Retour sur le jour où Metz lança la fronde …

C’est de Metz que partit toute la colère et l’amertume des magistrats à l’égard de Rachida Dati, la garde des sceaux française, aussi inconsciente que provocatrice. Ainsi la désormais célèbre « affaire de Metz » fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase. A l’origine de ce énième scandale, la convocation tard dans la nuit de … Lire la suiteRetour sur le jour où Metz lança la fronde …

Visite annulée, quel dommage !

Le chef de l’Etat français ne viendra pas en Moselle, comme il avait pourtant aussi promis avant la fin de l’année.  Cette dernière nouvelle symbolise bien et ne fait que confirmer tout le désintérêt que peut éprouver la France à l’égard de la Lorraine. Paris arrive en effet de plus en plus mal à cacher … Lire la suiteVisite annulée, quel dommage !

Un anneau pour tous les records

La nouvelle halle d’athlétisme de Metz-Borny vient enfin combler un trou béant dans les infrastructures sportives lorraines. Il manquait jusqu’ici quelque chose à notre province qui obligeait les athlètes à aller s’entraîner en hivers et à disputer les championnats de Lorraine à l’étranger, la plupart du temps du côté de Sarrebruck.  Aujourd’hui cette époque est … Lire la suiteUn anneau pour tous les records

Metz-Thionville : la véritable métropole lorraine ?

Alors que l’idée d’une métropole lorraine semble émergée, au sens large  constituée de l’axe vital entre Epinal et Thionville, certains lui opposent la conurbation Metz-Thionville forte de plus de 600 000 habitants. C’est le cas de Patricia Zander, docteur en géographie, qui plaide en vain depuis une dizaine d’années pour la constitution et l’organisation de cet espace densément urbanisé entre les deux cités mosellanes selon le modèle anglo-saxon.

La thèse de Patricia Zander publiée en 1994 sous le titre Vers un nouveau type de ville ? Les mutations de l’espace urbain Metz-Thionville, est un modèle de vision urbanistique réaliste pour la Lorraine. Elle y explique que Metz disposerait d’un espace urbain de toute autre ampleur que celle communément admise par l’INSEE. Pour cela, elle applique les définitions statistiques en vigueur à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et en Allemagne. Selon la conception géographique de ces mêmes indicateurs,  une conurbation est un tissu urbain continu et densément peuplé. Ceci équivaudrait donc pour l’axe Metz-Thionville qui englobe 242 communes.

Lire la suiteMetz-Thionville : la véritable métropole lorraine ?

Meisenthal et la vallée du cristal

Pour notre dernier rendez-vous de l’année au sujet de la découverte du fabuleux patrimoine lorrain, et, en cette période de préparatifs et de magie de Noël, nous avons mis le cap sur les Vosges du Nord, afin de mettre la lumière sur Meisenthal et sa tradition verrière, à l’origine des fameuses boules de Noël … 

Blotti sur les contreforts des Vosges du Nord, dans le Bitcherland, telle est l’image de Meisenthal qui apparaît sur les anciennes cartes postales. C’est ici, dans cet écrin magnifique de verdure, de profondes forêts et de sources, que sont en effet nées les boules du sapin de Noël avec le souffleur de Goetzenbruck, petite localité voisine, en 1858. La verrerie de Meisenthal a repris la production ancestrale en 1998. Mais avant de replonger dans la fabuleuse aventure des boules de Noël, arrêtons-nous un instant sur les particularités et l’histoire de Meisenthal. 

Lire la suiteMeisenthal et la vallée du cristal

Le Pôle Emploi lorrain sera bien à Nancy

Né de la fusion de l’ANPE (Agence Nationale Pour l’Emploi) et de l’Assédic  Lorraine, le Pôle Emploi, qui sera officiellement lancé à Pont-à-Mousson le 5 janvier, sera bien installé à Nancy, même si son directeur, Jean Niel, ne le confirme pas encore officiellement.  Le siège régional regroupera une centaine d’agents environ. Il n’y aura, par … Lire la suiteLe Pôle Emploi lorrain sera bien à Nancy

