Fermetures de collèges : la clause qui tue

Le combat pour la sauvegarde de nos collèges continue. Il est même loin d’être terminé après ce nouvel et pour le moins inattendu rebondissement. En effet, aucune fermeture ne peut intervenir dans les territoires touchés par les restructurations militaires … sans l’avis du préfet. Comme quoi, entre deux malheurs, il y a toujours de l’espoir, … Lire la suiteFermetures de collèges : la clause qui tue

Collèges : signez la pétition en ligne !

Depuis plusieurs semaines une pétition circule sur le net et demande, à juste titre, ni plus ni moins le retrait pur et simple du schéma départemental des collèges mosellans pour 2009-2013. Ce dernier prévoit en effet la fermeture de plusieurs établissements de l’agglomération messine. C’est d’ailleurs bien dommage que cette initiative soit uniquement mosellane, car, … Lire la suiteCollèges : signez la pétition en ligne !

L’exorcisme : entre fantasme et réalité

De nos jours, trois prêtres exorcistes officient en Lorraine sous l’autorité de leurs évêchés. Ils se veulent des oreilles attentives à la détresse humaine et préfèrent la thèse de l’âme égarée à celle de l’esprit possédé. 
Si la consultation est gratuite, le seuil de la porte est néanmoins difficile à franchir, et surtout bien contrôlé. Ainsi, si vous voulez un jour rencontrer un prêtre exorciste, vous devrez emprunter le « circuit officiel » et passer d’abord par le filtre de l’évêché. En effet, l’Eglise prône la plus grande discrétion autour de ses activités d’exorcisme. Ici, pas de coup de projecteur qui pourrait alimenter nombre de fantasmes. Mais peut-être est-ce également cette atmosphère de secret et de mystère qui en serait la source. Toujours est-il que la réalité de l’exorcisme en Lorraine est bien moins spectaculaire, encore moins hollywoodienne. Cette réalité, c’est celle de prêtres calmes, tempérés et paisibles aux bureaux simples et dégagés de tout matériel et autres outillages dignes des décors de cinéma. Ils ont été désignés par leur évêque pour leur disponibilité et leur discernement. Ils ont par ailleurs suivi une formation auprès du Bureau national des exorcistes, à Paris. 

Lire la suiteL’exorcisme : entre fantasme et réalité

Rives de Meurthe : métamorphose des anciens abattoirs

Dans le quartier des Rives de Meurthe, qui ne cesse d’évoluer avec la création du Médiaparc, du pôle nautique ou encore de la scène musicale de l’Autre Canal, le site des anciens abattoirs de Nancy, l’un des plus grands marchés à bestiaux du Grand Est, s’apprête à accueillir le Pôle Innovation et Territoire – Pôle du Verre.
Le projet qui associe trois grandes écoles sera conçu comme un espace de formation, de recherche et de développement économique dans les domaines de l’ingénierie urbaine et du matériau verre. Le projet architectural comprend la restructuration de la petite halle et la création d’une extension dans un esprit de contraste qui fera la part belle au verre. A noter que le site comprend également une grande halle et deux bâtiments d’octroi. Ce projet présente ainsi l’avantage de préserver la mémoire industrielle du lieu. L’idée était en effet de conserver l’intégrité de la charpente métallique du début du siècle dernier de la petite halle. La réalisation du futur équipement est estimée à 10 millions d’euros.
 

Lire la suiteRives de Meurthe : métamorphose des anciens abattoirs

Amnéville entre dans l’arène !

En concurrence avec notamment les villes de Narbonne, Vannes et Dax, c’est finalement le site lorrain qui a été choisi par la production pour accueillir sur un plateau télé unique toutes les émissions du jeu Intervilles en 2009, 2010 et 2011 ! La proximité avec Paris, TGV aidant, mais aussi la présence du Snow Hall, plus grande piste de ski indoor du monde, ouvrant de nouvelles perspectives d’animations pour la série, auraient fait pencher la balance du côté amnévillois. Yves Launoy, producteur d’Intervilles entend par ce choix apporter un nouveau souffle à ce programme de divertissement familial qui méritait d’être quelque peu dépoussiéré. Dans cette optique de modernisation et de renouvellement, Philippe Candeloro et Nelson Monfor remplaceront Tex et Julien Lepers pour ce qui est de l’animation. Amnéville deviendra par la même occasion le plus grand plateau de télévision du monde, plateau qui s’étendra en effet sur 4 000 mètres carrés. Qui plus est, le site lorrain n’accueillera pas seulement les rencontres françaises du jeu télévisé mais aussi celles d’ « Intervilles Monde », c’est-à-dire un Intervilles sans frontière avec des Russes, des Chinois, des Biélorusses, des Grecs, des Portugais et des Américains. En effet, Intervilles est le leader des jeux de divertissements en Russie et il rassemble 250 à 280 millions de téléspectateurs en Chine. On imagine d’ores et déjà le sacré coup de pub et le magnifique coup de projecteur pour la Lorraine, et plus particulièrement pour le centre thermal et touristique amnévillois. Ce dernier se frotte d’ailleurs déjà les mains, même si d’un point de vue logistique, il va falloir assurer, car les premiers tournages débuteront à la mi-mai. Il faudra dès lors héberger plus de 6 000 personnes, alors qu’Amnéville ne dispose que de 1 000 lits, ce qui devrait faire tourner à plein régime l’hôtellerie de tout le secteur, mais aussi servir plusieurs milliers de repas par jour. Le Snow Hall, qui jouxte le site de tournage, pourra faire office de cantine pour certains. De plus, l’arrivée du plateau d’Interville va également créer entre 300 et 500 postes intermittents, électriciens, voituriers, agents de sécurité, personnel d’accueil,… C’est toujours cela de pris dans les conditions économiques actuelles.   

Lire la suiteAmnéville entre dans l’arène !

Nancy : le nouveau Centre des Congrès comme vitrine de l’agglomération

Pionnière en matière d’accueil de congrès, la ville de Nancy inaugura un palais exclusivement consacré à l’organisation de ce genre d’évènements en 1977. Il n’y avait à l’époque que 25 structures comparables en France, alors qu’aujourd’hui il y en a 130. Depuis quelques années déjà, le Palais de la rue du Grand Rabbin Haguenauer, coincé … Lire la suiteNancy : le nouveau Centre des Congrès comme vitrine de l’agglomération

Un autre emblème s’éteint

La centrale EDF de Richemont va bientôt refermer ses portes et pour longtemps, si ce n’est pour toujours. Un arrêt définitif annoncé depuis la fermeture des hauts fourneaux de Rombas et de Hayange qui l’alimentaient en gaz. Une fin cependant précipitée par la conjoncture économique actuelle particulièrement difficile et par l’arrêt, lui-aussi anticipé, du contrat … Lire la suiteUn autre emblème s’éteint

FM Logistic: accord sur les licenciements

Un accord a été trouvé entre les salariés et la direction de FM Logistic à Woippy où la perte d’un marché avec Hewlett-Packard doit entraîner la suppression de 483 emplois. 90% des salariés auraient accepté cet accord. Mais, si la bataille de FM Logistic est terminée, ces-derniers sont fermement décidés à continuer le combat contre … Lire la suiteFM Logistic: accord sur les licenciements

Il faut sauver le chêne des Sorcières

Depuis des siècles, la légende raconte que ce chêne, qui se dresse en bordure de la route menant à la cité Jeanne d’Arc de Saint-Avold, était un lieu de rencontre pour les sorcières se rendant au Sabbat sur leurs balais. Or, ce vénérable monument végétal de 850 ans est attaqué par trois champignons lignivores qui … Lire la suiteIl faut sauver le chêne des Sorcières

La Lorraine, une province en perpétuelle reconversion ?

