Noël, c’est maintenant ou jamais

Alors que Dominique Gros, maire de Metz, recevait une délégation d’agents de l’INSEE afin de leur faire découvrir et apprécier la ville en vue de leur éventuelle transfert, ne serait-il pas judicieux que la municipalité lorraine, en partenariat avec la puissante fédération des commerçants et les autres collectivités, lance une opération markéting d’envergure dans les stations de métro et les gares parisiennes par exemple, dans le but de promouvoir les marchés de Noël de Metz, qui ouvrent déjà fin novembre ? Assurément si. 
Même si la volonté du maire de Metz de vouloir changer l’image de la ville est louable, en essayant de convaincre les agents franciliens des atouts et des attraits indéniables de la cité, il pourrait faire coup double. Car c’est maintenant qu’il faut informer les gens et les visiteurs potentiels des merveilles de Metz en habits de lumière. C’est en ce moment que peuvent se décider l’envie de partir, de passer un week-end ou plusieurs jours dans la ville, qui rappelons-le n’est plus qu’à 82 minutes de Paris grâce au TGV. Une opération conjointe avec Nancy, comme il devrait s’en faire prochainement, s’avèrerait même d’une grande utilité. La cité ducale y pourrait mettre en avant son propre marché de Noël, mais surtout la liesse et toute la ferveur populaire autour du défilé de la Saint-Nicolas, encore plus grandiose qu’à Metz. Car, encore une fois, le nerf de la guerre, c’est l’argent, mais aussi la communication ! 

En effet, les marchés de Noël de Metz représentent une manne financière non négligeable et drainent chaque année  plus de 3 millions de visiteurs, tous aussi conquis qu’émerveillés. Il serait donc dommage de ne pas s’appuyer sur cette formidable base et sur cette capacité d’attraction dans la grande région pour faire venir toujours plus de monde venant de plus en plus loin. La ville, qui jouit d’une réputation très enviable outre-Rhin, au Luxembourg et en Belgique, peine encore à séduire les touristes français. Ne serait-ce donc pas là une occasion formidable de changer la donne ? Contrairement au marché de Noël de Strasbourg, beaucoup plus ancien et qui ne manque pas, cela dit en passant, de campagnes de promotion, les marchés de Noël de Metz sont plus originaux tout en restant tout aussi traditionnels. Tout d’abord, ils sont déjà plusieurs, puisqu’ils se déclinent sur cinq sites différents, incitant ainsi les visiteurs à une agréable promenade citadine illuminée. De même, ils démontrent d’années en années leur montée en puissance. Ils sont aujourd’hui et depuis un petit moment le deuxième marché de Noël de France, en termes d’importance et de fréquentation touristique. D’ailleurs, les commerçants y faisant le déplacement, affirment que c’est à Metz que leurs chiffre d’affaires est le meilleur. Tiens donc, même constat que pour la Foire Internationale de Metz ! 
Alors une bonne fois pour toute, sachons nous mettre en valeur et faire partager nos trésors. Car changer l’image d’une ville, ce n’est pas seulement changer et harmoniser son logo, jaune sur fond noir à partir du 1er janvier 2009, c’est aussi la vendre à l’extérieur et la promouvoir de manière conséquente et efficace.   

11 réflexions au sujet de “Noël, c’est maintenant ou jamais”

  1. j’apprécie le travail que vous faîtes, mais encore une fois, le pôint de vue est bien trop messin, trois lignes sur Nancy, et il n’y a pas que Nancy et Metz, les Vosges en hiver, ça change des Alpes…
    C’est souvent ce que l’on a à reproché aux internautes lorrains de Moselle, c’est de voir Moselle, et non pas Lorraine, de plus on sent que la partie sur Nancy a été faite par « charité », ça n’est pas très plaisant…

  2. Tout d’abord, nous tenons à vous remercier de votre soutien et pour votre remarque. Cela dit, à dire vrai, nous avons été un peu surpris pour le reste de votre commentaire. D’une certaine manière, vous n’avez pas tout-à-fait tort. Néanmoins, dire que nous avons fait œuvre de charité envers la cité ducale, nous paraît quelque peu exagéré. De même, cet article concerne avant tout les marchés de Noël de Metz, il donc normal de parler de Metz. Il ne traite donc pas comme vous le laissez entendre des fêtes de fin d’année en général en Lorraine. Le sujet est donc bien ciblé. Alors après bien sûr et heureusement que la magie de Noël n’opère pas qu’à Metz en Lorraine. De même, évidemment que les stations de ski forts sympathiques et familiales des Vosges ont un charme bien plus appréciable et agréable que les usines à touristes des Alpes. Nous sommes tout-à-fait d’accord avec vous. Mais encore une fois, si vous nous le permettez, tel n’était pas l’objet de l’article en question. Ce dernier traduisait dans le fond un problème bien plus symptomatique à Metz qu’à Nancy, qui est celui, encore et toujours, du manque cruel de communication, en particulier dans l’évènementiel et la promotion de notre territoire. Dans ce cas, nous ne voyons pas pourquoi il faudrait mêler la ville de Nancy à toutes les sauces. Si nous faisions un article par exemple sur la magnifique place Stanislas de Nancy, nous ne mentionnerions absolument pas le nom de Metz. Donc l’inverse nous paraît tout aussi légitime.
    Par ailleurs, des articles sur les festivités de Nancy, Saint-Nicolas, … et le plaisir de skier dans les Vosges lorraines verront le jour. Au moment où il conviendra d’en parler. Et là, la ville de Metz n’y aura aucunement sa place, puisque ce ne sera pas le sujet des articles en question.

