Une filière à mettre en valeur

L’industrie agroalimentaire lorraine pèse plus d’un milliard d’euros à l’export. Pourtant, malgré des chiffres impressionnants, elle reste sous-valorisée et souffre, à l’instar de notre territoire, d’un déficit d’image. Une situation à laquelle il convient de remédier en suscitant un véritable réflexe de consommation lorraine.

Ainsi, près de 95% de la production de Munster est lorraine. Or, dans l’esprit de nombreuses personnes, ce fromage est identifié à l’Alsace ! C’est bien là tout le paradoxe de l’industrie agroalimentaire lorraine. Pourtant, dans ce domaine, notre province demeure l’une des plus performantes de France. C’est en effet l’une des filières qui résiste le mieux à la crise actuelle. Dès lors, l’objectif que se sont désignés certains décideurs et autres industriels lorrains est de mieux faire connaître l’offre lorraine et de développer un réflexe de consommation régionale dans les rayons des magasins. L’enjeu est clair par les temps qui courent : préserver le poids économique de l’agroalimentaire lorrain avec ses 18 000 emplois, dont environ 12 000 directs, ses 5 milliards de chiffre d’affaires et ses 500 entreprises, dont une majorité s’est spécialisée dans la transformation. Pour stimuler les consommateurs à acheter lorrain une démarche de qualité de production, valorisant saveurs et savoir-faire, a vu le jour. 35 entreprises en ont reçu actuellement l’appellation à travers la mention «  Lorraine, notre signature ». Il y a donc encore une belle marge de progression avant que le slogan « je suis lorrain, j’achète lorrain »  ne devienne monnaie courante. Une classification de la production de mirabelle en AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), culture que certains estiment en péril du fait de la concurrence d’autres provinces et du recul du nombre de vergers, pourrait peut-être aussi y aider. Mais ceci n’est qu’une humble hypothèse…

Laisser un commentaire