Si l’INSEE nous était conté…

Nouvel épisode, nouveau rebondissement. Ce ne serait finalement plus 1000 statisticiens qui seraient transférés à Metz sur les 1500 emplois publics qui doivent l’être, mais seulement 500. L’institut de statistiques marque donc  un point et avance toujours aussi insidieusement qu’inlassablement ses pions sur l’échiquier politique et la scène publique, à coup de pression et de … Lire la suiteSi l’INSEE nous était conté…

Les provocations de l’INSEE

Afin de vous mettre l’eau à la bouche, voici quelques extraits de succulents et croustillants articles ou commentaires parus dans la presse et sur internet par rapport au transfert de 1000 agents de l’INSEE à Metz, pour « compenser » les conséquences désastreuses des restructurations militaires. Ainsi, La Dépêche, écrivait : « Malgré la tendre affection que l’on peut éprouver à l’endroit de la sidérurgie, de la quiche, des footballeurs de Saint-Symphorien ou de la rigueur de ses hivers, Metz n’est sans doute pas la cité la plus touristique de France. AUSSI les agents de la statistique publique s’inquiètent-ils LEGITIMMEMENT d’un projet de décentralisation de leurs services vers le chef-lieu de la Moselle ». TOUT SIMPLEMENT INCROYABLE ET ODIEUX ! Certains doivent vraiment sortir un peu plus le dimanche et faire un tour du côté de chez nous afin de s’y ouvrir et de s’y aérer l’esprit ! C’est là que l’on peut apprécier avec un léger sourire en coin, mais désabusé tout de même, toute la méconnaissance de certains journalistes qui vous balancent à la figure tous les préjugés du monde. Si cela n’est pas de la provocation gratuite ! Alors d’une part, il n’y a jamais eu d’industrie sidérurgique à Metz. Celle-ci se trouvant, en effet, concentrée bien plus au Nord de l’agglomération. D’autre part, nous trouvons très méprisant le fait de réduire tout un pan de la gastronomie lorraine à la simple quiche ! Enfin, la rigueur des hivers n’est guère plus difficile à supporter que celle du froid des mois de janvier et de février à Paris ! Bienvenue en Sibérie les amis ! Cela ne vous rappelle t-il rien ? Désolé, si nous ne connaissons pas en Lorraine les « joies » du métro dans lequel les gens essayent de se réchauffer dans toute la crasse de ses rames!

Lire la suiteLes provocations de l’INSEE

Après les casernes, les collèges !

La théorie des dominos n’a jamais été aussi d’actualité en Lorraine : après la fermeture des mines, des usines et des casernes, en voici une nouvelle, celle des collèges, non moins aussi polémique et inadmissible puisqu’ étant tout-à-fait incompréhensible, imposée et n’ayant bien entendu fait l’objet d’aucune concertation au préalable. C’est décidément toujours sur les mêmes que l’on tape. La France ne semble cela dit pas s’apercevoir qu’elle joue de plus en plus avec le feu en Lorraine. Car, à force de prendre des décisions arbitraires à l’encontre de la Lorraine, Paris ne pourrait plus trouver dans les Lorrains, un peuple aussi discipliné et fidèle que jadis, obéissant au doigt et à la baguette, après des décennies de lavages de cerveaux. La réalité, c’est qu’aujourd’hui de plus en plus de Lorrains sont décidés à sortir de leur lobotomie et de leur torpeur. La France serait-elle en train de créer ses propres fossoyeurs ?