Alors que http://pubs.lemonde.fr/5/BUSINESS-LEMONDE/articles_economie/exclu/206927122/Middle/OasDefault/lm_malakoff_pb04_pave600/malalmmm.html/35303764616333373439653561346230?&_RM_EMPTY_l’aciérie d’ArcelorMittal de Gandrange qui comptait 600 salariés s’est définitivement tue le 31 mars, un autre site mosellan du sidérurgiste, celui de Florange, fut foudroyé peu de temps après par l’annonce de l’arrêt provisoire d’une partie de sa production. Et là, ce sont près d’un millier de salariés qui vont subir des mesures de chômage partiel. Le sort de cette industrie continue donc de faire des ravages dans le tissu économique lorrain. Mais ces secousses ne sont pas comparables avec celles des années 1980. Car depuis, et selon certains, la Lorraine aurait effectué « une révolution économique et sociale ». Ainsi, les mines de fer et la sidérurgie employaient 98 000 personnes en 1968. A titre de comparaison, le secteur en compte à peine 6 000 aujourd’hui. De même, en 1975, 2 330 000 personnes vivaient en Lorraine. En 1990, notre province comptait 2 305 000 habitants. Cette perte démographique n’est toutefois pas énorme au regard de l’ampleur de la crise. Et depuis, notre province a bien rattrapé ce retard.

Néanmoins, dans les années 1980-1990, le principal problème résidait dans le fait que les qualifications des anciens sidérurgistes mis sur le marché du travail s’avéraient difficilement exploitables pour d’autres secteurs d’activités. Si bien que les politiques publiques ont donc essentiellement visé à attirer en Lorraine des activités à faible valeur ajoutée. On connaît cela dit ce qu’il est advenu des fameuses « usines tournevis » de Daewo, JVC et Scholtès, qui ont connu à leur tour fermetures et délocalisations, au fur et à mesure de la mondialisation. Aujourd’hui, le secteur de la chimie est également fortement secoué, à tel point que l’on se demande jusqu’à quand cette filière va pouvoir perdurer. 

Lire la suiteLa Lorraine, une province en perpétuelle reconversion ?

Avenue Picot, impasse Saint-Symphorien

A partir de 2016, le championnat d’Europe des nations passera de 16 à 24 participants. La France pourrait être désignée pays organisateur de la compétition. Dans cette optique, des listes de 15 villes potentiellement candidates ont été établies en fonctions des installations sportives actuelles, qui seront rénovées, ou de nouvelles enceintes à venir. Metz n’y figure jamais. Nancy, si. Heureusement pour la Lorraine. Mais avoir deux stades accueillant des rencontres de ce niveau et ayant de telles répercussions médiatiques, c’est toujours mieux qu’un. Vous en conviendrez. Mais en l’état actuel des choses, il est plus que légitime de se demander si Metz n’est déjà pas en train de perdre l’Euro. C’est une vieille habitude de la maison. En effet, il y a de cela un peu plus d’une décennie, la ville et la Lorraine toute entière avaient été privées de l’immense succès populaire de la Coupe du Monde 1998, de ses retombées ponctuelles, comme de ses effets durables. Ce qui serait d’autant plus regrettable si Metz devait encore rater ce nouveau rendez-vous, c’est qu’une loi permettra bientôt, si ce n’est déjà fait, d’obtenir des aides de l’Etat français au sujet des constructions programmées pour l’Euro 2016. Tout cela dans le cadre d’une déclaration d’utilité publique. La question en 2009 n’est en effet plus de savoir si Metz mérite ou non un grand stade de foot, au prétexte de ne plus posséder une grande équipe de foot, car de nos jours, un stade constitue un véritable outil de travail, mais de déterminer son emplacement. Et plus l’outil est performant, plus il permet de se développer. C’est économique, ni plus, ni moins.

Cela dit, afin de bénéficier de l’effet d’aubaine, d’attirer et de séduire des investisseurs privés dans le même élan et de permettre au Nord lorrain de bénéficier lui aussi de toutes les retombées d’un évènement majeur comme celui-là, les élus et politiques locaux doivent en finir une fois pour toutes avec les errements du siècle précédent. En ces temps de crise et sur un dossier aussi fédérateur, un consensus devrait d’ailleurs tomber sous le sens. Et bien non ! Nos politiques n’auront pourtant pas cinquante mille occasions de nous prouver leur envergure, ou pas, quelques mois après les conséquences des restructurations militaires qui nous ont données une idée aussi précise que désastreuse de leur niveau d’influence.

Lire la suiteAvenue Picot, impasse Saint-Symphorien

Une cellule pour les mineurs en danger ouverte à Metz

Le CHR de Metz-Thionville vient récemment d’ouvrir une unité d’Accueil Pédiatrique de l’Enfant en Danger (ou APED) à l’hôpital Bon-Secours de Metz. Il s’agit du seul dispositif de ce genre existant dans le Grand-Est. Le but de cette unité est d’organiser l’accueil et l’audition des mineurs victimes de maltraitance. Plus précisément, l’APED est constituée d’une … Lire la suiteUne cellule pour les mineurs en danger ouverte à Metz

La Lorraine est elle à l’abri des séismes ?

C’est en effet la question que l’on peut se poser après le dernier séisme ayant touché le centre de l’Italie. Dans notre belle province, les Vosges semblent concernées par le zonage sismique réglementaire (voir carte). Plusieurs séismes sont survenus en Lorraine et ont été reconnus à ce titre comme catastrophe naturelle par la France, à … Lire la suiteLa Lorraine est elle à l’abri des séismes ?

Vigy : le vélorail gagne du terrain !

Alors que sa douzième saison vient tout juste de débuter, l’association mosellane annonce le prolongement du parcours existant jusqu’au château Saint-Sixte de Freistroff. Jusqu’alors, les visiteurs partaient de Vigy pour gagner Aboncourt, 12kilomètres plus loin, avant de revenir à Vigy. Un parcours en boucle long de 18 kilomètres constitué d’une première et légère descente au … Lire la suiteVigy : le vélorail gagne du terrain !

Vosges : on remet ça ?

A quelques jours du coup d’envoi des festivités de la 44ème Fête des jonquilles, la Perle des Vosges se met à l’heure estivale. Après un hiver exceptionnel, servi par quatre mois de neige naturelle, la station des Vosges se prend à rêver d’une saison estivale du même calibre. http://memorix.sdv.fr/5/www.republicain-lorrain.fr/infoslocales/region_articles/2067023938/Position1/SDV_RL/default/empty.gif/35303764616333373439633934366230?
Toute la ville de Gérardmer se prépare une nouvelle fois à entrer en ébullition. La fameuse Fête des Jonquille approche à grands pas. C’est désormais une tradition solidement ancrée sur les pourtours  du lac. En effet, tous les deux ans et depuis 1935, environ 1 500 enfants des écoles du canton ratissent les pentes des montagnes qui dégringolent dans la vallée, afin de cueillir les quelques 350 000 jonquilles qui serviront à habiller la vingtaine de chars prévus pour le défilé du corso fleuri. Cette année le rendez-vous est fixé le dimanche 26 avril. Mais les professionnels du tourisme n’attendent pas le pic de fréquentation promis par l’évènement pour mettre les bouchées doubles. La préparation se fait en amont et cette année sans transition. Ils passent directement de l’hiver à l’été. Pas question donc de perdre le rythme. La saison estivale pourrait d’ailleurs débuter plus tôt que prévue. Cela dit, rien n’est encore gagné, cela serait sous-estimer les caprices du climat des montagnes vosgiennes. 

