Amnéville : Place aux rapaces !

La plus grande volière du monde ouvrira ses portes le 4 avril prochain au zoo d’Amnéville, avec en prime des spectacles de fauconnerie équestre exceptionnels. Retour sur la construction d’un nouvel équipement touristique d’envergure en Lorraine. Le 4 avril marquera l’aboutissement d’un projet titanesque. C’est là, dans une arène médiévale créée de toutes pièces au … Lire la suiteAmnéville : Place aux rapaces !

Lorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

La Lorraine et le Luxembourg ont apparemment tout à gagner à se rapprocher. Pourtant des deux côtés de la frontière, de nombreuses réticences s’élèvent. Rien ne bouge, ou presque…

Il est bien vrai que mis à part les quelques avancées, significatives tout de même, dans le domaine des transports, avec l’adoption d’un Schéma de Mobilité Transfrontalière, des projets de routes (contournement d’Autun, liaisons vers Belval) ou encore certains engagements en faveur du rail, les relations entre les Grand et ancien Duchés sont plutôt frileuses. Loin de l’image d’une guerre froide, le rapprochement semble plus se faire par défaut que par consentement mutuel. La Lorraine ne voulant pas à juste titre se révéler être l’ «esclave » économique du Luxembourg ou en tout cas en être trop dépendante, comme l’est actuellement la Malaisie pour Singapour. Cela dit, pour certains décideurs, il convient d’en finir avec certains clichés, comme le sentiment largement partagé du côté lorrain, que la seule motivation des frontaliers désireux de travailler au Luxembourg serait d’ordre financier. On s’est aujourd’hui que c’est faux. En effet, beaucoup de cadres et de jeunes diplômés y voient de formidables opportunités de carrière. Certes, mais l’un dans l’autre, salaires et carrières font la paire. Ce phénomène ne concerne en outre pas uniquement les banques comme le voudrait l’adage populaire, mais touche aussi les services et les commerces.

Lire la suiteLorraine et Luxembourg : mariage de raison ou amour impossible ?

Un hiver rigoureux

La Lorraine n’avait plus connu un hiver aussi froid depuis 22 ans. L’exemple à Metz où la température moyenne affichait 1,1°C sur le thermomètre. Avec une telle moyenne, la première ville de Lorraine se trouve en dessous de la normale, établie à environ 1,6°C, ce qui tranche radicalement avec les hivers de ces dernières années. … Lire la suiteUn hiver rigoureux

Constellation : pour que Metz brille de mille feux !

Avec l’exposition « Constellation », le Centre Pompidou Metz proposera une avant première de ses riches collections. Une découverte à ne pas manquer qui s’accompagnera d’une multitude d’évènements, avec pour point d’orgue une mise en lumière spectaculaire du Centre Pompidou Metz le samedi 16 mai 2009. Jamais une exposition n’aura aussi bien porté son nom… Plus précisément, … Lire la suiteConstellation : pour que Metz brille de mille feux !

Extension de la zone d’activités de Mondelange : nouvelles embauches en perspective

16 000 mètres carrés de cellules commerciales à terme et 10 000 dès cette année vont en effet sortir de terre sur le site de la « Sente » à Mondelange, ce qui représente une cinquantaine d’emplois à pourvoir. Une excellente nouvelle pour la commune, dans la mesure où, en général, sur ce type d’implantation, 90% des emplois créés … Lire la suiteExtension de la zone d’activités de Mondelange : nouvelles embauches en perspective

Pour une autre plaque d’immatriculation propre à la Lorraine

Le conseil régional de Lorraine a imposé à tous les Lorrains son logo sur les nouvelles plaques d’immatriculation qui seront mises en service le 15 avril 2009. Le samedi 14 février 2009 le ministère français de l’intérieur avait en effet avalisé l’apposition des emblèmes régionaux sur le flanc droit des plaques en circulation. Les BLE … Lire la suitePour une autre plaque d’immatriculation propre à la Lorraine

Nancy : la nouvelle prison déjà en sureffectif !

La nouvelle prison de la cité ducale n’est même pas encore ouverte qu’on annonce déjà qu’elle sera en surpopulation. En effet, il y avait 690 places théoriques, or 900 lits y ont été installés. Il apparaît donc bien loin l’encellulement individuel préconisé à l’échelle européenne. Qui plus est les effectifs de surveillants de l’ancienne prison … Lire la suiteNancy : la nouvelle prison déjà en sureffectif !

Coin-lès-Cuvry : stop à l’antenne-relais parasite !

Le combat continu pour le collectif constitué de 15 familles engagées dans une lutte finale contre l’antenne-relais de la commune. Celle-ci avait été installée dans la plus grande discrétion. Déjà là, ce n’était pas bon signe. Elle fut ensuite présentée à la population en juin 2008, alors qu’elle fonctionnait déjà. Histoire de forcer un peu … Lire la suiteCoin-lès-Cuvry : stop à l’antenne-relais parasite !

Une filière à mettre en valeur

L’industrie agroalimentaire lorraine pèse plus d’un milliard d’euros à l’export. Pourtant, malgré des chiffres impressionnants, elle reste sous-valorisée et souffre, à l’instar de notre territoire, d’un déficit d’image. Une situation à laquelle il convient de remédier en suscitant un véritable réflexe de consommation lorraine. Ainsi, près de 95% de la production de Munster est lorraine. … Lire la suiteUne filière à mettre en valeur

Transports dans le Grand Nancy : les idées avancent

Depuis la parution d’un précédent article sur les transports, notamment ferroviaires, autour et dans l’agglomération nancéienne, les choses ont quelques peu avancées. En effet, le bassin de la cité ducale devrait bénéficier d’un ambitieux programme d’investissements portant principalement, comme nous l’avions laissé sous-entendre, sur le réseau de transports ferroviaires. Ce programme passera par l’acquisition de nouvelles rames, des travaux de désaturation des nœuds ferroviaires de Nancy-Frouard et Nancy-Jarville, ainsi que de la mise en place de billettique « SimpliCités » et d’une nouvelle tarification incitant à la mobilité par le Métrolor.