La question mérite d’être posée. Toujours est-il que cette décision unilatérale prise au détriment de l’éducation, pourtant pilier indissociable et indispensable au développement, rappelons-le, n’a pas du mal à passer, elle ne passe pas du tout! La fatalité qui conduirait à croire que les restructurations militaires feraient diminuer la population et par la même occasion le nombre d’élèves de nos établissements est un raccourci un peu facile. D’autant plus, et c’est là que cette mesure nous semble tout-à-fait injustifiée, que la Lorraine connaît depuis quelques années déjà un regain dans sa natalité. Les bébés lorrains sont ainsi de plus en plus nombreux, comme en témoigne à Nancy, où la natalité est l’une des plus fortes de France ! Mais comment peut-on nier ce fait et l’occulter sans arrière pensée ? Comment peut-on négliger à ce point l’éducation de nos enfants et leur avenir ? Déjà que la plupart des établissements scolaires sont surchargés, leurs classes bondées et où il y règne une atmosphère de moins en moins studieuse, nous vous laissons le soin d’imaginer ce qu’il va en advenir d’ici quelques  années.

Lire la suiteAprès les casernes, les collèges !

Les établissements lorrains concernés

Nous préférons le dire tout-de-suite, il ne s’agit pas ici d’établir une liste exhaustive des principaux établissements concernés par une suppression, mais seulement d’y présenter quelques points sensibles, aussi incompréhensibles que scandaleux.

Le ton monte à Nancy, après l’annonce de la fermeture en juin prochain du collège Louis Armand. La vétusté de l’établissement en serait le principal motif. Ce collège, vieux de seulement 40 ans, reviendrait en effet trop cher à réparer. Il a pourtant subi des travaux de rénovation au cours de ces dernières années, avec 40 000 euros engagés en 2004. Le problème viendrait en outre de la nature du sol, occasionnant par là des risques pour la sécurité des élèves et du personnel administratif. Le ruissellement et les sources en hauteur présenteraient également une menace, l’humidité faisant « gonfler » les sous-sols. Le Conseil Général de la Meurthe-et-Moselle préfèrerait donc construire du neuf ailleurs que dans ce quartier, trouvant pourtant une seconde jeunesse dans l’écologie, comme en témoignent les nouvelles constructions en bois et les installations solaires. Mais, au-delà de l’impact émotionnel de cette nouvelle décision prise sans aucune concertation, c’est tout simplement la fermeture d’un lieu dans une zone en cours de réhabilitation, qui joue un rôle social très important, qui frappe le plus. Les 246 élèves devraient être répartis entre les collèges de Montplaisir et Callot à Vandœuvre-lès-Nancy, Prouvé à Laxou et Scheffer à Villers-lès-Nancy.

Lire la suiteLes établissements lorrains concernés

La riposte s’organise à Schuman

Les parents d’élèves et le personnel administratifs ne comprennent pas la décision de fermer ce collège de Metz. Ce qu’ils acceptent encore moins, c’est la méthode employée : ils ont appris la fermeture par la presse ! Preuve encore et toujours d’une décision prise sans aucune concertation. Les motifs de cette décision brutale leurs restent toujours obscurs. … Lire la suiteLa riposte s’organise à Schuman

Le C.I.R.A. unique à Metz !

Les compensations des restructurations militaires ne sont évidemment pas étrangères à l’implantation du C.I.R.A. unique (Centre Interministériel de Renseignements Administratifs) en Moselle. Les neufs C.I.R.A. actuels, qui dépendent des services du Premier Ministre français  vont donc être fusionnés en un seul. L’évolution des tarifs de communication téléphoniques retirant toute pertinence au maillage territorial des C.I.R.A., … Lire la suiteLe C.I.R.A. unique à Metz !