Maintenu par Paris, le CREPS de Lorraine se mue en campus d’excellence

Bonne nouvelle pour le sport lorrain, malgré les déboires du début de saison de l’ASNL et les pérégrinations du FC Metz, le CREPS de Lorraine, installé à Nancy-Essey, a été conforté par Paris. Il va donc devenir l’un des 14 « campus territoriaux de l’excellence sportive », un « Harvard su sport » en quelque sorte, comme le veut la réforme, tiens une de plus, du sport de haut niveau. Les CREPS (Centres Régionaux d’Education Populaire et de Sport) avaient en effet fini par appliquer chacun une stratégie différente. De même, le nombre de sportifs de haut niveau va être divisé par trois, passant ainsi de 15 000 à 5000. Avec moins de sportifs, mais mieux encadrés et mieux suivis, l’idée est de maintenir, voire même d’augmenter le nombre d’athlètes en mesure de remporter des compétitions internationales. Dans ce cas, la dimension d’intégration sociale et d’évènement festif, propre au sport, passera alors au second plan. La réforme prévoit enfin de créer un campus national olympique (ancien INSEP) et des campus régionaux, déclinaison du centre national, dont un justement à Nancy. 

Lire la suiteMaintenu par Paris, le CREPS de Lorraine se mue en campus d’excellence

La France lâche une nouvelle fois la Lorraine !

Le gouvernement Français a récemment lancé un nouvel affront à la Lorraine en refusant de financer, comme il avait pourtant promis, le futur hôpital Robert Schuman de Metz. Ce camouflet pose tout naturellement la question de savoir si, un jour, cette France tiendra ses engagements par rapport à la Lorraine.

 

L’effroyable nouvelle vint d’un courrier de la ministre française de la Santé, qui confirmait donc, comme le laissait supposer la rumeur depuis quelques temps, que Paris ne participerait plus au financement de l’hôpital Robert-Schuman de Nouilly-Vantoux. Les Hôpitaux privés de Metz peuvent désormais faire une croix sur les 75 millions d’euros (25% du montant total) promis. Un nouveau coup dur après les restructurations militaires et la forte diminution des agents de l’INSEE censés les compenser. Mais que voulez-vous, on préfère financer de nouvelles liaisons TGV vers Bordeaux ou Toulouse, qui, il est bien vrai, souffrent le martyr économique et démographique, ou encore donner toujours plus à ceux qui ont déjà tout du côté de la Provence ou de Paris. Bien entendu, comment voulez-vous rendre crédible le plan d’aide Grand Est pour la reconversion des bassins touchés par les restructurations militaires, quand on dédaigne financer de grands projets structurants, comme cet hôpital ? Paris se plaint de n’avoir pas de projet à financer et quand les Lorrains lui en présentent un, c’est non ! Paradoxal, étrange, non ? Projet, qui juste au passage, concerne la santé d’un bassin de population de plus de 600 000 habitants. Mais cela, la santé de gens, on s’en balance… Le pire, pour revenir plus en détail sur l’hôpital Robert Schuman, c’est que celui-ci avait été élaboré à la demande de l’Etat afin de regrouper les hôpitaux de Sainte-Blandine, Saint-André et Belle-Isle. C’est le comble ! Nous ne savons même pas si l’expression « mauvaise foi », voire même, puisqu’il faut le dire de « foutage de gueules » seraient assez fortes pour exprimer tout le ressentiment que l’on peut éprouver après de pareils propos. Ainsi soit-il alors, non seulement la France ne compense pas ce qu’elle nous prend, pire elle nous enfonce encore plus ! Il est beau l’intérêt national comme on dit, mais il est aussi à sens unique ! Et dire, qu’à l’époque de l’épopée industrielle lorraine, de la sidérurgie et des mines, toute la richesse de ce pays était conditionnée par l’exploitation et la production de notre belle province. Quelle nation ingrate !

 

Lire la suiteLa France lâche une nouvelle fois la Lorraine !

Technopôle 2 de Metz : c’est parti !

La Communauté d’Agglomération de Metz Métropole vient de lancer avec la ville de Metz le Technopôle 2, extension de Metz-Technopôle, zone de développement vouée aux technologies de l’information et des télécommunications, qui après 25 années d’existence affiche complet : 200 entreprises, 4 000 salariés et 4 500 étudiants. La superficie de ces deux technopôles sera, avec … Lire la suiteTechnopôle 2 de Metz : c’est parti !

