Le 16ème groupement de chasseurs à Bitche?

Dans la mesure où la Fédération allemande privilégierait l’installation d’une brigade franco-allemande dans une ville frontalière, Bitche pourrait ainsi accueillir le 16ème groupement de chasseurs de Saarburg et ses mille hommes. A l’ombre des fortifications de cette cité historique militaire de Moselle, l’espoir renaît…  Depuis quelques jours la donne semble enfin changer à Bitche. Si la ville s’apprête à perdre les hommes du 57ème régiment d’artillerie dès cet été, tout laisse désormais à penser qu’elle pourrait récupérer ceux du 16ème groupement de chasseurs de Saarburg, en Rhénanie-Palatinat. Ainsi, plus de 1000 personnels, ex-forces françaises en Allemagne, ne rejoindraient pas Illkirch en Alsace comme c’était initialement prévue, mais bien la cité lorraine. 
Le 16ème groupement de chasseurs est un régiment d’infanterie moderne. Fondé en 1854, le 16ème bataillon de chasseurs, au départ à pied, devient mécanisé seulement en 1968, date de son installation à Saarburg. Subordonné à la deuxième brigade blindée, héritière de la Division Leclerc dont il est l’un des deux régiments d’infanterie, le 16ème GC est l’un des 6 régiments mécanisés de l’armée de terre française. Il dispose d’une technologie de pointe. En témoignent, ses équipements majeurs que sont l’AMX 10P ainsi que les missiles Milan et Eryx. A noter que le régiment s’est particulièrement illustré au Kosovo, en Afghanistan et en Afrique. 

A l’heure actuelle, il y a un accord entre la France et l’Allemagne pour rapatrier deux régiments d’Outre-Rhin. Il serait absolument inconcevable et tout bonnement scandaleux que Bitche n’en récupère pas un ! Le président de la République Française, l’avait d’ailleurs promis, mais on connaît depuis, très bien en Lorraine, la valeur de ses promesses. C’est le 7 février, lors de la prochaine décision de la Défense européenne à Munich, que sera prise cette décision tant attendue. Celle-ci mettra fin ou pas à la polémique née en Lorraine le 18 janvier suite aux propos de la Chancelière allemande, qui souhaitait envoyer 500 soldats de la Bundeswehr à … Colmar. Ces derniers se retrouveraient finalement selon certaines sources à … Strasbourg, près de l’Etat Major de l’Eurocorps. Et ce ne serait plus 500, mais 800 hommes ! Mais il est bien vrai que nos chers voisins Alsaciens ont subi d’énormes préjudices avec les restructurations militaires. Voilà qu’au final ils récupèrent plus d’hommes qu’ils n’en ont perdus ! Superbe opération ! C’est vraiment scandaleux… 

Concernant Metz, certaines rumeurs font état de l’éventuel maintien de l’Etat Major des forces aériennes, soit environ 700 hommes en dépit de la probable fermeture de la Base Aérienne 128 de Frescaty. Espoir vain, espoir fou, nul ne le sait vraiment aujourd’hui. Rappelons que la BA 128 doit normalement fermer ses portes en 2012, date des élections présidentielles et législatives. Alors qui sait, comme certains le disent si bien, aucune réforme n’est inscrite dans le marbre…

Laisser un commentaire