Les Vosges : l’autre destination

En matière de préjugés franco-franciliens, les Vosges, via la Lorraine, ne font pas figurent d’exception. Et ce n’est pas l’arrivée du TGV Est qui a fait changer les choses. Les Romains n’osaient déjà pas s’aventurer par peur et par superstition dans les profondes forêts vosgiennes.  Mais, pour de nombreux Français et Parisiens en particulier, les Vosges restent cet obscur massif forestier au relief doux, rendant donc la pratique du ski impossible d’autant plus que l’absence de neige n’y faciliterait pas la chose. Pourtant les Vosges regorgent de merveilles aussi surprenantes les unes que les autres : patrimoine architecturale et historique remarquable, nature aussi généreuse qu’exceptionnelle pour rester bref. Mais avant de développer plus en détail ces quelques points, mettons nous d’accord une fois pour toute. Quand il s’agit de devoir venir travailler en Lorraine, certains agents d’établissements franciliens se reconnaîtront  certainement, notre province, c’est la Sibérie. Par quel miracle, cette même Lorraine auquel on attribut excessivement bien sûr toutes les contraintes climatiques d’une contrée septentrionale, se transformerait soudain en île tropicale au moment de l’hiver ! Alors oui, il neige bien dans les Vosges. Alors non l’enneigement, surtout dans nos montagnes n’occasionne pas des descentes jusqu’à moins 80°Celsius au thermomètre. Rien de mieux qu’une petite démonstration pour en convaincre les plus septiques.

Lire la suiteLes Vosges : l’autre destination

Lancement d’un parc écologique à Nancy

Le premier parc tertiaire entièrement écologique de France va prochainement voir le jour à Nancy. Les travaux viennent tout juste de débuter. Ce projet est porté par le promoteur concepteur nancéien Ecologgia, qui fait du développement des énergies renouvelables et de l’utilisation des matériaux sains son crédo. Le parc, qui s’étendra sur plus de quinze … Lire la suiteLancement d’un parc écologique à Nancy

Soluplast, le cluster lorrain de la plasturgie

Une dizaine de PME lorraines ont décidé de mettre en commun leur savoir-faire industriel avec l’expertise d’Apollor, l’un des centres d’innovation en plasturgie les plus performants de Lorraine, par la création de Soluplast. Il s’agit ici de répondre d’une manière aussi compétitive que pertinente aux attentes des donneurs d’ordres et de contrer la pression concurrentielle … Lire la suiteSoluplast, le cluster lorrain de la plasturgie

Le rocher de Dabo : le phare de la ligne bleue des Vosges

Nous faisons escale cette semaine dans les Vosges mosellanes pour y admirer l’un des monuments les plus insolites et remarquables du très riche patrimoine lorrain, le fameux rocher de Dabo.

Il s’élève comme une île, un récif, au beau milieu de cet océan de verdure constitué presqu’exclusivement de résineux. C’est là, sur les contreforts des Vosges mosellanes, dans ce cadre somptueux et enchanteur, véritable paradis des randonneurs,  que se dresse le rocher de Dabo. Celui-ci constitue en tout point une curiosité et un site incontournable de tout le massif vosgien. Formé il y a plus de 200 millions d’années pendant l’ère du Trias, cet extraordinaire rocher de grès rose (647 mètres) est surmonté de la chapelle Saint-Léon (664 mètres) datant de 1889 de style néo roman auquel on ajouta une tour, qui servirait de belvédère pour le Club Vosgien. Au-dessus du porche, on remarque les armoiries des Comtes de Dagsbourg et celles de Saint-Léon sculptées dans le grès. Au-dessus de ce même porche et dans un renfoncement de la tour, se tient une piéta blanche. La voûte de l’édifice est ornée de médaillons peints sur toile, représentant les parents et les deux sœurs de Saint-Léon, patron de Dabo. C’est ici que serait né en 1002, Bruno de Dabo, évêque de Toul qui fut élu Pape en 1048 sous le nom de Léon IX.

Lire la suiteLe rocher de Dabo : le phare de la ligne bleue des Vosges

Le grand projet de l’UEM

L’Usine d’Electricité de Metz envisage de récupérer des terrains militaires devant prochainement être libérés, afin de construire sur son site de Chambière, ce qui serait l’une des plus grosses centrales à Biomasse de France. Ce projet est depuis quelques mois déjà dans les cartons de l’UEM. S’il est validé par les administrateurs, qui y sont pour le moment très favorables, il deviendrait l’investissement majeur de l’UEM pour les prochaines années, entre 40 et 50 millions d’euros, pour une ouverture prévue en 2011. Mais la société entend depuis peu récolter des subventions publiques. En effet, le gouvernement français a annoncé la création d’un « Fonds chaleur renouvelable » doté d’environ un milliard d’euros, afin de financer les projets de production de chaleur à partir de sources renouvelables, comme la biomasse, ce qui constitue une excellente nouvelle pour l’UEM.