La Lorraine à un tournant historique

La crise mondiale profonde que traversent les différentes économies de la planète n’épargne bien évidemment pas la Lorraine. Et la plupart des indicateurs sont au rouge, tout comme la colère des syndicats et des travailleurs : hausse de plus de 3% du chômage le mois dernier en Lorraine, accélération de la paupérisation, congés forcés dans les industries automobiles et sidérurgiques avec la mise en veille des hauts-fourneaux. Le pire semble même encore à venir avec les conséquences futures des restructurations militaires qui peinent à trouver des compensations. La Lorraine ne touche donc pas encore l’étiage de son mal-être. La conjoncture économique actuelle extrêmement difficile remet en question les fondements mêmes qui ont fait, et font toujours d’une certaine manière notre province. Tous les secteurs sont concernés : industrie, transports, administration,… A l’heure où l’on nous parle d’écologie et de préservation de l’environnement, il convient désormais de soulever les vrais problèmes, ceux des Lorrains avant tout. Quand nombre de nos compatriotes se voient amputer de 200 ou de 300 euros par mois, mis au chômage technique ou au chômage tout court lorsque l’on ne les oblige pas à poser leurs congés, et par la même glisser irréversiblement vers la précarité, il n’est pas normal de vouloir conserver à tout prix et par égoïsme de véritables aberrations du système, qui au final, profitent toujours aux mêmes et à ceux qui n’ont pour seul mérite que d’exploiter les failles et les contresens du système en question. Un exemple : il est absolument inconcevable et inadmissible que certains élus continuent inlassablement à s’accrocher au mode actuel de fonctionnement de la communauté d’agglomération de Metz Métropole, qui a maintes fois prouvé ses limites en matière de coût et d’efficacité. Est-il de normal d’avoir dans ce cas très concret près de cinquante vice-présidents formant une sorte de nomenklatura avec toutes les prérogatives et les primes qui vont avec ? Est-il normal de devoir se creuser la tête pour trouver une compétence aussi incongrue et improbable soit-elle à tout ce petit monde ? Bien entendu que non. Il est grand temps de mettre un terme au diktat de la « mafia lorraine ».

Lire la suiteLa Lorraine à un tournant historique

La petite Carcassonne lorraine

Cette semaine nous nous rendons à Rodemack, au Pays des Trois Frontières en Moselle afin d’arpenter les rues pavées de ce magnifique village médiévale. Lumière sur la « petite Carcassonne lorraine comme on l’a surnomme…

Rodemack s’est paré de ses plus beaux atouts pour ces fêtes de fin d’année, comme en témoigne, le Marché de Noël médiévale, qui trouve au cœur de cette charmante petite cité fortifiée lorraine nichée au creux d’un paysage de collines revêtues d’un léger manteau blanc, un écrin idéal. Si le bourg fait partie du très convoité et fermé cercle des « plus beaux villages de France » depuis 1987, la beauté de cette paisible localité ne serait rien sans le travail de restauration et de mise en valeur mené depuis des dizaines d’années par l’Association des Amis des Vieilles Pierres pour la Sauvegarde de Rodemack. Depuis sa création, cette dernière a lancé moult chantiers d’insertion de jeunes bénévoles ayant permis la réhabilitation d’une grande partie des fortifications extérieures, des tours de flanquement, mais aussi des travaux intra-muros. De même, certaines rues ont été pavées, le vieux lavoir a retrouvé une toiture et un pont de pierre permet maintenant de franchir le ruisseau dont les berges ont été consolidées. A noter enfin que les travaux de reconstruction des courtines ont été complétés par un sentier piétonnier et par un véritable jardin médiéval. Et avec une hausse de la fréquentation touristes, résultant de la mise en valeur du village et des nombreuses manifestations médiévales et artistiques organisées tout au long de l’année, notamment  la fameuse et désormais traditionnelle Fête Médiévale qui est une reconstitution complète du village au temps des chevaliers, c’est toute la citée fortifiée qui revit. Ainsi, la construction de logements neufs par delà les remparts se multiplie. De même,  un tissu commercial a été recrée avec une épicerie, deux restaurants, une pharmacie et un médecin. Rodemack propose un cadre de vie exceptionnel. La cité, encore entourée de plus de 700 mètres de remparts, présente en effet de nombreux attraits et charme le visiteur par ses ruelles typiques où l’on respire le parfum d’antan.

