Une métropole multipolaire pour (enfin) être reconnu

Alors que la France pourrait très prochainement structurer son territoire autour de grandes métropoles dont les compétences seraient élargies, les réflexions à ce sujet qui émanent du comité Balladur ne reconnaissent pas le sillon lorrain comme une véritable métropole. Nancy et Metz encore moins. L’heure est donc plus que jamais à l’union sacrée pour l’intérêt de tous. Car depuis les bureaux sombres de Paris, un désert semble séparer l’Ile-de-France de Strasbourg. La Lorraine serait-elle alors vide de toute grande agglomération ? Cette perspective, nous ne l’imaginons pas une seule seconde. Mais l’heure est grave, car parmi les 12 villes sélectionnées par Balladur et ses copains, aucune ne figure dans notre belle province. En effet, Metz et Nancy manquent terriblement aux côtés de Paris, Lyon, Lille, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Nantes, Nice, Strasbourg, Rouen (!), Toulon (!!), et Rennes.   Dès lors, la perspective de bâtir enfin quelque chose de cohérent autour du sillon lorrain se fait de plus en plus sentir. Rappelons que par définition, une métropole, c’est un ensemble de services correspondants à un espace déterminé. Aujourd’hui notre fameux sillon lorrain est justement un territoire qui dispose d’une offre très complète en matière d’enseignement supérieur, de transport, de culture, de santé et d’emplois métropolitains supérieurs, comme se plaisent à dire les technocrates en nous narguant. Il est bien entendu évident que le modèle lorrain apparait comme des plus atypiques. D’accord et alors ? Il doit s’imposer à la loi. Ne serait-ce déjà que comme juste et légitime compensation aux iniques restructurations militaires opérées par Paris dans notre province. Car au cœur de ce sillon coule la Moselle,  mais surtout s’y trouvent Metz et Nancy. Mais les deux villes, bien qu’elles admettent rester (positivement ?) en concurrence dans un certain nombre de domaines, veulent en finir avec la vieille rivalité qui a juste qu’à présent bien fait les affaires de Paris. Un exemple frappant de cette volonté réside dans la future Université Lorraine, véritable  socle autour duquel les villes du réseau entendent construire cette métropole multipolaire. De même, Nancy et Metz ont récemment entamé un rapprochement historique de leurs agences d’urbanisme et de leurs opéras. La commission du sillon lorrain a en outre décidé de créer 8 groupes de travail sur plusieurs domaines de compétences, à savoir, enseignement supérieur, déplacement et transport, haut débit et technologie de l’information et de la communication, culture, santé, tourisme, enjeux transfrontaliers et activités économiques. Paralysé pendant dix ans, le serpent sillon lorrain semble enfin se mouvoir. Mieux vaut tard que jamais …

Laisser un commentaire