Lire la suiteVosges : on remet ça ?

Les cigognes sont revenues à Bitche !

Ces grands échassiers blanc et noir ne symbolisent pas uniquement l’Alsace. Leur long bec et leur silhouette rassurante font également la fierté de la Moselle, et en particulier de Bitche, puisqu’un couple niche actuellement sur le toit de la mairie. En 2008, on comptait environ 1 300 couples en France. L’espèce revient d’ailleurs de loin, … Lire la suiteLes cigognes sont revenues à Bitche !

Un atelier de gibier pour une première !

Pour la première fois en France, une fédération de chasseurs, celle de Meurthe-et-Moselle, sera à l’origine d’un atelier de transformation. Le futur atelier, financé à hauteur de 700 000 € par une trentaine d’actionnaires et une banque sera implanté à Atton, près de Pont-à-Mousson. Le bâtiment, qui sera ainsi proche des nouveaux locaux de la fédération … Lire la suiteUn atelier de gibier pour une première !

Le transport frontalier freiné

Au Luxembourg, grande est l’incompréhension, surtout depuis que le duché s’est vu refuser par la France l’ouverture de trois nouvelles lignes transfrontalières. Cela fait pourtant ainsi près de 15 ans que le Luxembourg fait fonctionner et financer deux lignes entre Longwy et Luxembourg-Ville. Le succès commercial est également au rendez-vous après la mise en service … Lire la suiteLe transport frontalier freiné

Maxéville : un atelier mémoire s’attache à préserver la trace des mines de fer

L’exploitation minière a commencé à Maxéville vers la fin du XIXème siècle. Une aventure industrielle qui a marqué le paysage et laissé son empreinte dans les esprits. Aux portes de Nancy, on a ainsi extrait à flanc de coteau et pendant quelques décennies du minerai de fer. Deux mines ont d’ailleurs coexisté.  Il y avait … Lire la suiteMaxéville : un atelier mémoire s’attache à préserver la trace des mines de fer

VSE se développe en Lorraine

La société énergétique sarroise VSE, filiale du groupe allemand RWE, deuxième opérateur derrière EON, conforte sa position en Lorraine. Après l’implantation de sa filiale Energis à Forbach qui fournit de l’eau potable pour certaines collectivités dans tout le bassin houiller, VSE installe une antenne à Metz dans une des tours du World Trade Center au … Lire la suiteVSE se développe en Lorraine

Vandières : la gare a la côte dans le Pays-Haut

La gare d’interconnexion de Vandières permettrait de faire gagner un temps précieux à tous les usagers du train dans le Pays-Haut. Ce n’est donc pas étonnant de constater que sur les 108 communes lorraines ayant déjà délibéré pour la construction de cette gare, 55 sont meurthe-et-mosellanes. Pourtant ni Nancy, encore moins Metz, pas plus que Forbach ou Sarreguemines ont donné leur aval. Non assurément, ce n’est pas de ce côté-là qu’il faille poursuivre les investigations, mais plutôt vers Toul, Lunéville, Pont-à-Mousson, Longwy, Briey, Homécourt, Longuyon ou encore Jarny. Ainsi, en Meurthe-et-Moselle, quasiment toutes les communes de plus de 3 500 habitants ont pris une motion en faveur de la gare de Vandières. Même des villages moins importants comme Labry, Giraumont, Joudreville et bien évidemment Vandières, qui avait montré la voie en octobre 2000, se sont prononcés pour. Au total, 55 signataires peuvent être comptés dans le département, contre sept seulement en Moselle, où la position du président du conseil général semble malheureusement paralyser certains conseils municipaux. Aller savoir pour quelles raisons. Les 108 municipalités qui ont voté une motion de soutien ne ­représentent pas moins de 574 000 habitants, 17 communautés de communes comme celles de Spincourt, Fresnes-en-Wœvre, Etain ou du Pays de Montmédy. 

Lire la suiteVandières : la gare a la côte dans le Pays-Haut

La VR 52 sur la bonne voie ?

La réalisation de la voie rapide 52 (VR 52) a été inscrite dans le plan Etat-région. Le préfet de la Moselle l’a même fait figurer comme priorité du PDMI (Programme de Développement et de Modernisation d’Itinéraires). Mais cette liaison routière, véritable projet de tout un territoire, n’est pas prête d’être terminée. En effet, malgré ces … Lire la suiteLa VR 52 sur la bonne voie ?

Un nouveau centre de recherche d’envergure à Nancy !

Un biopôle sera créé à deux pas du CHU (Centre Hospitalier Universitaire) de Nancy-Brabois et de start-up lorraines spécialisées dans le domaine médicale avec pour ambition de faciliter le travail des scientifiques attelés à la recherche fondamentale. Ainsi, dès 2010, ce centre de recherche européen de biologie-bio ingénierie regroupera 130 enseignants-chercheurs, ingénieurs, doctorants et techniciens … Lire la suiteUn nouveau centre de recherche d’envergure à Nancy !

Les crécelles chanteront toujours …

Fêtes Pascales obligent, dans de nombreuses villes et villages de Lorraine, les crécelles sont revenues et ne se sont pas tues. Si dans le Pays Sarrebourg la tradition reste encore bien ancrée, cette dernière perdure néanmoins difficilement dans le Pays Messin. Il était une fois en Lorraine une tradition bien particulière … Revenons en effet … Lire la suiteLes crécelles chanteront toujours …

Vers un partenariat public privé pour la rénovation des lycées

5 établissements lorrains sont concernés par ce programme de rénovation, à savoir les lycées mucipontains Marquette et Hanzelet, à hauteur de 53 millions d’euros, sans pour autant en envisager la fusion, ainsi que les lycées Jean Zay à Jarny, du bâtiment à Montigny-lès-Metz et du Chesnoy à Bains-les-Bains. Un partenariat public privé permettra de diviser … Lire la suiteVers un partenariat public privé pour la rénovation des lycées

Retour sur l'Exposition internationale de Nancy en 1909

Les BLE ouvrent une nouvelle rubrique intitulée « C’était hier en Lorraine » afin de retracer certains des grands évènements de l’histoire moderne de notre belle province. Première étape de ce formidable voyage à travers le temps à Nancy, pour un retour en 1909, année de l’Exposition internationale de l’Est…

Six mois de festivités, plus de deux millions de visiteurs : l’Exposition internationale de l’Est de la France qui se tint dans la cité ducale du 1er mai au 31 octobre 1909 au parc Sainte-Marie et à l’Esplanade Blandan fut un véritable succès. Cette année là, tout le monde de l’industrie et celui des arts se sont présentés sous leurs plus beaux atouts…

Pourtant le contexte de l’époque n’était guère à la réjouissance dans cette Lorraine déchirée en deux. Mais l’ambition n’en était pas moins grande. En effet, alors que la Moselle avait été annexée par le Reich allemand après la guerre de 1870-1871, il s’agissait de présenter une vitrine de la vitalité et du progrès des provinces de l’Est face à une Allemagne perçue comme arrogante et volontiers conquérante. Sur les deux millions de visiteurs, la seule journée du 17 octobre en attira plus de 53 000. Ce jour avait ainsi été décrété « Journée des Messins ». D’ailleurs, plusieurs centaines d’entre eux arrivèrent la veille. Ils bénéficiaient d’un prix d’entrée exceptionnellement abaissé à 25 centimes. Un grand moment de l’histoire lorraine encore aujourd’hui méconnu. Près d’un demi-siècle après une exposition internationale similaire qui s’était tenue à Metz en 1861, il était indispensable de montrer les progrès considérables réalisés par l’industrie depuis une génération à Nancy et dans les départements limitrophes.