De même, une amélioration de l’accès aux gares SNCF par le réseau de transport urbain sera mise en œuvre, en termes de rabattement de dessertes STAN, afin de faciliter les correspondances d’un mode à l’autre, d’information coordonnée, pour proposer des renseignements pratiques et de billettique intégrée. 
Parallèlement à ces opérations, de nouvelles haltes SNCF seront implantées sur l’actuelle ligne entre Pont Saint Vincent et la gare centrale de Nancy, notamment à Vandoeuvre, Heillecourt, ou encore au niveau de l’Hôpital Central, en complément des gares existantes, dans le but de compléter le maillage ferroviaire et de proposer de nouveaux points d’accès au réseau Métrolor sur l’entrée Sud de Nancy où 45000 véhicules sont actuellement comptabilisés par jour. Dans ce cadre, l’aménagement de pôles d’échanges de proximité sera recherché aux abords des gares, notamment par la création de parking-relais, de solutions pour les modes doux, c’est-à-dire marche à pied et 2 roues, et d’espaces de desserte systématique des sites concernés par les transports STAN. 

Lire la suiteTransports dans le Grand Nancy : les idées avancent

Nouvelle vidéo de promotion sur la Lorraine

Après la sortie, en décembre 2008, d’une première vidéo destinée à faire la promotion de notre belle province, et en plein débat d’actualité sur la possibilité de réduire le nombre d’entités territoriales en France via certains regroupements, le conseil régional de Lorraine vient de sortir une nouvelle vidéo de promotion. Ce second document d’ « A chacun … Lire la suiteNouvelle vidéo de promotion sur la Lorraine

Nancy : 428 places supplémentaires en détention

Bientôt la vielle prison Charles III ne sera plus qu’un mauvais souvenir dans la cité ducale. En effet, les 690 places du nouveau centre pénitentiaire, dont la silhouette massive s’impose déjà sur le plateau de Maxéville, offriront d’ici fin juin un sérieux ballon d’oxygène à des prisons lorraines surpeuplées. Cette transition entre le XIXème et … Lire la suiteNancy : 428 places supplémentaires en détention

Collèges : dernier baroud d’honneur à Metz ?

A la rentrée 2008, les 18 collèges de Metz et du Sud de son agglomération accueillaient 8 181 élèves soit une moyenne de 455 élèves par collège. Cet effectif est celui d’un « collège à taille humaine » selon les critères de l’inspection académique, où chaque élève peut trouver sa place. Cet effectif est aussi celui qui assure tout à la fois un encadrement de qualité, de bonnes conditions d’enseignement et une offre d’options satisfaisante. Pour la rentrée 2009, on attend 55 élèves de sixième en plus par rapport à la rentrée 2008 dans le district de Metz.  
La fermeture de collèges est pourtant principalement motivée par la baisse de 20% du nombre de collégiens en Moselle entre 1998 et 2008. 3 600 places sont ainsi dites « libres » dans les collèges messins. La base de calcul est la suivante : un collège correspond à 600 élèves en moyenne, 3600 places libres correspondent donc à 6 collèges. Mais ne faudrait-il pas plutôt raisonner en termes de nombre de classes ? Cela dit le conseil général ne va fermer « que » 2 collèges. De plus, d’autres questions sous-jacentes demeurent : comment arrive-t-on à cette capacité de 600 élèves en moyenne par collège ? Par exemple la capacité maximale du collège Georges de la Tour est de 450 élèves. Tous les collèges n’ont ainsi pas la même capacité, d’où une nouvelle interrogation : comment le conseil général a trouvé 3600 places libres dans les collèges ? De même, ne faudrait-il pas profiter des faibles effectifs actuels pour alléger les classes plutôt que fermer des collèges dans le but d’avoir des classes à 30 élèves ? A Georges de la Tour, pour continuer sur le même exemple, 80 dossiers d’inscription avaient été refusés en septembre, car l’inspection académique ne voulait pas ouvrir de nouvelles classes ! Une réflexion sur la sectorisation entre les collèges en sureffectifs et les collèges à effectifs plus faibles doit donc être menée pour conforter certains établissements, comme le collège Bernanos de Montigny-Lès-Metz ou le collège Louis Armand à Moulins-Lès-Metz, par un recrutement augmenté. 

Lire la suiteCollèges : dernier baroud d’honneur à Metz ?

Nouvel investissement chez ArcelorMittal Florange

ArcelorMittal va investir 55 millions d’euros dans 18 moteurs à gaz sur le site d’Ebange afin de valoriser ses gaz de haut fourneau et de cokerie et d’anticiper l’arrêt prématuré de la centrale thermique EDF de Richemont au 31 décembre 2010 en raison d’une grosse panne sur la turbine principale. Cette dernière brûlait en effet … Lire la suiteNouvel investissement chez ArcelorMittal Florange

Le photovoltaïque comme voie de reconversion ?

Total Petrochimicals, en collaboration avec son partenaire GDF-Suez, envisage d’implanter une unité de fabrication de plaquettes de silicium photovoltaïques, c’est-à-dire de plaques permettant de transformer de l’énergie solaire en énergie électrique, le tout pour un investissement de 70 millions d’euros. L’usine, qui pourrait démarrer dès la fin 2010, serait construite à quelques kilomètres de la … Lire la suiteLe photovoltaïque comme voie de reconversion ?

