Fermeture de collèges : l’affaire trainée en justice

Dans le but d’annuler la délibération du 30 mars dernier entérinant la fermeture du collège Robert Schuman de Metz à la rentrée 2010, le groupe dit socialiste et républicain du conseil général de la Moselle a récemment déposé un recours auprès du Tribunal administratif de Strasbourg. Ce groupe bien avisé entend ainsi contester la légalité des conditions du vote du 30 mars. Rappelons que des élus avaient demandé en vain un vote à bulletin secret afin de limiter toute pression ou influence politique. Or, ce dernier a justement été refusé par le président de l’assemblée départementale, qui n’a pas, contrairement à ce qui a pu être dit ou écrit, enfreint le règlement intérieur du conseil général, qui l’autorise à exiger un vote public. Mais, par cette démarche audacieuse, c’est précisément ce règlement intérieur relativement étrange que le groupe dénonce. Ce n’est cela dit pas leur seul argument pour faire annuler la décision de fermeture du département. En effet, le second étant qu’il s’agissait d’une décision ayant également un impact budgétaire. Par conséquent, celle-ci aurait du être votée en séance publique et non pas lors d’une commission permanente. Enfin, en guise de preuve ultime, le groupe met en avant la fameuse lettre du premier ministre français qui indiquait qu’ « aucune fermeture de collège ou de lycée n’interviendra pendant la durée du contrat de redynamisation de site de défense ». Or, ceci s’implique bien évidemment à la Lorraine et plus particulièrement à Metz, ville touchée de plein fouet par la vague inique des restructurations militaires. Les BLE saluent donc l’initiative de ce groupe allant dans le sens de l’intérêt général des Lorrains et de l’éducation de leurs enfants.  Mais, rien ne dit que, même en obtenant gain de cause, et si nouveau vote il devait y avoir, le résultat soit différent. Cela renverra au moins chaque acteur à sa responsabilité devant les parents d’élèves et les électeurs. Et puis, de nouvelles élections auront lieu d’ici là…

Laisser un commentaire