Lire la suiteRetour sur l'Exposition internationale de Nancy en 1909

Florange : les coups durs s’accumulent…

Décidément, l’avenir apparaît bien sombre pour ce qui reste de la sidérurgie lorraine. Les mauvaises nouvelles deviennent monnaie courante et ce, particulièrement en ces temps de crises, qui touchent de plein fouet ce secteur très exposé aux fluctuations économiques. La direction d’ArcelorMittal a en effet décidé de réduire sa production d’acier, entraînant par là du … Lire la suiteFlorange : les coups durs s’accumulent…

Preisch : le paradis du golf

Seul golf de notre province à compter 27 trous, Preisch organise 70 compétitions cette saison et accueillera son premier « Pro-Am » international. Un évènement à lui seul. Au Grand-Duché, les adeptes ont pris l’habitude de considérer le  Château de Preisch à Basse-Rentgen comme le septième golf du Luxembourg. Ce n’est donc pas un hasard si 80 … Lire la suitePreisch : le paradis du golf

Restructurations militaires : le combat continue

Les restructurations militaires ont particulièrement ébranlé la Moselle, qui représente à elle seule 12% du poids total de la réforme. Metz 10%. Cela dit, nous n’arrivons toujours pas à comprendre pourquoi certains, qui ont pourtant œuvrés à la défense de leur territoire, notamment près de Sarreguemines, arrivent encore à saluer une telle mesure. Un mystère, … Lire la suiteRestructurations militaires : le combat continue

RD 618 : un dossier épineux

La route départementale 618  est pour le Pays Haut ce que l’on pourrait appeler une « artère fémorale qui souffre d’anévrisme ». Au départ de Marville, 4 000 véhicules l’empruntent chaque jour, tandis qu’à l’entrée de Longwy, ce sont plus de 21 000 automobilistes qui transitent sur cette voie. Entre les deux, une dizaine de villages subissent ce trafic infernal. Bien évidemment, ce sont surtout les travailleurs transfrontaliers ainsi que les poids lourds qui circulent sur la RD 618. Le problème c’est qu’en dépit du marasme économique actuel, la croissance du Luxembourg ne va pas diminuer mais augmenter. Ainsi, la barre des 15 000 « véhicules transfrontaliers » sera prochainement franchie. De même, pour ce qui est de la Belgique, les chiffres augmentent également régulièrement. » L’exemple est particulièrement frappant à Villers-la-Chèvre, commune située entre Longwy et Longuyon. 11 000 véhicules, dont 1 000 camions et environ 500 camionnettes, traversent quotidiennement le village, ce qui pose de délicats problèmes de sécurité. 
Rappelons qu’avec le relatif « désengagement » de l’Etat français, la gestion des routes a été déléguée depuis peu aux départements, qui sont alors devenus maîtres d’ouvrage dans ce domaine. Celui de Meurthe-et-Moselle a ainsi récupéré un réseau routier de 200 km particulièrement mal en point. Et les crédits octroyés pour l’entretien de ce réseau ne dépassent pas les 3 millions d’euros. Alors que pour envisager une 2 fois 2 voies entre Longwy et Longuyon, il faudrait dépenser près de 80 millions d’euros. Il est évident que le département ou les communes ne peuvent assumer des telles dépenses. 

Lire la suiteRD 618 : un dossier épineux

Départ à Nancy pour le Dauphiné libéré

Innovation majeure et remarquée pour cette nouvelle édition du Critérium du Dauphiné Libéré, seconde épreuve cycliste française après le Tour, le départ dans la cité ducale résulte avant tout d’un choix stratégique et économique, dans la mesure où l’épreuve appartient à un groupe de presse dont le siège est précisément à … Nancy. L’escapade nancéienne … Lire la suiteDépart à Nancy pour le Dauphiné libéré

Metz : la chimère de l'Euro 2016 ?

Si Nancy semble mieux armé et surtout mieux organisé actuellement pour accueillir des matchs de l’Euro 2016, dans le cas où la France serait désignée comme pays organisateur, le ou les projets, on ne sait plus à vrai dire du côté de Metz, semblent nettement moins bien ficelés. Attardons nous donc un peu plus sur le flou artistique et la confusion messine pour mieux en percevoir les enjeux. Pour cela, revenons quelques temps en arrière. En 2007, l’ambiance autour du F.C. Metz est plus qu’au beau fixe. Alors que le club survole la Ligue 2 et se dirige tout droit vers la montée, il change aussi beaucoup en coulisses, dans la mesure où Bernard Serin monte au capital pour devenir actionnaire majoritaire et successeur tout désigné de Carlo Molinari à la direction opérationnelle. Mais cette arrivée ne se fait pas seule. Elle est également marquée par la volonté claire, en tous cas en 2007, de redynamiser la vie sportive et financière du club à la croix de Lorraine. C’est dans ce contexte que le nouvel homme fort lance le projet « Grenat 2010 », véritable motif de réjouissance pour les supporters. En effet, l’idée est alors de redonner une dimension plus ambitieuse au club à l’aide de nouvelles ressources financières. La pierre angulaire du projet est en fait la rénovation complète du stade Saint-Symphorien, qui passerait de 26 000 à 32 000 places assises. Il aurait de même beaucoup plus d’espaces « VIP », très rémunérateurs pour les clubs, et serait encore plus confortable. Au-delà de l’idée d’agrandissement, qui peut paraître superflue à la vue des taux de remplissage faméliques de Saint-Symphorien ces dix dernières années, les grands thèmes de réflexion et d’aménagement, qui ont fait le succès des stades allemands ou anglais sont bien présents, et le projet est donc promis à un bel avenir.

Mais rapidement la situation s’enlise. Au delà d’un calendrier extrêmement serré, dans la mesure où mener un tel projet de bout en bout en 3 ans relève presque de l’impossible, la mise en ouvre bute sur des problématiques sérieuses de financement dans le contexte de la nouvelle relégation en Ligue 2 du F.C. Metz en 2008. S’ajoutent ensuite les nouvelles réflexions du club sur l’opportunité de construire un nouveau stade dont il détiendrait cette fois la propriété, sur le modèle des projets de Lyon, Lille ou encore du Mans. Le FC Metz voudrait alors un stade plus grand, de 40 000 places environ, et à un nouvel endroit, ce qui résoudrait les problèmes actuels d’accessibilité du stade, même s’il faut pour cela s’éloigner du centre-ville. Le but affiché est de participer à l’Euro 2016 qui pourrait se dérouler en France.

Lire la suiteMetz : la chimère de l'Euro 2016 ?

Fermeture de collèges en Moselle : une décision non conforme ?