Le dégraissage se poursuit à Carling

Le démantèlement de l’activité chimie lourde opéré par le puissant groupe Total Petrochimicals, qui n’en finit pourtant plus de battre des records de bénéfices, se poursuit en Lorraine, avec la fermeture de nouveaux ateliers sur la plateforme est-mosellane de Carling Saint-Avold. Il devient de plus en plus évident que Total n’a plus vocation à maintenir son activité chimique sur ce site, dans la mesure où il préfère privilégier ses sites portuaires avec raffinerie. Une nouvelle ligne de production de polyéthylène sera supprimée d’ici la fin de l’année. Résultat des courses : 64 emplois de moins. L’atelier clarificateur, c’est-à-dire en charge de la purification des coupes de pétrole, subira malheureusement le même sort au second trimestre 2010, tout comme une ligne de traitement des essences. Ainsi, les coups durs s’accumulent sur la plateforme de Carling et sur l’ensemble de la filière en Lorraine. En effet, une première vague de restructurations avait déjà été décidée en 2006 avec la fermeture d’un vapocraqueur et de la production de styrène. Cela avait engendré la suppression de 243 emplois. Mais d’autres nuages plus menaçants encore planent sur Carling. Beaucoup de personnels pensent que le dernier vapocraqueur de la centrale ne sera pas maintenu au-delà de 2015. D’ici là, il ne restera plus que la production de polystyrène, avec un atelier pouvant fonctionner de manière isolée et en toute autonomie. Aujourd’hui, 780 personnes travaillent encore pour Total sur le site est-mosellan. Avec les sous-traitants, ce sont plus de 2000 emplois qui dépendent de cette activité chimique !

Lire la suiteLe dégraissage se poursuit à Carling

Fermeture de collèges : le feuilleton politique continue !

Il est vraiment navrant d’assister tous les jours à cette logique qui consiste à dresser les territoires les uns contre les autres, à vouloir fermer tel ou tel établissement. Avec cette histoire qui devient de plus en plus absurde et rocambolesque avec le temps, on se demande encore où est vraiment l’intérêt des enfants dans toutes ces magouilles politico-financières. Car la seule et unique question qui reste véritablement sans réponse et la suivante : pourquoi faudrait-il du jour au lendemain fermer plusieurs établissements en Lorraine, alors même que notre province a gagné plusieurs dizaines de milliers d’habitants entre les deux derniers recensements ?

Ainsi, à Metz, où il s’agit désormais de fermer soit le collège des Haut-de-Blémont à Borny, soit celui de Georges de la Tour, nous avons vraiment l’impression que le conseil général de la Moselle, qui ne sortira pas très auréolé de cette nouvelle affaire, tente de raviver la lutte des classes, dans la mesure où les deux établissements sont en tous points différents. Un choix politique très maladroit… Mais dans ce combat fratricide, celui des Haut-de-Blémont semble particulièrement être sur la sellette. Pour montrer son incompréhension et défendre leur collège, le personnel a d’ailleurs mis symboliquement l’établissement en vente sur eBay, au prix de 1 million d’euros avec la mention « l’éducation n’est pas à vendre ». De millions il était en effet question pour ce collège qui devait normalement bénéficier de travaux de rénovation à hauteur de 8 millions d’euros. A Georges de la Tour beaucoup craignent cependant que le collège des Hauts-de-Blémont ne soit finalement conservé au titre de son classement en « Ambition réussite ». Encore une fois, est-il absolument nécessaire de fermer un ou plusieurs collèges. Nous avons l’intime conviction que non, bien évidemment.

Lire la suiteFermeture de collèges : le feuilleton politique continue !

Nancy ou les vraies valeurs du football

L’entraîneur de Nancy Pablo Correa a confirmé que son président avait refusé sa démission après la défaite du club à Sochaux mais assure qu’il a encore des solutions pour sauver l’équipe, située aux portes de la relégation. « J’ai dit à mon président que si la solution passait par avoir une autre personne en charge, il avait la liberté économique de le faire. Moi, ce qui me tient à Nancy, ce n’est pas un contrat, c’est beaucoup plus », a expliqué Pablo Correa. Selon plusieurs proches de la direction du club, l’entraîneur a proposé sa démission samedi soir dans le vestiaire nancéien du stade Bonal. Le technicien, en place depuis novembre 2002, a encore trois ans et demi de contrat avec l’AS Nancy-Lorraine et a donc pensé renoncer à sa fonction et à toute indemnité si les dirigeants estimaient qu’il s’agissait de la seule solution de sortir le club de la mauvaise passe actuelle. « J’ai voulu libérer le président d’une certaine charge mais pas me défaire de mes responsabilités », avait ainsi déclaré l’ancien attaquant nancéien. Le président Jacques Rousselot aurait ensuite tenu un discours calme mais déterminé pour tenter de mobiliser ses troupes en vue de l’unique objectif du club en fin de saison : le maintien. Muet ces dernières semaines, le président nancéien s’est spontanément présenté en salle de presse pour soutenir Pablo Correa et ses joueurs après une nouvelle déconvenue contre l’AS Monaco FC. Jacques Rousselot a ainsi décrété la mobilisation générale. « Il faut sauver le soldat ASNL », a-t-il déclaré solennellement.

Lire la suiteNancy ou les vraies valeurs du football

Bientôt un nouveau site de production d’électricité en Lorraine ?

Le fournisseur d’électricité Direct Energie projette d’investir entre 550 et 600 millions d’euros dans une unité de production fonctionnant au gaz naturel qui devrait employer une cinquantaine de personnes et en créer cinquante autres de manière indirecte à Sarreguemines. Un nombre au final peu élevé compte tenu de l’investissement engagé du fait de la haute … Lire la suiteBientôt un nouveau site de production d’électricité en Lorraine ?

Une usine à neige pour se prémunir des saisons difficiles ?

