La riposte s’organise à Schuman

Les parents d’élèves et le personnel administratifs ne comprennent pas la décision de fermer ce collège de Metz. Ce qu’ils acceptent encore moins, c’est la méthode employée : ils ont appris la fermeture par la presse ! Preuve encore et toujours d’une décision prise sans aucune concertation. Les motifs de cette décision brutale leurs restent toujours obscurs. En effet, le collège Schuman, comme bien d’autres en Lorraine, ne perd pas d’élèves, des inscriptions ont même été refusées. L’établissement compte 350 élèves répartis en onze classes. Le développement et la création de nouveaux quartiers aux environs, notamment à Sébastopol et à Mercy constituent un autre argument majeur contre cette fermeture. 
 
Le Conseil Général de la Moselle aurait motivé son choix par la construction du collège de Verny. Mais il fort peu probable que les élèves messins aillent à Verny, situé à plus de dix kilomètres du centre-ville, au Sud. A l’extrême rigueur, s’il y avait nécessité de fermer un collège à Metz, ce serait plutôt celui de Georges-de-la-Tour ou de Barbot, côte-à-côte. Mais il ne s’agit certainement pas de jouer un établissement contre un autre comme à Marly, entre les collèges La Louvière et Mermoz. A Schuman, l’action passe avant tout par un lobbying intense : inonder le Conseil Général de courriers et de mails, rédaction d’une lettre type, pétition, manifestation… Pour ce qui est de se faire entendre, les parents d’élèves peuvent prendre exemple sur les agents de l’INSEE et leurs leaders syndicaux qui ne manquent pas d’idées dans leur arsenal grotesque et varié !   

Laisser un commentaire