  3. Plusieurs erreurs dans votre article :
    – à Strasbourg, le marché de Noël est aussi déployé sur plusieurs sites, comme à Metz
    – en terme de fréquentation, le second marché de Noël de France (après Strasbourg), est Reims, et non Metz
    – les campagnes de communication touristique communes avec Nancy ont été mises en place en 2006 et 2007 pour l’arrivée du TGV Est dans la région; depuis, les campagnes se font en solo; Nancy déploie d’ailleurs régulièrement sa campagne i love NancY dans le métro parisien et sur certaines radios nationales. Rien n’est prévu avec Metz pour le moment.
    Pensez-vous vraiment qu’une visite au marché de Noël serait une action pertinente pour convaincre les statisticiens d’accepter d’être délocalisés de Paris vers Metz ?
    Je ne pense pas; le problème et le refus de ces fonctionnaires est bien plus profond; il s’agit de déplacer des familles entières, d’assurer un emploi aux conjoints, d’imposer à leurs enfants de changer d’établissement scolaire, etc.
    Un sympathique marché de Noël c’est certes valorisant lors d’une virée TGV ou d’un petit weekend en famille, mais est-ce suffisant pour accepter de changer de vie..?

  4. Il faut que les Lorrains apprenent à faire de la Com!!!
    Mais regardez l’Alsace qui fait gober à tout le monde que les marchés de Noël sont une tradition Alsacienne ou qui s’est approprié une partie de notre gastronomie (Kugelhofp, Munster, Choucroute, …)
    Il est grand temps que les Lorrains se réveillent et fassent du marketing pour promouvoir notre image et que les gens arrêtent de voir la Lorraine, comme grise, froide, sale, triste, pauvre…

  5. Vous avez raison sur le fait que la ville de Nancy, via son office de tourisme, a lancé une importante opération de communication à travers le slogan « I love Nancy », imitation de celle orchestrée par la ville de New York. Et tant mieux. Ceci passa notamment par la création de toutes sortes de souvenirs, mugs, T-shirts,… estampillés de la fameuse mention. D’ailleurs, nous l’avions déjà plus ou moins évoqué dans un précédent article. Il n’est enfin pas étonnant que Nancy est plus compris la nécessité d’une telle action. Cela dit, comme pour notre précédent commentaire, ce n’était pas le principal objet de notre propos.
    Par contre, nous ne sommes pas d’accord avec vous sur les autres points que vous avez mentionnés. En effet, si pour l’arrivée du TGV Est, les villes de Nancy et Metz ont fait campagne commune, on ne peut pas dire que celle-ci fut d’une grande ampleur et dune efficacité magistrale. De même, pour le marché de Noël de Strasbourg, l’organisation et la disposition des chalets dans la ville est loin d’être similaire à celle des Marchés de Metz : en effet, 90% des installations étant à proximité de la cathédrale et de la place Kléber en Alsace. A moins que ce que vous nous dites soit nouveau et que cela vient de sortir. Mais plus grave est d’affirmer que Reims serait le second marché de Noël de France. Nous maintenons donc fermement que Metz est, en termes d’importance et de fréquentation touristique, le plus grand après Strasbourg, avec entre 3 et 4 millions de visiteurs. D’ailleurs, l’ensemble de la presse régionale l’a confirmé. Enfin, pour être honnête avec vous, nous ne savions même pas qu’il existait à Reims un marché de Noël de « dimension internationale ». La ferveur populaire autour des fêtes de fin d’année n’étant pas aussi présente en Champagne.