Malgré une saison 2008-2009 historique et afin de ne plus connaître les affres des deux saisons précédentes, la station de ski de Gérardmer, reprise récemment en régie municipale, veut développer la neige de culture. Un nouvel investissement dans une usine à neige est désormais à l’ordre du jour. La station vosgienne poursuit son développement, comme … Lire la suiteUne usine à neige pour se prémunir des saisons difficiles ?

Si c’est Nancy j’y vais aussi!

La Lorraine est présente en force sur le site du New York Times. Après Metz et le pèlerinage du Centre Pompidou avec le TGV, voilà que la cité ducale s’invite elle aussi à la cour des grands. Qui plus est de façon permanente, car cela faisait déjà un moment que Nancy faisait partie des destinations … Lire la suiteSi c’est Nancy j’y vais aussi!

Une grande mosquée à Metz ?

La mairie de Metz a récemment réuni pour la première fois les délégués des différentes associations musulmanes de la ville, afin d’établir le dialogue dans un premier temps et d’envisager la construction d’une grande mosquée dans un deuxième. Il existe déjà des salles de prières. L’idée est de mettre en synergie une réflexion avec  tous … Lire la suiteUne grande mosquée à Metz ?

Une visite au sommet à Saint-Avold ?

Le président du Conseil Général de la Moselle rêve d’une visite commune d’Obama et de Sarkozy au cimetière américain de Saint-Avold, le mois prochain. Pour cela, il les a invité tous les deux en Pays Narborien en marge du sommet de l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) qui se tiendra à Strasbourg et à … Lire la suiteUne visite au sommet à Saint-Avold ?

La galaxie lorraine au firmament du Guide Michelin

Les quelques changements lorrains de la nouvelle édition du célèbre guide sont presque tous mosellans. Si le Vieux Moulin de Sarreguemines et le Pampre d’Or de Metz perdent leur distinction, trois nouvelles étoiles ont été décernées aux chefs mosellans dans le Guide Michelin 2009, la référence en matière de bonnes tables. Voilà qui ne fait confirmer le retour du département lorrain dans le firmament de la gastronomie. Ainsi, Frédéric Sandrini, chef du Quai des Saveurs à Hagondange, Lutz Janisch, chef du restaurant Le Strasbourg à Bitche, qui obtient également un « Bib hôtel » (c’est-à-dire un hôtel de qualité au prix maximum de 75 €), et Bruno Poiré, chef de Chez Michèle à Languimberg dans le Pays de Sarrebourg obtiennent une étoile. Ce dernier territoire compte désormais troisième étoile après celle d’Ernest Mathis, chef du Mathis à Sarrebourg et celle de Georges Schmitt, chef du Soldat de l’An II à Phalsbourg.

Par ailleurs, L’Arnsbourg à Barenthal conserve sans surprise ses trois étoiles. De même, le restaurant Les Lilas à Vagney dans les Vosges se voit récompenser pour la première fois par un Bib, qui signale une cuisine de qualité au prix maximum de 29 €.

Lire la suiteLa galaxie lorraine au firmament du Guide Michelin

Pour le public, Miss Lorraine devait gagner !

Le magazine Télé2Semaines a récemment dévoilé que lors de la dernière élection de Miss France, le public n’avait placé l’actuelle Miss France, à savoir Chloé Morteau, que 4ème derrière ses 3 dauphines. Le jury de l’émission a donc eu le dernier mot face aux téléspectateurs qui ont pourtant payé 35 centimes la minute pour un … Lire la suitePour le public, Miss Lorraine devait gagner !

La Liberté de penser ?

Les personnels enseignants et administratifs du collège Georges de la Tour de Metz viennent de nous informer que leur chef d’établissement, sous la pression des services de la région, en effet la cité scolaire de Georges de la Tour dépend du conseil régional, a fait décrocher toutes les banderoles et affichages qui manifestent leur vive … Lire la suiteLa Liberté de penser ?

La Lorraine et l’Alsace unies contre la fusion !

Parmi les nombreuses propositions formulées dans le rapport Balladur, s’il y en a une qui fait la quasi unanimité contre elle, c’est bien celle qui prône, dans le cadre de la réduction du nombre des régions, la fusion entre la Lorraine et l’Alsace. C’est en tout cas ce que clament les deux présidents des conseils régionaux. S’il doit avoir un point sur lequel les Lorrains et les Alsaciens sont d’accord, c’est assurément contre le projet de la commission présidée par Balladur sur un éventuel rapprochement des deux territoires. Lorrains et Alsaciens n’ont en effet guère besoin d’un cadre juridique supplémentaire pour se mettre autour d’une table et débattre des problèmes et projets communs à leurs deux provinces. Ainsi, de part et d’autre des Vosges, nous n’avons pas attendu la publication de telles idées pour mettre en place, à travers une coopération bilatérale et un travail régulier au sein de l’Association des Régions du Grand Est, des coopérations concrètes, efficaces et adaptées. Les Lorrains et les Alsaciens ont donc fait la démonstration qu’il n’y avait, si l’on veut vraiment travailler ensemble, aucune utilité de fusionner, et que l’enjeu n’est pas institutionnel. Ce qui compte, c’est avant tout de réaliser les projets communs, qui font avancer les deux provinces. La Lorraine doit rester la Lorraine, et l’Alsace doit rester l’Alsace. Point. Et les deux élus d’ajouter: « il vaut à nos yeux mieux arrêter tout type de spéculation sur une fusion aventureuse, idée gratuite, qui n’a d’autre intérêt que de faire diversion par rapport aux véritables enjeux de nos territoires ». Le président du conseil régional de Lorraine ira même jusqu’à dire que cette fusion est « une idée abracadabrante et scandaleusement bête ». Rien à ajouter. La Lorraine et l’Alsace préfèrent donc à juste titre une ouverture vers les pays voisins, comme par exemple le Luxembourg, la Sarre ou encore la Wallonie pour ce qui concerne notre belle province.