Lire la suiteLe grand projet de l’UEM

Chronopost ouvre un nouveau site près de Nancy

La société vient d’inaugurer un bâtiment de messagerie de 1500 mètres carrés à Fléville-devant-Nancy afin de livrer la Meurthe-et-Moselle et certains départements limitrophes. Chronopost enregistre en effet une hausse de 8 % de son trafic en Lorraine. Dans le but, d’accompagner cette croissance, le groupe ouvre donc une nouvelle agence ainsi qu’un site d’exploitation doté d’un … Lire la suiteChronopost ouvre un nouveau site près de Nancy

La stratégie de l’ombre l’emportera t-elle ?

En ce qui concerne la répartition des directions régionales entre Metz et Nancy, Bernard Niquet, préfet de Lorraine, a une mission particulièrement difficile, une mission presqu’impossible. En effet, quelle que soit la décision prise, elle fera des mécontents. Le préfet doit rendre sa copie le 28 novembre à Matignon. Le Premier Ministre français se chargera des arbitrages. L’enjeu est de taille : l’implantation des futurs pôles administratifs d’importance, réduit avec la réforme des administrations de 23 à 8, ainsi que les quelques 1850 fonctionnaires qui en découlent. Le statut quo privilégierait  la parité, c’est-à-dire quatre directions pour les deux métropoles lorraines. Mais que peut-il bien se passer dans la tête du préfet : on peut facilement imaginer, par exemple, que celui-ci aimerait avoir un maximum de fonctionnaires à portée de main, plutôt qu’à une soixantaine de kilomètres. Cependant le lobbying va bon train. Les Nancéiens apprécient en effet moyennement les récents propos de deux élus mosellans particulièrement inconscients. Et pour cause ! Cela dit, ces déclarations extrémistes et dangereuses pour la stabilité régionale ne trouvent guère d’échos dans l’agglomération messine. Le maire de Metz ainsi que le Président de la communauté d’agglomération préfèrent agir avec plus de tact et de « modestie » en revendiquant avant tout la future Direccte (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi). L’argument est simple : 50% de l’économie lorraine se trouve en Moselle.

Lire la suiteLa stratégie de l’ombre l’emportera t-elle ?

L’œil de la mafia

La Lorraine serait-elle devenue folle au point de se saborder elle-même ? Alors qu’un rapprochement sensible et historique se dessinait entre les maires de Metz et Nancy, le président du Conseil Général de la Moselle et son acolyte, le député UMP du même département, viennent d’écrire à Nicolas Sarkozy pour lui demander le transfert à Metz de six directions régionales d’orientations économiques entre autres, soit la quasi-totalité des institution à répartir, au nombre de huit. Cette action constitue un véritable acte de sabotage de la belle union lorraine affichée jusque là. Et les deux membres de cette joyeuse petite faction sont coutumiers du fait. Ils avaient en effet déjà préféré jouer en solo au moment de l’annonce de la restructuration des armées et ce, au détriment de l’union régionale qui aurait pourtant dû prévaloir. Et on voit aujourd’hui le résultat ! Ah oui, quelle classe, quelle stratégie finement déployée ! Franchement, chapeau bas. Et la leçon de ce précédent échec a semble t-il était bien méditée, puisque ces deux là récidivent, ouvrant ainsi les préliminaires avant une nouvelle désillusion. Pas plus tard qu’hier encore, le député UMP mosellan se distinguait bruyamment et « brillement », comprenez honteusement, par de nouveaux propos calomnieux et injurieux envers le maire de Nancy. Le maire de Woippy n’est rien d’autre que la marionnette du gouvernement français, le cheval de Troie de Paris en Lorraine, agitée sur la scène publique pour semer le désordre, quitte à devoir renier ses origines. Espérons que le peuple lorrain se souviendra de ce fait d’arme aussi pathétique que dérisoire, afin de ne plus jamais reconduire dans leurs fonctions ces deux élus, et ce, pour l’intérêt même de la Lorraine. Heureusement que le ridicule ne tue pas. Toujours est-il qu’il compromet l’avenir de notre province et hypothèque sérieusement l’union et la stabilité régionales. Comment voulez-vous dès lors apparaître crédible et sérieux à Paris en faisant des coups pareils ? Pour le bien de toute la Lorraine, les deux élus mosellans devraient démissionner, avant d’accomplir d’autres forfaits tout aussi dommageables.