  6. Bonjour,
    Je vais répondre à plusieurs points:
    Alors d’abord, ce n’est pas la ville mais l’agglomération (le Grand Nancy, communauté urbaine) qui orchestre cette campagne de communication; et ce n’est pas non plus via l’office de tourisme que la campagne est diffusée (l’office n’est qu’un relais, comme tant d’autres).
    – « En effet, si pour l’arrivée du TGV Est, les villes de Nancy et Metz ont fait campagne commune, on ne peut pas dire que celle-ci fut d’une grande ampleur et dune efficacité magistrale. »
    Réponse :
    Alors allez réclamer des chiffres au Comité Régional du Tourisme et comparez le nombre de visiteurs du nord et de l’ouest (les principales régions ciblées par la campagne commune sur 2006-2007) et vous serez probablement surpris.
    Alors quand on connait un peu la ville de Strasbourg, on sait que la place Kléber et la Cathédrale, c’est déjà pas au même endroit.
    Donc on a bien une disposition sur plusieurs sites du marché de Noël.
    De plus, affirmer que 90% du marché de Noël de Strasbourg est installé à proximité de la Cathédrale est aussi une erreur ou une approximation, parce que le principal site où est déployé le marché de noël strasbourgeois est..la place Broglie (donc ni Kléber, ni Cathédrale…).
    On peut ajouter aussi la place de la gare. Et je vous assure, ça ne « vient pas de sortir », cette organisation 😉
    -« Mais plus grave est d’affirmer que Reims serait le second marché de Noël de France. Nous maintenons donc fermement que Metz est, en termes d’importance et de fréquentation touristique, le plus grand après Strasbourg, avec entre 3 et 4 millions de visiteurs. D’ailleurs, l’ensemble de la presse régionale l’a confirmé. Enfin, pour être honnête avec vous, nous ne savions même pas qu’il existait à Reims un marché de Noël de « dimension internationale ». »
    Réponse :
    D’abord on redescend sur terre, non ce n’est pas grave d’affirmer ça 😉
    Ensuite, si vous avouez ne même pas connaître l’existence du marché de noël rémois, comment pouvez-vous affirmer la suprématie de celui de Metz sur celui de Reims ?
    Enfin pour terminer, attention quand vous citez des chiffres, il y a quand même une grosse différence entre « 3 et 4 millions de visiteurs »..j’aime bien la précision 😉
    -« La ferveur populaire autour des fêtes de fin d’année n’étant pas aussi présente en Champagne. »
    Réponse :
    Là, on est à peu près d’accord
    A bientôt

  7. Votre commentaire est tout-à-fait pertinent. Cela dit, nous n’avons pas de chiffres plus précis simplement … parcequ’ils n’existent pas! La presse locale dispose et divulgue les mêmes. En effet, quantifier de manière très précise le nombre de visiteurs des marchés de Noël est extrêment difficile, et ce malgré toute la technologie actuelle.
    Le principal point qui nous dérange le plus, et que l’on retrouve dans vos propos sur Reims, est celui de devoir constamment lutter contre un certain « complexe d’infériorité des Lorrains » par rapport aux autres provinces. Nous avons toujours cette désagréable impression en entendant ici ou là des commentaires, même de gens très cultivés, que c’est toujours mieux chez les autres et qu’il n’ à rien de bien en Lorraine. Arrêtons cette sinistrose!
    Au plaisir de dialoguer de nouveau avec vous.

  8. Je ne suis pas d’accord avec votre dernier paragraphe.
    Ce n’est pas un « complexe d’infériorité » du lorrain que je suis quand j’affirme que le marché de noël de Reims est plus important que celui de Metz, mais juste une volonté d’être précis et honnête de ma part.
    De plus, si je dis que le marché de noël de Reims est plus important que celui de Metz (et je vous assure, les chiffres sont disponibles, il faut savoir les chercher et ils ne se trouvent pas forcément dans la presse), ça ne signifie pas que je trouve le marché de noël de Metz moins bien (c’est même plutôt le contraire).
    Puis n’oubliez pas, « l’herbe est toujours plus verte chez le voisin »…
    Ca ne change néanmoins pas mon avis sur le marché de noël messin que je trouve agréable et dont je suis fier, ne vous inquiétez pas 😉

  9. toujous est-il que si le marché de Noël de Metz est sans doute l’un des plus beaux et agréables de France, mais la ville ne sait absolument pas le vendre, ou en tout cas, ne l’exploite pas suffisamment: pub inexistante en dehors des frontières lorraines ou presque, 150 chalets, quand on voit qu’à Paris La Défense il y en a au moins 200! la quantité ne fait pas la qualité, mais bon. De même, c’est sûr que c’est pas la même ambiance. Attention, si Metz ne se réveille pas ou s’endort sur ces lauriers,…

  10. Bonjour à vous tous, je viens du site vivre@metz où l’actualité locale est analysée sous toutes ses formes. J’apprécie ce site pour plusieurs raisons : il parle essentiellement de Nancy et de son activité locale. J’ai lu quelques commentaires et j’apprécie la neutralité se son ton. Je constate que malgré les précautions d’usage, les billets sont « décortiqués » et que les commentaires souvent portent sur la forme et non sur le fond. Un exemple : le marché de Noël de Metz, différents médias ont annoncé le marché de Noêl comme le second en France, d’autres avancent le marché de Reims, qu’importe, qu’il soit 2° ou 3°, il est une référence et j’ai bien perçu le fond du billet qui précise que Metz pourrait être un vecteur dans le sens de la communication. J’attends de ce site une information plus pointue sur la politique locale et notamment sur les personnalités qui vivent et font vivre Nancy. Un exemple : actuellement, les rectructurations militaires ravivent les tensions entre Nancy et Metz, les différentes délocalisations envisagées font aujourd’hui l’objet d’un effet « aspirateur » de la part des différents acteurs politiques de Metz et Nancy. Quels sont les avis des uns et des autres sur la questions. Comment apprécier les comportements du Conseil Régional, de Monsieur ROSSINOT, de Monsieur GROS sur leurs attitudes et leur positionnement ? Voilà mes attentes à travers votre blog. Merci pour vos réponses et « bon partenariat » avec ces différentes sources qui n’auraient qu’un but : informer les lorrains…

Laisser un commentaire