Lire la suiteLa petite Carcassonne lorraine

L’autre Lorraine

Qui croirait encore aujourd’hui après le rattachement à la France que la Lorraine serait encore divisée en deux parties, à l’image du Pays basque ou de l’Ossétie (jusqu’à récemment ou presque) ? Alors que la vieille rivalité entre Metz et Nancy semble tourner à l’histoire belge, exacerbée par des politiques inconscients et aux jeux inconsidérés que s’empresse de relayer le presse pour mieux monter les Lorrains les uns contre les autres, c’est bien de Belgique que nous voulons vous parler, et plus précisément de Lorraine belge, où bon nombre d’habitants s’y considèrent comme de véritables Lorrains. Nous vous proposons donc un éclairage sur la sœur jumelle de notre province. Quand la Lorraine rencontre l’autre Lorraine…

La Lorraine belge est une région du Sud de la province de Luxembourg en Belgique. On y trouve les seuls villages ruraux traditionnels de Wallonie, sur le modèle de notre belle Lorraine. Sa sœur jumelle s’étend sur les arrondissements de Virton, celui de la Gaume et de dialecte roman, et d’Arlon, de dialecte germanique à l’exception de la commune de Martellange. Arlon, aujourd’hui peuplé de plus de 26 000 habitants, partage avec Tournai et Tongres le statut de plus ancienne ville de Belgique. La cité est née du croisement des voies romaines reliant Reims, Trèves et Cologne. Ainsi, de nombreux vestiges de l’occupation romaine (Ier  siècle après J-C) y ont été retrouvés. Après la chute de L’Empire romain, Arlon subit l’influence mérovingienne. Une nécropole de tombes princières a livré un riche mobilier, permettant de penser qu’une noble famille, appartenant probablement à l’entourage des Francs, s’était installée à Arlon.

Lire la suiteL’autre Lorraine

Le TGV dope le tourisme en Lorraine

Le TGV Est aurait permis une hausse de 40% de la fréquentation touristique en Lorraine, selon la SNCF. Ce bon score mérite toutefois d’être nuancé quand on le compare à l’augmentation de 170% de cette même fréquentation en Alsace, selon la même source. On sait dès lors où se situe le déficit d’image ! Le pire … Lire la suiteLe TGV dope le tourisme en Lorraine

900 emplois à Farébersviller ?

Une zone commerciale et de loisirs d’un nouveau genre, alliant shopping et détente, baptisée Grand Fare, pourrait voir le jour à Farébersviller et ainsi créer 900 emplois d’ici 2011. Une franchise de Carrefour a déjà donné son accord pour occuper une surface de 8000 mètres carrés de vente. Près de soixante enseignes devraient être créées … Lire la suite900 emplois à Farébersviller ?

Une relève pour l’armée à Bitche ?

L’Allemagne de la chancelière Angela Merkel se dit prête à déployer une unité de la Bundeswehr de manière permanente en France, une première depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, et qui a le mérite de rallumer la flamme de l’espoir à Bitche. Pourtant, les différentes sources se contredisent. Il pourrait s’agir de la … Lire la suiteUne relève pour l’armée à Bitche ?

La Lorraine dit non à l’Alsace !

Une nouvelle menace, une de plus, pèse sur la Lorraine en ce moment, celle concernant le projet du gouvernement français de fusionner des régions afin de ramener leur nombre à 15, contre 22 actuellement. Si des rapprochements ont déjà été plus ou moins évoqués avec la Champagne-Ardenne voire même la Franche-Comté, ce qui serait tout aussi contestable, la voie qui se dessine semble plutôt prôner une fusion avec l’ennemi héréditaire alsacien. Mais la Lorraine n’a rien à voir avec sa voisine située sur l’autre versant des Vosges. Même si le peuple lorrain a, par certains côté, des points communs avec les habitants de la région de Strasbourg, il ne serait être amalgamé à ceux-ci.

