La course au stade

Si Metz semblait l’avoir emporté 5 à 3 en ce qui concerne l’implantation des futures directions régionales, en revanche, par rapport aux projets d’agrandissement des stades Saint-Symphorien et Marcel-Picot, c’est bien l’ASNL qui a de l’avance. Et le rapport de la « Commission grands stades », rédigé en vue de l’organisation de l’Euro 2016, en fut le témoin privilégié. Ainsi, Nancy a dans ses tablettes l’agrandissement de l’enceinte du club au chardon, qui passerait d’un peu plus de 20 000 à 35 000 places. Reste encore à concrétiser les ambitions du président Rousselot du côté de la communauté urbaine. Malheureusement, aucun autre projet de stade lorrain ne figurait sur la liste dressée dans le rapport remis au Premier Ministre français. Rien, absolument rien du côté du FC Metz, ni projet de rénovation d’envergure, ni construction d’un nouveau stade pour une éventuelle et hypothétique candidature à l’Euro 2016. Tout serait donc enterré ? Ce qui est pratiquement sûr, c’est que la transformation du mythique stade Saint-Symphorien en un centre d’affaires ouvert aux capitaux privés est bel et bien tombée aux oubliettes. Les collectivités locales opteraient donc plutôt pour un tout nouveau stade, ce qui représenterait un investissement pour un demi-siècle. La ville de Metz confirme d’ailleurs que le club à la Croix de Lorraine lui aurait demandé si les des terrains étaient disponibles. Quelle question ! Il n’y a que ça ! Rien qu’avec les terrains que va libérer la BA 128 du côté d’Augny, sans compter la vallée de l’Orne. Bref, le club n’a que l’embarras du choix, mais a-t-il, à l’image de son homologue nancéien, la volonté ?

Laisser un commentaire