Lire la suiteLa Lorraine et l’Alsace unies contre la fusion !

Nancy : les plans de la future prison dérobés !

Non ce n’est pas un épisode inédit de Prison Break. Pourtant la fiction pourrait bien devenir réalité en Lorraine. En effet, les bureaux du groupe de BTP Eiffage, sur les hauteurs de Nancy, ont récemment été visités et des ordinateurs portables ont disparu. Le hic c’est que les disques durs de ces machines contenaient entre … Lire la suiteNancy : les plans de la future prison dérobés !

Une lueur d’espoir pour la sidérurgie lorraine

L’usine d’ArcelorMittal à Florange, dont l’un des deux hauts-fourneaux est actuellement à l’arrêt, devrait bénéficier d’un investissement de 300 à 400 millions d’euros à l’horizon 2014 dans le cadre d’un projet européen de modernisation de la sidérurgie. Florange pourrait ainsi devenir le site pilote dans la lutte contre les émissions de C02. Ceci constitue en tout cas une formidable opportunité pour la Lorraine. Le projet, baptisé Ulcos, est mené par un consortium de sidérurgistes européens (Estep). Il comporte une première phase de test qui se déroulera en 2010-2014 sur le site d’Eisenhüttenstadt, un haut fourneau de taille moyenne dArcelorMittal en Allemagne. La deuxième phase concerne Florange, avec la mise en service d’un démonstrateur industriel au cours de la période 2011-2015. Un nouveau procédé de fusion de la fonte qui permet de réduire de 50 % les émissions de CO2 sera développé. Il sera associé au captage et à l’enfouissement du CO2 en Lorraine. Une première mondiale pour la sidérurgie. Une fois la technique validée à Eisenhüttenstadt, le pilote industriel du projet complet sera lancé à Florange, avec recyclage des gaz et capture du CO2, qui sera ensuite enfoui en souterrain. Ce projet de captage avait été évoqué il y a un an, dans le cadre des mesures de pérennisation de l’activité d’ArcelorMittal en Lorraine suite à l’annonce de la fermeture partielle du site de Gandrange. Ce projet représente l’avenir de la sidérurgie dans un contexte de lutte contre le changement climatique. Les syndicats d’ArcelorMittal ont récemment indiqué que les études géologiques avaient conclu à la faisabilité du projet. 

Lire la suiteUne lueur d’espoir pour la sidérurgie lorraine

Biogaz : une initiative lorraine

La première installation agricole de biogaz de France a vu le jour en 2003 en Lorraine. Qui plus est, fabriquer du biogaz naturel à partir du lisier et autres effluents agricoles s’avère rentable financièrement parlant pour cette exploitation de Migneville, près de Blâmont, pionnière et innovante en matière de méthanisation.  Aujourd’hui la fabrique de biogaz … Lire la suiteBiogaz : une initiative lorraine

Agglomération de Metz : quatre zones pour changer la donne

Quatre zones d’activités sont actuellement en cours  d’aménagement sur le banc de la Communauté d’Agglomération de Metz-Métropole (CA2M). C’est sur elles que mise la CA2M pour satisfaire l’ensemble de la demande foncière et offrir à Metz une véritable dimension européenne par la construction d’un projet urbain cohérent mettant en évidence les infrastructures économiques et culturelles de la cité, le tout dans un souci de complémentarité.

La première de celles-ci se trouve dans le quartier de l’Amphithéâtre, à proximité immédiate de la gare de Metz. C’est là que se construit le Centre Pompidou Metz, qui attend la livraison de ses 8 000 mètres carrés de toiture prévue pour cet été. Pendant ce temps, les abords du Centre vont progressivement être aménagés. Ainsi, après l’ouverture du parking de 700 places, ce sont les travaux du parvis et des jardins qui vont débuter au printemps avec pour principal objectif la mise en scène du Centre Pompidou Metz. Bientôt, un centre des Congrès, peut-être une médiathèque et des ensembles d’immeubles bâtis selon le principe de la mixité urbaine sortiront de terre. 96 000 mètres carrés d’activités vont être commercialisés au fil des années. Parallèlement, la ville poursuit son travail avec les opérateurs sur les premiers îlots de la ZAC, dans l’optique de réaliser un ensemble cohérent de bureaux, commerces et logements. De très nombreuses grandes entreprises ont déjà fait part de leur désir d’y installer leurs sièges ou leurs directions régionales et de profiter de ce cadre de travail exceptionnel, dans lequel la démarche environnementale est omniprésente. Enfin, notons que la future Avenue de la Seille, qui assurera la connexion du quartier aux principaux axes routiers, va être prochainement mise en chantier.

Lire la suiteAgglomération de Metz : quatre zones pour changer la donne

La Smart ne connaît pas la crise !

Longtemps décriée et décrite comme vouée à l’agonie au moment où l’usine tournait à 10% à peine de ses capacités, la petite citadine produite à Hambach n’a jamais aussi bien marché. Dernièrement, les 1200 salariés du site travaillaient même en heures supplémentaires ! Un comble en pleine crise, notamment pour le secteur de l’automobile. L’ouverture de … Lire la suiteLa Smart ne connaît pas la crise !