On le savait pertinemment, ce dossier sentait le souffre depuis son début. Entre exaspération et totale incompréhension, le feuilleton, ce perpétuel volte-face, continu après avoir été savamment, pour ne pas dire sadiquement, entretenu. Cela dit, la décision inique du conseil général de la Moselle, et plus particulièrement de son fameux président, serait entachée d’une grave irrégularité administrative selon certains, pour une question de vote public ou secret.  Cela tombe bien ! Principal intéressé : le collège Robert Schuman de Metz.  Le tout est de savoir si le vote de la commission permanente mosellane devait être nominatif et public ou, au contraire, devait se faire à bulletins secrets. Ici, vous comprendrez bien que toute la psychologie et la stratégie de vote s’en trouve modifiées. Car, quand serait-il véritablement advenu de l’issue de la consultation si les membres de ce conseil avaient pu s’exprimer dans l’intimité de leur conscience et non sous le regard du président ? C’est l’autre question fondamentale.

Pour certaines personnes bien avisées, s’il y a simultanéité entre une demande de vote au scrutin public et une demande de vote au scrutin secret, c’est le scrutin secret qui doit l’emporter, dès lors que le scrutin est réclamé par le tiers des membres présents. Or, c’était justement le cas  au moment de la décision. Par conséquent, il y aurait bien irrégularité. Mais, et c’est bien là le problème, le CG 57 refuse de l’envisager et ne donnera pas suite à la requête. Il considère en effet comme acquis ce vote désormais plus que douteux, en argumentant sur le fait que les dispositions légales qui s’appliquent aux collectivités départementales, à l’inverse de ce qui est prévu pour les communes, donneraient étrangement la primauté au scrutin public par rapport au scrutin secret, sauf pour les nominations. Ce sera désormais très certainement au tribunal administratif de trancher.

Lire la suiteFermeture de collèges en Moselle : une décision non conforme ?

L’excellence scientifique mosellane est en marche

Le déménagement de l’ENIM (Ecole Nationale d’Ingénieurs de Metz) dans un tout nouveau bâtiment actuellement en construction préfigure la mise en place d’un grand campus scientifique sur le Technopôle de Metz. Cela permettra de créer un réseau d’enseignement plus cohérent et mieux identifié. Dans cette optique, un rapprochement plus poussé va être établi entre les … Lire la suiteL’excellence scientifique mosellane est en marche

Marché de Pâques de Metz : stop ou encore ?

Après nous avoir tout bonnement sucré le tapis floral qui faisait la réputation et l’image de marque de toute une ville, et ce pour des raisons purement idéologiques, voilà que la nouvelle municipalité de Metz  a dernièrement décidé de ne pas subventionner le Marché de Pâques de la Fédération des commerçants. Il avait pourtant connu deux éditions successives très réussies… Un nouveau coup dur pour l’attractivité et l’animation du centre-ville.

Décidément, c’est de mal en pis depuis quelques temps à Metz. Mais l’espoir demeure. En effet, si le Marché de Pâques n’a pas eu lieu cette année, c’est peut-être pour mieux revenir l’année prochaine. C’est toute la question. De même, si aucun signe ne laisse actuellement craindre à une quelconque divergence entre la municipalité et les commerçants, ce qui est déjà pas mal en soi, ces derniers ne veulent surtout pas que la manifestation disparaisse à jamais. La décision de la mairie fut en tout cas essentiellement motivée par le coût jugé trop onéreux (50 000€) pour un rendez-vous qui ne rapporterait pas assez de rentrées. Un peu léger comme argument tout de même. Rappelons qu’en 2007, la première édition avait investi la Place d’Armes. L’année suivant, le marché s’était déroulé Place de Chambre. Cela dit, il paraîtrait que la manifestation ferait son retour en 2010. Peut-être sur la Place Saint-Louis. Tout reste encore à voir.

Lire la suiteMarché de Pâques de Metz : stop ou encore ?

Une Moselle grise argentée

Plus d’un quart des Mosellans aura plus de 60 ans en 2020. Tel est le résultat d’une nouvelle étude de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques). Ainsi, la part des plus de 60 ans passera de 20 % actuellement de la population totale à 27,3 % en 2020. Autrement dit plus … Lire la suiteUne Moselle grise argentée

Le retour de la métropole lorraine

Oubliés par le rapport Balladur au sujet de la création de métropoles d’équilibres, Metz et Nancy doivent plus que jamais s’unir pour soutenir le développement de la Lorraine et enfin peser à l’échelle de la France et de l’Europe. Ainsi, Strasbourg devrait être l’unique métropole du Nord-Est de la France. Une telle décision a fait … Lire la suiteLe retour de la métropole lorraine

Le cimetière de l’Est en péril

La Fondation du patrimoine attire notre attention sur certaines sépultures du carré historique du cimetière de l’Est à Metz qui ne cessent de tomber en ruine. Si rien n’est fait rapidement, c’est toute une partie de l’histoire de la ville qui disparaîtra. En effet, il est des tombes monumentales qui constituent un témoignage unique de … Lire la suiteLe cimetière de l’Est en péril

Un parc, trois vocations

Le futur parc communal de Nauvigne à Lorry-lès-Metz, qui s’étendra sur 89 ares, aura une triple vocation, à savoir : constituer un espace de quiétude, de loisirs et d’organisation de manifestations. Il sera composé de quatre éléments majeurs : une couverture forestière de 60%, ce qui représente une centaine d’arbres et arbrisseaux environ d’une douzaine d’essences différentes, … Lire la suiteUn parc, trois vocations

La fin de toute une culture sportive ?

Avec cette nouvelle période sombre, le handball masculin mosellan d’élite semble véritablement avoir perdu tout le lustre de son temps. Perdus dans les profondeurs du classement de la Nationale 1 (3ème échelon), le SMEC (Stade Messin Etudiant Club) et Thionville semblent promis à la relégation à la fin de cette saison. La nouvelle n’en est d’ailleurs plus vraiment une en ce qui concerne Thionville, lanterne rouge, très loin derrière les autres équipes. Mais, cette perspective de rejoindre les affres de l’échelon inférieur hante désormais les nuits de l’autre représentant mosellan, le SMEC, avant-dernier du championnat. Qui plus est, l’écart avec le premier non-relégable, Villeneuve-d’Ascq, s’est accentué depuis le dernier faux-pas à Saint-Symphorien. Un écart à première vue rédhibitoire tant le club historique messin accumule les déboires personnels ces dernières semaines. La situation préoccupante des finances, point de départ d’un projet de fusion avec le prestigieux voisin de Metz Handball, expliquerait en grande partie l’inexorable descente aux enfers des joueurs de Detlef Sobolewski durant la phase retour du championnat. Pour l’entraîneur, les difficultés de trésorerie ont bien entendu joué sur le rendement de l’équipe première. Il faut dire que les joueurs, pour la plupart des étudiants, perçoivent leur salaire avec un mois de décalage. Ce désagrément n’a ainsi pu qu’avoir des conséquences négatives sur les résultats. Même constat ou presque, plus au Nord, à Thionville, même si la situation semble légèrement plus saine. Contrairement au rival messin, les partenaires de Chris Auger quittent la Nationale 1 en affichant un bilan comptable maigre, mais équilibré. La cause de leurs malheurs proviendrait surtout de la faiblesse de leurs moyens, dans la mesure où le club s’appuie sur un budget de 200 000 €, une somme ridicule dans le contexte actuel de la N1. En début de saison, Thionville comptait une nouvelle fois sur la force de l’esprit maison pour jouer le maintien. Cela n’a hélas pas suffi. Pour beaucoup, le club arrive au terme d’un cycle.
 

Lire la suiteLa fin de toute une culture sportive ?

