Le parc animalier de Sainte-Croix reste sur sa bonne dynamique

Et pour cette nouvelle saison qui s’est ouverte au printemps dernier, le parc de Rhodes, situé à deux pas de l’étang du Stock, a encore innové avec la dindonnerie, l’asinerie et un étonnant parcours sensoriel. Sur ce dernier, le public marche pieds nus sur des galets, écorces, sable, feuilles, boue et eau, afin de redécouvrir quelques sensations au contact de la nature, le tout dans un cadre champêtre agrémenté de forêts et d’étangs, d’où se dégage une impressionnante quiétude. Ce parc de 120 hectares où l’on peut observer la faune d’Europe en toute liberté inspire au calme des grands espaces. Créé par un agriculteur, Gérald Singer, qui transforma des champs de blé soumis à une culture intensive en un endroit qui sent bon la biodiversité, le parc fut l’un des tout premiers de son temps en Lorraine. Et pour maintenir un flot de visiteurs, pas seulement de proximité, l’équipe de Pierre Singer, qui représente plus de 30 emplois à temps plein, continue d’investir pour surprendre ses visiteurs. Avec 200 000 visiteurs par an et 2,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, le parc, dont le public est avant tout familial, a encore de beaux jours devant lui.

1 réflexion au sujet de “Le parc animalier de Sainte-Croix reste sur sa bonne dynamique”

  1. Plonger ses pieds nus dans du chanvre, des pommes de pin, du sable, sur des gravillons, des morceaux de roche, du caoutchouc et même de la boue, c’est désormais possible au Parc d’Aventures de Pompey. Sur 800 mètres en pleine forêt, les pieds redécouvrent en effet des sensations perdues par le port de chaussures. Ils foulent du sable fin, gémissent sur des billes d’argile et se tordent sur des gravillons. Bref, les capteurs de la voûte plantaire redécouvrent des sensations oubliées.
    Le prix du parcours seul est fixé à 5 euros, mais il est intégré dans le prix de l’entrée du parc. Ouvert en 2006, ce dernier accueille 10 000 visiteurs par an.

Laisser un commentaire