Marly : aménagements urbains en vue

La commune du sud de l’agglomération messine a plusieurs projets dans ses cartons : celui de la création d’une Zone d’Aménagement Concertée (ZAC) devant urbaniser le secteur du stade Paul Joly. L’ancien stade Jeanne d’Arc d’une superficie de 3,1 hectares doit être lui aussi urbanisé avec la construction de logements de type seniorial. Concernant le premier … Lire la suiteMarly : aménagements urbains en vue

La bombe à retardement foncière

Dans un contexte économique plus que morose, les conséquences des restructurations militaires pourraient être dramatiques pour Metz, du fait de l’immense offre foncière qui va en découler. En effet, selon un rapport municipal sur l’état et l’utilisation de la surface du ban communal de Metz, cette disponibilité massive de terrains et de bâtiments militaires, qui dans bon nombre de cas tiendrait plus de l’atout que du handicap, puisqu’il suffit souvent de gérer l’arrivée des terrains sur le marché, va poser de sérieuses questions à ville au niveau de l’entretient et de la reconversion de ces futures friches. Avec pour risque évident de submerger le marché, mais aussi d’ôter les moyens nécessaires à une politique d’équipement et d’urbanisation raisonnée. Il convient donc de réfléchir à une plus large échelle spatio-temporelle. Et si une partie des militaires pouvaient rester sur place, cela arrangerait bien les affaires de la municipalité. Mais encore faut-il se donner les moyens de ses ambitions.

Lire la suiteLa bombe à retardement foncière

La reconquête du rail

La desserte urbaine de la cité ducale passerait-elle par le rail ? Oui, à en croire les responsables locaux. La création de haltes TER flanquées de parkings-relais apparaît de plus en plus plausible. Ces derniers permettraient ainsi aux usagés de se retrouver facilement en gare de Nancy, mais aussi à Vandoeuvre, Heillecourt, Jarville ou quai de … Lire la suiteLa reconquête du rail

Metz : Création d’une bourse au permis de conduire

En 2009, 50 jeunes Messins de 18 à 25 ans qui ne disposent pas de moyens financiers nécessaires, se verront attribuer par la ville une aide de 800 euros pour un coût global fixé après négociation à 1200 euros, en échange  d’une action associative, humanitaire ou sociale d’au moins 105 heures. Si le dispositif reste … Lire la suiteMetz : Création d’une bourse au permis de conduire

Nancy bien parti, Metz toujours au stand…

Nancy ayant bien l’intention de recevoir des matches de l’Euro 2016, si la France était désignée pour organiser l’épreuve, les élus lorrains et les responsables du club ont décidé de moderniser et surtout d’agrandir le stade Marcel-Picot qui passera de 20 000 à 35 000 places. Cette décision vient récemment d’être entérinée. Le président de … Lire la suiteNancy bien parti, Metz toujours au stand…

Aire d’accueil de Metz-Magny : la ville cède du terrain

Malgré les nombreuses contestations et inquiétudes des riverains, la seconde aire d’accueil des gens du voyage de Metz, la première étant opérationnelle du côté de l’avenue de Blida, sera belle et bien aménagée à Magny, mais un peu plus loin de ce qui avait été prévu initialement. Les 40 places de stationnement, jugées au départ … Lire la suiteAire d’accueil de Metz-Magny : la ville cède du terrain

10 000ème visiteur sur le blog des BLE !

Les BLE viennent de franchir la barre fatidique et symbolique des 10 000 visiteurs ! Nous tenons à remercier nos partenaires, collaborateurs ainsi que nos fidèles lecteurs pour leur soutien et leur accompagnement dans notre développement. Vous aussi faites la promotion de la Lorraine et du groupe BLE afin de participer à la renaissance de l’identité lorraine ! … Lire la suite10 000ème visiteur sur le blog des BLE !

Quand les Lorrains rencontrent la Lorraine

Le Conseil Economique et Social (CES) de Lorraine avait commandé il y a quelques mois une grande enquête sur la perception que les Lorrains ont d’eux-mêmes et de leur province. Les premiers résultats viennent tout juste de tomber. Un échantillon représentatif de 670 individus, établi selon la méthode des quotas, a ainsi été passé au crible et auditionné par une équipe de chercheurs. Un second échantillon de 237 personnes, constitué au sein de la société civile, c’est-à-dire des membres d’associations, de syndicats, d’organisations professionnelles ou consulaires par exemple, a été pris en compte lors de 14 tables-rondes. Il ressort de cette étude que les Lorrains se voient avant tout comme des êtres porteurs de valeurs populaires, comme le courage, la solidarité et l’humilité, dont ils se disent fiers. Le Lorrain est en effet emprunt d’humilité, une qualité qui devient vite un défaut en termes d’image. Plusieurs caractéristiques feraient en outre et essentiellement la notoriété de la Lorraine, à savoir, un fruit exceptionnel, la mirabelle, une activité industrielle gigantesque associant l’ombre (la mine) au feu (la sidérurgie), ainsi qu’un magnifique patrimoine architectural symbolisé par un nom, Stanislas. Les Lorrains seraient par ailleurs conscients de leurs forces, à savoir être au cœur de l’Europe et avoir une économie diversifiée, mais également de leurs faiblesses, relatives à des traumatismes persistants, une certaine forme de somnolence faisant référence à des acquis désuets et un amateurisme évident en matière de communication. Les chercheurs ont de plus pu constater une réelle ambivalence des Lorrains, sans cesse tiraillés entre tradition et modernité, ainsi qu’un manque d’estime de soi. Cependant, ils ont également trouvé une vraie dimension de fierté, dans la mesure où 64,9% des Lorrains pensent par exemple qu’il existe une véritable identité lorraine. Ces derniers en ont aussi plus que ras-le-bol des clichés qui les caractérisent et qu’ils réfutent catégoriquement. Parmi ceux-ci, nous pouvons citer la sidérurgie traînée comme un boulet, un environnement morne, un manque d’attraits visibles et de qualification et une certaine tendance à l’auto flagellation. 58,7 % des Lorrains estiment à juste titre que la question de l’image est essentielle pour susciter des initiatives et surmonter les obstacles. Afin justement de dépasser ces stéréotypes qui leur collent à la peau, les Lorrains en appellent à l’action. Pour eux, il serait grand temps de se retrousser les manches et d’arrêter de se plaindre pour restaurer une bonne fois pour toute l’image du territoire. Ils dénoncent enfin la politique du coup pour coup, portent un jugement sévère sur la bataille des petits chefs et prônent au contraire un projet véritablement collectif. 