Lire la suiteL’œil de la mafia

Vigilance et innovation chez Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy

La société va augmenter de 33% sa capacité de production de bicarbonate de soude. Cette excellente nouvelle, dans un contexte économique particulièrement morose, vient s’ajouter aux quatre certifications, dont deux internationales, récemment obtenues par la soudière Novocarb. Tout en maintenant sa fabrication actuelle à partir du calcaire et du sel lorrains et sans amplifier les … Lire la suiteVigilance et innovation chez Novacarb à Laneuveville-devant-Nancy

L’Eglise Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy : le sanctuaire de Stanislas

Nous nous rendons cette semaine à Nancy pour y admirer une autre merveille cachée et méconnue de la cité ducale, l’Eglise Notre-Dame-de-Bonsecours, tout juste restaurée et rouverte au public. Intérieur très riche et ornementé de l’Eglise Notre-Dame-de-Bonsecours à Nancy (Crédits photo : François Bernardin) Au préalable, un bref rappel historique est nécessaire afin de mieux … Lire la suiteL’Eglise Notre-Dame-de-Bonsecours de Nancy : le sanctuaire de Stanislas

GECI International atterrit en Lorraine

La filiale du groupe GECI International, Sky Aircraft, s’apprête à rentrer dans ses nouvelles installations sur la Chambley Airbase en Meurthe-et-Moselle. Sky Aircraft est exclusivement destinée au développement, à la production et à la commercialisation des avions Skylander, seul appareil occidental totalement nouveau et bien adapté aux besoins des opérateurs ainsi qu’ aux demandes des passagers et des équipes navigantes. Plus concrètement, il s’agit de construire un avion turbopropulseur léger, dédié aux marchés du fret, de l’humanitaire et du transport sur courte distance. La création de cette nouvelle filière aéronautique permettra de développer un tissu industriel à la pointe des technologies actuelles. Cette filière s’intègre en outre pleinement dans la phase d’expansion du pôle « Aériades », le groupement aéronautique lorrain, qui comporte déjà plus de 2300 personnes.

Lire la suiteGECI International atterrit en Lorraine

Nancy aura l’Observatoire Européen des Forêts

Suite à la conférence internationale réunie à Nancy début novembre afin  de construire les priorités et stratégies de la recherche forestières, notamment pour ce qui concerne la réduction des émissions de CO2 avec un rôle de la forêt comme puits de carbone, le gouvernement français a annoncé la création d’ici 2009 d’un Observatoire Européen des … Lire la suiteNancy aura l’Observatoire Européen des Forêts

L’ENVA à Metz ?

La ville de Metz s’est officiellement portée candidate pour accueillir l’Ecole Nationale Vétérinaire d’Alfort (Val-de-Marne) en vue des compensations promises au sujet des restructurations des armées faisant perdre à la cité lorraine près de 6000 emplois civiles et militaires. A cette fin, un dossier a été déposé à l’Elysée et des négociations sont en cours. … Lire la suiteL’ENVA à Metz ?

