internet commun et sur une campagne de publicité à Nancy et à Metz, avec le but avoué de partir à  la reconquête de la clientèle locale. A noter enfin, que la Lorraine pourrit bientôt compter de nouvelles stations thermales. En effet, des projets sont actuellement à l’étude à Bussang dans les Vosges et à Longwy. Par ailleurs, Contrexéville devrait accueillir un nouveau centre de balnéothérapie avec à la clé plusieurs centaines d’emplois.

2 réflexions au sujet de “Le thermalisme est roi en Lorraine”

  1. Le centre thermal Saint-Eloy d’Amnéville a ouvert ses portes en 1986. Il est spécialisé dans le traitement de la rhumatologie et des voies respiratoires. Il est le 6ème établissement en termes de fréquentation sur les 150 recensés en France. Il a accueilli 15 078 curistes en 2011. Il réalise 1 204 958 soins par an, 234 séjours bien-être et emploie 150 salariés, dont 10 médecins thermalistes, 3 infirmières et 26 kinés. A l’inverse de la plupart des autres centres thermaux, sa clientèle est plus nombreuse en automne. L’objectif est donc désormais d’attirer d’autres curistes en été.

  2. Avec 16 048 curistes accueillis en 2018, la Cure Saint-Eloy d’Amnéville-les-Thermes reste le huitième établissement thermal de France en termes de fréquentation selon le Centre National des Etablissements Thermaux (CNETH) qui a recensé le nombre de cures conventionnées de 18 jours remboursées par la Sécurité Sociale. C’est la première fois que le site amnévillois dépasse la barre des 16 000 curistes. Par ailleurs, en cumulant les fréquentations de la cure, de Thermapolis et de la Villa Pompéi, la station thermale lorraine est le premier pôle thermal de France avec 602 043 visiteurs accueillis en 2018. A noter que dans le détail, 388 602 personnes sont allées à Thermapolis et 197 041 à la Villa Pompéi.

Laisser un commentaire