Lire la suiteQuand les Lorrains rencontrent la Lorraine

Les 20 ans du WTC de Metz

Le World Trade Center de Metz-Saabrücken vient tout juste de souffler sa vingtième bougie. Cela nous offre l’occasion de vous faire découvrir un établissement encore relativement méconnu du grand public. Ainsi, un World Trade Center (WTC), comme celui du Technopole de Metz, rend avant tout de nombreux services aux entreprises, en mettant par exemple à … Lire la suiteLes 20 ans du WTC de Metz

Collège La Louvière de Marly : la mobilisation reste de mise !

Les associations de parents d’élèves ne désarment pas à Marly afin de maintenir le collège La Louvière, auquel nombre d’habitants de cette commune du Sud de l’agglomération messine restent très attachés, du fait de la proximité de l’établissement du centre-ville, accessible aux enfants à pied, en vélo ou en bus. En outre, il représente le prolongement logique des écoles maternelles et primaires qui le jouxtent, le tout dans un climat de mixité sociale. Le savoir-faire du collège en matière d’intégration des élèves handicapés n’est de même plus à démontrer. Dans leur argumentation de défense, les parents d’élèves évoquent également des infrastructures de proximité et de qualité avec le gymnase, le stade, le centre socioculturel, des terrains de sport, un conservatoire de musique et un cinéma. C’est enfin le collège du Sud messin le plus récemment mis en service, en 1976, et qui a fait il y a quelques années l’objet d’une réhabilitation approfondie.

Lire la suiteCollège La Louvière de Marly : la mobilisation reste de mise !

Restructurations militaires : Dieuze et la Moselle sacrifiés

Le premier magistrat de Dieuze, Fernand Lormand, dresse un constat amer et lucide sur le sort de sa commune après les restructurations militaires et la perte du 13ème régiment de dragons parachutistes. Cela dit, le maire salue la stratégie de ses confrères du Bitcherland: «Ils ont eu l’idée géniale de vouloir rendre la Légion d’honneur, … Lire la suiteRestructurations militaires : Dieuze et la Moselle sacrifiés

Aménagement routier : la VR52 est une nécessité

La voie rapide 52, notamment entre l’A30 et l’A4, s’impose aujourd’hui comme l’un des aménagements structurants prioritaires pour notre province. Celle-ci est indispensable afin de faciliter l’accès du sillon mosellan et la bonne desserte des vallées de l’Orne et de la Fensch, du plateau lorrain et des Côtes de Moselle. Elle doit indiscutablement contribuer à … Lire la suiteAménagement routier : la VR52 est une nécessité

Ni l’Alsace ni la Lorraine !

Le comité de réflexion Balladur propose de réduire à quinze le nombre de régions métropolitaines françaises d’ici 2014 et de retirer certaines compétences aux départements. L’objectif étant apparemment de simplifier la prise de décisions et de réduire les coûts. Ce même comité préconise également la création de métropoles afin de renforcer les compétences des actuelles communautés urbaines crées dans les très grandes villes. Parmi celles-ci, on trouve Marseille, Lyon, Lille, Toulouse, Bordeaux, Strasbourg, Nice et Nantes. Ni Metz ni  Nancy ni figurent, c’est bien là tout le problème. Mais peu se seraient risqués à nommer l’une sans l’autre sous peine de relancer de fortes tensions en les deux villes lorraines et de déstabiliser le fragile équilibre de notre province. Il fallait donc choisir : Metz et Nancy, ou rien du tout. Paris a tranché. Les Lorrains n’ont pas eu leur mot à dire.

Le projet du comité Balladur porte en outre sur les mandats des élus et les élections. Ainsi, ces messieurs imaginent que des élections municipales et territoriales remplaceraient les élections régionales et cantonales, et ceci dès 2014. De même, certains conseillers territoriaux, dont la fonction est encore assez fumeuse, seraient à la fois conseillers régionaux et conseillers généraux, d’autres uniquement conseillers généraux. Là, tout le monde plonge dans le brouillard afin de déterminer le pourquoi du comment ! Pourquoi certains et pas d’autres, sur quels critères ? Mystère. Seul indice et encore : le mode de scrutin territorial pourrait faire une différence entre les zones urbaines et les zones rurales. Enfin, régions et départements perdraient la clause de compétence générale. Le rôle des régions pourrait ainsi être recentré sur le développement économique, l’aménagement du territoire, les transports et l’éducation, du moins en partie. Rappelons que le découpage actuel de la France remonte à 1964. Si les 100 départements ne devraient pas disparaître, comme il fut un temps question, leur champ d’action devrait être redéfini.

Lire la suiteNi l’Alsace ni la Lorraine !

Les richesses de Metz et de la Lorraine à nouveau vantées !