La chapelle Sixtine lorraine

Nouvelle halte de notre parcours à Sillegny, en Moselle, où se cache une splendeur méconnue du patrimoine lorrain, à savoir l’église Saint-Martin, surnommé chapelle Sixtine lorraine en raison de ses magnifiques fresques du XVème et du XVIème siècle. Le pays messin constitue un espace d’influence qui a traversé les siècles, dont les richesses ont attiré toutes les convoitises. C’est au cours du XIVème siècle que la région de Metz s’érige en circonscription territoriale, réunissant 136 villages, soumis à la juridiction de la République Messine, véritable puissance commerciale et marchande. Il n’est donc pas étonnant d’y trouver une remarquable concentration d’églises fortifiées, la plupart construites sur les hauteurs à la périphérie des habitations. En effet, ces dernières protégeaient hommes et bétail des raides sanglants sur la cité messine et ses environs menés par les Français et les troupes des Comtes de Bar. La silhouette de ces édifices religieux et militaires implantés sur les côtes de Moselle fait désormais partie intégrante du paysage. Leur pièce maîtresse est une tour massive, parsemée de meurtrières, le plus souvent carrée, qui servait d’abris en cas d’attaque. Le climat d’insécurité des temps féodaux faisait ainsi de l’église le centre des communautés villageoises. Il subsiste aujourd’hui une vingtaine d’églises fortifiées et autant de fermes-châteaux dans le pays messin. Les plus belles se trouvent à Vaux, Lorry-Mardigny, Lessy, Arry, Marieulles-Vezon et bien sûr Sillegny. 

Lire la suiteLa chapelle Sixtine lorraine

Noël, c’est maintenant ou jamais

Alors que Dominique Gros, maire de Metz, recevait une délégation d’agents de l’INSEE afin de leur faire découvrir et apprécier la ville en vue de leur éventuelle transfert, ne serait-il pas judicieux que la municipalité lorraine, en partenariat avec la puissante fédération des commerçants et les autres collectivités, lance une opération markéting d’envergure dans les stations de métro et les gares parisiennes par exemple, dans le but de promouvoir les marchés de Noël de Metz, qui ouvrent déjà fin novembre ? Assurément si. 
Même si la volonté du maire de Metz de vouloir changer l’image de la ville est louable, en essayant de convaincre les agents franciliens des atouts et des attraits indéniables de la cité, il pourrait faire coup double. Car c’est maintenant qu’il faut informer les gens et les visiteurs potentiels des merveilles de Metz en habits de lumière. C’est en ce moment que peuvent se décider l’envie de partir, de passer un week-end ou plusieurs jours dans la ville, qui rappelons-le n’est plus qu’à 82 minutes de Paris grâce au TGV. Une opération conjointe avec Nancy, comme il devrait s’en faire prochainement, s’avèrerait même d’une grande utilité. La cité ducale y pourrait mettre en avant son propre marché de Noël, mais surtout la liesse et toute la ferveur populaire autour du défilé de la Saint-Nicolas, encore plus grandiose qu’à Metz. Car, encore une fois, le nerf de la guerre, c’est l’argent, mais aussi la communication ! 

Lire la suiteNoël, c’est maintenant ou jamais

Le nouvel Eldorado de la zone rouge

Ce n’est pourtant pas de l’or qu’ils cherchent, mais des casques, gourdes, ceinturons et boutons d’uniformes militaires. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à arpenter les sillons de la zone rouge autour de Verdun, ces fameuses collines boisées de la Meuse où plus de 300 000 hommes, Français et Allemands, trouvèrent la mort au … Lire la suiteLe nouvel Eldorado de la zone rouge

Lancement d’un Technoparc à Porcelette

Le site de l’ancien puits De Vernejoul à Porcelette près de Saint-Avold en Moselle accueillera au printemps prochain la première implantation de ce nouvel équipement de pointe, tourné vers les technologies de demain et plus particulièrement dans les domaines de plasturgie et de la chimie. Il s’agit en effet de la mise en place d’un … Lire la suiteLancement d’un Technoparc à Porcelette

