Metz en quête de reconnaissance

La Lorraine, et plus particulièrement Metz, mériteraient à être davantage connus, surtout de la France de l’intérieure, alors que paradoxalement la province et sa principale ville jouissent d’une excellente réputation Outre-Rhin. Cependant, après l’arrivée timide du TGV Est, l’ouverture prochaine du Centre-Pompidou, donnera certainement un peu plus de visibilité à la cité et devrait accroître son potentiel touristique. Le tourisme d’affaire constitue actuellement le plus important segment, puisque comptant pour 65% dans la fréquentation touristique. Mais, pour le premier magistrat de la ville, « il convient de faire venir une première fois les gens à Metz pour dépasser l’image d’une ville minière compte tenu du passé : les crises dans la sidérurgie et maintenant, militaire. Vue de l’Ouest notre ville serait industrielle. Mais c’est peut-être aussi de notre faute : nous ne sommes pas suffisamment fiers d’être Messins. C’est une modestie, pas un complexe ». En effet, c’est cette bien triste image qu’il faut dès à présent remplacer par celle d’une ville verte (plus de 480 hectares d’espaces verts), bleue par l’omniprésence de l’eau (plan d’eau, Moselle, canal de Jouy et autres bras morts) et ocre, par la couleur si caractéristique des façades des habitations et des monuments donnée par la fameuse pierre de Jaumont, sans oublier la reine mirabelle. Ainsi, dans l’optique de se propulser au rang des villes culturelles et d’affaires, la cité a rénové son patrimoine architectural exceptionnel et son activité s’est largement tertiarisée. De toute façon, Metz n’a jamais été une ville minière et sidérurgique. Il n’y a pas de minerai ici, contrairement au Nord de l’agglomération, en direction de Thionville ou de Briey.

Cependant, la belle endormie a besoin d’être réveillée. Les nouvelles manifestations que sont la Nuit Blanche et le Festival estudiantin Campus On’Air accompagnent les célèbres Fête de la Mirabelle et les Marchés de Noël. Cela dit, on peut noter une certaine concentration de tous ces évènements au même moment ou presque dans l’année, notamment aux mois de septembre-octobre. Cette période, à la sortie des Fêtes de la Mirabelle, se voit garnis du festival Campus On’Air, de l’Open de Moselle, de la Foire Internationale de Metz, ou encore de la Nuit Blanche et du retour du marathon pour 2009,… Alors que le reste de l’année, et plus particulièrement au printemps et au début de l’été, on frôle le néant ! Sans oublier la suppression du tapis floral de Metz qui faisait la fierté et la réputation de la ville, que la réactualisation du concept de Metz-place tente de faire oublier.

Afin de combler ce vide cruel, pourquoi ne pas importer tant qu’on y est le concept de la Nuit des Etoiles où les grandes toques et les bonnes tables font découvrir au public leurs trésors gustatifs de leurs fabuleuses recettes et de leurs produits. Ceci permettrait en outre de conforter la réputation gastronomique de la ville avec les Tables de Rabelais et les restaurants étoilés des plus grands guides. De même, il serait enfin urgent de restaurer et de revaloriser tout le patrimoine brassicole lorrain de Metz, où l’on produisait la fameuse bière Amos au Sablon. Une fête de la bière, type Oktoberfest de Munich serait ainsi à renforcer avec la découverte de rues et de lieux où l’on brassait jadis la bière à Metz.  

Laisser un commentaire