Après l’article et les recommandations parus dans le New York Times, cette fois-ci c’est le quotidien britannique The Telegraph qui vante les richesses et les beautés de Metz. Mais, le journal ne saurait s’arrêter au patrimoine messin. Non, au contraire, il incite ses lecteurs à découvrir la Moselle toute entière et de faire escale dans les Vosges ! Un sacré coup de pub, un de plus !  Décidemment, Metz a la côte dans le monde anglo-saxon, et cela est amplement mérité. En effet, dans son référencement des évènements et des festivals de France en 2009, le journaliste britannique Anthony Peregrine y fait la part belle à Metz. Et pas pour le futur et fameux Centre Pompidou, non, pour les vitraux de la magnifique cathédrale Saint-Etienne de Metz, l’autre star de la ville. En effet, celle-ci, communément appelée la « Lanterne de Dieu », en raison de l’importance de sa surface verrière, la plus grande de France avec plus de  6500 mètres carrés, se classe parmi les 5 plus belles cathédrales françaises. La richesse exceptionnelle de ses vitraux du XIIIème au XXème siècle, c’est-à-dire d’Hermann de Munster à Marc Chagall, fait de la cathédrale de Metz l’un des endroits où l’on peut admirer les plus beaux et les plus fantastiques vitraux du monde. Cela, ce n’est pas nous qui le disons, mais le journaliste de The Telegraph. Mais, on ne peut pas dire qu’il est tort… D’ailleurs, l’une des photos qui illustrent les évènements et autres destinations à ne pas manquer en  2009 montre la cathédrale Saint-Etienne dans toute sa splendeur. Afin de prolonger l’émerveillement, le quotidien britannique invite ses lecteurs à faire le tour du département de la Moselle. Au programme : la visite de quelques monuments incontournables et autres lieux d’exception comme le Simserhof, fort invincible de la ligne Maginot, la citadelle de Bitche ou encore le fameux château de Malbrouck à Manderen avec son exposition consacré à Napoléon.     

Lire la suiteLes richesses de Metz et de la Lorraine à nouveau vantées !

Metz : quels arguments pour augmenter les impôts ?

La municipalité messine a récemment voté une hausse de 5,5% des impôts locaux. Ceci devait générer une recette supplémentaire de près de 2,4 millions d’euros. Le maire avance plusieurs arguments plus ou moins recevables pour justifier une telle décision.

D’une part, la ville va devoir prendre en charge le transfert de compétences de l’Etat français, comme la mise en place du passeport biométrique, le logement dans les foyers, le périscolaire du samedi, diverses missions locales non identifiées, les objets trouvés ou encore la maison de la justice et du droit. Paris a également décidé de geler les subventions à certaines associations et de ne plus participer à l’acquisition des collections des bibliothèques publiques. Metz craint en outre de voir baisser la dotation globale de fonctionnement accordée et calculée au regard du recensement de la population. Or celle-ci diminuerait. A démontrer tout de même avant les restructurations militaires.

D’autre part, la municipalité avait cédé en 2007 15% des parts de l’Usine d’Electricité de Metz (UEM), devenue depuis peu société d’économie mixte. Cette vente, qui rapporta 45 millions d’euros, ne compensera pas bien longtemps les 12 millions d’euros environ que l’UEM versait chaque année à la ville. De plus, pour 2009, les dividendes ne devraient pas excéder les 8,5 millions d’euros. Mais c’est également sans compter le fait que Metz devra désormais payer sa facture d’électricité, qui devrait s’élever à 2,3 millions d’euros.

Lire la suiteMetz : quels arguments pour augmenter les impôts ?

Collèges en danger: toujours pas de précision dans le Pays Messin

Ce qui est certain, c’est que les noms qui avaient été jusque-là avancés, c’est-à-dire La Louvière ou Mermoz à Marly, Bernanos à Montigny-lès-Metz et Schuman à Metz, ont été effacés des tablettes, pour le moment. Une manière habile de faire retomber la tension. Mais ce qui est également certain, ou presque, c’est que deux collèges … Lire la suiteCollèges en danger: toujours pas de précision dans le Pays Messin

Si la bataille de Metz avait eu lieu …

Dès l’annonce des restructurations militaires, la venue d’un régiment stationné en Allemagne a été évoquée pour compenser les pertes de l’agglomération messine. Une promesse entretenue comme il se doit au fil des mois avant de se dissoudre complètement. Une parfaite illusion à la David Copperfield. Au final, Metz n’aura rien. Contrairement à ce qu’espéraient les élus messins, le site du 1er régiment médical de Châtel-Saint-Germain n’accueillera pas d’unité venue d’Allemagne. Mais ont-ils tout fait pour qu’il en soit autrement ? Certainement pas. Si Metz avait été située dans un autre lieu et à un autre moment, dans l’ex-Union soviétique par exemple, les élus de la ville, après avoir commis tant de fautes, auraient tout simplement fait l’objet d’une purge. Heureusement ou malheureusement, tout dépend du côté que l’on se place, Metz ne fut, ni n’est en URSS. Le soviet, pardon la municipalité de Metz peut pousser un ouf de soulagement. Toujours est-il qu’aujourd’hui c’est toute l’agglomération qui crie au scandale. Car Metz espérait récupérer une unité venue d’Allemagne. Revenons en arrière sur certains éléments pour mieux comprendre la situation. Le 18 janvier 2009, l’hebdomadaire allemand Der Spiegel commençait déjà à obscurcir le doux ciel messin, en annonçant qu’Angela Merkel avait pris la décision d’installer un bataillon allemand à Colmar. Le microcosme politique messin essayait de sortir de ses rêveries et commençait à s’agiter, car Colmar est nettement moins touché que Metz. Le maire de Metz, lui ne tient pas compte de ces «rumeurs» et brandit les promesses du président français, avant de se rendormir. Mais le 7 février 2009, les arrivées du 16e bataillon de chasseurs à Bitche et de l’unité allemande à Illkirch sont officialisées à Munich. Metz reste donc sur le carreau. Pour pallier cette terrible mais inéluctable désillusion, le premier magistrat messin pense encore pouvoir obtenir des compensations, en défendant des projets, en veillant à la concrétisation des autres promesses françaises… Cela dit, le plus difficile sera de ne pas courir vers le prochain mirage. 

Lire la suiteSi la bataille de Metz avait eu lieu …