Tout d’abord, le principal danger pour notre belle province d’une telle fusion avec l’Alsace, serait de perdre tout ce qui fonde encore notre identité, notre culture et nos traditions déjà fortement perturbées par des décennie de francisation. De même, la plus grande et la plus importante ville de l’Est étant Strasbourg l’européenne, il serait donc légitime, et ce malgré sa position géographique extrême, d’y installer la capitale de ce que l’on pourrait appeler l’Alsace-Lorraine. Ce qui reviendrait donc à placer notre Lorraine sous l’autorité tutélaire du voisin alsacien à l’accent fortement exacerbé par un chauvinisme nationaliste désormais aussi légendaire que méprisant. Presqu’une ironie de l’histoire, car les rapports entre Lorrains et Alsaciens, longtemps assujettis, ont souvent été ambiguës, voire conflictuels. Ainsi, le rapprochement que beaucoup de gens font entre notre province et sa voisine provient plus d’un destin commun relativement récent et relatif aux différents conflits ayant opposés la France et l’Allemagne que d’un enracinement historique profond. D’ailleurs tous le dédain qu’ont les Alsaciens envers notre chère patrie lorraine provient-il peut-être de la fameuse bataille de Saverne ayant consacrée la supériorité et l’écrasante victoire des chevaliers lorrains face aux huguenots alsaciens insurgés. A moins que cela ne résulte d’un certain complexe d’infériorité émanant d’une quelconque admiration devant la magnificence des Lumières lorraines qui se serait transformé en exaltation des traditions alsaciennes. Toujours est-il que nos chers voisins ne sont guère gênés au fil des ans pour revendiquer des symboles lorrains forts et pour s’accaparer des pans entiers de la culture lorraine, au point même d’en faire des emblèmes de leur région : traditions brassières, gastronomie, folklore… les exemples sont riches et nombreux. A tel point, qu’il faudrait dorénavant mettre sous bonne garde la fameuse race bovine des Vosges à la robe si caractéristique ou encore protéger la renaissance et la redécouverte de la truffe lorraine avant que les Alsaciens ne nous les piquent aussi !

Lire la suiteLa Lorraine dit non à l’Alsace !

Metz et Nancy à nouveau réunis !

Un nouveau chapitre de l’histoire complexe et souvent tumultueuse entre les deux grandes cités lorraines  s’est récemment ouvert. En effet, le Grand Nancy et Metz Métropole ont laissé derrière eux la mèche rallumée il y a encore quelques semaines au sujet de l’implantation des différentes directions régionales pour faire stand commun et surtout front commun … Lire la suiteMetz et Nancy à nouveau réunis !

Le label Campus pour l’Université Lorraine !

L’Université Lorraine qui doit voir le jour, recalée deux fois avant d’obtenir l’appellation élogieuse mais vide de « campus prometteur », s’est enfin vue décerner le label Campus, synonyme de fonds afin d’engager un programme de rénovation immobilière. L’unité affichée par les différents protagonistes et porteurs du projet lorrains a été récompensée et a permis de faire … Lire la suiteLe label Campus pour l’Université Lorraine !

En bref

Afin de développer plus en profondeur le blog, d’améliorer le contenu de l’information et  de toujours mieux répondre aux attentes de leurs lecteurs, les BLE lancent une nouvelle rubrique intitulée « En bref ». Vous trouverez uniquement et instantanément sur cette page l’actualité en bref, qui ne nécessite donc pas une analyse approfondie ou l’expression d’une opinion … Lire la suiteEn bref

La vie de château à Fléville

Nouvelle étape de notre fabuleux voyage consacré au patrimoine remarquable lorrain à Fléville-devant-Nancy, pour y admirer l’un des plus beaux châteaux de la route des Marches de Lorraine.

Plus de sept siècles d’histoire imprègnent les pierres de ce magnifique château de style Renaissance, adossé à un donjon féodal de 1320, qui rivalise par sa beauté avec les châteaux de la Loire. L’édifice constitue également l’un des rares châteaux lorrains épargnés par Richelieu sur ordre de Louis XIII à l’issue de la Guerre de Trente Ans. La façade, achevée en 1533 et typique de la première renaissance française, est parcourue en totalité par un splendide balcon ouvragé, unique en son genre, long de 35 mètres. Le château de Fléville est d’ailleurs souvent comparé à celui d’Azay-le-Rideau pour la pureté, l’harmonie et l’équilibre de ses lignes. Il conserve également en plus du donjon de 30 mètres de haut, les douves asséchées du château féodal. La salle du Chevalier de Fléville et le four à pain datent eux-aussi du XIVème siècle. La cour, qui fut ouverte au XVIIIème siècle, est ornée de vases rocailles. Le château est en outre toujours habité par la même famille depuis 1812.

Lire la suiteLa vie de château à Fléville

Le miroir d’Esch-Belval prend forme

Le site de Micheville à Audun-le-Tiche, accueille depuis septembre dernier un nouveau centre de tri postal de 800 mètre carrés. 40 postiers issus des anciens sites d’Audun-le-Tiche et de Villerupt y travaillent désormais afin d’assurer la distribution du courrier sur 15 communes. Ce centre, qui a coûté à La Poste la bagatelle d’1,5 millions d’euros, constitue le premier bâtiment d’un projet couvrant près de 3,5 hectares. En attendant 80 autres destinés à l’habitat…