Michelin en passe de tenir ses engagements à Toul

Dès l’annone en décembre dernier de la fermeture début 2009 du site Kléber à Toul, le groupe Michelin s’était engagé à créer 900 emplois d’ici 2012 dans le bassin afin d’en compenser la destruction de 826. Le groupe avait par ailleurs indiqué que la restructuration de son usine de Toul avoisinerait les 130 millions d’euros. … Lire la suiteMichelin en passe de tenir ses engagements à Toul

Les mines comme source d’énergie

Les anciennes  cités minières du bassin houiller de Lorraine croient dur comme fer à leur reconversion dans la géothermie, tant pour redorer leur image que pour se redynamiser. L’idée est simple : utiliser l’eau des mines ennoyées depuis leur fermeture pour alimenter des centrales géothermiques.

En effet, l’exploitation de la chaleur du sous-sol offre un potentiel énergétique considérable, dans la mesure où la température de la Terre augmente en profondeur de trois degrés Celsius tous les cents mètres. D’un point de vue économique, cette reconversion des anciennes mines de charbon est plus que pertinente, puisqu’elle ne fait pas intervenir des coûts de forage,  grâce au labyrinthe de galeries souterraines. Surtout quand on sait que ces coûts peuvent s’élever jusqu’à 150 000 euros tous les cents mètres. Mais l’entreprise ne s’avère pas si aisée. En effet, en Lorraine, 86% des mines ont vue leurs puits être rebouchés à l’arrêt de leur activité. De même, le potentiel de faisabilité dépend très largement des galeries. En outre, il est absolument nécessaire que l’eau ait retrouvé sa température naturelle. Ce processus demande parfois vingt ans, compte tenu de la température de la mine. Enfin, une centrale géothermique ne peut actuellement alimenter que des zones à proximité immédiate, dans la mesure où la dépréciation de chaleur atteint parfois les deux degrés Celsius par kilomètre d’acheminement.

Lire la suiteLes mines comme source d’énergie

Le signal de Sion-Vaudémont ou la colline inspirée

Son nom est évocateur, mystérieux. C’est un lieu où souffle l’esprit écrivit Maurice Barrès au sujet de la fameuse Colline de Sion dans son roman religieux et culturel, La Colline inspirée, en 1913. A bien des égards la Colline de Sion est un endroit singulier et étrange, surprenant, qui a de tout temps fasciné les … Lire la suiteLe signal de Sion-Vaudémont ou la colline inspirée

La Meurthe-et-Moselle passe à la vitesse supérieure !

Dans le sillage de la Moselle, le Conseil Général de Meurthe-et-Moselle entre dans la phase opérationnelle de la construction de son réseau de fibre optique, avec pour objectif ambitieux d’avoir connecté la totalité de son territoire en 24 mois.   Le chantier s’annonce titanesque par les chiffres : 800 km de réseau, 197 stations de bases … Lire la suiteLa Meurthe-et-Moselle passe à la vitesse supérieure !

Tous les chemins mènent à Metz

Lors de l’inauguration du tronçon Nord de la route départementale 955, entre Metz et le créneau de dépassement de Buchy, mise à deux fois deux voies, le Président du Conseil Général de la Moselle, Philippe Leroy, a réaffirmé sa volonté de construire de nouvelles routes et la nécessité d’une A32.   7 nouveaux  kilomètres de … Lire la suiteTous les chemins mènent à Metz

Houdelmont montre la voie

La petite commune meurthe-et-mosellane de 230 habitants dit finalement non à l’installation sur son banc d’un site de stockage de déchets radioactifs à faible activité et à longue durée. Houdelmont ne sera donc pas retenu par l’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs (ANDRA) au grand soulagement de ses habitants. La commune revient ainsi … Lire la suiteHoudelmont montre la voie