La Lorraine, cette terre fromagère

La Lorraine est la quatrième province française pour la production de fromage, que ce soit en termes de lait cru avec 7 344 tonnes produites, ou pour l’ensemble des fromages affinés avec 149 514 tonnes produites, soit une production en hausse de 5 % entre 1997 et 2007. Pour les fromages au lait cru, ces bons résultats … Lire la suiteLa Lorraine, cette terre fromagère

Le commerce extérieur lorrain recule mais ne plie pas

Conséquence directe de la baisse brutale de la demande mondiale et du contexte actuel de crise, le commerce extérieur lorrain a vu en 2008 ses ventes à l’étranger reculer de 1,7% par rapport à 2007. La très grande majorité de ses échanges s’opère toutefois au sein de l’Union Européenne. L’automobile et ses équipements ainsi que … Lire la suiteLe commerce extérieur lorrain recule mais ne plie pas

Circulation sur l’A 31 : les règles changent

Les règles de circulation changeront à compter du mois du juin sur l’A 31 entre Nancy et Luxembourg. Ce nouveau système sera expérimenté pendant un an. Car l’A 31, c’est 80 000 véhicules par jour, dont plus de 10 000 poids lourds. Le plan de circulation se résume essentiellement à deux mesures phares qui vont à coup … Lire la suiteCirculation sur l’A 31 : les règles changent

Saint-Julien-lès-Metz s’offre un lifting vert !

La ville a des projets plein la tête, dont un d’envergure, qui devrait déboucher sur l’ouverture de plusieurs grands chantiers. Ainsi, la commune veut se tailler un nouveau costume sur mesure. Et il sera vert. Le projet est audacieux mais réalisable. Trois chantiers seront à enclencher : aux lieux dits du Bas-Chêne, de la Mère Francis … Lire la suiteSaint-Julien-lès-Metz s’offre un lifting vert !

Metz-Nancy Lorraine en danger

En réelle perte de vitesse, l’aéroport de Louvigny pourrait accueillir un partenaire privé à partir de 2010. En effet, l’aéroport  Metz-Nancy Lorraine a enregistré l’année dernière une baisse spectaculaire de fréquentation avec un recul de -15,6%, juste devant Strasbourg qui voit son affluence diminuer de -23,3%. Le TGV est passé par là, en véritable revers … Lire la suiteMetz-Nancy Lorraine en danger

Restructurations militaires : maintenir la pression

Non, les quelques élus lorrains qui veulent toujours sauver, du moins jusqu’en 2014, la base aérienne 128 de Metz-Frescaty ne doivent pas avoir plus que leurs yeux pour pleurer, et ce en dépit de l’hostilité et de la fermeté du gouvernement français. Il convient au contraire de se remobiliser et de maintenir le plus de … Lire la suiteRestructurations militaires : maintenir la pression

TGV : nouvelles dessertes en vue

La ligne TGV Paris-Metz va être prolongée jusqu’à Longwy. Ainsi, certains terminus ou départs à Metz se feront dorénavant à Longwy selon certaines sources. Un accord aurait été conclu entre la SNCF et la Lorraine. Le bassin de Longwy/Briey et ses 400 000 habitants, en incluant le Sud du Luxembourg et le Sud-Est de la Belgique, était jusqu’à présent l’un des territoires écartés de la dynamique du TGV Est et de son succès commercial. Cette annonce devrait donc lui permettre de bénéficier de l’attractivité économique de la ligne à grande vitesse. Reste encore à déterminer le parcours du train et le nombre de passagers qu’il transportera. Là aussi, des intérêts économiques sont en jeu. 
Cette décision n’efface cependant pas tous les problèmes liés à la mise en service du TGV Est-Européen en Lorraine. Par exemple, si Commercy possède, avec le soutien des collectivités locales, une desserte TGV, celle-ci ne semble pas très empruntée, notamment le matin, où le départ est trop tôt, 5h51. Cela dit, cette desserte ouverte au printemps 2008 bénéficie d’une période expérimentale d’une durée de 2 ans, qui revient néanmoins à 162 500 € par an. 
De même, il apparaît que la ville de Toul y a perdu au change depuis l’arrivée du TGV Est, au niveau de ses liaisons avec la capitale française et de ses interconnexions avec le réseau express régional. 

Lire la suiteTGV : nouvelles dessertes en vue

Le Parc animalier de Sainte-Croix s’agrandit

Plusieurs innovations et de nouveaux pensionnaires viennent enrichir le Parc animalier Sainte-Croix à Rhodes en Moselle, dont les infrastructures ont été entièrement revues au cours de la fermeture hivernale, riche en travaux. Ainsi, le restaurant a été complètement réaménagé et doté d’une nouvelle salle belvédère donnant directement sur la prairie où l’on peut généralement observer … Lire la suiteLe Parc animalier de Sainte-Croix s’agrandit

Un nouveau pôle de compétitivité mondial sur l’eau ?

La Lorraine, associée à l’Alsace, pourrait accueillir un troisième pôle de compétitivité d’envergure mondiale. Ce dernier se concentrerait sur les problématiques liées à la qualité de l’eau. Le dossier, bien engagé, pourrait d’ailleurs figurer parmi les préconisations du préfet Blanc suite aux conséquences des restructurations militaires. La Lorraine deviendrait ainsi un territoire de recherche et … Lire la suiteUn nouveau pôle de compétitivité mondial sur l’eau ?

La tentation des déchets radioactifs se dissipe peu à peu

Baronville, paisible village de 300 habitants situé à la limite du Pays du Saulnois, était la seule commune de Moselle à avoir accepté une étude préalable au sujet de l’accueil d’un site d’enfouissement de déchets radioactifs à faible activité à vie longue (FAVL). Etait car aujourd’hui la commune, candidate sérieuse hier, a finalement renoncé à ce projet. Heureusement. Le maire a enfin entendu la fronde populaire qui montait de plus en plus. Sage décision, la Lorraine n’a pas vocation à devenir la décharge nucléaire de la France. En effet, au fil des semaines, agriculteurs, défenseurs de l’environnement, habitants de Baronville et de la ville voisine de Morhange avaient vivement contesté cette décision, certains n’hésitant pas à planter des panneaux sur leur façade, voire à quelques dizaines de mètres de la mairie… Une pétition a également circulé. Aux dernières nouvelles, elle comptait près de 300 signatures. Un revirement qui ne sied absolument pas à l’ANDRA. On imagine pourquoi. Mais qu’importe
Rappelons que 37 communes de l’Est de la France ont répondu de manière positive au pacte de l’ANDRA. Moins de 10 se situent en Lorraine. Cela dit, il faudra au moins deux ans d’investigations pour vérifier la faisabilité d’un projet. « Seules » deux ou trois communes candidates seront désignées au final pour recevoir les futurs centres d’enfouissement. Toujours est-il qu’au cas où un dossier lorrain serait sélectionné, cela risquerait de mettre à mal les bonnes relations transfrontalières. En effet, la Sarre n’acceptera pas une densification des activités radioactives dans le secteur frontalier qui a déjà de son point de vue suffisamment assumé ses responsabilités avec des sites comme la centrale nucléaire de Cattenom et le laboratoire de recherche de Bure. Cela dit, la Sarre aurait-elle son mot à dire dans cette histoire ? Ceci est une autre question. 