Lire la suiteLe miroir d’Esch-Belval prend forme

8 communes lorraines acceptent le pacte diabolique de l’ANDRA

Huit communes lorraines, dont quatre dans la Meuse, trois dans les Vosges, une en Moselle et donc zéro en Meurthe-et-Moselle acceptent d’être étudiées dans la perspective d’un stockage souterrain de déchets radioactifs. 3115 communes de France, presque toutes situées en Lorraine et en Champagne-Ardenne ont été consultées par l’Agence Nationale des Déchets Radioactifs (ANDRA), qui … Lire la suite8 communes lorraines acceptent le pacte diabolique de l’ANDRA

La Lorraine, cette terre si généreuse …

« Trop bons trop cons », voilà tel que pourrait être l’adage de nombre de Lorrains, qui à force d’être dévalorisés par Paris et la France entière se retrouveraient toujours et dans chaque affaire les dindons de la farce. Le dernier exemple en date est celui du transfert de l’INSEE à Metz. Mais où est donc passée … Lire la suiteLa Lorraine, cette terre si généreuse …

Directions régionales : 5 à 3 pour Metz ?

Ce n’est pas le résultat d’un match de football mais ce que préconiserait le préfet de Lorraine qui conforterait ainsi Metz comme capitale économique régionale. Tel semble être le constat qui se dégage du rapport remis au Premier Ministre français. La répartition des huit directions régionales ne devrait donc pas être équilibrée. Si le rectorat … Lire la suiteDirections régionales : 5 à 3 pour Metz ?

Reconversion des friches industrielles : l’exemple de la Ruhr

Le constat est simple : pour Paris et les (ir)responsables politiques lorrains, notre belle province est fichue. Le gouvernement français, via ou non ses relais régionaux, balance à la figure des citoyens et des électeurs moult promesses qui viendront bientôt garnir un peu plus le cimetière lorrain de celles non tenues. Sans même y croire, la bataille de Lorraine étant désormais perdue pour eux, nos élus sont incapables, quand bien même ils arriveraient à s’entendre dans l’intérêt général, de faire le lobbying nécessaire à Paris pour sortir notre province de ses difficultés. Ils pourraient au moins avoir la délicatesse de nous offrir un dernier baroud d’honneur. Il n’y a pas de fatalité pour la Lorraine. Les problèmes demeurent car les mêmes dirigeants demeurent. Et cette concomitance n’est pas le fruit du hasard. La solution provient des urnes, encore faut-il oser le changement.

Lire la suiteReconversion des friches industrielles : l’exemple de la Ruhr

Lancement de la boîte à idées des BLE

A l’heure où les projets et les idées peinent à pointer le bout de leurs nez en Lorraine, l’absence de consensus ne facilitant pas non plus les choses, les BLE lancent une nouvelle rubrique, « boîte à idées, pour la Lorraine de demain ». Tous les lecteurs et visiteurs de notre blog sont invités à proposer leurs … Lire la suiteLancement de la boîte à idées des BLE

La Basilique Notre-Dame d’Avioth

Cette semaine nous retournons dans la Meuse pour faire escale dans le petit village d’Avioth. Ce dernier recèle en effet l’un des plus beaux édifices religieux de Lorraine.

La basilique Notre-Dame d’Avioth fut construite entre le XIIème et le XVème siècle dans le style gothique flamboyant. Ce magnifique monument est particulièrement impressionnant. Il tranche radicalement avec le modeste village qu’il domine. Il est par ailleurs parfaitement conservé. La construction de la basilique d’Avioth s’est principalement faite en trois phases. Les étages inférieurs des tours et les bas-côtés datent de l’époque la plus ancienne, c’est-à-dire de 1250 à 1310. Le chœur et la sacristie ont été bâtis entre 1340 et 1350. Enfin, la dernière période de travaux se déroula de 1375 à 1400. Elle fut marquée par la fusion entre la partie occidentale et la partie orientale de l’édifice. Les portails Sud et Ouest furent également exécutés à cette époque. Ce  dernier est orné de 70 figures et d’une représentation du Jugement dernier. La façade occidentale, très harmonieuse, est flanquée de deux tours. Au sommet de cette façade, au-dessus de la rose supérieure ainsi qu’à la base du pignon, se tient un magnifique médaillon circulaire groupant huit têtes. Celle du centre, sereine,  est entourée de sept figures grimaçantes, représentant très probablement les sept péchés capitaux. Elle désigne ainsi l’âme élue qui a su résister aux tentations.

Lire la suiteLa Basilique Notre-Dame d’Avioth