Polémique des collèges : le CG 57 contre-attaque

Le président du conseil général de la Moselle a récemment affirmé que « les décisions concernant les collèges messins, votées à l’unanimité par la dite majorité départementale, n’entrent pas en contradiction avec la lettre du premier ministre français ». Tiens donc. C’est nouveau, cela vient de sortir. Etrange. Le CG 57 n’aurait-il donc aucun véritable argument pour contrer les accusions que de plus en plus de citoyens lorrains lui adressent ? Il sent qu’une brèche vient de se créer, que les gens ont trouvé la faille destinée à annihiler sa décision.  Cela dit, une fois n’est pas coutume, nous le rejoignons sur un point concernant ce dossier. Plus précisément par rapport à la critique qu’il adresse au maire de Metz, ayant usé d’une « position pleine de malice et de démagogie ». En effet, au moment du vote de décembre dernier intervenu en séance public, vote qui entérinait la fermeture d’un collège à Metz, celui-ci ne s’est jamais opposé à cette fermeture. Pire, il avait, rappelez-vous bien, même mis le collège Georges de La Tour en ligne de mir. Ainsi, le premier magistrat de la ville, « pour des raisons qu’il ne nous appartient pas de commenter, semble ne pas avoir défendu les collèges de Metz, mais un collège sur Metz ». Alors qu’il y avait encore dernièrement des parents d’élèves, du personnel et des élèves du collège Robert Schuman qui se sont regroupés afin de protester contre la fermeture prévue de leur établissement à la rentrée 2010 et pour organiser un petit comité d’accueil à l’inspecteur d’académie en visite dans le collège, la polémique n’en finit plus de gonfler. Et le dossier n’est pas prêt d’être classé, pour le pire comme pour le meilleur.

Laisser un commentaire