Lire la suiteLa tentation des déchets radioactifs se dissipe peu à peu

Investissements en vue dans le rail

Réseau Ferré de France (RFF) a annoncé qu’il allait engager un programme d’investissements de 130 millions d’euros en 2009 en Lorraine, le tout hors programme ligne à grande vitesse (LGV).  Le but avoué étant de rénover, de renforcer et d’améliorer le réseau ferroviaire lorrain, c’est-à-dire 1600 kilomètres de voies, 2300 ouvrages d’art et 171 gares. … Lire la suiteInvestissements en vue dans le rail

Gandrange : la fin de toute une époque …

L’aciérie de Gandrange a été construite dans les années 1960 sur une surface de 370 hectares, dans le but de produire 4 millions de tonnes d’acier, objectif qu’elle n’atteindra d’ailleurs jamais. Le cours de l’Orne fut même détourné pour bâtir cette cathédrale industrielle. Aujourd’hui fermée, l’immense carcasse sera démantelée. Des employés d’autres usines du groupe ArcelorMittal, notamment en provenance du Kazakhstan, sont déjà venus en repérage afin de détecter des outils viables pour les démonter, les emporter et les réutiliser dans leur pays. Ainsi, plus de 40 000 tonnes de ferrailles vont être rasées dans l’optique de libérer un terrain d’environ 400 hectares, qu’il s’agira ensuite de dépolluer. Cette opération pose tout de même le problème de la sauvegarde du patrimoine industriel lorrain, de son épopée et de l’heure de gloire de cette formidable aventure humaine et technologique.  En effet, si le bâtiment n’est certes pas de toute beauté dans la vallée, il convient néanmoins, à notre avis, de préserver plusieurs traces de l’industrie de l’acier en Lorraine, ne serait-ce que pour la mémoire de ceux qui ont fait à un moment donné toute la force de notre province mais aussi de laisser un témoignage grandiose pour les générations futures. De plus, un tel complexe pourrait se reconvertir dans le tourisme industriel à l’image de l’immense usine de Volklingen en Sarre.

Certains diront cependant que cette cathédrale était vouée tôt ou tard à s’arrêter, de fait justement de son surdimensionnement. Ce dernier a ainsi toujours pesé dans la possibilité d’optimiser l’outil de production, même si le concept n’était pas intrinsèquement mauvais. Mais aujourd’hui, l’arrêt de cette usine apparaît tout de même comme un immense gâchis. Et les propriétaires respectifs de cet équipement, que ce soient Usinor, Sacilor ou Mittal ne sont pas tout rose dans cette affaire.

Lire la suiteGandrange : la fin de toute une époque …

La lumière s’est éteinte

L’arrêt de l’aciérie de Gandrange constitue une fermeture très symbolique pour toute la Lorraine. Pourtant,  le 4 février 2008, à l’issue de 45 minutes de visite au pas de charge, un certain président, venu d’une lointaine ville se croyant régner sur notre belle province, s’était engagé, devant plusieurs centaines de sidérurgistes, à faire prendre en … Lire la suiteLa lumière s’est éteinte

Gandrange : le centre de recherche monte en puissance

Si ArcelorMittal ferme de manière insidieuse son aciérie à Gandrange, il renforce néanmoins à 500 mètres de là, mais pas dans les mêmes proportions toutefois pour l’emploi, son centre de recherche et de développement. Le site mosellan sera désormais le laboratoire mondial du géant de l’acier pour les produits longs légers. Depuis un an déjà, … Lire la suiteGandrange : le centre de recherche monte en puissance

Moselle : le CG scalpe ses collèges !

Si la décision de fermer en septembre 2010 le collège Schuman de Metz a été entérinée par les conseillers généraux, l’incompréhension et la colère légitime des habitants de l’agglomération messine demeurent toujours aussi totales. Le seul collège public de Montigny-lès-Metz, ville de 25 000 habitants, se voit néanmoins accorder un délai. Une solution très politique qui ne fait que confirmer une décision avant tout dictée par des arrangements et des règlements de compte et ce, au grand dam de l’intérêt général. Et ce n’est pas la campagne de propagande orchestrée par les services départementaux parue dans le Républicain Lorrain dans le but d’embobiner les gens qui va nous faire croire que de telles mesures de suppressions de classes vont améliorer les conditions de travail et d’éducation de nos enfants. C’est le monde à l’envers. Mais encore fallait-il avoir le culot pour oser affirmer et soutenir une démonstration aussi navrante et pathétique ! 
Ainsi, à la rentrée 2005 au plus tard, la ville de Montigny-lès-Metz verra le seul collège encore public de son ban disparaître. En fait oui et non, dans la mesure où le conseil général de la Moselle, par tractations, pression populaire et surtout coup de tête, a opté au dernier moment pour  une fusion administrative du collège Bernanos avec l’établissement messin Georges de la Tour, afin, nous citons « de mieux appréhender l’impact des restructurations militaires et l’évolution de la population scolaire ». Ce qui signifie une seule administration, une mobilité entre les deux sites et une possibilité de mixer les équipes. Ce qui est extrêmement étrange et préoccupant, c’est que les données émanant du CG 57, pourtant déclarées claires, apparaissent au regard de cette simple formulation comme douteuses et n’ont absolument pas l’air de résulter d’une étude et d’une analyse approfondies comme il avait été affirmé. Si bien qu’au final, le département raconte aux parents d’élèves que des bobards depuis le début de cette triste affaire et nous promène en bateau afin de nous faire mieux avaler la pilule. Pipo ! D’autant plus qu’une telle décision est en fait l’arbre qui cache la forêt, car qui peut nous dire aujourd‘hui que la fusion décrite précédemment n’est pas une procédure insidieuse pour fermer à moyen terme non pas un mais les deux établissements? Rien ne dit en effet, que le collège Georges de la Tour ouvrira toujours ses portes peu de temps après la dissolution de Bernanos. D’autant que Barbot serait maintenant dans la ligne de mire. Aucun délai n’a par contre été consenti au collège Robert Schuman qui sera purement et simplement rayé de la carte à la rentrée 2010. Tout comme l’Unité Pédagogique d’Intégration (UPI) qui accueille des élèves déficients visuels et auditifs qu’il abritait. Un véritable non-sens, un immense gâchis… 

Lire la suiteMoselle : le CG scalpe ses collèges !

Un nouveau site muséographique à Gravelotte

La commune de Gravelotte, près de Metz, accueillera bientôt un nouveau musée unique en son genre, entièrement dédié à la guerre de 1870 et à l’annexion d’une partie de la Lorraine au Reich allemand. Un lieu de mémoire, constitué d’un gigantesque mur où seront gravés les noms de 50 000 Mosellans morts au combat, verra également le jour.

Il fallait bien un complexe muséographique de ce genre pour évoquer et traiter cette page décisive et particulièrement sombre de notre histoire. Après la défaite à Sedan et la chute de Napoléon III, la Lorraine se voyait déchirée en deux, coupée entre deux pays l’ayant choisie pour champs de bataille. 140 000 soldats tombèrent de part et d’autre du Rhin. Le but du musée de Gravelotte, qui s’étendra sur près de 2285 m², est non seulement  de relater les évènements de la guerre de 1870-1871, mais aussi d’évoquer la période de l’annexion allemande de 1870 à 1918 sous plusieurs angles, à savoir, militaires, culturels ou encore sociaux. Cette période a en effet marqué terriblement les consciences et la culture lorraine. Ainsi, quelques 900 objets, militaires et autres, des documents historiques, des œuvres d’art et des archives illustreront le propos de la muséographie qui se veut d’ores et déjà forte. Le multimédia et les supports audiovisuels occuperont une place prépondérante afin de faire comprendre cette histoire à la fois riche et complexe.  A noter que l’ouverture de ce nouveau musée est prévue pour 2011.

Lire la suiteUn nouveau site muséographique à Gravelotte

Nancy : les collections s’agrandissent

Soigneusement installé dans la villa art nouveau d’un bienfaiteur de l’Ecole de Nancy, en la personne d’Eugène Corbin, le Musée de l’Ecole de Nancy poursuit activement sa politique d’enrichissement de ses collections par l’achat de certaines pièces ou grâce à des dons de particuliers et de mécènes, d’artistes ou encore d’associations. Certaines de ces dernières … Lire la suiteNancy : les collections s’agrandissent

Talange : chantiers en perspective

Le conseil municipal de la ville s’est prononcé de manière favorable sur plusieurs travaux d’envergure à venir. Ainsi, le projet d’éco quartier prévu sur le lieu-dit Les Usènes, entre le canal et Maizières-lès-Metz, est entré dans une phase un peu plus concrète même si les premières maisons ne sont pas encore prêtes de sortir de … Lire la suiteTalange : chantiers en perspective

En attendant le Nouveau Monde…

Un projet privé devrait prochainement apporter une très intéressante plus-value aux communes de Talange et Hagondange. En effet, d’ici à fin décembre, la friche industrielle de la zone du Nouveau Monde à l’abandon depuis la fin des années 1980 sera transformée en pôle économique par la Société industrielle du port. 55 hectares seront ainsi aménagés … Lire la suiteEn attendant le Nouveau Monde…

Un petit goût de tropiques à Nancy

Le muséum-aquarium de la ville a récemment mis en place une mangrove, un écosystème caractéristique des régions côtières intertropicales. 
Les 250 espèces de l’aquarium de Nancy doivent désormais composer avec de nouveaux voisins. En effet, un vaste aquaterrarium de 12 mètres carrés a émergé à côté de la soixantaine de bassins déjà existants. Sa mise en place et sa présentation ont duré un an. Une dizaine de personnes ont tout construit de leurs mains, sans aide extérieure ni financière. Cette initiative est d’autant plus salutaire qu’elle vise à la reconstitution d’un écosystème appelé mangrove, c’est-à-dire une interface naturelle entre le milieu aquatique et le milieu terrestre, souvent située à l’embouchure des fleuves, où la terre laisse la place à la mer. Ce milieu fragile et indispensable a notamment empêché, en 2004, les vagues du tsunami d’atteindre certaines côtes et de les dévaster, comme elles l’ont fait ailleurs. 
Palétuviers et sables de Madagascar tapissent l’aquaterrarium. Le palétuvier, roi de la mangrove avec ses racines échasses, permet aux petits poissons de se protéger de presque tous les prédateurs. Il constitue également une nurserie et un refuge pour les différentes espèces de poissons qui peuplent l’eau saumâtre, mi-douce, mi-salée des mangroves. Cet arbre a aussi un rôle aérien : les oiseaux et insectes présents sur ses branches contribuent à faire vivre cet écosystème. Les quelques spécimens de palétuviers présents au muséum-aquarium ont été livrés par le jardin botanique de Villers-lès-Nancy. 

Lire la suiteUn petit goût de tropiques à Nancy

Transfert de l’INSEE : on en est où ?

Si le projet d’installation d’un pôle statistique a été accepté dans la discrétion par le premier ministre français, il doit encore franchir un obstacle décisif, à savoir son financement. Pour cette partie, c’est le ministère du budget qui doit donner son aval au projet qui lui sera présenté. Charge à lui de le valider définitivement … Lire la suiteTransfert de l’INSEE : on en est où ?

Les opéras de Metz et Nancy s’accordent

Dès la saison prochaine, un abonnement lyrique commun à l’Opéra National de Lorraine, basé à Nancy, et à l’Opéra de Metz-Métropole sera mis en place. Il proposera d’assister à dix opéras, soit cinq dans chacun des deux établissements, pour un prix attractif de 290 euros. En cas de succès de l’opération, le partenariat développé pourrait … Lire la suiteLes opéras de Metz et Nancy s’accordent

Chômage : hausse de 20% en Lorraine

Le Conseil économique et social (CES) de Lorraine a dernièrement présenté  son premier « tableau de bord économique et social » (TBES) qui conclut à une augmentation de 20% du chômage en un an dans notre belle province. Ce tableau de bord sera dorénavant publié toutes les quatre à six semaines. Il regroupe 19 indicateurs économiques obtenus … Lire la suiteChômage : hausse de 20% en Lorraine

L’hôpital du Pays-Haut est sauvé

Les 130 000 habitants du bassin de Longwy ne verront heureusement pas l’hôpital de Mont-Saint-Martin fermer ses portes. En effet, le TGI (Tribunal de Grande Instance) de Briey a avalisé l’offre de rachat de la société mosellane Alpha Santé installée à Hayange. La nouvelle direction conservera en outre la grande majorité des 1077 emplois de la … Lire la suiteL’hôpital du Pays-Haut est sauvé

Lorraine : une meilleure attractivité au Nord

L’image d’un Nord lorrain sinistré et dépeuplé est désormais révolue. D’après une étude de l’INSEE de Lorraine, le pôle d’attraction de notre province est aujourd’hui clairement et fortement ancré le long de la frontière luxembourgeoise. Le rapport insiste d’ailleurs sur l’effet d’entraînement du Grand-duché sur le Nord lorrain, comparable à celui exercé par l’Ile-de-France sur … Lire la suiteLorraine : une meilleure attractivité au Nord

La maison de Schuman ressuscitée

L’ancienne demeure de Robert Schuman à Scy-Chazelle bénéficiera prochainement d’une extension muséographique de 1000 mètres carrés. De nouvelles installations permettront de mettre en perspective la pensée et l’action du père de l’Europe moderne, depuis ses origines familiales jusqu’à son œuvre ultime. Ce projet de valorisation s’inscrit ainsi dans la continuité de la renaissance de la … Lire la suiteLa maison de Schuman ressuscitée

La Lorraine : une province de riches ?

L’historien de l’économie Jacques Marseille a dénombré le nombre de foyers fiscaux déclarant plus de 97 500 euros par an. On apprend ainsi dans son étude que la Lorraine est la 3e région de France en nombre de ces foyers. La médaille d’or reviendrait à la commune de Sainte-Marguerite dans les Vosges, où 13 foyers … Lire la suiteLa Lorraine : une province de riches ?

Une reconversion à réussir

Il est bien difficile aujourd’hui de retrouver la trace d’une quelconque exploitation minière sur le carreau d’Amermont. En effet, tout ou presque a disparu. Ne subsiste à l’heure actuelle que l’entreprise SLTS (Société Lorraine de Traitement de Surfaces) spécialisée dans le zingage électrolytique et la peinture industrielle ainsi que le magasin ED malheureusement désaffecté. Pour … Lire la suiteUne reconversion à réussir

Metz : les coteaux de la Seille comme 1er éco-quartier de la ville

Plus de 1600 nouveaux logements vont prochainement être construits dans le quartier de Queuleu, dans le prolongement naturel du Parc de la Seille et du quartier de l’Amphithéâtre. 30 hectares seront ainsi urbanisés dans une démarche de développement durable mettant en valeur les atouts du site, comme la magnifique vue plongeante sur le centre-ville et … Lire la suiteMetz : les coteaux de la Seille comme 1er éco-quartier de la ville